TourMaG.com, 1er journal des professionnels du tourisme francophone
TourMaG.com, 1e
Loading





Le tourisme "authentique" peut-il devenir plus prédateur que le tourisme de masse ?

La chronique de Christian Orofino, co-président de l'OBGET


Rédigé par Christian Orofino le Jeudi 23 Avril 2015

Christian Orofino, co-président de l'OBGET revient pour TourMaG.com sur les limites du tourisme authentique et durable à travers un exemple de mise en scène montée par une guide au Vietnam, au sein de la tribu d'origine chinoise : les Hmongs, pour satisfaire des touristes en quête d'authenticité.



Les touristes demandent du tourisme authentique et si possible avec des visites sans autres touristes, le must pouvant être un mariage traditionnel. Rien de tel pour une guide pleine d’imagination... © pholidito - Fotolia.com
Les touristes demandent du tourisme authentique et si possible avec des visites sans autres touristes, le must pouvant être un mariage traditionnel. Rien de tel pour une guide pleine d’imagination... © pholidito - Fotolia.com
Une émission sur France 5 intitulée « Souriez vous allez disparaître » démontrait les limites du tourisme authentique et durable.

Ce tourisme qui a ses partisans mais aussi ses détracteurs peut, quand il est pratiqué à des fins exclusivement mercantiles, devenir encore plus prédateur qu’un tourisme de masse.

Dans le Nord du Vietnam vit une tribu d’origine chinoise : les Hmong. Cette peuplade était considérée par les autorités vietnamiennes comme « traitre » car pendant la guerre d’Indochine, les Hmongs se sont mis à la disposition de l’armée française pour être leurs porteurs.

Cette faute considérée comme impardonnable par les communistes au pouvoir a entrainé des brimades continuelles et un abandon condamnant ainsi cette tribu à la pauvreté totale.

Cette traversée du désert qui a obligé les Hmong de vivre pauvres et très isolés leur a permis aussi de conserver leurs coutumes ancestrales intactes du moins jusqu’au moment ou ce territoire est devenu touristique.

Du tourisme authentique à quel prix

Il est resté de la colonisation française, à Sapa notamment, la capitale, des résidences et des hôtels encore dans leurs jus exotiques comme si le temps s’était arrêté.

Ces structures redécouvertes par le tourisme ne désemplissent plus.

Ainsi la plupart des Jeunes filles Hmong sont devenues des guides en pratiquant l’exploitation du touriste avec malice et un appât du gain certain.

Même quand les touristes possèdent un guide, l’acharnement des fillettes de 12 ans s’accrochant à leurs basques finit par un billet d’un dollar pour s’en débarrasser.

Dès 9h du matin à la sortie des hôtels les dollars tombent et cette minorité ethnique autrefois bannie est devenue pour l’état un véritable tiroir caisse.

Dans ce contexte, les touristes demandent du tourisme authentique et si possible avec des visites sans autres touristes, le must pouvant être un mariage traditionnel.

Rien de tel pour une guide pleine d’imagination : Une légende Hmong raconte qu’un garçon voulant se marier avec la jeune fille de ses rêves doit l’enlever et la séquestrer pendant deux jours chez ses parents.

Si, au-delà de ce délai, la jeune femme commence à avoir des sentiments pour le jeune homme, on prévient donc sa famille et des tractations sur la dote de la future mariée et sur la préparation des fiançailles commencent.

Mise en scène

Le problème est que les Hmongs maintenant convertis au monde moderne par le tourisme ne pratiquent plus depuis des décennies ce genre de coutumes et les jeunes se marient comme partout ailleurs.

Cette guide promet donc aux touristes avides d’authenticité de leur faire vivre cette épopée en leur faisant croire que cette coutume est toujours d’actualité mais pour cela il leur faudra s’acquitter de mille dollars.

Ce que les touristes acceptent en ajoutant : « L’authenticité a un prix »

Voilà notre guide à la recherche d’un paysan natïf des montagnes qui rechigne dans un premier temps à jouer le rôle d’enleveur mais qui cède à la fin tenté par les 200 dollars qui représentent pour lui des mois de travail dans les champs.

Sous les caméras et appareils photos des touristes, un véritable enlèvement avec violence d’une jeune fille sur un marché est effectué sans qu’elle réalise ce qui lui arrive.

