TourMaG.com, 1er journal des professionnels du tourisme francophone
TourMaG.com, 1e
Loading





La case de l'Oncle Dom : Air France s'excuse... jusqu'à la prochaine fois ?

L'édito de Dominique Gobert


Rédigé par Dominique Gobert le Mercredi 1 Octobre 2014

En théorie, c'est fini. Air France reprend son cours, après 15 jours de grève, et plusieurs centaines de millions envolés (ce sont bien les seuls qui ont volé, d'ailleurs). Tout ça pour ça ? Quelqu'un y a-t-il gagné quelque chose ? Il semble bien que non.



"C'est vrai que bon nombre de professionnels, de clients, de citoyens ont soutenu, pour une fois, la direction d'Air France." - Photo DR
"C'est vrai que bon nombre de professionnels, de clients, de citoyens ont soutenu, pour une fois, la direction d'Air France." - Photo DR
Les seules choses gagnées par les passagers sont des soucis, des fatigues, des frais supplémentaires.

Les agences et les prescripteurs, une fatigue à crever, des frais importants.

Les personnels de la compagnie ont dû travailler d'arrache-pied pour pallier l'égoïsme de leurs pilotes.

J'en oublie, mais la confiance en cette compagnie est quasi définitivement perdue et je ne crois pas que ce soient quelques pages de pub disséminées dans les gazettes nationales qui vont redonner l'envie aux voyageurs de reprendre les aéroplanes de la compagnie.

Oh, bien sûr, les voyageurs d'affaires, par les "miles" alléchés, feront contre mauvaise fortune bon cœur : un voyage gratuit, même sur une compagnie qui ne vole pas, ça se refuse pas.

Bref, tout ceci n'est qu'un immense gâchis…

Même si Alexandre de Juniac, Président du Groupe et Frédéric Gagey, Président d'Air France ont pris leur plus beau Montblanc pour envoyer une belle missive d'excuses.

La case de l'Oncle Dom : Air France s'excuse... jusqu'à la prochaine fois ?
C'est vrai que bon nombre de professionnels, de clients, de citoyens ont soutenu, pour une fois, la direction d'Air France.

Ces derniers, dans leur lettre d'excuses, veulent apporter quelques explications.

Ça part d'un bon sentiment, encore que, pas une fois, le terme de "pilotes" ne soit pas inscrit sur le parchemin.

Gagey et Juniac expliquent que la concurrence des low cost portait un coup fatal à Air France, celle-ci n'étant pas "adaptée" à cette "nouvelle façon de voyager" de la part de ses clients.

C'est vachement bien de le reconnaître, mais, si je ne m'abuse, la première compagnie véritablement low cost, Southwest Airlines a été créé en… 1971 !

Hein, ça vous la coupe. Y'en a peu parmi nous qui étaient nés.

Ryanair est arrivée en Europe en 1985, suivie, 10 ans plus tard par easyjet en 1995.

Déjà, à cette époque, Air France cherchait sa voie… et surtout une nouvelle mise de fonds de la part du contribuable.

Ça a coûté quand même la bagatelle de 20 milliards… de francs, ce qui au cours actuel, représente environ 3 milliards de nos euros !

Easyjet et Ryanair sont respectivement 3ème et 4ème compagnies aériennes en Europe. Et gagnent de l'argent.

Nous sommes quasi en 2015. Il aura fallu pas loin de trente ans à Air France pour s'apercevoir qu'il fallait évoluer et que, sans nécessairement rogner sur son service de grande compagnie internationale, sur le long courrier, on pouvait aussi s'occuper du moyen-courrier ?

Non, pensez-vous, indiquait alors Jean-Cyril Spinetta, méprisant, "jamais ces compagnies ne nous inquiéterons" ! Et ta sœur !

Alors, vraiment, je me marre un peu en lisant la belle lettre des Présidents. Je cite d'ailleurs la fin :

"Le développement de Transavia en France est une bonne nouvelle pour vous car, en complément d'Air France et de HOP!, nous allons étendre notre gamme et mieux répondre à tous ceux qui veulent voyager avec un budget serré tout en bénéficiant de la caution et du sérieux du groupe Air France-KLM. Ce sera aussi l’occasion de vous faire découvrir de nouvelles destinations.

Le développement de Transavia en France est aussi une bonne nouvelle pour les Français, car ce sont 1 000 nouveaux emplois, dont 250 de pilotes qui vont être créés. Et pour qu'aucun malentendu ne subsiste, redisons-le une fois encore : tous ces emplois sont créés et resteront en France.

Notre stratégie vise à vous proposer une offre élargie, tant pour vos déplacements professionnels que personnels, du low cost au très haut de gamme
…".


Et si la stratégie passait aussi par un peu de modestie, non ? C'est ce qui ne coûte rien !

Et la confiance, va falloir la (re)gagner...

Lu 4461 fois

Notez


1.Posté par made in France le 01/10/2014 09:17 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Comme toujours, dès que nous parlez d'air France vous déversez une incommensurable vulgarité, haine et une désinformation.
Les autres compagnies pour vous sont toujours mieux. Mais voyagez vous vraiment!!!
Air France n'est pas parfaite. Et je ne vois jamais de critique et de vrais articles sur les compagnies qui sont à vos yeux des références. Pour une fois faites votre prétendu job de journaliste.

