TourMaG.com, 1er journal des professionnels du tourisme francophone


Ici votre Commandant. Bienvenue à bord !

tout ce qui que vous avez toujours voulu savoir sur les pilotes, etc



Combien de fois n’avons nous pas entendu ce message, émanant de voix appartenant à des personnages de moins en moins visibles pour les passagers, sauf lorsqu’ils traversent les aérogares, avec leur équipage. Certes, la plupart des passagers ne se posent pas de question à leur sujet et sont surtout occupés à trouver le numéro de leur siège et l’endroit où ils pourront caser leurs bagages de cabine. Ce sont pourtant ces pilotes qui ont pour mission de les amener à bon port, ce qui justifie donc l’intérêt qui leur est porté.


Rédigé par Jean BELOTTI - jean.belotti@wanadoo.fr le Mardi 20 Avril 2004

Captain's speaking...
Captain's speaking...
Cependant - alors que les pilotes sont sur la sellette - il se trouve que plusieurs de mes lecteurs (tous types de voyageurs confondus : touristes ou professionnels) ont manifesté le souhait d’en savoir un peu plus sur eux. Échappant à l’actualité, c’est donc bien volontiers que j’aborde le sujet, tout en étant conscient que traiter, en quelques pages, du métier de pilote de ligne est une gageure (a).

Mais, disons que cela peut être considéré comme une simple sensibilisation, avec plusieurs renvois en fin d’article à la disposition des curieux. C’est ainsi que, sans décrire les multiples facettes du travail du pilote, je commencerai, aujourd’hui, par présenter brièvement quelques caractéristiques attachées aux phases principales du vol.

La préparation du vol

Tout débute par la préparation du vol. Deux heures avant le départ, l'équipage, avec la collaboration des "agents d'opérations" consulte tous les documents relatifs à la situation météorologique prévisible sur le parcours, sur le terrain de destination et sur celui de déroutement (b).

Il prend également connaissance des renseignements portant sur le fonctionnement des infrastructures de navigation en route et à destination, de la charge marchande à transporter (passagers et fret), ainsi que de nombreuses autres informations concernant le vol. Tous ces éléments étudiés, le Commandant de bord prendra un certain nombre de décisions essentielles.

Tout d’abord, il décide de la quantité de carburant à embarquer, ce qui me remet en mémoire cette anecdote : L'avion n'ayant pu attendre plus longtemps à la verticale d'un aéroport encombré, il s'était dirigé vers un aéroport voisin, ce qui avait conduit à la réflexion d'une passagère "Mais pourquoi le pilote n'a-t-il pas fait le plein avant de partir ?".

La réponse est simple. Au décollage, un avion ne peut être plus lourd qu'une certaine masse maximum autorisée. Pour respecter cette limitation, embarquer le carburant nécessaire pour la réalisation du vol peut, dans certains cas, conduire à ne pas pouvoir embarquer tous les passagers. La solution passe alors par un emport moindre de carburant et un éventuel atterrissage, dans une escale intermédiaire, pour "refaire du carburant".

Il est important de signaler que plus un avion est lourd, plus il consomme de carburant. Ainsi, le choix final de la quantité de carburant embarqué résulte toujours d'un compromis entre :

- avoir une quantité suffisante pour pallier toute difficulté à l'arrivée (c) ;

- et transporter du carburant dont on n'aura pas l'utilité (d).

Puis, il décide également de la charge marchande pouvant être transportée, du choix de la route, de l'altitude, de la vitesse de croisière, etc... toutes informations qui figureront dans un "plan de vol" signé par le Commandant de bord, confirmant, ainsi, son engagement à effectuer la mission, dans les conditions précisées par ses choix.

Arrivé à l'avion, l'équipage est occupé simultanément par trois tâches :

1°.- Technique : Inspection extérieure de l'avion, mise en route des équipements et vérification de leur bon fonctionnement, réalisation des check-lists, ...

