TourMaG.com, 1er journal des professionnels du tourisme francophone
TourMaG.com, 1e
Loading





Léa-Arlette Laguiller, même combat : hasta la victoria final, viva la revolucion !

La life de l'agent de voyages (pas si) blonde


Rédigé par Léa le Dimanche 18 Décembre 2011

Les agents de voyages qui ont répondu à mes questions soulèvent un ras le bol total. Elles semblent découragées, s’inquiètent parce qu’elles voient le portefeuille clients fondre comme neige au soleil. Les clients n’ont plus le sou, comparent ce qu’ils trouvent en agence et ce qu’ils peuvent dénicher sur le net. L’agent de voyages a l’impression de ne plus avoir de valeur ajoutée…



Patron d’agence, il est temps que tu comprennes un truc : si tu as des clients, c’est grâce à tes vendeuses. Si elles n’étaient pas là, ta boutique ne serait rien.   Et demain, tes vendeuses peuvent se mettre en grève. Quand on est payées à peine plus que le SMIC, on n’a pas grand chose à perdre...
Patron d’agence, il est temps que tu comprennes un truc : si tu as des clients, c’est grâce à tes vendeuses. Si elles n’étaient pas là, ta boutique ne serait rien. Et demain, tes vendeuses peuvent se mettre en grève. Quand on est payées à peine plus que le SMIC, on n’a pas grand chose à perdre...
La semaine dernière, en sirotant un punch coco sur une plage de l’île Maurice, je me faisais cette réflexion : j’ai un métier varié, des horaires de travail un peu tordus (ben oui… l’agence est ouverte 61 heures par semaine, alors on tourne…), je fais de beaux voyages…

Mais, malgré mes primes à la performance et mes heures supp’ défiscalisées, les fins de mois sont difficiles.

La faute à la crise ? même pas… il paraît que « travailler dans le tourisme, c’est mal payé » et que c’est comme ça.

J’avais évoqué le sujet dans un précédent post (On-ne-fait-pas-un-metier-facile-mais-y-a-moins-bien-et-plus-mal-paye-encore) par rapport à nos nombreuses responsabilités (la réussite des vacances de nos clients adorés), on n’est pas payés cher…

Je voulais parler des salaires des agents de voyages parce que c’est un sujet qui nous concerne tous. J’ai recherché dans mes souvenirs : des agents de voyages, j’en ai rencontré pleins : dans le cadre d’éductours, de formations organisées par mon réseau etc…

J’ai complété mes souvenirs par une petite enquête parmi mes amis Facebook et je me suis plongée dans des articles publiés récemment à propos des salaires des agents de voyages.

Globalement, on peut ressortir de cette population, deux portraits robots.

En Province, la salariée d’agence de voyages a dans les 40 ans. Elle travaille dans la même agence depuis des siècles.

Avec deux autres salariées dans le cas d’une agence gérée par un indépendant, souvent seule si elle est dans un mini-réseau (si elle veut prendre une journée de congés, elle doit faire appel au personnel « volant » basé dans un autre point de vente).

Malgré ses 15 ans d’expérience, elle touche un bien maigre salaire (genre 1600 € bruts), n’a ni 13ème mois ni part variable, ne part pas en éductour et elle a du mal à joindre les deux bouts.

Avec son mari, elle a en général des traites importantes à payer, il faut mettre de l’essence (de plus en plus chère) dans la voiture (et jongler avec les horaires de Monsieur, ceux de Madame et les horaires de la crèche ou des écoles), et c’est pas facile tous les jours.

L'agent de voyages a du mal à joindre les deux bouts

A Paris, la salariée d’agence de voyages a plutôt dans la trentaine (après, elle jette l’éponge et change de taf). Elle travaille dans son agence depuis un an ou deux et n’hésitera pas à en changer pour 50 euros de plus par mois.

En général, elle fait partie d’une équipe de 4 ou 5 personnes si elle est dans une agence indépendante, plutôt de 2 ou 3 dans un mini-réseau (ses rapports hiérarchiques avec sa chef d’agence sont assez souples pour qu’elle puisse caler une demi-journée de congé à peu près quand elle veut).

