TourMaG.com, 1er journal des professionnels du tourisme francophone
TourMaG.com, 1e
Loading





Marathon de New York : les jugements se suivent, mais ne se ressemblent pas...

Les clients de Contraste Voyages déboutés face à la force majeure


Rédigé par Anaïs BORIOS le Mardi 15 Avril 2014

La roue tourne dans l’affaire du Marathon de New York, annulé en 2012 à cause de l’ouragan Sandy. Ou plutôt, elle oscille, entre jugements en faveur des clients ou des agences de voyages. Alors que Sport Incentives a été condamnée en première instance, Contraste Voyages, au contraire, vient de remporter la bataille face à 4 de ses clients. Mais la course à la victoire sera longue pour les deux camps…



Plusieurs jugements ont été rendus, à Paris, Nice, Montpellier, Blois, Lorient ou encore au Mans dans l'affaire du Marathon de New York © Touch - Fotolia.com
Plusieurs jugements ont été rendus, à Paris, Nice, Montpellier, Blois, Lorient ou encore au Mans dans l'affaire du Marathon de New York © Touch - Fotolia.com
En septembre 2013, le tribunal d’instance de Mende rendait le premier jugement, suite à l’annulation du Marathon de New York, en novembre 2012.

Le juge condamnait l’agence de voyages Sport Incentives et son assureur Allianz, à rembourser l’intégralité des voyages de trente clients, principalement au titre d’un défaut d’information de la part de l’agence avant le départ.

Depuis, plusieurs autres jugements ont été rendus, à Paris, Nice, Montpellier, Blois, Lorient ou encore au Mans.

Si certains ont donné raison aux clients, d’autres ont tranché en faveur des agences de voyages.

« Ce qui est certain, commente Me Dimitri Pincent, avocat à la Cour, pour le cabinet Margulis Associés et qui défend un nombre important de clients, c’est que ces procès génèrent des points de vue passionnés, mais contradictoires ».

Pour l’instant, l’avocat se refuse à tout commentaire supplémentaire. « Il ne sert à rien de commenter les décisions rendues à ce stade, car elles sont toutes différentes et incompatibles et il est difficile d’en dégager des lignes directrices, précise-t-il.

Aucun de ces jugements n’est définitif, mais ils sont ou seront tous frappés d’appel. Ce n’est qu’à ce stade-là, voire en Cassation, que les solutions pourront s’uniformiser ».

Le premier procès en appel, celui de Sport Incentives, qui l’opposera à Me Emmanuelle Llop, avocat à la cour pour le cabinet Equinoxes Avocats, interviendra en juin, pour un rendu en septembre prochain.

Contraste Voyages l’emporte en première instance

L’un des derniers jugements en date est celui qui opposait Contraste Voyages à quatre de ses clients.

Le 2 avril 2014, le juge du tribunal d’instance de Nice a débouté les clients, au titre de la force majeure, comme l’avait plaidé Me Llop en décembre dernier citant l’article L211-16, alinéa 2, du Code du Tourisme.

Le jugement précise que « si Contraste Voyages pouvait craindre une annulation du marathon au moment du départ de ses clients, elle ne pouvait en aucun cas la prévoir », ajoute Me Llop.

« Et qu’en supposant qu’elle ait appliqué le principe de précaution en annulant le séjour, elle aurait engagé sa responsabilité contractuelle à l’égard de ses clients et de l’organisateur du marathon (NYRR, ndlr). »

Autre procès, autre jugement rendu le 21 mars 2014, pour deux autres clients de Contraste Voyages, qui ont saisi le tribunal de Vanves.

Le couple, qui a décidé d’annuler son voyage à New York la veille de son départ, a attaqué l’agence au motif d’un manque d’information sur les modalités d’annulation du séjour.

« Le juge a reconnu que le marathon était le motif principal du séjour et que, par conséquent, toutes les obligations étaient placées sous le Code du Tourisme, poursuit Me Llop.

Il a également reconnu que les clients avaient souffert d’un défaut d’information de la part de l’agence de voyages, relatif aux clauses du contrat mais que l’annulation, pour des raisons personnelles, était uniquement imputable aux clients. »

L’agence a donc été condamnée à verser 400€ par personne de dommages et intérêts faute de clarté dans le contrat de vente, mais n’a pas à rembourser les forfaits touristiques.

Et la liste des jugements ne fait que s’allonger…

Lu 2062 fois

Notez

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Tous les commentaires discourtois, injurieux ou diffamatoires seront aussitôt supprimés par le modérateur.

Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 2 Décembre 2016 - 16:15 Selectour : le congrès s'ouvre ce lundi à Québec


PUBLICITÉ
Fabien DA LUZ
fabien@tourmag.com
+33 4 91 58 61 97
+33 6 43 65 15 92


Dernière heure
















Le groupe TourMaG.com publie également Brochuresenligne.com, 1er portail de brochures électroniques de voyages
et DMCmag.com, 1er portail Destination Management Companies.

TourMaG.com Légal Utiles
Emploi
I-tourisme
Groupes / CE
International
Travel in France
Brochuresenligne.com
DMCmag.com
Signaler un contenu illicite
Plan du site
Contact
Publicité
La presse en parle

cookieassistant.com