2°.- Navigation : Contact avec les services du contrôle de la navigation aérienne et écoute permanente d'émissions radios spécifiques (e).

3°.- Commerciale : Contact avec les agents du sol au sujet des problèmes de chargement, d'embarquement des passagers et - de plus en plus souvent - des problèmes liés à la "sûreté" (f).

Le décollage

Puis, l’avion est autorisé à rouler pour se rendre à l’entrée de la piste en service, ce qui, sur la plupart des aéroports à grand trafic, prend une vingtaine de minutes, voire beaucoup plus pendant les heures de pointe ou par mauvaises conditions météorologiques.

Toutes vérifications effectués, c’est alors que le pilote libère la poussée des réacteurs en "poussant les manettes des gaz". L'avion commence à prendre de la vitesse, sous le contrôle de l'équipage, totalement concentré et absorbé par cette phase essentielle.

Le décollage est, en effet, une phase critique par le simple fait qu'il consiste, à partir d'une masse inerte de plusieurs dizaines, voire centaines de tonnes, de lui donner, en moins d'une minute, la vitesse nécessaire pour la décoller du sol et lui permettre de monter dans le ciel.

Les décisions prises par l'équipage pendant cette courte période doivent être instantanées et les conséquences en résultant, nécessitent toute son habilité, son expérience et son sang-froid. En effet, l'accélération sur la piste de décollage, avant que l'avion ne prenne son envol, comporte deux phases, qu’il est bon de connaître, pour bien comprendre leur déroulement.

Î - Jusqu'à une vitesse dite "V1" (g) - qui est annoncée à haute voix par le pilote qui n'est pas aux commandes - la survenance de toute anomalie grave (feu moteur, arrêt moteur, ingestion d'oiseaux dans les réacteurs, ...) conduit le Commandant de bord à interrompre le décollage.

Il le fait à l'aide des moyens à sa disposition : réduction de la poussée des réacteurs, utilisation des "reverses" (inverseurs de jet), des freins et des aérofreins, ce qui lui permet d'arrêter l'avion avant l'extrémité de la piste.

Ï - Dès que cette vitesse "V1" est dépassée - quelle que soit la nature de la panne constatée - tout doit être mis en oeuvre pour continuer le décollage, puisque toute interruption conduirait à sortir du bout de piste. Pour ce faire, il faut continuer à accélérer jusqu'à une vitesse dite "V2" (h), vitesse à laquelle l'avion peut s'envoler.

Il en résulte que toute panne grave (exemple: arrêt de deux moteurs sur quatre, suite à l'ingestion d'oiseaux), survenant entre ces deux vitesses de référence "V1" et "V2", est critique. En effet, en cas d'interruption de décollage, l'avion ne pourra être arrêté avant le bout de piste.

Et, en cas de poursuite du décollage, il n'est pas certain que l'accélération (des seuls moteurs restant en fonctionnement) permettra à l'avion d'atteindre la vitesse de décollage avant le bout de piste. Heureusement, cette éventualité est rarissime. Cela étant, l'équipage doit cependant l'envisager dans son schéma mental, afin d'être en mesure de réagir instantanément, d'où sa concentration extrême qui est la sienne, pendant cette phase.

Rassurons-nous. De toute façon, les pistes des aéroports internationaux étant très longues, la vitesse V1 est souvent égale à la vitesse V2. Ainsi, en cas de panne avant la vitesse V1, l'avion dispose d'une bonne marge pour s'arrêter avant l'extrémité de piste.

Le décollage se poursuit par la mise en montée. Il n'est pas nécessaire d'être spécialiste en aérodynamique pour comprendre et admettre que pour faire monter de telles masses dans le ciel, tout en augmentant la vitesse, il faut disposer de la poussée des réacteurs, calculée pour la masse du jour de l’avion.