Elle touche un salaire un peu plus élevé que sa collègue de Province (environ 1800 € bruts), souvent agrémenté d’un 13ème mois et/ou de primes si elle atteint des objectifs. Elle part une ou deux fois par an en éductour, souvent pris sur ses vacances.

Elle a du mal à joindre les deux bouts : elle est célibataire et les loyers sont tellement chers à Paris qu’elle habite le plus souvent dans un studio parce qu’elle n’a pas les moyens de payer plus cher. Même en dénichant les bons plans shopping, c’est dur.

Heureusement, la carte orange est prise en charge à 50% par l’employeur, il y a les cartes de ciné illimité, 1001 sauces pour accommoder les pâtes, les sites d’échange ou d’achat d’occaz’.

Les agents de voyages qui ont répondu à mes questions soulèvent un ras le bol total. Elles semblent découragées, s’inquiètent par qu’elles voient le portefeuille clients fondre comme neige au soleil.

Les clients n’ont plus le sou, comparent ce qu’ils trouvent en agence et ce qu’ils peuvent dénicher sur le net. L’agent de voyages a l’impression de ne plus avoir de valeur ajoutée.

Elle se plaint de la pression de son chef parce qu’elle DOIT atteindre ses objectifs de chiffre. Mais comment faire toujours davantage quand le marché déprime ?

Comment faire illusion quand vous ne connaissez rien à la destination que votre client potasse sur le web depuis un mois ?

Vendre des assurances-annulation ? Comment si votre client s’inscrit à D-4 ?

Comment vendre des assurances-annulation quand votre client s’inscrit à D-4 ?

Comment prendre des frais d’agence quand les agences web proposent déjà des tarifs inférieurs aux nôtres, sans frais d’agence affichés ?
Alors, l’agent de voyage craque.

Lisa m’a écrit « Marre de ne pas avoir de formations parce que ça n'arrange pas le boss que je m'absente, de pas pouvoir aller à top resa, et de me débrouiller avec la compta à laquelle je ne comprends rien du tout.

Marre de ne toucher que (au mieux) 14% de commission, largement rognée par les réductions qu'on doit accorder aux clients si on veut qu'ils signent ou qu'ils ne cassent pas tout dans l'agence.

Marre des clients qui ne sont jamais contents (allo ! je vous appelle de mon bateau sur le Nil avec mon portable pour vous dire que c'est inadmissible que le plafond soit si bas ! Je me sens oppressé ! Vous aurez une lettre de mon avocat à mon retour ! et bien sûr vous me rembourserez cette communication !)

Marre d'entendre "oui merci mais j'ai pris sur internet" après 3 relances parce que le client n'a même pas pris la peine de vous dire d'aller vous faire voir chez les Grecs avec votre devis...

Marre de tout donner pour sa boite et de s'impliquer comme une folle en sachant que ça sera jamais assez, qu'on ne sait pas vers quoi on va et que la situation ne risque pas de s'arranger, dixit la presse pro et les commerciaux. Voilà pourquoi j'arrête. »


Hélène témoigne : « Quand j’ai appris le métier, les clients entraient chez nous dans l'objectif de découvrir une ville ou un pays.

Depuis 5 ans, c'est plus ça : on sert de roue de secours, ils disent acheter chez nous parce qu’ils ne peuvent pas réserver des chambres triples sur le Net ou parce que seules les agences physiques savent gérer l’après-vente…

Maintenant, les clients viennent avec leur ipad pour me montrer les programmes des pure players et me demander de m’aligner. Mon patron me paye bien pour me retenir et m’empêche d’avoir des opportunités de changement.

Chez FRAM, on n’a pas voulu se laisser faire...

En plus, je ne connais personne : il ne me donne pas les invitations pour les soirées agents de voyages, bloque les propositions d’éductours, filtre les visites de commerciaux… ».

