TourMaG.com, 1er journal des professionnels du tourisme francophone
TourMaG.com, 1e TourMaG.com, 1e
Loading





Retour sur les temps forts des Rencontres nationales du e-tourisme institutionnel

La 10e édition à Pau


le Mardi 14 Octobre 2014

Pour le tourisme institutionnel en France, c’est un peu la grande messe. Les Rencontres nationales du e-tourisme organisées par l’Agence aquitaine du numérique ont réuni à Pau plus de 800 professionnels du tourisme institutionnel, des agences digitales et des start-up à qui l’on promet un brillant avenir. Retour sur les temps forts de cette manifestation conviviale et studieuse.



Pour rentrer dans le vif de sujet, les Rencontres nationales du e-tourisme institutionnel ont été ouvertes par l'incontournable Guy Raffour.

Le directeur du cabinet d’étude spécialisé dans le tourisme et l'e-tourisme a livré les conclusions phares de son 12e Baromètre sur le voyage loisirs, dont certaines exclusives à cette rencontre.

« Nous avons évalué à 16 milliards d'euros les ventes générées par la recherche en ligne (ndlr : source Raffour Interactif juillet 2014) avec notamment l'augmentation des ventes directes des acteurs touristiques des domaines de l'hébergement, des activités de loisirs et récréatives, des parcs de loisirs, des transports, du patrimoine...

L'enjeu de la présence des acteurs touristiques sur cette "zone de chalandise virtuelle" est par conséquent vital », a martelé Guy Raffour devant son auditoire.

En effet, aujourd’hui le voyage virtuel précède le réel.

L’étude nous apprend aussi que pour aider au choix d’une prestation, les comparateurs sont jugés les plus utiles pour les billets d’avion suivis des chambres d’hôtels et viennent ensuite les séjours tout compris.

De plus, 20% des Français consultent les réseaux sociaux pour la préparation de leurs sejours. Les contenus les plus souhaités sur ces canaux sont : des actualités sur les manifestations festives et culturelles, des photos et vidéos sur les destinations et des idées "coups de cœur".

« Sur les réseaux sociaux, ils veulent découvrir d’une façon personnalisée, affective, plus créative et décalée, les lieux possibles de leurs séjours.

Le partage collaboratif d’informations entre acteurs et touristes vivant les prestations permet de co-produire de la valeur ajoutée et de présenter une destination dans toute sa richesse humaine et patrimoniale.

Ces contenus touristiques mis en ligne concourent ainsi à trois objectifs stratégiques : désaisonnaliser une destination grâce à la permanence d'offres actualisées et segmentées, mieux répartir les flux grâce à la mise en avant de niches, vendre avec de meilleures marges car le produit est dédié et donc plus difficilement comparable. »
Retour sur les temps forts des Rencontres nationales du e-tourisme institutionnel

Les ventes e-tourisme en 2013 : 12,4 milliards d'euros

Guy Raffour a rappelé que l’e-tourisme représente à lui seul plus de 30% de la valeur du e-commerce en France en 2013, avec un taux de conversion sur internet (73%) stable depuis 2011.

"Le montant des ventes entièrement réalisées sur internet équivaut à près de 12,4 milliards d'euros, tous acteurs confondus.

Online, c’est l’hébergement qui prédomine suivi des billets de train et d’avion et le forfait séjour tout compris en 4e position."


Une fois partis, 20% des Français utilisent leur smartphone pour leurs séjours.

Une évolution jugée majeure par notre spécialiste : « Elle change la relation entre les touristes, en situation de consommer sur place, et les propositions en temps réel, géolocalisées, que peuvent offrir les acteurs en fonction des desiderata, prix, disponibilités, horaires examinés en temps réel. »

Selon son baromètre, les usages mobiles jugés les plus utiles sont la réservation des transports et hébergements puis les guides touristiques.

« Les professionnels déclarent avoir gagné, concrètement, de nouveaux clients qui n'étaient pas « ciblés » en amont dans le plan prévisionnel marketing grâce à la nouvelle zone de chalandise virtuelle, à des offres plus expérientielles, basées sur la richesse des "mots clef" des territoires », a conclu l'universitaire, saluant au passage les 10 ans de l'événement.

La start-up Wiidii remporte tous les suffrages

Retour sur les temps forts des Rencontres nationales du e-tourisme institutionnel
Est ensuite venu le temps du start-up contest, qui a marqué la volonté des organisateurs de rapprocher deux mondes quelque peu étanches : l'innovation et l’institutionnel.

Wiidii a raflé tous les prix. Celui du jury et du public.

La jeune pousse bordelaise propose un service d’e-conciergerie personnalisé sur mobile, appelé « assistant personnel mobile intelligent ».

La particularité de Wiidii est de mixer la technologie avec l’humain pour un service haut de gamme. Une idée developpée par Cédric Dumas qui a fait ses premiers pas dans un service de conciergerie destiné aux joueurs de football de ligue 1.

Grâce à une commande vocale (comme Siri), l'application cherche le meilleur tarif, des horaires pour un billet de train ou d’avion, l’hôtel qui répond à vos critères, une adresse, une info sur un sujet, un bon spectacle pour samedi soir...