Or, sur presque tous les aéroports, existent ce que l'on nomme des "procédures anti-bruit" permettant de réduire la nuisance subie, parfois, par les riverains. Cette procédure consiste - dès qu'une certaine hauteur est atteinte, après la rentrée du train d'atterrissage - à réduire la poussée des réacteurs, ce qui peut être perçu par les passagers.

Il en résulte donc l'impossibilité d'augmenter la vitesse de l'avion, une réduction du taux de montée (voire l'obligation de maintenir le vol en palier), et la nécessité d'un pilotage extrêmement "pointu", surtout en cas de turbulences. Si ladite procédure n'est pas correctement respectée, cela figurera sur les enregistreurs de bruits au sol, et l'équipage sera sanctionné (i).

La croisière

La suite de la montée, jusqu'à l'altitude de croisière (on dit :"niveau de vol") peut se faire à différentes vitesses et différents taux de montée, en fonction des instructions du contrôle, des conditions météorologiques et des contraintes opérationnelles (consommation minimum de carburant, masse de l'avion).

En croisière, la conduite du vol consiste à veiller au respect de la trajectoire de l'avion, ce qui nécessite une vigilance permanente de l'équipage, toute déviation de trajectoire non perçue pouvant rapidement être dangereuse.

La vitesse des avions est telle que, deux minutes après un changement de cap de quelques degrés, l'avion peut se trouver sur une autre route aérienne, sur laquelle se trouvent d'autres avions, à la même altitude.

La surveillance constante des paramètres de vol (fonctionnement des réacteurs, suivi de la consommation de carburant, vérifications de navigation,...), la prise en compte des différents imprévus et de l'évolution de la situation météorologique, une bonne perception de l'environnement, permettent, en temps utile, de prendre les décisions qui s'imposent.

La descente et l’atterrissage

En fin de vol, le début de la descente est, soit choisi par le Commandant de bord, soit imposé par le contrôle de la circulation aérienne. La procédure d'approche peut être précédée d'une attente qui s'effectue dans des espaces du ciel bien délimités, avant d'obtenir l'autorisation de débuter l'approche finale. En fonction de la situation météorologique, différents types d'approches peuvent être effectués : à vue ou aux instruments (j).

L'approche se poursuit jusqu'à ce que l'avion arrive à une hauteur caractéristique ("minima") à laquelle, si le pilote ne voit pas la piste (ou perd la vue de la piste, suite à une diminution de la visibilité), il doit, impérativement, remettre les gaz, pour reprendre de l'altitude. Il peut, alors, soit tenter une nouvelle approche sur la même piste, soit se diriger vers un autre aérodrome.

Enfin, l’avion est prêt à atterrir. En vue de la piste, le pilote contrôle l'atterrissage qui peut être "manuel" ou - sous certaines conditions (k) - "automatique", avec différents degrés d'automatisation, selon le type d'avion (l).

Dès que la vitesse de l'avion a été suffisamment réduite, l'avion libère la piste d'atterrissage et utilise les voies de roulement pour se diriger vers son aire de stationnement.

À très faible vitesse et avec grande précaution, le pilote guidera son avion sur des taxiways, passant dans des espaces bien délimités, jusqu'à atteindre le point exact et final d'immobilisation. C’est pendant cette phase qu’il vous est indiqué de ne pas détacher votre ceinture de sécurité avant l’arrêt complet de l’appareil.

Contact est alors pris, par interphone, avec le préposé au sol qui confirme avoir placé les "cales" devant les roues (afin que l'avion reste immobile). Le pilote "coupe les moteurs", relâche les freins et l'équipage effectue, alors, la dernière check-list.

Lorsque l'échelle, la rampe de débarquement ou la plate-forme du bus à élévation a été correctement placée, certaines portes peuvent être ouvertes sur la gauche de l'appareil. Le débarquement des passagers est alors possible.