Hélène termine son message en m’expliquant qu’elle ne veut plus travailler dans ce tourisme là.
Lisa et Hélène ne sont que deux exemples parmi tant d’autres. En trois ans, on a détruit 10 000 postes dans notre secteur.

Alors on doit être de plus en plus efficaces, performants, commerciaux… Dans mon dernier post (Comment-s-eclater-avec-les-clients-stressants-les-revolutions-et-les-catas), je vous parlais de Jade qui, à force de stress, a fait un AVC…

Alors, qu’est ce qu’on fait ?

Chez FRAM, on n’a pas voulu se laisser faire. Le 29 novembre, la direction a annoncé aux salariés que leur prime annuelle, payée habituellement le 15 décembre, ne serait pas versée cette année.

Pourtant, les actionnaires se sont partagé 17 millions d’€ de dividendes en 2010 et une couche supplémentaire de 3 millions en juillet 2011.

Et le personnel s’est mis en grève. 90% des salariés ont adhéré au mouvement. Le service communication a annoncé que les résa passaient par le B2B et que les carnets de voyages étaient générés automatiquement (ah bon, on peut remplacer les gens par des machines ?) mais les FRAM se sont battus.

Je ne sais pas ce qu’ils ont réussi à obtenir mais Georges Colson a foncé à Toulouse négocier… et le travail a repris samedi dernier.

Il est bien rare qu’on entende parler de grève dans notre secteur. Je n’espère qu’une chose : que les salariés de FRAM fassent des émules. Il est temps que nous soyons payés décemment.

Le SMIC a augmenté de 2,1 % ce mois ci et le salaire minimum français s’établit désormais à 1393,82 €.

Alicia m’écrit « comme je touche 1400 €, mon salaire ne changera pas mais la prochaine fois, le SMIC me rattrapera ».

Le 5 février 2009, le président Sarkozy a suggéré un partage des profits des entreprises en trois tiers : un tiers pour les actionnaires, un tiers pour les salariés, un tiers pour financer les investissements de l'entreprise. Certes, ça n’est qu’une suggestion démago, mais dans les agences, on en est bien loin…

Patron d’agence, il est temps que tu comprennes un truc : si tu as des clients, c’est grâce à tes vendeuses. Si elles n’étaient pas là, ta boutique ne serait rien.

Et demain, tes vendeuses peuvent se mettre en grève. Quand on est payées à peine plus que le SMIC, on n’a pas grand chose à perdre.

Alors toutes ensembles, enfilons notre t-shirt de Che Guevara, protégeons-nous du soleil grâce à une casquette donnée par nos camarades de FRAM, sirotons un mojito pour nous mettre dans l’ambiance et chantons toutes ensemble :

"Tu amor revolucionario
Te conduce a nueva empresa
Donde esperan la firmeza
De tu brazo libertario
Seguirimos a delante
Como cuando te seguimos
Y como Fidel te decimos :
"¡ Hasta Siempre Comandante !"

ET N'OUBLIEZ PAS DE JOUER AU CALENDRIER DE L'AVENT POUR GAGNER MA PLAYLIST !

Vous pourrez remporter la playlist de mes 24 chansons jusqu'au 24 décembre 2011. Pour ce faire il suffit de "liker" la page Facebook de TourMaG.com et de jouer au calendrier de l'Avent !

Une fois que vous aurez "liké" et vous serez inscrit sur la page pour jouer, vous cliquerez sur le jour en question. Si une "note de musique" apparaît, vous remporterez le morceau du jour.

Lu 6007 fois

Tags : lea
Notez


1.Posté par joe cool le 19/12/2011 10:10 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
hello!

bravo pour cet article!
tiens on entends pas les ténors du barreau de la profession, les top manager du conseil avisés du tourisme!!..doivent être au ski!! bonnes fêtes à tous

2.Posté par Léon le 19/12/2011 10:22 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Merci à Léa pour cet article fort intéressant. Merci de nous faire découvrir le côté "obscur" de la force des agences, je cherche à y travailler, je crois en ce modèle, même si les temps sont durs. Bon courage à toutes et à tous dans le secteur et bonnes fêtes :)

3.Posté par 2laps le 19/12/2011 10:27 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Chère Léa,

Le T à révolucion pique un peu les yeux, dans ton titre !
Je te fais grâce de l'accent sur le O, que tu vas avoir du mal à trouver sur ton clavier ... mais la forme ce n'est pas si grave, car le fond est assez juste.

