TourMaG.com, 1er journal des professionnels du tourisme francophone
TourMaG.com, 1e
Loading

TourMaGJOBS - Emploi et Formation





Emploi seniors : la galère des "Trop chers, pas assez adaptables, dépassés..."

Inadéquation entre candidats et entreprises


Rédigé par Aurelie Resch le Mardi 5 Septembre 2017

Les seniors peinent à trouver un emploi. Et le tourisme ne fait pas exception. Quand le marché s’adresse à des candidats peu onéreux, dynamiques et adaptables, les recruteurs oublient les seniors, "Trop chers, pas assez adaptables, dépassés par les nouvelles technologies..."



De la difficulté des 45 ans et + à trouver un emploi. DR: Baillou - Fotolia.com
De la difficulté des 45 ans et + à trouver un emploi. DR: Baillou - Fotolia.com
En cette rentrée 2017, les nouvelles ne sont pas meilleures que les autres années pour les seniors en recherche d’emploi.

« J'ai été licenciée fin 2015 (licenciement économique). J'ai commencé mes recherches début 2016. Les retours à mes candidatures sont supérieurs à la moyenne.

Quand j'obtiens des entretiens, c'est souvent terminé après un premier entretien - à cause de mon âge, mon salaire, une compétence que je n'ai pas… -.

On recherche aujourd'hui plutôt un profil junior, genre 29 ans avec 19 ans de carrière, et mon CV fait peur (plus de 30 ans de carrière dans le tourisme et parfaitement trilingue
», affirme Sabine Radtke

Force est de constater que la France fait figure de mauvaise élève quand il s’agit de trouver de l’emploi pour les seniors, cette catégorie de professionnels âgés de + de 45 ans.

Un rapport de l’OCDE, datant de 2014, révèle que le taux d’emploi des 55-64 ans en France reste à 44,5% alors que la moyenne dans les autres pays de l’Organisation de Coopération et de Développement Economiques se situe à 54%. La tendance se maintient aujourd’hui avec une forte difficulté pour les seniors à retrouver un emploi.

Entre 2008 et 2015, le nombre de chômeurs seniors a presque triplé (+182%).

Si le Ministère du Travail enregistre en 2016 la 1ere baisse annuelle du chômage depuis 2007, Pôle Emploi révèle que la situation des seniors à la recherche d’un emploi s’est dégradée (+2,2%), portant à plus de 900 000 le nombre de chômeurs seniors.

Les raisons évoquées

Le témoignage de Sabine Radtke fait écho à beaucoup d’autres.

Les professionnels du tourisme âgés de 45 et + semblent faire face à de nombreuses difficultés pour conserver leur emploi ou en trouver un autre.

Trop chers, pas assez adaptables, dépassés par les nouvelles technologies, les thèmes sont récurrents dans les entretiens d’embauche ou les raisons évoquées en cas de remaniements sociaux au sein de l’entreprise.

« Le problème est que certaines professions dans le tourisme ont beaucoup changé et les besoins des entreprises sont autres.

Les seniors voulant travailler en back office ou en vente doivent impérativement se former aux technologies nouvelles, outils indispensables au travail d’agent de réservation, de retour au client…, acquérir de nouvelles compétences en vente, se montrer flexible envers de nouvelles contraintes horaires du métier et accepter de revoir leurs exigences salariales.

Beaucoup ne comprennent pas ni n’acceptent ce changement.
» affirme Carole Betito, directrice générale du cabinet MS Recrutement et Créativité œuvrant dans le tertiaire et le tourisme.

Valérie Dufour, responsable de la rubrique emploi chez TourMaG.com constate qu'après 40 ans beaucoup de candidats qui avaient des postes à responsabilités rament pour retrouver un emploi.

« J'ai l'impression que ce phénomène s'est accentué ces dernières années. Raisons : problèmes de manque de formation, de coût, d'adaptation aux nouvelles tendances du marché et nouvelles méthodes de travail. »

Les solutions possibles

Le problème peut-il aussi venir des candidats qui n’acceptent pas de baisser leur salaire ou de perdre des avantages acquis dans le passé qui ne sont plus compatibles avec l’économie d’entreprise aujourd’hui ?

« Mais cela s’impose aussi à des candidats plus jeunes », répond Thierry Baux, fondateur de cabinet B-Ressource

Quid de leur remise en question de leurs compétences ? Une formation entraîne également des coûts que les candidats et les entreprises hésitent à prendre en charge.

Un changement de rythme et une flexibilité des horaires est aujourd’hui imposé dans les nouveaux fonctionnements d’entreprises du tourisme pour une meilleure adaptabilité au client. On demande beaucoup et on offre peu au candidat.

Les entreprises ne pensent pas immédiatement aux 45 ans et + quand il s’agit d’embaucher un candidat flexible, dynamique et force de proposition.

Pourtant, les seniors sont nombreux sur le marché à désirer continuer à s’impliquer dans leur entreprise ou à rejoindre une société dans le tourisme qu’ils contribueraient à faire grandir grâce à leurs compétences et expertise.

