TourMaG.com, 1er journal des professionnels du tourisme francophone
TourMaG.com, 1e
Loading





La case de l’Oncle Dom : Faillite Boiloris, l'APST pourra-t-elle récupérer ses contre-garanties ?

L'édito de Dominique Gobert


Rédigé par Dominique Gobert le Jeudi 8 Juin 2017

On se souvient de la faillite pour le moins retentissante du groupe dirigé par Didier Munin. Un sinistre à 2,5 M€, assumé par l'APST, qui comptait bien récupérer ses contre-garanties. Ben, c'est pas gagné...



Après la faillite de Boiloris, l’APST va devoir sacrément ramer pour récupérer ces fameuses contre-garanties - DR : M.S.
Après la faillite de Boiloris, l’APST va devoir sacrément ramer pour récupérer ces fameuses contre-garanties - DR : M.S.
Encore une fois, on assiste à des affaires peu reluisantes qui ne méritent que mépris et dégoût.

Encore une fois, la solidarité sert à conforter les individus peu scrupuleux.

Encore une fois, l’Association Professionnelle de Solidarité va payer pour une de ses brebis que je ne qualifierai pas.

Le 26 décembre dernier, juste durant la période de Noël, le réseau Boiloris et ses différentes composantes, déposait le bilan, tandis que son patron, Didier Munin, dînait tranquillement, en compagnie d’amis, chez un grand tour-opérateur, du côté des Alpes.

Je l’avais d’ailleurs joint ce soir-là, profitant également de la joyeuseté ambiante qui semblait régner autour de lui.

C’est vrai que c’était une période idéale pour aller passer quelques vacances au ski, profiter de l’air pur de la montagne et qu’après tout, planter ses sociétés, ses salariés et quelques clients, c’était pas grave.

D’autant que, finalement, on pourrait supposer que tout était « sous contrôle ».

Nous avions déjà soulevé un gros lièvre, entre les différentes sociétés de Didier Munin, les SCI et ses propriétés plutôt classes et quelques autres incongruités.

Lire : Boiloris, quand on gratte un peu… ça sent le pâté ! et Boiloris, les clauses de loyer qui fâchent...

Néanmoins, le bon monsieur était adhérent de l’APST. Et, par conséquent les quelque 2,5 M€ du coût de cette faillite devaient être assumés par cette bonne institution.

Laquelle, comme le prévoient ses statuts, disposait de solides contre-garanties, en biens immobiliers notamment, pour la modique somme de 2,7 M€.

Inutile donc de trop s’inquiéter pour l’association qui comptait bien récupérer ce qu’elle avait déboursé.

Manque de pot, l’APST va devoir sacrément ramer pour récupérer ces fameuses contre-garanties.

Il est vrai que le personnage semble totalement dénué de scrupules. N’oublions pas qu’au passage, malgré la reprise par mon pote Salaün associé au groupe Sainte Claire de la majorité des agences en faillite, quelques salariés qui n’ont que leurs yeux pour pleurer seront restés sur le carreau.

Peu importe pour le patron failli qui n’a pas failli quand il s’agissait de ses propres intérêts.

Parce que, figurez-vous, joyeux payeurs solidaires de l’APST, que cet homme de bien n’a rien trouvé de mieux que de « donner » tous les biens immobiliers (je ne sais pas pour les bagnoles) à des proches.

En l’occurrence, ses filles, sa compagne, peut-être son animal de compagnie encore que je ne croie pas qu’il puisse en avoir un…

Et ceci aura été fait les 30 et 31 décembre derniers, juste avant l’ouverture de la procédure collective !

Joyeuse bonne année !

Bien évidemment, Dame Philipon (petipatapon) est animée d’une colère froide, les plus dangereuses d’ailleurs. Parce que c’est absolument dégueulasse, ce genre de procédé.

Et que l’APST n’est pas un monstre impitoyable. Je connais quelques chefs d’entreprise en difficulté qui ont reçu une certaine compréhension et aide auprès de l’organisme et de sa présidente.

Dans un courrier que j’ai réussi à me procurer, délivré à ses élus, la présidente a décidé de prendre en main cette affaire personnellement.

Je n’ai pas réussi à la joindre mais la connaissant un peu, on sent une froide détermination à faire rendre gorge à celui qui a honteusement trahi !

Elle ne lâchera pas l’affaire et elle aura raison. Encore une fois, il y avait un ver dans le fruit.

Il serait temps de recourir à un pesticide efficace dans ce secteur !

Lu 2666 fois

Tags : APST, Boiloris, Munin
Notez


1.Posté par Au revoir Didier Munin le 09/06/2017 09:22 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Quel plaisir de voir que quelqu'un continue à s'inquiéter des dégâts que Munin a causé. Trop facile de déposer le bilan, de planter ses salariés pendant les fêtes, d'empêcher des familles de partir en voyage. Bravo Dom ! Merci pour nous, ex ou actuels salariés, de continuer cette bataille; et espérons que l'APST ne lâche pas l'affaire. Ce monsieur a manqué de respect à beaucoup de ses employés et il ne mérite pas de s'en sortir aussi bien. Pourquoi les autres payeraient pour lui ? Il ne mérite aucune compassion...

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Tous les commentaires discourtois, injurieux ou diffamatoires seront aussitôt supprimés par le modérateur.

PUBLICITÉ
Fabien DA LUZ
fabien@tourmag.com
+33 4 91 58 61 97
+33 6 43 65 15 92


Dernière heure

















Le groupe TourMaG.com publie également Brochuresenligne.com, 1er portail de brochures électroniques de voyages
et DMCmag.com, 1er portail Destination Management Companies.

TourMaG.com Légal Utiles
Emploi
I-tourisme
Groupes / CE
International
Travel in France
Brochuresenligne.com
DMCmag.com
Signaler un contenu illicite
Plan du site
Contact
Publicité
La presse en parle

cookieassistant.com