Bonnes fêtes !
;p

4.Posté par sylvie le 19/12/2011 10:54 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
je quitte cette profession à la fin du mois aprés 23 ans de bons et loyaux services...je me suis retrouvée entre les deux portraits proposés par LEA et je dis bonne chance à mes collègues qui n'ont pas la chance comme moi de faire un nouveau départ...La profession change, les clients changent, mais les agents de voyages restent toujours fidèles à leurs clients malgré souvent le peu de considération de leurs supérieurs, en effet, les clients ne connaissent pas le patron, les clients connaissent les filles, qui chaque jour, se décarcassent pour vendre des voyages qu'elles ne pourront jamais s'offrir....bonnes fêtes à tous, je continuerai de te lire LEA, avec déléctation.....

5.Posté par anneline64 le 20/12/2011 15:06 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Que de vérités dans ce portrait, chaque jour nous venons travailler pour nos clients , la satisfaction du travail bien fait. eh oui l'agent de voyages est multi-casquettes, à la fois conseiller, assureur, banquier,
technicien et tout ça pour un salaire indécent aux vues de nos larges compétences.
Alors oui, lorque les salariés de Fram obtiennent gain de cause après être venus travailler dimanches et jours fériés pendant les multiples crises que nous pouvons traverser, je dis chapeau d'avoir le courage de faire ce que nous ne pouvons pas faire dans une petite structure sous peine de ne plus avoir de travail....

6.Posté par Laurent le 20/12/2011 17:23 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Bravo, pour la pertinence de ton analyse. N'oublions de parler du risque fiscal qui court sur nos " avantages"; heureusement ceci sont de moins en moins nombreux (il faut positiver). N'oublions pas non plus grace au nouveau médiateur notre responsabilité engagée dans les cas de perte de bagages. Il me tarde vraiment de voir le résultat de ses prochaines médiations...On souhaiterait la fin d'une profession, on ne s'y prendrait pas autrement. Il est temps que nos gouvernants se penche sur notre profession en péril. Ce sont des milliers d'emploi qui sont menacés et des élèves en BTS tourisme qui vont arrivés sur le marché et qui risquent de pointer directement à Pôle Emploi.

7.Posté par La Rédaction le 20/12/2011 18:11 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Bonsoir
Pour r'épondre à Laurent, je ne vois pas le rapport entre le "nouveau médiateur notre responsabilité engagée dans les cas de perte de bagages".
Cela n'a rien à voir. Je ne vois dans ce Médiateur que des avantages pour les AGV qui vont pouvoir mettre en avant leur pouvoir de médiation pour résoudre des conflits et aisni fidéliser davantage leurs clients.
Bien entendu, il faudra voir ce que ça va donner dans la pratique mais, sur le papier, cela me semble convainquant et de bon augure pour la profession qui chercher justement à mettre en avant sa valeur ajoutée.
Cordialement

8.Posté par akrat le 25/01/2012 15:54 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Viva!

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Tous les commentaires discourtois, injurieux ou diffamatoires seront aussitôt supprimés par le modérateur.

Dans la même rubrique :
< >

PUBLICITÉ
Fabien DA LUZ
fabien@tourmag.com
+33 4 91 58 61 97
+33 6 43 65 15 92


Dernière heure
















Le groupe TourMaG.com publie également Brochuresenligne.com, 1er portail de brochures électroniques de voyages
et DMCmag.com, 1er portail Destination Management Companies.

TourMaG.com Légal Utiles
Emploi
I-tourisme
Groupes / CE
International
Travel in France
Brochuresenligne.com
DMCmag.com
Signaler un contenu illicite
Plan du site
Contact
Publicité
La presse en parle

cookieassistant.com