Forts de leur expérience, les seniors n’en sont pas à leur première adaptabilité au changement et peuvent faire preuve non seulement de flexibilité mais aussi de ressource quand l’entreprise doit s’adapter à de nouvelles contraintes économiques, informatiques ou de gestion.

Leur patience, leur stabilité et leur savoir qu’ils peuvent transmettre à de jeunes recrues sont de véritables atouts pour les sociétés soucieuses de conserver une stabilité et une sécurité chez leur personnel et de croître sur le marché.

Thierry Baux insiste sur l’importance d’informer, « d’éduquer » les entreprises.

« Il y a des idées reçues « trop vieux, trop cher » qui sont difficiles à combattre. Les entreprises réfléchissent souvent sur le court-terme et ne voient pas immédiatement le bien fondé d’employer un candidat de 45 ans et +. Pourtant leur expertise et savoir-faire sont de véritables atouts pour celles-ci. Il est également plus confortable pour une société d’employer une personne qui est davantage dans une logique de transmission que de carriérisme ».

Les entreprises dans le tourisme devraient revoir leurs critères d’embauche

Il est donc primordial d’éduquer les entreprises sur la valeur ajoutée d’un candidat senior et d’aider ces derniers à mieux mettre en avant les points forts qui les distinguent de candidats plus jeunes.

Par ailleurs, pour combattre le taux de chômage, un choix judicieux pour les seniors serait de se mettre à leur compte. Dotés d’un carnet d’adresses et d’une expertise solide, ils peuvent pour certains entamer une deuxième carrière à leur compte.

« Les salaires que l’on me propose pour un poste de cadre qui utiliserait mes 17 années d’expertise en management et marketing sont tellement aberrants tant ils sont bas et pour des exigences importantes que j’envisage (si ma situation se prolonge) de me mettre à mon compte ou de partir proposer mes services à l’étranger » déclare Alexandra Rome, cadre depuis peu à la recherche d’emploi.

Pour d’autres, une évaluation de leurs compétences et une adaptabilité aux nouvelles conditions du marché seraient un accélérateur pour retrouver du travail.

« Je ne sais pas si c’est tant l’âge qu’une certaine attitude chez les 45 et + qui pose un problème. Je peux vous affirmer que j’ai placé des personnes âgées de 55 ans ou de 58 ans à des postes de billettistes en Interim et qu’elles ont du travail. » confirme Carole Betito, MS Recrutement et Créativité.

Côté entreprises dans le tourisme, celles-ci devraient aussi revoir leurs critères d’embauche pour être compétitifs sur le marché. « A poste équivalent, les banques et assurances proposent de meilleurs salaires et conditions de travail, provoquant un « exode » des chercheurs d’emploi » rappelle Thierry Baux.

« Il ne faut pas s’étonner de l’important turn-over trouvé chez certaines sociétés du tourisme qui n’hésitent pas à exploiter leurs candidats » complète Alexandra Rome encore stupéfaite par l’inadéquation constatée des exigences de nombreuses sociétés recruteuses et de leur offre au candidat.

Lu 4009 fois

Tags : emploi, seniors
Notez


1.Posté par Catherine le 06/09/2017 08:14 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Bonjour,
Allez voir du côté de la plateforme www.emploisenior.net qui propose des offres de missions pour les seniors et des profils de seniors en recherche de missions.
Cordialement

2.Posté par Pirate le 06/09/2017 09:16 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Bonjour... Je vis cette situation. Les nouvelles technologies ce n'est pas réellement un problème, le salaire oui. J'ai vite compris, que mes prétentions basées sur mon expérience ne correspondaient pas avec les objectifs des employeurs... J'ai sérieusement revu à la baisse mes prétentions...Problème aux yeux des recruteurs...Pourquoi se brade t'il ? On veut bien m'embaucher, pour mon carnet d'adresse, sous une forme d'auto entrepreneur...Histoire de lancer un produit, de référencer, de prospecter...Mais, pas en CDI...Dans les allées du salon IFTM à la fin de septembre, vous les verrez tous ces anciens commerciaux, responsable de distribution, qui ont monté leur petite sté de consulting...Oui, le secteur doit changer son regard sur les séniors, les circuits de distributions, la vente, la conception...Sans expérience, sans anticipation, les chances de réussite seront très faibles.

3.Posté par msabords le 06/09/2017 09:38 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
UnTAG à Macron et à la Ministre du travail aurait été le bienvenu .Au lieu de lancer à la cantonade sans assurer derrière la baisse des APL pour mettre ensuite dos à dos locataires et bailleurs victimes de loyers impayés dans cette catégorie sociale.(alors que le gouvernement avait soutenu l investissement dans les logements sociaux au préalable.-. qui sont les pigeons? -.)
LES SENIORS SONT UN VRAI SUJET, remettre les seniors en selle toutes cat professionnelles confondues aurait une incidence directe sur la baisse du chômage.. si chère au Président....UN GRAND VIDE AU MINISTERE...On préfère faire des économies sur le dos des autres ...Quand le sujet des emplois seniors sera t il correctement traité en HAUT ???.

