TourMaG.com, 1er journal des professionnels du tourisme francophone
TourMaG.com, 1e
Loading





"Grandeur Nature" : l'action sociale prétexte à des pratiques peu scrupuleuses

pas d'immatriculation et des taux de marges irréalistes


Rédigé par Pierre Coronas le Lundi 22 Juillet 2013

Depuis plusieurs années, l'association Grandeur Nature propose des vacances pour des jeunes placés en foyers, centres sociaux ou institutions spécialisées. Si, sur le papier, les intentions de l'organisation sont louables, dans les faits, ses activités sont étonnantes. Et, parfois même illégales. Absence d'immatriculation et de garantie financière, défauts de paiement aux prestataires, manque d'informations à propos de la situation des jeunes placés en centre de vacances, annulations au dernier moment... La liste des mécontents et de leurs griefs est très longue. TourMaG.com a enquêté.



Sur le papier, le but de Grandeur Nature est d'organiser, programmer et promouvoir des centres de vacances au profit des enfants et adolescents de 4 à 17 ans en grandes difficultés sociale et familiale - Photo-Libre.fr
Sur le papier, le but de Grandeur Nature est d'organiser, programmer et promouvoir des centres de vacances au profit des enfants et adolescents de 4 à 17 ans en grandes difficultés sociale et familiale - Photo-Libre.fr
Visiblement, pour gagner de l'argent dans le tourisme, il est inutile de s'embêter à créer une entreprise et à tout mettre en œuvre pour la guider vers le succès.

Non, la solution la plus simple consiste plutôt à monter une association.

Et, surtout, n'avoir aucun scrupule... C'est en tout cas l'enseignement qui peut être tiré de l'étude d'un cas précis : Grandeur Nature.

Il s'agit d'une association immatriculée en avril 1990 dont des statuts ont été déposés le 21 septembre 2004 auprès des services de la sous-préfecture de Rambouillet, dans les Yvelines (78).

Il y est précisé que la structure a pour but "l'organisation, la programmation, la promotion de centres de vacances au profit des enfants et adolescents de 4 à 17 ans en grandes difficultés sociale et familiale."

Il y est ajouté que "l'association se reconnaît une mission d'intégration des enfants et des adolescents confiés (…) dans des centres de vacances ouverts à tous les publics afin de garantir une insertion personnalisée et contrôlée, sur des structures permettant une mixité sociale accrue."

Des objectifs on ne peut plus louables et qui, sur le papier du moins, ne paraissent en aucun cas contestables. Sauf que, dans les faits, l'activité de l'association n'a pas grand chose de philanthropique.

Un rôle de distributeur de voyages

Grandeur Nature joue un rôle d'intermédiaire entre des services d'action sociale, des collectivités locales ou des associations spécialisées et des centres de vacances pour un public de jeunes.

Concrètement, elle achète des séjours aux organisateurs et les revend ensuite aux centres sociaux ou collectivités locales qui s'occupent de mineurs ou de jeunes majeurs "en difficulté" placés en foyer ou en institutions spécialisées.

Sans oublier, bien sûr, de prendre une marge au passage.

Dans les faits, "Grandeur Nature joue donc le rôle de distributeur de voyages", en conclut une avocate spécialisée dans le secteur du tourisme.

L'association est donc soumise aux articles L211-1 et L211-18 du Code du Tourisme. Le premier mentionne les personnes physiques ou morales qui doivent s'immatriculer au Registre des Opérateurs de Voyages et de Séjours d'Atout France comme le prévoit le deuxième article mentionné.

Or, Grandeur Nature n'apparaît pas dans ce registre. Par ailleurs, il n'est fait mention de cette éventuelle immatriculation dans aucun des documents émis par cette association. Elle semble donc exercer en toute illégalité sur ce point.

Précisons également que Grandeur Nature ne dispose pas non plus de garantie financière comme l'obligent pourtant les articles L211-18 et R211-26 du Code du Tourisme. Difficile donc, pour ses clients et ses partenaires d'obtenir un remboursement en cas de défaillance.

De plus, d'après les divers témoignages récoltés par TourMaG.com et à la suite d'une comparaison entre les tarifs pratiqués par Grandeur Nature et ceux affichés par les organisateurs des séjours distribués, l'association aurait la fâcheuse habitude de "sur-marger".

