TourMaG.com, 1er journal des professionnels du tourisme francophone
TourMaG.com, 1e
Loading





La Case de l'Oncle Dom : qui veut de Boiloris et de son "drapeau" à 6,8 M€ ?

L'édito de Dominique Gobert


Rédigé par Dominique Gobert le Mardi 10 Janvier 2017

C’est demain, jeudi 12 janvier 2017, au Tribunal de Commerce de Paris que se tiendra l’audience déterminante pour Boiloris. Une dette affolante et deux repreneurs, peut-être trois, à l’affût…



Jeudi 12 janvier 2017, le tribunal de commerce de Paris décidera s'il place Boiloris en liquidation judiciaire - Photo : M.S.
Jeudi 12 janvier 2017, le tribunal de commerce de Paris décidera s'il place Boiloris en liquidation judiciaire - Photo : M.S.
Qu’on se le dise : la déconfiture de Boiloris, c’est une belle catastrophe et nombreux sont les TO qui vont (ont) morfler sale.

Comme quoi, c’est bien d’avoir une bouille plutôt sympa, un sourire moyennement franc, de continuer à vivre comme si de rien n’était et puis planter lamentablement ses potes...

Désolé, je sais qu'on va encore dire que je donne des leçons, mais j’avoue avoir de la difficulté à comprendre comment 71 tour-opérateurs, tous fournisseurs de Boiloris, ont pu ainsi laisser s’accumuler de tels impayés ?

Parce que, selon l’état des lieux que j’ai pu me procurer, la somme s’élève très exactement à la bagatelle de 6 842 952 € !

Les plus salement touchés ? Club Med, qui détient la palme, suivi de très près par Jet Tours. Mon pauvre ami Hélion et son Austral Lagon morflent aussi, avec Look, Costa, FRAM (ils auraient pu s’en passer), et la plupart des grands TO, pour ne pas dire leur quasi-majorité. Même Avis y laisse aussi quelques plumes !

D’ailleurs, j’ai beau regarder la liste, y’en a pas un qui échappe.

Même TUI et sa marque Marmara s’en prennent aussi une giclée de l’ordre de 70 000€ ! Comme quoi, ce n’est pas la peine de disposer d’une super puissance si on ne surveille pas ses comptes…

Alors, bande de futés, que va-t-il se passer maintenant ? Sale temps pour l’APST, me direz-vous…

Non, pas tout à fait, car le relevé de créances que je vous livre concerne la période de décembre 2015 à juin 2016. Ce qui signifie que les fournisseurs qui ont des créances anciennes, pour lesquelles leurs clients sont partis, n’auront que leurs yeux pour pleurer.

En revanche, ceux dont les clients ne sont pas encore partis pourront légitiment se tourner vers l’Association de garantie qui prendra en charge les clients lésés par l’inconséquence de Didier Munin.

Lequel, j’espère aura pris pour lui quelques précautions, car l’APST va, bien entendu faire jouer la contre-garantie !

De toutes manières, les dégâts sont assez considérables. Et je ne comprends toujours pas comment notre système français peut supporter un tel déséquilibre.

Sans doute, Didier Munin a-t-il tenu, (selon ce que me souffle un expert avisé) avec les avances clients, le règlement (quand il y a eu) décalé des fournisseurs et un découvert bancaire… conséquent !

Mais quand tout se casse la gueule, c’est toute une chaîne qui morfle… sévère !

Je ne suis pas sûr que cela se passe pareil chez nos voisins européens et j’avoue que je comprends aussi les fournisseurs qui préféreraient être réglés en amont !

Quoi qu’il en soit, c’est maintenant la justice qui va trancher. Va-t-elle prononcer la liquidation pure et simple ou accorder à des repreneurs potentiels la reprise du Groupe ?

Pour l’instant, deux, plus un éventuel troisième, qui me semble plus qu’improbable, se sont manifestés.

Thalasso N°1, dont le patron Raouf Ben Slimane aimerait reprendre les agences de Boiloris. Avec, depuis la découverte, une certaine réticence à reprendre l’ensemble des points de vente. Car il est clair que toutes les agences de Boiloris, certes extrêmement bien placées, sont loin d’atteindre la rentabilité.

