TourMaG.com, 1er journal des professionnels du tourisme francophone
TourMaG.com, 1e TourMaG.com, 1e
Loading






Les robots dédiés au tourisme savent même faire le café...

"Robot-scène" : les 10 usages possibles


le Vendredi 5 Décembre 2014

N'ayez pas peur ! Les robots commencent à peine à pousser les portes des foyers, hôtels, musées, restaurants… Mais ils ne sauront (jamais ?) remplacer l’humain à 100%. Pour préparer leur venue massive dans notre monde, il est encore temps de s’interroger sur la valeur ajoutée de ces machines articulées et intelligentes, de tester des concepts. Suite à une conférence organisée par l'Afest (premier réseau francophone d'experts professionnels et de scientifiques du tourisme), la Rédaction vous propose une sélection de 10 utilisations possibles et concrètes de robots dans le secteur du tourisme. Malgré les craintes que les robots peuvent provoquer, admirons tout de même leurs premiers pas.



1) Pour l’accueil et l’assistance à la vente :

HitchBot, le robot auto-stoppeur qui a traversé le Canada
HitchBot, le robot auto-stoppeur qui a traversé le Canada
Un "bonjour M.X", des informations sur le lieu, sur une réservation... Les robots pourront bientôt être les hôtes de vos points de ventes ou de vos hébergements touristiques.

Ils pourraient même faire gagner du temps sur des informations "basiques" pour laisser plus de place à l'humain...

- Depuis deux ans une des attractions phares de la Tour de Tokyo est Tawabo, un robot quadrilingue, mobile, chargé de l’accueil et du guidage des visiteurs (voir vidéo).

- Pal Robotics Reem, ce robot de service a la capacité de reconnaître les visages, et de se déplacer seul en évitant les obstacles.

- Quant à Pepper de la société française Albebaran, il accueille et divertit déjà les clients de la banque japonaise Softbank Mobile.

Cette création (véritable fierté nationale) est capable de mémoriser toutes les informations sur les discussions avec les clients déjà rencontrés, qu’il peut reconnaître spontanément et appeler par leurs prénoms.

En se basant sur les émotions universelles (joie, surprise, colère, doute et tristesse) et en analysant vos expressions faciales, votre langage corporel et vos mots, Pepper devine dans quel état vous vous trouvez et s’adaptera.

Il pourra par exemple essayer de vous remonter le moral en passant votre morceau préféré !

2) Pour guider des visiteurs :

- Norio habite le château d'Oiron et s’y connaît très bien en arts de la Renaissance, du XVIIe siècle et d’aujourd’hui.

Grâce à lui des personnes à mobilité réduite peuvent visiter le premier étage de la demeure et décider eux-mêmes des conditions de leur visite.

- Avec Kodomoroid, les japonais sont allés encore plus loin par rapport aux robots de téléprésence ou les plateformes robotiques pour guider les visiteurs.

Cette fois-ci, le robot qui sert de guide conférencier, a la forme humaine.

Conçu avec une morphologie féminine, il était cet été la nouvelle hôtesse d’accueil pour une exposition intitulée « Android: What is Human ? » au Musée national des sciences et de la technologie de Tokyo, le Miraikan.

Avec son homologue Otonaroid, Kodomoroid peut interagir de façon très poussé avec le public.
Otonaroid et Kodomoroid, les "guides conférienciers" du musée Miraikan de Tokyo
Otonaroid et Kodomoroid, les "guides conférienciers" du musée Miraikan de Tokyo

3) Pour se restaurer :

- Willow Garage, spécialiste des robots personnels, a mis au point PR2, un robot qui a (presque) tout d’un serveur humain.

Il dresse la table, petites fleurs décoratives comprises, dépose les plats.

- Plus concret encore, cet été, dans un restaurant de l'est de la Chine, des androïdes s'affairaient aux fourneaux, tandis que des robots sur roulettes apportaient aux clients les plats.

D'autres accueillaient la clientèle dès l'entrée avec quelques chaleureuses formules de politesse.

Une cuisine traditionnelle et régionale pour une service futuriste, le mélange des genres existe.


4) Pour l'animation :

- Les robots de la marque ABB ont de multiples usages.

