TourMaG.com, 1er journal des professionnels du tourisme francophone
TourMaG.com, 1e
Loading





La case de l’Oncle Dom : les surcharges GDS, nouveau bras d’honneur aux agences…

L'édito de Dominique Gobert


Rédigé par Dominique Gobert le Jeudi 1 Juin 2017

Adriana Minchella, dans l’interview qu’elle nous a accordé hier, fustige « l’abus de pouvoir » pratiqué par les compagnies aériennes. On ne peut pas lui donner tort, en constatant les dernières décisions de certains transporteurs…



Le 1er novembre prochain, le principe de « surcharge GDS » sera appliqué à toute réservation hors GDS sur British Airways et Iberia, sur la base de 9,50€ pour toute réservation effectuée hors site web de la compagnie ou des nouvelles normes NDC - DR : Karen Roach - Fotolia.com
Le 1er novembre prochain, le principe de « surcharge GDS » sera appliqué à toute réservation hors GDS sur British Airways et Iberia, sur la base de 9,50€ pour toute réservation effectuée hors site web de la compagnie ou des nouvelles normes NDC - DR : Karen Roach - Fotolia.com
Là où y’a de la gêne, y’a pas de plaisir ! Et y’a pas de mal à se faire du bien !

C’est Lufthansa qui avait trouvé cette idée super géniale, il y a deux ans : pratiquer une surcharge « GDS » pour toute réservation de ticket passée via les GDS traditionnels.

Surcharge conséquente, faut-il le rappeler, de 16€ (par segment, s’il vous plait) pour tout achat de billet Lufthansa (et compagnies « associées ») effectué hors du site Internet privé de la compagnie.

Bien évidemment, du moins à l’époque, toutes les consœurs de la compagnie teutonne se sont empressées de déclarer que « jamais l’idée ne leur était venue »… Sans cacher toutefois qu’elles « observaient attentivement » le déroulement de ces nouvelles pratiques.

Les distributeurs avaient manifesté timidement leur « désapprobation ». Seul, Manor avait eu le courage d’appeler au boycott de la compagnie… Un boycott qui, semble-t-il, se conclurait gentiment par un joli « pschitt ».

Du coup, les récentes déclarations d’Adriana Minchella, présidente du petit Cediv, prennent soudain une certaine saveur.

J’ouvre mes guillemets et je cite les paroles de la dame qui se prépare à Cuba à ouvrir la 13e convention de son réseau : « Il y a un gros travail à faire de la part des associations de consommateurs qui ne se rendent pas compte de l’abus de pouvoir pratiqué par les compagnies aériennes vis-à-vis des clients finaux. C’est un abus ! »

Abus ou pas abus, les compagnies aériennes s’en cognent allégrement.

Et il n’aura pas fallu très longtemps pour que, suivant l’exemple de Lufthansa, les transporteurs aériens s’engouffrent dans la brèche ouverte par les Allemands.

C’est Ukraine International qui a suivi l’exemple, au prétexte que les GDS pratiquent des tarifs en constante augmentation et que les compagnies aériennes ne peuvent plus les supporter.

Evidemment, quand on veut se séparer de son chien, on déclare qu’il a la rage. Mais non, Chien Charly, c’est pas pour toi…

Bon, chez Ukraine, la surcharge n’est « que » de 8€ et des poussières. N’empêche que sur un vol à plusieurs segments, l’addition grimpe vite.

Il n’en fallait pas plus pour que les Grands-Bretons, associés aux caballeros espagnols se décident à franchir le pas, histoire de faire, une fois de plus, un joli bras d’honneur aux distributeurs qui ne veulent pas passer par les sites web des compagnies aériennes.

Dorénavant ou dans très peu de temps (le 1er novembre prochain), ce principe de « surcharge GDS » sera appliqué à toute réservation hors GDS, sur la base de 9,50€ pour toute réservation effectuée hors site web de la compagnie ou des nouvelles normes NDC.