Mais il y va, Raouf…

A mon sens nettement mieux placé, le Groupe Salaün a fait lui aussi une offre qui, selon les bons dialogues de films policiers, "ne peut pas se refuser" ! Et accessoirement, permettre au groupe breton de tisser enfin sa toile sur l’Île de France.

Seule incertitude, outre la casse financière, l’éventuelle « casse sociale ». Parce que, malgré leur attitude plutôt conviviale, ni Raouf, ni Michel Salaün ne sont des philanthropes...

Quant à leurs confrère tour-opérateurs, va encore falloir inscrire pas mal de fric dans la colonnes « pertes et profits ».

Mais peut-être qu’un jour, tout ceci contribuera à ce que la profession fasse enfin le ménage chez elle ?

Lu 236277 fois

Notez


1.Posté par Consterné le 11/01/2017 08:38 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Comment peut on laisser se creuser de tels trous. Les Tour Opérateurs ne peuvent s'en prendre qu'à eux mêmes.... Il faut croire que pour certains, tout se joue encore à la gueule du client....

2.Posté par martino180 le 11/01/2017 09:30 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Le seul responsable est Thomas Cook.

Quand on laisse son enseigne sur des agences qui sont mal en point sous prétexte qu'on leur a revendu des agences Thomas Cook qui étaient moribondes, on envoie le message que les agences Boiloris sont crédibles.

Les TO référencés par Thomas Cook ont été entraînés dans ce désastre car le réseau a continué à les obliger à servir les agences "Boiloris Thomas Cook" à crédit par contrat !!!!

Comme Thomas Cook c'est aussi Jet Tours, ils auront ainsi affaiblis les concurrents de leur TO.

Ils vont finir par y arriver à être en duopole avec TUI comme en Belgique avec de telles méthode !!!!

3.Posté par verwilghen marc le 11/01/2017 09:51 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
vous oubliez vos amis IATA/BSP

4.Posté par Au revoir Didier Munin le 11/01/2017 09:58 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Bravo Dominique. Bravo d'oser dire tout haut ce que tout le monde pense tout bas. Bravo de ne pas prendre de pincettes. Et merci pour la considération que vous nous apportez, à nous, collaborateurs du réseau Boiloris. Vous nous apportez plus d'intérêt que notre "patron" ne nous en a jamais apporté. Pensez-vous que sur les pistes de skis, Monsieur Munin s'est inquiété de savoir comment nous allions payer nos traites à la fin du mois ? Que nenni ! Exit les employés, exit les clients ! C'était bien plus important de payer ses avocats et de mettre à l'abri ses biens personnels que de payer ses employés, qui plus est, en période de fêtes ! Aucun mot, aucun message de la Direction. Juste de gentils collaborateurs qui prennent les coups à sa place.... Attendons demain la décision du tribunal. Les 110 employés de Boiloris meritent d'être sauvés. Mais pas Monsieur Munin, qui ne mérite que le mépris et le dédain qu'il nous a apporté jusque là.

5.Posté par Eric Laniesse - Actuels Voyages le 11/01/2017 11:18 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Bonjour et je ne comprends pas bien cet article de journaliste donneur de leçons ...

Didier Munin, remarquable d'énergie, d'entrain et de gentillesse s'est toujours battu pour son entreprise et son réseau .
les critiques sont faciles ....
Que sait un journaliste de la difficulté d'affronter une crise , une baisse de croissance, des salariés qui ne se bougent pas forcément pour relancer les ventes...
L'ironie est sympathique, mais pas dans tous les cas, et Didier Munin ne mérite pas ce lynchage .
Il doit ètre suffisamment préoccupé ... et mérite tout le respect .

6.Posté par DOMINIQUE GOBERT le 11/01/2017 15:48 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Exact, cher Marc, j'ai totalement zappé le BSP!!!

7.Posté par Chapus Franck le 11/01/2017 16:32 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
"Lequel, j’espère aura pris pour lui quelques précautions, car l’APST va, bien entendu faire jouer la contre-garantie !" Dominique, bravo pour cette remarque...mais je rappelle à tous que si l'APST règle la note...c'est avec l'argent des adhérents...bel esprit que de faire payer la communauté...et de conseiller à D. Munin "d'en mettre à l'ombre" !
Ce n'est pas digne de vous cher Dominique !!!!!!!!!!!!!!!! Vous méritez un carton jaune !

