TourMaG.com, 1er journal des professionnels du tourisme francophone
TourMaG.com, 1e
Loading





La case de l’Oncle Dom : Lufthansa, UIA... là où y’a de la gêne, y’a pas de plaisir !

L'édito de Dominique Gobert


Rédigé par Dominique Gobert le Lundi 24 Avril 2017

Y’a pas de mal à se faire du bien ! Et fortuitement, pas plus tard qu’hier, je supputais fortuitement sur les travaux qui attendent le futur président du syndicat des agences de voyages, notamment cette guerre larvée qui se profile entre transporteurs aériens et distributeurs…



"La porte étant largement ouverte, il ne manquait plus qu’à s’engouffrer à l’intérieur de ce nouveau fromage. J’avoue m’être attendu à quelques compagnies « majeures », en fait c’est Ukraine International Airlines (UIA) qui vient de franchir son Rubicon" - Photo : Ukraine International Airlines
"La porte étant largement ouverte, il ne manquait plus qu’à s’engouffrer à l’intérieur de ce nouveau fromage. J’avoue m’être attendu à quelques compagnies « majeures », en fait c’est Ukraine International Airlines (UIA) qui vient de franchir son Rubicon" - Photo : Ukraine International Airlines
Ben, c’est gagné. Et, comme dirait l’autre (j’adore cette expression totalement idiote), y’a vraiment pas de mal à se faire du bien !

Lufthansa avait commencé l’année dernière.

Les frais de GDS sont trop lourds, justifiait la compagnie teutonne, vaut mieux passer par notre système de réservation privé. Et sinon, paf, une taxe de 16€ pour tout distributeur récalcitrant.

Tout le monde avait hurlé au charron (encore une belle expression, totalement désuète, mais rigolote), menaçant la compagnie de boycott.

Et comme aurait dit Chirac en son temps, tout ça a fait un gros… pschittt !


La porte étant largement ouverte, il ne manquait plus qu’à s’engouffrer à l’intérieur de ce nouveau fromage.

J’avoue m’être attendu à quelques compagnies « majeures », en fait c’est Ukraine International Airlines (UIA) qui vient de franchir son Rubicon.

LIRE : Frais GDS : après Lufthansa, Ukraine Airlines s'engouffre dans la brèche

Déception, parce que cette compagnie faisait de gros efforts afin d’être présente sur le marché français, soignant sa distribution.

Il paraît que même à Paris, les collaborateurs d’UIA ont été très surpris.

Faut dire que la nouvelle était totalement « surprise » : depuis le 13 avril 2017, sans aucun préavis, UIA applique, par le biais de cette fameuse taxe YQ (le fourre-tout chéri des compagnies aériennes) une surcharge de 9$ pour toute réservation effectuée par une agence de voyage au travers d’un GDS !

Au motif que ça coute trop cher à la compagnie et que, après tout, le client est fait pour payer !

Et circulez, y’a rien à voir.

Sauf que pour UIA, elle ne dispose pas vraiment d’outils de vente directe, à l’inverse de son homologue allemande. Cette dernière ne cache pas son intention de supprimer les intermédiaires et passer à la vente « en direct ».

Conclusion de tout ça ?

Encore une fois, ce sont les agences de voyages qui vont payer l’incroyable arrogance des transporteurs aériens et de leur « cabinet noir » (ça, c’est pour le béni-oui-oui moraliste et voleur quoi s’est pris une sacrée claque ce week-end).

Pour les GDS, c’est pas glop non plus, mais après tout, outre d’être (ou d’avoir été) les émanations des compagnies aériennes, ils touchent des deux côtés.

Comme je me plais à le répéter, y’a pas de mal à se faire du bien.

Quant à IATA, c’est aussi tout bénéf et c’est pas près de s’arrêter, d’autant que la dernière trouvaille, en l’occurrence le projet « NDC » risque de changer encore la donne.


En revanche, pour les agences, c’est toujours le même refrain : payez, faites de l’avance de tréso aux transporteurs, ils sont là pour ça !

Et puis, si une compagnie aérienne défaille, pas de soucis : l’agence distributrice est responsable de plein droit.

Allez, futur président du syndicat des distributeurs, au boulot !

Mais c’est loin d’être gagné !