Donc, vous, agents de voyages, vous êtes gentiment priés de subir ce nouvel abus de pouvoir

En attendant que les transporteurs se décident à accentuer le principe de la vente « en direct », ce qui, à mon humble avis, est déjà dans les tuyaux depuis fort longtemps.

Il serait d’ailleurs beaucoup plus simple, puisque la tendance générale est à la transparence, que les compagnies cessent d’hypocriser (mot nouveau, merci de le conserver intact).

Qu'elles disent clairement et une fois pour toutes aux distributeurs qu'elles n'en ont rien à foutre de leur avis. Au moins ce sera clair et net !

Encore que j’aie un peu de mal à croire que ces transporteurs puissent se passer totalement de la distribution…

Je laisse à mon vieux pote Michel Audiard la conclusion : « Pourquoi certains n’auraient pas tout ? Il y en a qui n’ont rien. Ça fait l’équilibre ! ».

Lu 1756 fois

Notez


1.Posté par Ju le 01/06/2017 09:48 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
"Hypocriser", barbarisme aux multiples acceptions ...
-Sous-estimer la crise qui couve depuis déjà de nombreuses année entre "partenaires" historiques ?
-Se voiler la face en essayant de croire que les compagnies aériennes jouent franc jeu avec les distributeurs ?
-Râler après de telles pratiques (et les autres...), mais sans rien faire, en espérant qu'un autre monte au front à sa place ?
-Ne pas se rendre compte que le modèle économique a pris un virage a 180 ° depuis une quinzaine d'années ? (Passage d'une commission perçue par l'agence, à une taxe versée par celle-ci)

Un (encore jeune) agent de voyage désabusé.

2.Posté par Emmanuel le 01/06/2017 10:39 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Tout à fait d'accord tout le monde "s'en cogne" et les GDS doivent réagir au plus vite avant que ne disparaisse de leur ecran les majors pour la vente Direct...
Quand à nous pauvre agent de voyages il nous reste plus que nos yeux pour pleurer et devenir encore une fois de plus LA RISÉE DES CONSOMMATEURS mais c'est plus cher que sur le site de la Compagnie !!!!
Alors à quand un nouveau système de resa global type NDC avec TOUT les tarifs...
Merci Mr Amadeus ou Mr IATA de vous bouger le Popotin...

3.Posté par Paul le 01/06/2017 12:15 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Pour moi, les compagnies aériennes ne visent pas les agences de voyages dont elles ont besoin, mais plutôt les GDS qui gagnent des millions (voir les derniers résultats d'Amadeus) sans apporter de réelles valeurs ajoutées aux compagnies aériennes. Je suggère aux agences de voyages de se regrouper pour créer leur propre plateforme de réservation utilisant des API pour se connecter directement aux sites des compagnies. Ca ne coûtera pas plus cher que de payer Amadeus et de dépendre de leur bon vouloir. Ca supprimera un intermédiaire qui n'a pas beaucoup fait évoluer ses produits en 25 ans....

4.Posté par mille sabords le 01/06/2017 16:40 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
A l'abri de IATA (association difficilement attaquable pour abus de position dominante sous son statut d'association) le BSP ( structure commerciale ) a habilement agit avec la complicité des ses adhérents ( compagnies aériennes) pour se servir directement dans le portefeuille des agences une fois le billet émis non encore payé par les clients en compte..Belles avances de trésoreries pour IATA !!!..Cela dure depuis les années 70.

Confortée par le système qui a marché des années IATA a supprimé les commissions en 2005 pour se débarrasser du statut de mandant de l'agence de voyages qui les gênait .
Depuis IATA est "en marche " (sans jeu de mot bien que IATA pratique une politique de monarque) pour gagner plus d'argent sur le dos des agences avec avec la complicité des compagnies .

Puis ont suivi le Yield et le Pricing pour leur permettre de prélever encore plus vite les billets émis sous prétexte de fiabiliser la place et le tarif ...
Avec le prélèvement BSP bimensuel c'est encore 10 jours supplémentaires de trésorerie que IATA enlève aux agences, se servant directement leur portefeuille .