Jusqu'à 63,5 % de taux de marge

Ainsi, suivant les offres, le taux de marge peut varier de 7 % à 63,5 % ! Pour une association sans but lucratif mais avec des objectifs "sociaux", cela paraît étonnant.

Apparemment, elle jouerait sur la méconnaissance, à propos du secteur du tourisme, des fonctionnaires chargés de gérer les budgets destinés aux vacances des enfants en difficulté sociale pour qu'ils partent en vacances pour s'octroyer ces marges irréalistes sans être dérangée.

"Quand nous recevons la plaquette de Grandeur Nature, nous nous disons "enfin quelqu'un qui comprend nos besoins et connaît nos problématiques !" ", explique un travailleur social qui souhaite conserver son anonymat.

D'autres se souviennent, en parlant du Président de l'association, d'un personnage "assez jovial" à qui "on a envie de faire confiance".

Le problème c'est qu'il est difficile de comprendre où finit la masse d'argent gagné par l'association. Par définition, celle-ci ne doit pas enrichir directement ou indirectement l'un de ses membres et réinvestir ses éventuels excédents d'exploitation dans son activité.

Sauf que Grandeur Nature ne dispose pas de site Internet et ne fait pas de communication. Elle diffuse seulement ses catalogues par courrier électronique.

Et les brochures qu'elle propose affichent un design très simple comparable à des travaux de collégiens sur un logiciel de traitement de texte.

Par ailleurs, il est étonnant de constater que son bureau n'est composé que de deux personnes : M. Thierry Tissier en tant que Président de l'association... et la femme de ce dernier, Mme Isabelle Tisser en tant que Secrétaire.

Pas vraiment des partenaires

Le Président de Grandeur Nature affirme travailler avec des "partenaires" qui lui "font confiance depuis 20 ans", comme l'assurent les brochures. Mais les organisateurs des séjours vendus ne sont pas vraiment tous des "partenaires".

En fait, l'association fait plutôt appel à certains prestataires de manière ponctuelle, sans aucune convention. C'est le cas de Sport Elite Jeune (SEJ) dont Grandeur Nature propose des camps d'entraînement de football.

Contacté par TourMaG.com, Christophe Mariani, Directeur de SEJ assure qu'il n'a aucun partenariat avec Grandeur Nature. "Ils font appel à nous quand ils ont des jeunes à placer. Principalement en août depuis 4 ou 5 ans", explique-t-il.

Même son de cloche du côté de Les Compagnons des Jours Heureux (CJH), autre organisateur de vacances dont Grandeur Nature propose la production. Elle a accueilli des jeunes envoyés par l'association en 2010 et 2012.

"C'est le responsable de Grandeur Nature qui nous contacte directement et nous demande s'il nous reste des places. Mais nous n'avons pas de partenariat", nous assure Evelyne Aubry, collaboratrice de CJH.

Aucune de ces deux structures ne nous a fait part de problèmes lors ou à la suite de l'accueil des jeunes placés par Grandeur Nature.

Mais ce n'est pas le cas de tout ceux qui ont eu affaire à cette association. Avec, en tête de liste Jean-Marc Folliet, Directeur et fondateur de Cap Juniors.

A priori, il s'agit, à ce jour, du seul professionnel du tourisme qui a assigné Grandeur Nature en justice. Pour l'absence de règlement des séjours réservés.

"Ils ont perdu. Ils ont payé. Mais depuis, ils continuent d'opérer sans que personne ne l'inquiète", déplore M. Folliet.

Les jeunes paient les pots cassés

De nombreux autres producteurs ont eu de problèmes avec Grandeur Nature mais ne sont pas allés jusqu'au procès. La liste est longue.

Y figure notamment Action Séjours qui organise des séjours linguistiques. "Nous avons travaillé avec Grandeur Nature pendant deux ans, il y a 5 ou 6 ans. Il ne nous ont jamais payés", se souvient Serge Courault, Directeur.

Pour Eval Voyages, agence spécialisée dans le tourisme des juniors, la mésaventure s'est déroulée selon un scénario différent mais avec les mêmes conséquences.

"J'ai perdu 15 000 € pour des séjours réservés par Grandeur Nature en février 2012, martèle d'emblée Nasser Rohmer, Directeur Général. Nous avions signé un convention.