Bien à vous F. Chapus

8.Posté par DOMINIQUE GOBERT le 11/01/2017 16:46 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Non, cher Franck, je conteste le carton! J'ai au contraire émis l'hypothèse que Munin avait pris ses précautions et que, malheureusement, c'était la communauté qui allait cracher au bassinet...

9.Posté par Citron le 11/01/2017 19:38 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Le principe de la courses à l'échalote. On emprunte, on emprunte et on bouche des trous par ci par là ... sans restructurer... sans affiner la rentabilité ... juste pour le plaisir d'avoir bcp d'agences, etre quelqu'un d'important. Et quand les banques se rendent compte qu'elles ont été bernées, le château s'écroule. Étonnant de voir que cela soit encore possible en France malgres les précautions prises par ces dernières. Certainement qu'il faille multiplier banquiers et sociétés pour y arriver... jongler ....

10.Posté par KateSomewhere le 11/01/2017 22:07 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Les banques entubent les TPE et PME pas les multinationales et les paradis fiscaux.
Cela se voit que vous n'avez jamais été chef d'entreprise. La pression bancaire est terrible même quand tout va bien.
Avec les attentats à Paris, nombreuses sont les entreprises qui ont vu leurs autorisations de découverts réduites y compris Boiloris. Et lisez les bilans des entreprises du tourisme, vous serez étonnés par le montant des dettes.... C'est facile de juger.
Outre les patrons (qui ne sont pas tous des salauds*), les salariés trinquent un max car la finance en veut toujours + et + et + jusqu'à la fin.

* Dsl pour le mot, c'est inspiré du livre "Chronique d'un salaud de patron" de Julien Leclercq.

11.Posté par JustNicolas le 11/01/2017 22:28 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Je suis navré pour les clients des agences Boiloris et aussi pour les TO qui ne verrons jamais l'argent que leur doit ce cher Didier MUNIN... Ah mais... et si il vendait une de ses Porsches pour rembourser ces "amis" à qui il donnait généreusement des tapes dans le dos dans le passé?
Bref... je suis ravi d'avoir quitté ce groupe a temps et souhaite bien du courage et de la patience à mes anciens collègues...

12.Posté par evajoly le 12/01/2017 06:34 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Les responsables sont ceux qui ont laissé ce Munin mené un rachat d'agences douteuses sans contrôler la stature financière de son groupe .
Et comment peut on se laisser emporter dans ce tourbillon mégalo vu l'état catastrophique du commerce en France depuis quelques années.
Allez ne pleurez pas , tous ceux qui ont senti le vent tourné sont déjà loin & n'attendez rien des changements à venir , il est déjà trop tard.

13.Posté par En colère le 12/01/2017 09:44 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Bonjour à tous,
Nous avons acheté des vols secs dans une agence Boiloris. Nous partons la semaine prochaine et avons été prévenu il y a deux jours que notre billet n'est pas validé malgré notre règlement à l'Agence Boiloris.... Nous avons contacté l'APST qui nous dit que seul les packages seront remboursés. Nous nous sentons un peu seul car selon les premiers retour nous ne reverrons plus jamais notre argent.... Cela représente pour nous 3 ans d'économie pour partir en vacs....N'y-a-t il pas un autre fond de garantie? Je vous remercie d'avance de votre aide!

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Tous les commentaires discourtois, injurieux ou diffamatoires seront aussitôt supprimés par le modérateur.

PUBLICITÉ
Fabien DA LUZ
fabien@tourmag.com
+33 4 91 58 61 97
+33 6 43 65 15 92


Dernière heure
















Le groupe TourMaG.com publie également Brochuresenligne.com, 1er portail de brochures électroniques de voyages
et DMCmag.com, 1er portail Destination Management Companies.

TourMaG.com Légal Utiles
Emploi
I-tourisme
Groupes / CE
International
Travel in France
Brochuresenligne.com
DMCmag.com
Signaler un contenu illicite
Plan du site
Contact
Publicité
La presse en parle

cookieassistant.com