Il y a de quoi s'interroger sur les 15 années passées, nous n'avons pas d'instances suffisamment fortes pour défendre la profession face à la " pieuvre IATA"

Aujourd'hui les GDS sont menacés parce que les cies aériennes sont de plus en plus gourmandes , la problématique n'est pas de savoir si les GDS ont évolués ou pas, ils prélèvent des fees deux côtés cies aériennes et agences moyennant quelques développements informatiques.
IATA et ses compagnies complices sont bientôt prêtes à supprimer tous les intermédiaires , aujourd'hui ce sont les GDS qui sont sur la sellette , demain , les agences de voyages .

Pas d'accord avec Adriana : IATA est la seule qui impose les résolutions aux agences de voyages sous forme de dicktats .Un grand nombre de responsables d'entreprises pourraient, après chaque parution le 1 er juin lire la convention IATA pour y découvrir que leur marge de manoeuvre se réduit d'année en année au profit de IATA et des compagnies aériennes.
A quant la mise sur la table du ministère de l'économie et des finances du dossier IATA???
Les conventions de réseaux à Cuba ou ailleurs sont des exposés qui n'ont pas de relais efficaces pour des prises de décision, jusqu'à présent c'est IATA qui décide en situation de monopole..

5.Posté par Papadopoulos le 01/06/2017 18:31 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Hem...hem... votre analyse est bizarre mon Cher Dom.

J'ai l'impression que beaucoup ici oublient qu'un agent de voyages et un commerçant comme un autre.

Les compagnies aériennes ne font pas un bras d'honneur aux agences, mais plutôt aux GDS. Rien n'empêche une agence de réserver via d'autres canaux de vente que le sacro saint Amadeus et ses acolytes Sabre et Galileo.

Vous me parlez du SBT et de l'avance sur billets que l'agence doit payer avant d'encaisser son client. Mais un magasin de chaussure paye son stock avant de l'avoir vendu !
Ce n'est donc pas une nouveauté dans le commerce.

Et puis revenons à une bizarrerie franco-française, je nomme les fameux "frais de dossier" facturés par les agences en plus de la commission versée par leurs fournisseurs.

Vous imaginez payer des frais supplémentaires quand vous faites vos courses chez Auchan, Leclerc ou Monoprix ? Quand vous achetez une chemise dans une boutique vous ne payez pas des frais additionnels au prix TTC. Alors que dans une agence, si !

Vous trouvez ça normal ?

Parlons aussi des incentives pour les agents : essayez d'entrer dans une boutique et demander aux vendeurs s'ils reçoivent des chèques cadeaux, des maximiles ou des voyages s'ils vendent plus telle ou telle marque. Vous serez surpris d'apprendre qu'une vendeuse en chaussures ne vit que de son SMIC. Point final !

Parlons aussi de surcomissions versées par les fournisseurs. Oui, mais vous allez me dire que dans les autres commerces il y a des ristournes ou des rabais. C'est vrai, mais dans tous les cas ça récompense l'engagement du commerçant pour acheter une quantité supérieure. C'est à dire qu'il prend le risque (financier) de s'engager. Or, certains patrons d'agence demandent une surcommission avant même de dire de quelle manière ils animeront leurs ventes.

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Tous les commentaires discourtois, injurieux ou diffamatoires seront aussitôt supprimés par le modérateur.

PUBLICITÉ
Fabien DA LUZ
fabien@tourmag.com
+33 4 91 58 61 97
+33 6 43 65 15 92


















Le groupe TourMaG.com publie également Brochuresenligne.com, 1er portail de brochures électroniques de voyages
et DMCmag.com, 1er portail Destination Management Companies.

TourMaG.com Légal Utiles
Emploi
I-tourisme
Groupes / CE
International
Travel in France
Brochuresenligne.com
DMCmag.com
Signaler un contenu illicite
Plan du site
Contact
Publicité
La presse en parle

cookieassistant.com