En quelques minutes, une réponse, vérifiée par un humain, est faite.

Grâce à la géolocalisation, l'application prend également vos rendez-vous.

Plus vous l’utilisez, plus il vous connaît, vous proposant parfois des solutions avant que vous lui demandiez.

Wiidii sait en quelle classe vous voyagez, quel budget restaurant vous aimez consacrez...

Peu importe où vous vous trouvez, il vous conseille des lieux de qualité dans toutes les villes, en fonction de vos goûts et de votre budget.

Pour fonctionner, les "assistants" se fient, entre autres, aux informations des Offices de tourisme (OT). Un acteur qui pourrait très bien utiliser ce service sur une borne interactive lorsque l’OT ferme ses portes.

Pour la partie BtoB, le fondateur annonce d’ailleurs d’heureuses perspectives : « Nous avons fait un partenariat avec Chronodrive cet été, nous sommes dans le Citypass de Bordeaux et Biscarosse sur octobre, et nous avons entamé une collaboration avec l'école de recherche cognitive l'ENSC, et pour les malvoyants avec l'Unadev.

Des grands groupes s'intéressent à nous, tels que Orange, Bouygues, La Poste, Solocal.... »


L’application disponible en anglais et français coûte 10 euros hors taxe par mois (par employé - tarifs mutualisés et dégressifs selon le nombre d’employés) pour les professionnels & entreprises et 9,90 euros pour un particuliers (accès illimité de 9H à 20H, 7j/7j).

« Les tarifs pour les touristes sont en fonction de leur durée de séjour, nous les avons adapté : entre 2 à 5 jours, Wiidii coûte 3 à 5 euros par exemple », explique Cédric Dumas, fondateur de l’application.

Parmi les challengers de ce concours figuraient des start-up tout aussi talentueuses: Simpki et son moteur de recherche de voyages original, Waynote et son application mobile pour enrichir ses trajets autoroutiers, ou encore Samboat, un service de location de bateaux entre particuliers.

i-tourisme ne manquera de vous en parler prochainement dans la rubrique "la start-up de la semaine".

La remise de prix a ensuite fait place à celle de We Like Travel, agence social média spécialisée dans le tourisme.

La société a décerné trois prix aux destinations touristiques françaises les plus dynamiques sur les réseaux sociaux.

Améliorer la promotion des destinations grâce au SNUT

L'exemple de premiers résultats d'évaluation sur 185 OT
L'exemple de premiers résultats d'évaluation sur 185 OT
Autre temps fort de la manifestation : Renaud Lagrave, vice-président du conseil régional d’Aquitaine en charge du tourisme, a présenté la stratégie numérique de territoires touristiques, appelée SNUT.

Fruit d’un travail commun entre la MOPA (Mission des Offices de tourisme et Pays touristiques d’Aquitaine) et le Conseil régional d’Aquitaine, le SNUT est un nouvel outil, unique en France, visant à améliorer la visibilité numérique des acteurs du tourisme.

Destiné aux acteurs institutionnels du tourisme, il leur permet de faire un état des lieux de leur positionnement en répondant aux différents critères d’évaluation.

Par exemple la e-réputation, l’accompagnement des professionnels, la mobilité, la vente online de séjour sont passés au crible.

Des recommandations et objectifs – stratégie mobile, responsive design...- sont ensuite recommandés pour que les territoires touristiques répondent aux nombreux défis qui les concernent : capter les clientèles, mettre à leur disposition des services pendant leur séjour ou encore aider les professionnels du tourisme à rester compétitifs sur internet.

Le SNUT permet donc d’adapter ses actions et de déterminer ses priorités.

« Il est dans l'esprit Open Source, ouvert à tous les offices de tourisme de France gratuitement », a précisé Renaud Lagrave.

Les 10 ans des Rencontres nationales du e-tourisme


Les Rencontres s'installent sur la toile

Retour sur les temps forts des Rencontres nationales du e-tourisme institutionnel
AESTREAM est un dispositif numérique qui permet d’afficher en temps réel et de façon dynamique, l’essentiel des flux de communication partagés par une communauté.

Associés à un hashtag, les posts et les photos publiés sur Twitter ou Instagram sont projetés en live durant votre événement sur des écrans multifenêtres spécifiquement customisés pour l’occasion.

Lu 5229 fois

Notez

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Tous les commentaires discourtois, injurieux ou diffamatoires seront aussitôt supprimés par le modérateur.

PUBLICITÉ
Ombeline POIRON
publicite@i-tourisme.fr
+33 1 85 74 23 33










Dernière heure










Le groupe TourMaG.com publie également Brochuresenligne.com, 1er portail de brochures électroniques de voyages
et DMCmag.com, 1er portail Destination Management Companies.

TourMaG.com Légal Utiles
Emploi
I-tourisme
Groupes / CE
International
Brochuresenligne.com
DMCmag.com
Signaler un contenu illicite
Plan du site
Contact
Publicité
La presse en parle

cookieassistant.com