A bord d’un paquebot de la Royal Caribbean, ces robots sont utilisés comme supports d’écran géants mobiles pour retransmettre des concerts.

Ce robot sait aussi passer des disques.

- Robespierre ou la naissance d'un robot animateur

Ce projet actuellement en crowdfouding et mené par Radio Nova, radio française, laisse entrevoir le champ des possibles.

Selon l'explication, il pourra :

- se déplacer, rire, faire du café,
- interagir avec Twitter et Facebook et être la voix de l'auditeur dans l'émission,
- parler sans que cela lui soit commandé,
- poser des questions aux invités de l'émission,
- être DJ occasionnellement,
- signer des autographes.

5) Pour l’hôtellerie :

- Le Pengheng Space Capsules hôtel emploie des robots.

Cet établissement, à l'allure (quelque peu froide) d'un vaisseau spatiale, s'est ouvert l'année dernière à Shenzhen en Chine et a remplacé presque toutes les fonctions par des robots : accueil, réception, bagagerie, ménage, service de repas, etc.

- Le robot-majordome, A.L.O. the Botlr, officie dans un hôtel de la Sillicon Valley.

Ce wall-e de l'hôtellerie assure le room service dans un établissement de la chaîne Starwood.

« Vêtu» d'un nœud papillon noir et doté d'un écran tactile pour communiquer avec les services de l'établissement et les clients, il a pour mission d'apporter les objets demandés par ces derniers.

À son arrivée, il envoie un appel téléphonique dans la chambre pour signifier sa présence. C'est grâce à une caméra qu'il sait reconnaître quand la porte s'ouvre et peut alors effectuer sa livraison via la petite boîte au sommet de sa tête.

«Il s'agit de renforcer notre service client. Le but n'est pas de remplacer le talent de nos employés humains», avait dit Brian McGuinness, vice-président directeur des enseignes spéciales de Starwood Hotels, au New York Times.

- Le robot collaboratif Baxter II peut plier une chemise, préparer le café et résoudre un Rubik’s Cube.

Depuis une évolution toute récente (novembre 2014), le robot a évolué pour encore mieux basculer entre les tâches sans qu’un nouvel apprentissage soit nécessaire. Une réel révolution!

6) A l’aéroport :

- A l’aéroport d’Indianapolis, tous le monde porte une chemise bleue.

Même le robot de téléprésence mobile sur roulettes, qui accueille les passagers dans la zone de livraison des bagages, les oriente et répond à leurs questions.

- L’aéroport de Düsseldorf a mis en place depuis cet été un service de voiturier automatisé.

"Ray" permet aux passagers pressés de ne pas perdre de temps à chercher une place disponible au parking.

Ce chariot élévateur robotisé gare le véhicule, puis va le rechercher au moment où l’avion de retour atterrit à l’aéroport, de façon à ce que le passager le retrouve prêt à son arrivée.

Le service est facturé 29€.

7) Pour se déplacer :

La Google Car, projet de voiture autonome sans conducteur depuis 2010, est à un stade avancé d’expérimentation dans le Nevada, la Californie et le Michigan.

La voiture électrique est capable de se déplacer toute seule en repérant les obstacles.

Et si on ne conduit plus dans une voiture, qu'est ce qu'on fait ?

Selon Patrick Viceriat, expert Tourisme-Loisirs-Culture et président du premier réseau francophone d'Experts professionnels et de Scientifiques du Tourisme (Afest), ce sera bel et bien "du temps libéré pour les passagers, et qui pourrait devenir un temps à exploiter commercialement".

Un créneau sur lequel Google compte bien se positionner.

Voir les réactions des premières personnes à avoir essayé la Google Car:


8) Pour se divertir :

Gymbot, un coach sportif robotique
Gymbot, un coach sportif robotique
- Gymbot, un coach sportif robotique, que l'on pourrait imaginer dans un club de vacances ou dans un hôtel.

Ce robot humanoïde futuriste est capable d’aider une personne lors de ses séances d’entraînement et ses exercices physiques.

- Un"Robot Land" en Corée du Sud en 2015

Le gouvernement sud-coréen avait révélé son intention de construire un parc thématique entièrement dédié à la robotique en 2009.