Un séjour avait été organisé avec plus de 17 enfants. Il a été annulé environ un mois et demi avant le début des vacances, de manière unilatérale.
"

Des deux côtés de la chaîne, les griefs sont légion. D'autres acteurs contactés dénoncent l'absence d'informations fournies par Grandeur Nature aux organisateurs sur des situations parfois compliquées de certains jeunes ou l'absence d'intervention en cas de difficultés.

Mais aussi le paiement de prestations avec les acomptes des saisons suivantes, l'absence de remboursement de séjours annulés et des clauses contractuelles liées au Conditions générales de ventes (CGV) incohérentes.

Par conséquent, face à ces pratiques, les professionnels concernés prennent leurs précautions. "Depuis ce problème, nous n'organisons rien sans règlement", conclut Nasser Rohmer.

Il a ainsi décidé de mettre en place des protocoles de partenariat beaucoup plus stricts pour ses relations commerciales avec des intermédiaires associatifs ou non.

Ce qui, du coup, empêche certaines structures d'avoir accès à ses offres. Et donc prive de vacances certains enfants qui en auraient pourtant bien besoin... Sans que cela n'émeuve vraiment les institutionnels.

Lu 3303 fois

Notez


1.Posté par BABAS le 23/07/2013 09:42 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Et que dire des associations à vocation "sociale" qui sont des émanations syndicales et qui réquisitionnent les CE des entreprises ou ces derniers sont majoritaires en y vendant les mêmes produits que les agences, au même tarif (pas vraiment social) ???????

On est tous responsables,

Les agences qui laissent faire et sont incapables de se regrouper dans un syndicat capable de les représenter et de les défendre,

Les TO (pas tous heureusement, mais de plus en plus) qui veulent tant vendre en direct à tout va et qui, grâce au web, ont trouvé un nouvel El Dorado, en méprisant parfois avec le plus grand irrespect la distribution "traditionnelle",

Les pouvoirs publics qui ont déréglementé le métier d'AGV avec la nouvelle Immatriculation et autorisent ces dérives en les encourageant, puisqu'ils font appel à ces pseudo chantres de l'action sociale.

Si les AGV ne se décident pas à s'unir et à agir, le réveil pourrait être encore plus douloureux...

2.Posté par Lucas le 25/07/2013 12:17 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Bonjour
Si je peux me permettre le débat n'est pas lié au circuit emprunté pour la distribution et la commercialisation de séjours de vacances mais tout simplement de légalité et d'agrément.
Pas d'agrément, pas d’autorisation pas de pratiques d'activité point !!!
L’enquête fait clairement ressortir que cette structure est dans la complète illégalité !
De surcroit, ces séjours s'adressent à des publics difficiles, cela veut dire qu'on crée les conditions s'il n'y a pas d'accompagnement à ce que le séjour de vacances soit un échec (combien d’équipes d'animations ne sont pas formés à ce type de publics, quid en cas de problèmes...)
Comment peux t on se faire de l'argent ainsi de façon aussi facile et simple ?
Que fais la préfecture ou est implantée cette sois disant association ?
Comment alerter les structures sociales clientes de cet organisme des risques courus par les décideurs.....élus et professionnels ?
Comment voulez vous que les organisateurs de séjours de vacances mettent en place un accompagnement adapté si cette association G Nature n'est des le départ pas transparente
C'est une HONTE !!!!!!

3.Posté par stephane le 28/07/2013 17:06 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
L'article est tout de même plus qu'approximatif.

L'association n'organisant aucun séjour elle même elle n'a donc aucun besoin d'avoir un agrément tourisme. Ce sont les prestataires avec qui elle travaille qui doivent voir cet agrément.

D'autre part et même si on considérait qu'elle soit organisatrice les associations 1901 organisant des séjours pour leurs adhérents sont dispensés de cette habilitation.

Donc au final l'article sert juste à dire qu'il y a eu un soucis financier avec un prestataire. Ca fait un peu léger non ?

4.Posté par Isabelle le 07/08/2013 12:23 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
J'avais lu et compris l'article de la même façon que toi, mais un peu curieuse j'ai contacter les services préfectoraux des Yvelines et notamment la Direction de la Cohésion Sociale (Ex DDJS) et ....cette association ne disposerait d'aucun agrément et serait même inconnu de leurs services !!