4.Posté par Patrice le 06/09/2017 12:32 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Bonjour,
En effet triste réalité ! J'ai 50 ans et 25 ans d'expérience dans le tourisme à tous les postes en commençant à la base. Tout va bien dans mon travail actuel, mais je constate qu'en effet, les entreprises embauchent des jeunes sortis des écoles de commerce, marketing et Master en tous genres qui sont parachutés directement à des postes à responsabilité sans aucune connaissance des destinations ni des produits, ni aucune analyse et perspicacité dans le quotidien et l'opérationnel ! Il faut justement un équilibre avec les Séniors pour les enrichir des ficelles du métier, des réflexes premiers en complément de leur formation !
Ras le bol des Séniors soit-disant trop chers ! Il faut savoir rémunérer l'expertise, les compétences, un fichier, un réseau, une productivité grâce à la connaissance du métier ! Le métier, un mot que l'on a complètement oublié !

5.Posté par msabords le 06/09/2017 16:40 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Tous les métiers du tourisme relèvent d'un grand professionnalisme et expérience car nous confions nos clients à l' international aux " 4 coins ' de la terre sous le joug de la pleine responsabilité en application du code du tourisme ( cela devrait évoluer)..
De quoi faire réfléchir les nouveaux arrivants sans expérience,..Leur responsabilité est grande
Depuis 2015 a été supprimé le ticket d'entrée, le BST tourisme, ou un an d' expérience en management, ces nouveaux arrivants ont besoin d'un appui avec une solide expérience ,c'est pourquoi les seniors doivent trouver leur place et jouer leur rôle .
Un bon combiné jeune cadre commercial qui maitrise technologies et méthodes nouvelles + un sénior d'expérience paraît un tandem parfait ....
Et puis ....depuis la nuit des temps, c'est comme cela que l' homme transmet son savoir et progresse.

Les instances représentatives de la profession ( où il y a bcp de seniors ..).devraient peut être consacrer un peu de temps à cette réflexion et communiquer.
DOUBLE JACK POT moins de chômage senior et des entreprises plus performantes.alliant expérience et futur..

6.Posté par Jerome Bonnin le 09/09/2017 00:31 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Tout a fait d'accord avec msabords, complémentarité et transmission du savoir.
Pour etre passé vers 50 ans par ce probleme, et quelques personnes de ma connaissance y ayant aussi eu droit, tout le monde a retrouvé, en repondant à des annonces de sociétés étrangères, publiées de l'étranger. Eviter les annonces françaises lorsque c'est possible. Cela demande de l'adaptabilité bien sûr, mais ce n'est pas insurmontable.
Autre expérience, pour avoir beaucoup travaillé avec les anglo-saxons, je n' ai pas ressenti ce phénomène en Angleterre ou aux USA.
Cela me fait penser que, même si adaptabilité ou couts ont certes un rôle, aggravé en France par le niveau des charges, la mentalité des cabinets de recrutement français et leurs a priori y sont aussi pour beaucoup......

7.Posté par Sables dOr le 09/09/2017 22:07 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Tout à fait d'accord avec "Pirates". J'ai quasiment 30 ans de métier. Revoir mes prétentions salariales pour un nouvel emploi me semble difficile dans la mesure où mon salaire est déjà plus que moyen (1400 € net). Alors faire des efforts, je veux bien mais si c'est pour revenir au SMIC, c'est à dire le salaire des nouveaux arrivants qui n'ont aucune expérience, cela n'a rien de motivant. Mais j'ai également connu l'effet inverse lors d'un entretien : j'ai vu le recruteur ouvrir la bouche de surprise quand il a eu connaissance de mon salaire et il s'est demandé pourquoi j'en étais encore à ce salaire avec autant d'expérience ! Ce n'est pas parce que nous n'avons plus 25 ans que nous ne savons pas utiliser les GDS, les portails des TO et j'en passe !
Notre secteur ne paye pas et semble de moins en moins attractif, aussi bien pour les "Seniors" que pour les jeunes au vu des postes qui mettent des mois à être pourvus.

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Tous les commentaires discourtois, injurieux ou diffamatoires seront aussitôt supprimés par le modérateur.

PETITES ANNONCES
Valérie DUFOUR
valerie.annonces@tourmag.com
+33 6 99 07 16 66



CV DU MOIS
Faites parvenir votre CV texte ou vidéo
à valerie.annonces@tourmag.com.
Le CV le plus original sera mis en avant dans notre newsletter emploi du mois.













 

Le groupe TourMaG.com publie également Brochuresenligne.com, 1er portail de brochures électroniques de voyages
et DMCmag.com, 1er portail Destination Management Companies.

TourMaG.com Légal Utiles
Emploi
I-tourisme
Groupes / CE
International
Travel in France
Brochuresenligne.com
DMCmag.com
Signaler un contenu illicite
Plan du site
Contact
Publicité
La presse en parle

cookieassistant.com