TourMaG.com, 1er journal des professionnels du tourisme francophone
TourMaG.com, 1e





Producteurs freelance : la solution pour créer des voyages innovants pour le compte des TO ?

Trois spécialistes de l'aventure en totale liberté


le Vendredi 23 Octobre 2015

Le tour-opérateur Point Voyages (ex-Point Afrique) s'est entouré de producteurs freelance pour relancer son activité dans le monde entier. Un procédé original, qui permet de laisser libre cours à l'imagination des créatifs afin de proposer des voyages totalement inédits.



Kévin Girard, le successeur de Maurice Freund, a décidé de travailler avec des producteurs freelance pour relancer son tour-opérateur Point Voyages © Mathias Rosenthal - Fotolia.com
Kévin Girard, le successeur de Maurice Freund, a décidé de travailler avec des producteurs freelance pour relancer son tour-opérateur Point Voyages © Mathias Rosenthal - Fotolia.com
La créativité s’épanouit dans la liberté.

C’est pourquoi Kévin Girard, le successeur de Maurice Freund, a décidé de travailler avec des producteurs freelance pour relancer son tour-opérateur Point Voyages, ex-Point-Afrique.

Trois spécialistes de l’aventure, dont deux anciens de chez Nomade, se sont mis au travail : Olivier Caillaud, dont nous avons souvent parlé dans nos colonnes, Fabrice Oudin, fondateur du Travel Social Club, un site de voyages à la carte, ainsi que Marc Altea, ancien agent d’escale de Point Afrique au Tchad.

Des freelance qui ont carte blanche

Kévin Girard - DR
Kévin Girard - DR
Tous ont carte blanche pour laisser libre cours à leur imagination.

« Je ne veux pas les étouffer avec des considérations financières ou marketing. Je leur offre les conditions idéales pour créer sans se prendre la tête sur l’aspect commercial », explique Kévin Girard.

Libéré des contingences matérielles, ceux que Kévin Girard n’hésite pas à qualifier de « génies du tourisme » ont désormais le temps de se plonger dans un livre ou de visionner un documentaire pour avoir de nouvelles idées.

« La vie de bureau, la hiérarchie et la compétition parasitent notre efficacité », estime Fabrice Oudin, qui refuse de créer un voyage dans un pays où il n’aurait jamais mis les pieds.

Grâce à son expérience de guide accompagnateur, il assure connaître les attentes des clients, contrairement aux producteurs basés dans les TO.

« Ils ne sont jamais au contact de la clientèle. Certains refusent même de décrocher le téléphone pour leur parler, comme s’ils considéraient cela comme dégradant ».

Créer en liberté des voyages hors des sentiers battus

Olivier Caillaud, fondateur d'Oliver Trips - DR
Olivier Caillaud, fondateur d'Oliver Trips - DR
Cette liberté permet de se démarquer dans un monde de l’aventure aujourd’hui monopolisé par deux grands groupes : Voyageurs du Monde et Geophyle Travel.

« Les productions sont standardisées, la créativité étouffée par les normes, dictées par des logiques de rentabilité », estime Kévin Girard.

Il affirme que la dictature du web impose de construire un voyage en fonction de certains mots-clés, qui permettront un meilleur référencement.

Une philosophie à l'opposé de celle de Point Voyages qui, en digne héritier de Point Afrique, refuse que ses clients voyagent idiots. D'ailleurs l'expression "hors des sentiers battus" est ici loin d'être galvaudée.

Fabrice Oudin s’est, par exemple, aventuré dans le nord du Sri Lanka, pour tenter de comprendre l'origine du conflit entre les Tamouls et les nationalistes Cinghalais.

Olivier Caillaud a monté un circuit à Lampedusa en Sicile pour rencontrer les commerçants qui militent contre la mafia, et au Groenland afin de mieux comprendre le réchauffement climatique.

Payés à la commission !

Fabrice Oudin - DR
Fabrice Oudin - DR
Des propositions originales qui ne sont pas forcément plus onéreuses que la concurrence.

« Je sais où fouiller pour trouver des hébergements abordables. Je ne récupère pas la base de données d’un réceptif ou d’un office du tourisme. Je vais sur place pour trouver des hébergements authentiques et pas chers », garantit Olivier Caillaud.

Payé à la commission comme ses deux confrères, il a d’autant plus intérêt à respecter le cahier des charges pour que son voyage se vende bien.

Quant à Kévin Girard, ce modèle de freelance, assez unique dans la profession, lui permet de relancer sans trop de frais fixes une vaste production sur le monde entier.

Certains crieront à la précarisation d'un poste hautement stratégique dans l’organigramme d'un tour-opérateur.

Mais la fragilité du statut n'inquiète pas outre mesure nos deux producteurs, très confiants envers Kévin Girard, qu'ils connaissent depuis longtemps.

Ce dernier a d'ailleurs plutôt intérêt à les choyer pour proposer à ses clients toujours plus de nouveautés décalées.