5.Posté par stephane le 02/09/2013 13:07 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Évidemment puisqu'il n'organise aucun séjour eux même. Visiblement ils confient des enfants à des organisateurs de séjour qui eux disposent des agréments.

Du fait qu'ils n'organisent rien ils n'ont aucun agrément à avoir et font office d’intermédiaire.

6.Posté par Isabelle le 02/09/2013 13:52 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Heu .....
Ben voyons "Du fait qu'ils n'organisent rien ils n'ont aucun agrément à avoir et font office d'intermédiaire" .
J'ai failli m'étouffer rn lisant ça...
Toutes les infos ici
http://www.somme-tourisme.org/Vos-outils/Commercialisation/Le-Service-commercialisation/La-legislation/Immatriculation-Atout-France

Atout France et les différentes agences de voyages apprécieront le principe puisque "comme elles n'organisent rien elles n'ont besoin d'aucun agrément...
Oups

7.Posté par stephane le 13/09/2013 22:43 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Oui c'est normal. Les associations sont dispensées de l’agrément tourisme dés lors qu'elles organisent leurs séjours pour leurs membres. Donc il suffit de facturer une adhésion à ton "client" pour qu'il devienne adhérent et que tu sois dispensé de l’agrément.
C'est ce que font tous les organisateurs de colonie de vacances, les association de parent d’élève, les clubs sportif etc....

Le tourisme "enfant / ados" n'est pas régis par les mêmes règles que le tourisme adulte et les associations encore moins.

De plus sur ce cas la on ne peut pas vraiment dire qu'ils ont le rôle d'agence de voyage au sens ou on entend une agence de voyage de nos jours.

8.Posté par Arthur le 08/10/2013 12:24 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Bonjour
Bon je vais reprendre quelques grosses approximations
Oui c'est normal. Les associations sont dispensées de l’agrément tourisme dés lors qu'elles organisent leurs séjours pour leurs membres.
FAUX bien sur que NON cher Stéphane et je pense que vous le savez SAUF si vous etes reconnus en tant qu’organisateur d'accueil de mineurs, ce qui n'est pas le cas de cette association.

Donc il suffit de facturer une adhésion à ton "client" pour qu'il devienne adhérent et que tu sois dispensé de l’agrément.
C'est ce que font tous les organisateurs de colonie de vacances, les association de parent d’élève, les clubs sportif etc....
FAUX les associations de parents d’élèves et encore moins clubs de sports font l’intermédiaire entre des structures sociales et des organisateurs.
Ce qui semble être le cas de cette chère association.

Le tourisme "enfant / ados" n'est pas régis par les mêmes règles que le tourisme adulte et les associations encore moins.
CF CI DESSUS Ben non mais lisez un peu l'article et les textes en reference svp au lieu d’énumérer des approximations a moins que oui a moins que vous ne fassiez partie de G Nature.

De plus sur ce cas la on ne peut pas vraiment dire qu'ils ont le rôle d'agence de voyage au sens ou on entend une agence de voyage de nos jours.
HEU distribuer des produits touristiques et servir d’intermédiaire vous donne de fait les obligations et responsabilités d' UNE AGENCE DE VOYAGE

Autre chose Stéphane

9.Posté par Jean Marc le 24/06/2015 23:51 (depuis mobile) | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Nous avons eu a collaborer avec ce Monsieur Tissier a la fin des annees 90 mais nous constatons que ces facons de proceder sont toujours les memes. Nous l'avions oblige a regler et il l'a fait. Il faut juste ne pas le lacher une minute...

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Tous les commentaires discourtois, injurieux ou diffamatoires seront aussitôt supprimés par le modérateur.

Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 9 Décembre 2016 - 15:43 Selectour : retrouvez l'album photos du Congrès...


PUBLICITÉ
Fabien DA LUZ
fabien@tourmag.com
+33 4 91 58 61 97
+33 6 43 65 15 92


Dernière heure
















Le groupe TourMaG.com publie également Brochuresenligne.com, 1er portail de brochures électroniques de voyages
et DMCmag.com, 1er portail Destination Management Companies.

TourMaG.com Légal Utiles
Emploi
I-tourisme
Groupes / CE
International
Travel in France
Brochuresenligne.com
DMCmag.com
Signaler un contenu illicite
Plan du site
Contact
Publicité
La presse en parle

cookieassistant.com