Après quelques minutes et éloigné de la foule, le jeune homme lui explique la mise en scène et lui propose de partager avec elle les 200€ promis par la guide, si bien qu’elle joue le jeu.

La jeune fille accepte et tous deux, comme le voulait la tradition, partent 2 jours dans la famille du jeune homme.

Des touristes blasés et aisés qui exigent l'authenticité

Celle-ci ébahie de voir débarquer une fille chez eux croit naïvement à l’explication de leur fils qui dit connaître depuis longtemps cette fille et souhaitant se marier avec elle.

Les parents de la jeune fille enfin prévenus après deux jours eux aussi ébahis par cette situation et au pied du mur, se mettent en négociation avec la famille du garçon.

Beaucoup plus riche que la famille du jeune homme, elle demande en dot pour leur fille 60 kg de porc, 50 litres d’alcool et 1300 dollars.

Le père du garçon, paysan très pauvre, a comme seule richesse une collection d’une cinquantaine d’oiseaux qu’il détient en cage, objets d’une passion depuis des décennies.

Etant persuadé de la bonne foi de son fils et souhaitant son bonheur il descend à la ville pour vendre ses oiseaux la mort dans l’âme.

La vente est fructueuse : une partie est consacré au repas de mariage et c’est à cette occasion qu’enfin la jeune fille déclare ne pas vouloir se marier avec le garçon et dévoile à tout le monde le leurre incroyable que consistait cette mise en scène.

A tous ces différents évènements étaient conviés touristes et caméras et eux aussi persuadés de l’authenticité des scènes auxquelles ils avaient assisté.

Ce guide malin a au final soutiré deux mille euros à quatre touristes, détruit le rêve d’un homme et dégradé la dignité d’un jeune homme pour 200 dollars qu’il a dû partager.

Cette mascarade qui se renouvelle avec d’autres tromperies du même genre est provoquée par une catégorie de touristes aisés et blasés par les découvertes trop classiques et qui exigent de « l’authentique. »

Christian OROFINO
Président de TOURCONSEIL
Co-Président de l'OBGET
Ex PDG et DG du TO VISIT FRANCE
Président de la commission Tourisme responsable du SNAV
Co-Président de l'Observatoire Géo Politique et Environnemental du Tourisme (OBGET)

Page Facebook de l'OBGET

Lu 3105 fois

Notez


1.Posté par Christian Soubra le 24/04/2015 09:50 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Cet article parle de pratiques qui, un peu partout dans le monde, existent depuis que le tourisme existe et que certains voyageurs qui ne visitent pas un pays mais le "font" ... et confondent "authenticité" et clichés folkloriques.
Au passage, l'authenticité est un mot qui n'a aucun sens, car jamais vraiment défini par ceux qui la vendent et ceux qui l'achètent ...
Ce qui est décrit dans cet article n'a rien à voir avec le tourisme durable, qui dénonce et s'interdit ce type de prestations voyeuristes et scandaleuses... Le tourisme durable implique au contraire que les voyageurs séjournent bien plus que quelques heures sur un site, et s'ouvrent à la simple vie quotidienne des hôtes, au delà du spectaculaire de telle ou telle cérémonie ...
Cela relance le débat sur la labellisation du tourisme durable et responsable ..

2.Posté par Mon Tour Motos le 24/04/2015 11:49 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Peu importe comment on l'appelle. Tant qu'on met tourisme devant... ça s'adresse à une clientèle qui est loin de l'esprit même du voyage, seul garant d'une réelle authenticité.

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Tous les commentaires discourtois, injurieux ou diffamatoires seront aussitôt supprimés par le modérateur.

PUBLICITÉ
Fabien DA LUZ
fabien@tourmag.com
+33 4 91 58 61 97
+33 6 43 65 15 92


Dernière heure
















Le groupe TourMaG.com publie également Brochuresenligne.com, 1er portail de brochures électroniques de voyages
et DMCmag.com, 1er portail Destination Management Companies.

TourMaG.com Légal Utiles
Emploi
I-tourisme
Groupes / CE
International
Travel in France
Brochuresenligne.com
DMCmag.com
Signaler un contenu illicite
Plan du site
Contact
Publicité
La presse en parle

cookieassistant.com