Actuellement, le rythme de création de ses protégés est bien plus rapide que celui de l'intégration sur le site.

Mais gageons qu'avec de telles idées, les réservations ne tarderont pas à se bousculer.


Lu 4012 fois

Notez


1.Posté par James le 23/10/2015 10:35 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Bravo mais Quid de la réglementation concernant la détention d'une immatriculation pour toute personne intervenant (de près ou de loin) dans l'organisation et/ou la vente de voyage...?
Il serait temps en France de changer la loi pour nous sortir de cette singularité...

2.Posté par Laury-Anne Cholez le 23/10/2015 12:23 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Bonjour James,
Ces producteurs freelance ne font que suggérer des itinéraires. C'est le tour-opérateur qui achète et qui prend tous les risques. Nul besoin pour le producteur d'être immatriculé dans ce cas. Bonne journée.

3.Posté par James le 23/10/2015 12:45 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
C'est hélas mal connaître le texte de cette loi... surtout que dans ce cas il y a en plus un lien directe avec la vente (commission) . Trop de gens ignore cet aspect précis juridique et personne ne se mobilise pour changer cela...
Sachez que même les call center (en France) indépendant utilisé par certains T.O pour désengorger leur Résa sont hors la loi car il devrait avoir une immatriculation...

4.Posté par Mon Tour Motos le 23/10/2015 13:07 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
"Je ne veux pas les étouffer avec des considérations financières ou marketing"
C'est effectivement louable, mais il faut quand même qu'il y ait une rentabilité décente au bout, à moins que Kevin Girard soit un parfait philantrope... Wait and see donc !

5.Posté par Mon Tour Motos le 23/10/2015 13:11 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
@ James : le problème (comme souvent dans les lois) est que le texte (ou plutôt la phrase du texte) prête à interprétation(s) d'une part, et d'autre part les freelances ne sont à priori pas en contact direct avec la clientèle.
Il ne faut pas voir le mal partout, sinon il faudrait imposer l'immatriculation à tous les intervenants de la chaine. Ce qui ne semble guère envisageable en l'état !

6.Posté par James le 23/10/2015 14:49 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Dans l'esprit je ne peux que vous rejoindre mais la loi c'est la loi et il n'y a aucune ambiguïté sur son interprétation comme ont pu le souligner à plusieurs reprises sur ce même media et d'autres des avocats spécialistes du droit en tourisme.
Donc plutôt de se dire, face à cette absurdité, ce n'est pas possible..., il faudrait prendre enfin le problème en main et intervenir afin d'être en phase avec une réglementation moderne et précise comme dans bon nombre de pays européens et anglo-saxons...
A force de vouloir trop protéger le consommateur final on en vient en 2015 (!) à des situations aberrantes ...

7.Posté par Johann le 23/10/2015 14:53 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Triste de voir que les commentaires tournent encore une fois autour de la réglementation, de la loi, de l'immatriculation... Y a-t-il quelqu'un pour apprécier la recherche de solution alternatives, l'envie de faire progresser le métier, celle de se démarquer, celle de trouver de belles choses à faire découvrir au client ? Une solution avec ses défauts, car elles en ont toutes, mais une belle idée tout de même. Moi, en tout cas, j'apprécie,

8.Posté par James le 23/10/2015 15:00 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Mais Johan ne vous méprenez pas sur ma remarque c'est justement pour valoriser tout cela que, plutôt que de fermer les yeux il faut les ouvrir et se mobiliser pour faire changer cette réglementation bétonnée d'un autre âge!

9.Posté par UBER le 23/10/2015 19:53 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
force est de constater que l'on n'est toujours pas clair sur le sujet : celui qui fait strictement du conseil (du genre faire un itinéraire, conseiller un hotel en filtrant tripadvisor , conseiller une ville plutot qu'une autre ....) , se fait rétribuer pour cela (mais ne fait pas de réservation ni ne facture de prestations (activités, hébergements , ou transport ) ) est il répréhensible ou pas s'il n'est pas immatriculé ????
j'aimerais que quelqu'un m'explique pourquoi on ne parvient pas à obtenir de réponse claire et définitive sur le sujet : soit la loi n'est pas claire , soit les hommes de loi ne le sont pas, soit quelqu'uns ont intéret à ce que ce ne soit pas clair ...

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Tous les commentaires discourtois, injurieux ou diffamatoires seront aussitôt supprimés par le modérateur.

Dans la même rubrique :
< >

PUBLICITÉ
Fabien DA LUZ
fabien@tourmag.com
+33 4 91 58 61 97
+33 6 43 65 15 92


Dernière heure

















Le groupe TourMaG.com publie également Brochuresenligne.com, 1er portail de brochures électroniques de voyages
et DMCmag.com, 1er portail Destination Management Companies.

TourMaG.com Légal Utiles
Emploi
I-tourisme
Groupes / CE
Travel in France
Brochuresenligne.com
DMCmag.com TourMaGEVENTS.com
Signaler un contenu illicite
Plan du site
Contact
Publicité
La presse en parle

cookieassistant.com