Le projet, baptisé Masan Robot Land Park, devrait être entièrement achevé à l'horizon 2018. Une autre partie sera entièrement consacrée à la recherche dans le domaine.

- Emiew 2, le robot blagueur pour des animations.

Selon les chercheurs japonais, Emiew 2 serait capable de faire des blagues...pas toujours compréhensibles selon de premier témoins.

Haut de 80 cm et monté sur roulettes, le robot, mis au point par la société Hitachi, a appris toute une série de mots et d'expressions, dont il peut se servir pour répondre, correctement ou en faisant preuve d'humour.

Dans le même style : RoboThespian RT3

9) Pour du conseil aux voyageurs :

- Desti, le guide de voyage

Desti est le premier achat de Nokia depuis la cession de l’activité terminaux mobiles à Microsoft.

Intégrée à Here Maps, la solution devrait permettre aux utilisateurs des applications Here Maps, Here Drive et Here City Lens de trouver des informations plus facilement et de manière personnalisée.

Si l’utilisateur cherche un hôtel bon marché pour un voyage d’affaires, l’application pourra scanner les descriptions d’hôtels ainsi que les commentaires à son sujet, et trouvera un endroit approprié.

De plus, les préférences de l’utilisateur seront prises en compte dans les résultats de recherche, qui seront donc affinés de manière individualisée.

Une application pour iPad est d’ailleurs déjà disponible.

- Dans la même veine, nous avons Wiidii en France : le premier assistant personnel intelligent pour les touristes.

Ce service automatisé peut rentrer dans la catégorie "robot".

- Les assistants vocaux comme Siri ou Google Now

10) Pour la sécurité :

Knightscope K5, le robot patrouille
Knightscope K5, le robot patrouille
Il mesure 150 centimètres pour 136 kilos et ressemble à R2-D2.

Le K5 de la start-up Knightscope, se concentre sur les missions de monitoring et prévention.

Sa mission : circuler dans un rayon prédéterminé, filmer la situation et collecter des données afin de prévenir les services de sécurité en cas d’intrusion ou situation extraordinaire.

Une expérience intéressante : HtchBot, l'auto-stopeur canadien

L'été dernier, les automobilistes canadiens ont croisé un drôle d'auto-stoppeur : HitchBot, robot conçu par l'université Ryerson de Toronto.

Sa mission ? Rallier Victoria, la capitale de la Colombie Britannique dans l'extrême ouest du Canada, depuis Halifax, ville côtière et capitale de la province de Nouvelle-Ecosse, à l'est.

Des bras et des jambes en frites de piscine en mousse, des bottes jaunes en caoutchouc, un siège rehausseur avec un pied télescopique pour regarder les voitures passer (ou s'arrêter). Voila à quoi ressemblait cet étrange voyageur.

Les universitaires ont voulu tester la confiance que les humains accordent au robot et voir si les robots peuvent faire confiance aux humains.

Le tout en testant quelques nouvelles technologies au passage.

Pour connaître le bilan de cette opération.

Au delà de l'aspect loufoque, l'expérience soulève une avancée notable selon Patrick Viceriat : les robots pourraient s'avérer très utiles pour de longs trajets en voiture.

En co-pilote idéal, il nous empêcherait de somnoler au volant, nous indiquerait les temps de pauses requis, nous informerait de la route à prendre, des activités à faire sur le trajet, nous indiquerait une promotion dans un hôtel quand le temps de conduite s'étire...

Lu 2951 fois

Notez

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Tous les commentaires discourtois, injurieux ou diffamatoires seront aussitôt supprimés par le modérateur.

Dans la même rubrique :
< >

Mardi 6 Décembre 2016 - 16:28 Quand Uber mise sur l'Intelligence Artificielle


PUBLICITÉ
Ombeline POIRON
publicite@i-tourisme.fr
+33 1 85 74 23 33








Dernière heure











Le groupe TourMaG.com publie également Brochuresenligne.com, 1er portail de brochures électroniques de voyages
et DMCmag.com, 1er portail Destination Management Companies.

TourMaG.com Légal Utiles
Emploi
I-tourisme
Groupes / CE
International
Brochuresenligne.com
DMCmag.com
Signaler un contenu illicite
Plan du site
Contact
Publicité
La presse en parle

cookieassistant.com