TourMaG.com, 1er journal des professionnels du tourisme francophone
TourMaG.com, 1e
Loading





II - M. Geneteix : ''Il faut stopper le pillage de nos compétences !''

La Parole est d'Agent...


Rédigé par Propos recueillis par Yves BARRAUD le Mardi 23 Juin 2009

Parce que les agents de voyages sont les mieux placés pour parler du marché, de leur métier, de ses évolutions et perspectives, TourMaG.com part à leur rencontre. Rendez-vous avec Martine Geneteix qui dirige Autun Morvan Tourisme, 3 agences en Bourgogne, affiliées au réseau AFAT.



''Il faudrait que toutes les agences traditionnelles adoptent une position commune pour faire revenir les clients qui sont de plus en plus nombreux à nous demander des brochures, des conseils et des devis, mais qui passent leur commande ailleurs...''
''Il faudrait que toutes les agences traditionnelles adoptent une position commune pour faire revenir les clients qui sont de plus en plus nombreux à nous demander des brochures, des conseils et des devis, mais qui passent leur commande ailleurs...''
TourMaG.com : Quelques mots sur votre parcours professionnel ?

Martine Geneteix :
"Comptable exerçant à Paris dans les années 70 et 80, j’ai aidé à la création de plusieurs sociétés avant de me mettre à mon compte en 1990, en créant l’ agence AMT (1) à Autun, en Saône-et-Loire."

TourMaG.com : Comment avez-vous développé votre activité ?

M.G.
: "Je me suis aussi lancé dans le réceptif à l’occasion de l’inauguration du circuit de Nevers Magny-Cours en 1991, en organisant l’hébergement de spectateurs étrangers qui désiraient assister au Grand Prix de France de Formule 1.

Constatant que la ville d’Autun était trop petite pour vivre de mon activité, j’ai acheté une agence à Nevers en 1999, puis une autre à Auxerre en 2004."


TourMaG.com : Aujourd’hui, par quelles activités est généré votre chiffre d’affaires ?

M.G.
: "Principalement par le tourisme de loisirs. Ce n’était pas le cas il y a un an. Ces 12 derniers mois, mon activité affaires s’est effondrée. Elle était principalement tirée par les équipementiers de l’automobile implantés à Nevers qui rencontrent les difficultés qu’on connaît."

TourMaG.com : Que vous inspire la conjoncture ?

M.G.
: "Je regarde les chiffres tous les jours. Depuis avril, j’observe une baisse importante des commandes. Je fais autant de groupes qu’avant, mais le nombre de participants chute. En conséquence, je dois renégocier avec mes fournisseurs.

Mais je constate que tout le monde fait des efforts. Dernièrement, contrainte d’annuler une partie d’un groupe, le croisiériste ne m’a pas imputé de frais. Les TO ne veulent pas étrangler les agences."


TourMaG.com : Quelles mesures prenez-vous pour affronter ce ralentissement ?

M.G.
: "J’ai obtenu de ma banque des lignes de crédit. Cette semaine, je suis avec mon expert-comptable pour tout renégocier, de ma facture de téléphone à celle… de mon expert-comptable (sourires).

J’ai été malheureusement contrainte de licencier 2 de mes 12 collaboratrices que je considère comme des amies (plus un départ en retraite non remplacé). Ça a été très dur à vivre ! Maintenant, il faut tenir…"


TourMaG.com - Comment comptez-vous rebondir ?

M.G.
: "Je vais redynamiser mon activité de réceptif, créer de nouveaux produits régionaux, comme une semaine en roulotte, un autotour en Bourgogne, des idées week-end… Je vais renforcer ma visibilité sur Internet avec mon site : www.izitours.fr, et via www.parfumsdefrance.fr qui recense les offres régionales des agences AFAT. "

TourMaG.com : Que vous inspire le rapprochement avec Selectour ?

M.J.
: "J’y suis favorable. Ça peut permettre de mieux acheter, de mieux négocier et d’avoir notre propre production. Un grand réseau nous donnera une vraie puissance marketing, face à Thomas Cook notamment.

Plus globalement, je pense qu’il faut tirer le réseau vers le haut (par ce rapprochement) et les agences vers la base (par plus de proximité avec nos clients). "


TourMaG.com - Et justement, que préconiseriez-vous pour faire revenir les clients en agence ?

M.G.
: "Il faudrait que toutes les agences traditionnelles adoptent une position commune pour faire revenir les clients qui sont de plus en plus nombreux à nous demander des brochures, des conseils et des devis, mais qui passent leur commande ailleurs, en direct sur Internet par exemple.

La solution : Faire payer les brochures et les devis, contre remboursement à la commande ? Une idée saugrenue peut-être, mais il faut trouver la parade pour stopper le pillage de nos compétences."


(1) Autun Morvan Tourisme.

Lu 3257 fois

Notez


1.Posté par Ylinh de NostalAsie - NostaLatina le 24/06/2009 12:54 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Et voilà un superbe sujet: le pillage de nos compétences.
En tant que spécialiste des destinations proposées (Asie et Amérique Latine), nous en sommes encore plus victime tous les jours, et ce depuis... des lustres.
Pas plus tard que la semaine dernière, un client qui nous demande un circuit de 35 jours en Argentine à un budget indiqué (donc énormément d'astuces à connaitre pour y arriver), me balançait vertement "mais Madame, je n'ai jamais payé les devis dans ma vie!:" après avoir échangé une trentaine de mails ! (ils habitent à Marrakech 6 mois dans l'année et à la retraite, donc tout son temps!). Je lui ai répondu très poliment: nos conseils sont de très haute qualité et cela demande énormément de travail! J'ai perdu le dossier bien sur, mais aucun regret!
Il faut qu'une de nos instances du métier (APS, SNAV - ou association comme le CETO?) pense à une solution comme la FNAIM fait pour les agences immobilières: frais de devis (honoraires) et de brochure affichés et appliqués.
Car si seulement certains le font, cela peut tomber dans une entente un peu en délicatesse avec la loi? j'ai bien peur.
N'empêche qu'il y a toujours des "croient plus malins que d'autres" qui en font comme un argument commercial "devis gratuits"!
Avez vous des idées ?

2.Posté par faouzou DEME le 05/07/2009 17:48 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
tres expressif cet entretien a le merite de soulever la question de la professionnalisation du metier et des competences "trop d'impots tue l'impot" mais " trop de nouvelle technologie tue le tourisme" il faut de la juste mesure et l'enjeu est de taille pour que les professionnels restent bras croissés ils faut agir ensemble et maintenant

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Tous les commentaires discourtois, injurieux ou diffamatoires seront aussitôt supprimés par le modérateur.

PUBLICITÉ
Fabien DA LUZ
fabien@tourmag.com
+33 4 91 58 61 97
+33 6 43 65 15 92


Dernière heure
















Le groupe TourMaG.com publie également Brochuresenligne.com, 1er portail de brochures électroniques de voyages
et DMCmag.com, 1er portail Destination Management Companies.

TourMaG.com Légal Utiles
Emploi
I-tourisme
Groupes / CE
International
Travel in France
Brochuresenligne.com
DMCmag.com
Signaler un contenu illicite
Plan du site
Contact
Publicité
La presse en parle

cookieassistant.com