2.Posté par Pierre le 01/10/2014 10:25 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Il faut croire que les pilotes d'AF pensent etre toujours dans une compagnie nationale ou il suffit de faire mauvaise tete,pour obtenir le maximum sans se soucier de qui paiera.
Encore une demonstration de ce genre et terminé AF LE gachis sera enorme et l'independance aerienne nationale une perte gravissime.
Ceci prouve toutefois que les syndicats et la direction de l'entreprise preferent l'affrontement jusqu'au bout,pour dire on a gagné.
Tétu et perséverant mais perdant et licencié.
Bonne journée.

3.Posté par Sables d'Or le 01/10/2014 11:03 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Une chose est sûre : il va falloir qu'Air France fasse des tarifs et des conditions plus qu'hyper avantageuses avant que je songe à les vendre à nouveau...

4.Posté par Pschitt le 01/10/2014 11:12 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
On s'en fiche de leurs excuses. Qand on voit la qualité du service AF aucune raison de rester pour engraisser ces personnels dont le principal objectif et de travailler moins pour gagner plus.

5.Posté par Trucmuche le 01/10/2014 12:32 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Merci Mr Gobert pour vos éditoriaux toujours ciselés finement et nous rappelant sans relâche la petitesse de ces "Saigneurs de l'Air". Merci de rappeler comment leSNPL de continuer à massacrer le secteur du transport aérien français pour ses petits interêts corporatistes. C’était bien la peine de faire perdre à la compagnie plus de deux cent millions d'euros pour en arriver là... Combien ont-ils perdus de clients qui ont découverts les avantages d'autres compagnies et qui ne reviendront plus à AF. Je me marrerai que dans un an ils soient dans l’obligation de faire un plan social pour éviter de déposer le bilan. Quand les pilotes comprendront-ils que salaire et avantages liés à leur fonction ne peuvent plus être ceux qu’ils ont connus avant aux risques de mettre la corde au coup de la compagnie ? Le métier a changé, n’est plus aussi prestigieux et risqué comme à l’après guerre, se fait avec une formation très courte d’un peu plus d’un an et est finalement presque devenu « chauffeur » d’avion et non plus pilote.
Air France aura démontré à des milliers de voyageurs qu'ils pouvaient se passer de cette société ! et en plus Air France leur a permis de connaître autre chose ! Bravo Air France ! et c'est pour décembre la prochaine grève !

6.Posté par Dominique Gobert le 01/10/2014 16:58 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
A Made in France: vous êtes navrant!

7.Posté par pascal le 01/10/2014 17:34 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
3 milliards d'euros pour renflouer une compagnie en 1995 qui été obligée par son principal actionnaire, l'Etat à :
Financer (avec Air Inter) les innombrables aéroports secondaires de France
Payer au prix fort les Airbus pour lancer cette industrie naissante
Employer plétore de salariés fictifs au nom de la raison d'Etat
Payer très (trop) chère une compagnie qui commençait à battre de l'aile (UTA)
Garder plétore d'escales non rentables au nom du rayonnement français...

Et ce n'est pas exhaustif!

Par contre, savez que la somme des "subventions" données aux low cost par les collectivités locales pour remplir désespérément ces aéroports secondaires, s'élève à plus de 6 milliards d'euros?...
Etonnant, non?

8.Posté par Alexis le 01/10/2014 17:56 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Ce qui est navrant Monsieur Gobert, c'est que vous relayez uniquement ce que vous voyez dans la presse et les commentaires haineux enflés de jalousie... Quel est votre réel problème, les salaires des pilotes en fait !, à aucun moment je n'ai lu une analyse pertinente sur la définition du low-cost et comment il a été manipulé pour créer du dumping social, et cela ne concerne pas que les pilotes AF!!

9.Posté par Dominique Gobert le 01/10/2014 18:44 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Décidémment, c'est grave. Je me fous du salaire des pilotes, même lorsqu'ils veulent se faire payer leurs jours de grève. Perso, les low cost, c'est pas ma tasse de thé. Il n'empêche que c'est une réalité économique vieille de trente ans et personne chez Air France n'a voulu mesurer le problème.
Ca me rappelle ces vieilles notions d'histoire, lorsque nos pauvres grands (ou arrière) parents partaient la fleur au fusil en riant et clamant "ils ne passeront pas! On a vu le résultat...

10.Posté par Gino le 01/10/2014 20:13 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Monsieur Gobert,

"Ils ne passeront pas!" est la traduction de Française de la phrase espagnole ¡No pasarán! qui a été prononcée par les partisans de la Seconde République espagnole (1936-1939) en lutte contre les rebelles nationalistes commandés par le général Franco.
Ce slogan politique qui devint le cri de ralliement des républicains espagnols est devenu le symbole de la résistance antifasciste.

Voilà. Mais je ne sais pas pourquoi j'écris ça, puisque je doute que ce commentaire soit accepté.

Amicalement,

Gino

11.Posté par made on France le 02/10/2014 08:17 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
À Mr Gobert : il faut accepter la critique, dès lors que l'on en fait soit même !

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Tous les commentaires discourtois, injurieux ou diffamatoires seront aussitôt supprimés par le modérateur.

Dans la même rubrique :
< >

PUBLICITÉ
Fabien DA LUZ
fabien@tourmag.com
+33 4 91 58 61 97
+33 6 43 65 15 92


Dernière heure
















Le groupe TourMaG.com publie également Brochuresenligne.com, 1er portail de brochures électroniques de voyages
et DMCmag.com, 1er portail Destination Management Companies.

TourMaG.com Légal Utiles
Emploi
I-tourisme
Groupes / CE
International
Travel in France
Brochuresenligne.com
DMCmag.com
Signaler un contenu illicite
Plan du site
Contact
Publicité
La presse en parle

cookieassistant.com