Lu 1539 fois

Notez


1.Posté par JEAN POL LECLERCQ le 25/04/2017 07:59 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Resaneo la centrale de réservation 100% B2B a signé des accords avec des compagnies aériennes en connexion directe via la nouvelle norme IATA : New Distribution Capability (NDC) .
Ces accords permettent d'accéder à l'inventaire des compagnies en temps réel sans passer par les GDS et en particulier avec les compagnies du groupe Lufthansa. (cf l'art. de tourmag ci- dessous).

http://www.tourmag.com/NDC-Resaneo-branche-le-Groupe-Lufthansa-en-direct-connect_a81759.html

Il s’agit d’une première connexion en France, développée en utilisant la norme NDC de l’Association internationale du transport aérien (IATA).

Resaneo qui est utilisée dans 3600 agences et qui est référencée dans la majorité des réseaux , reste donc proche des préoccupations technologiques des agences de voyages et s'attache à toujours anticiper le marché et les attentes de service des agences.
http://RESANEO.COM

2.Posté par mille sabords le 25/04/2017 12:17 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Bien Resaneo ...
Certes Resaneo facilite la tâche des agences qui évitent ainsi les sévères critères financiers et cautions exigés pour obtenir ou conserver l'accréditation IATA , mais, vous occultez un détail important qui oblige les agences de voyages à payer un surcoût sur le prix des billets via les fees que Resaneo facture, solution qui ne peut pas répondre aux besoins des TMC agences de voyages spécialisées Affaire.

Alors que ce soit via le GDS actuellement soit via les fees Résaneo l' agence est obligée par ce biais d'acheter plus cher ses billets que ceux affichés par les compagnies aériennes sur leur propre site de réservation pour cout - circuiter la distribution qui a été leur plus grand agent commercial GRATUIT depuis 2005.

Les deux exemples vont probablement donner des ailes ( hum!) à d'autres compagnies !
Historiquement nous avons un exemple avec EMIRATES depuis des années maintenant .
.
Quand aux nouvelles normes NDC/ IATA il faut être très prudent car le système est soi disant une norme basée sur un langage ouvert, le XML ,l'objectif des compagnies aériennes, est d'avoir le contrôle plus fin de leur distribution afin de maximiser leurs revenus en créant leur propre GDS,... Il peut aussi court- circuiter les agences lorsque les cies aériennes auront décidé de travailler avec des plateformes internationales . ( Google Amazon...)

A ce jour il n' y a pas vraiment du discussion ferme et en profondeur entre la profession et IATA sur le sujet , il faut être dès à présent très vigilant sur ce point . Il semblerait que les GDS en place y veillent pour survivre.. pour le moment.

Les agences doivent faire bloc et cesser de payer des avances à IATA qui assoit confortablement sa position dominante et de monopole dans le monde sous prétexte du yield et du pricing pratiqués par les cies aériennes .
D'autant que la norme NDC appliquée par les cies aériennes génèrera de nouvelles ressources financières pour IATA .(licence d'utilisation du standard NDC etc).

IATA veut créer son propre GDS mondial pour ne plus payer de fees aux GDS actuels et contrôler sa distribution.
Actuellement les forces sont à peu près équilibrées avec 3 GDS reconnus et des outils complémentaires tel que Résanéo Misterfly, Go voyages .....Mais demain ? Que se passera t - il avec le GDS gigantesque IATA?.

On constate actuellement, avec les deux exemples que les compagnies aériennes ne respectent plus totalement le principe de l' outil des GDS classique .

C'est un vrai sujet laissé de côté par la profession ,entre temps IATA travaille pour faire aboutir son projet et imposer encore de nouveaux diktats financiers aux agences de voyages.

IATA pourrait avoir dans un avenir très proche la main mise sur la distribution mondiale ,IATA représentant 95% des compagnies aériennes dans le monde ..
wait and see...

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Tous les commentaires discourtois, injurieux ou diffamatoires seront aussitôt supprimés par le modérateur.

PUBLICITÉ
Fabien DA LUZ
fabien@tourmag.com
+33 4 91 58 61 97
+33 6 43 65 15 92


















Le groupe TourMaG.com publie également Brochuresenligne.com, 1er portail de brochures électroniques de voyages
et DMCmag.com, 1er portail Destination Management Companies.

TourMaG.com Légal Utiles
Emploi
I-tourisme
Groupes / CE
International
Travel in France
Brochuresenligne.com
DMCmag.com
Signaler un contenu illicite
Plan du site
Contact
Publicité
La presse en parle

cookieassistant.com