Une équipe procède, aussitôt, au déchargement des soutes à bagages. Puis, l'avion est assailli par plusieurs autres équipes chargées de la préparation de l'étape suivante. (m)

L’analyse du vol

À ce moment là, la mission étant accomplie, l’équipage procède au "debriefing" consistant à accomplir les différentes formalités et à rédiger divers compte-rendus, puis, prendra en compte des éléments du vol suivant.

Se pose alors, a posteriori, la question de l'analyse du vol qui vient d'être réalisé. L'expérience montre que les prévisions, à partir desquelles les conditions du vol ont été déterminées, ne se réalisent pas systématiquement. Il en résulte que le Commandant de bord est fréquemment amené à prendre des initiatives, afin d'assurer un bon déroulement du vol jusqu'à la destination finale.

Or, a posteriori, il sera toujours possible de considérer que le vol n'a pas été mené à bonne fin (n). Dans ce cas, le Commandant de bord devra "rendre compte", c'est-à-dire justifier ses décisions. Si la sécurité est effectivement le critère primordial qui le guide, il n'en reste pas moins vrai que, très souvent, il tient compte également d'autres critères: confort des passagers, ponctualité au départ et à l'arrivée, économie du vol, etc..., qui sont tous interdépendants.

Il est vrai qu’il est plus facile, au sol - confortablement installé dans un bureau disposant de toute la volumineuse documentation aéronautique - de porter une appréciation sur une décision qui, elle, a été prise en vol et en temps réel, souvent en quelques secondes. Parmi les nombreux exemples pouvant être cités, en voici deux qui montrent la nature de la difficulté.

- Changement de niveau de vol

Si l'avion subit de fortes turbulences dues au vol dans un "jet stream" (o), le Commandant de bord peut :

- soit privilégier le confort des passagers, c'est-à-dire demander l'autorisation au contrôle aérien de descendre à un niveau inférieur, sachant qu'il en résultera une augmentation de la consommation de carburant,

- soit privilégier la sécurité à l'arrivée, c'est-à-dire rester dans le "jet-stream" pour conserver intacte sa réserve de carburant, au détriment du confort des passagers.

Il est évident qu'a posteriori, si l'atterrissage s'est passé normalement, il est aisé de dire que la meilleure solution était celle du confort des passagers.

- Dégradation de la situation météorologique

Mais l'affaire est, en fait, plus compliquée. En effet, retenons l'hypothèse où le Commandant, pour améliorer le confort des passagers, a choisi de sortir du "jet stream", en acceptant donc une consommation supplémentaire de carburant.

Quid du cas où une dégradation météorologique, un encombrement de piste par un avion en panne, etc... oblige soit à demander un atterrissage en urgence ("emergency"), soit à aller se poser sur un terrain de fortune, n'ayant plus suffisamment de carburant pour se diriger vers le terrain de déroutement initialement prévu ?

Les textes précisent quelle doit être la quantité de carburant minimum à embarquer. En simplifiant, disons qu'elle comprend la quantité nécessaire pour aller du terrain de départ au terrain de destination et, en cas de nécessité, du terrain de destination au terrain de déroutement. Sont prévues également des réserves (de route, d'attente,...).

Or, ce que ne prend pas en compte la réglementation, c'est le fait que lorsqu'il n'est plus possible d'atterrir sur un terrain de destination (piste inutilisable car verglacée, enneigée, occupée par un avion en panne,...) ou que les délais d'attente - avant d'avoir l'autorisation de se poser - sont anormalement allongés, presque tous les avions vont également se diriger vers le même aérodrome de déroutement, provoquant un nouvel encombrement des voies aériennes, si bien que les réserves initiales peuvent s'avérer nettement insuffisantes.

C'est le cas de ce vol Paris/Boston où, après analyse de la situation météorologique, j'avais embarqué 10 tonnes de carburant de plus que la quantité précalculée par l'agent d'opération, au grand dam de l'économie de carburant.

À Boston, les pistes étant verglacées, tous les avions se sont dirigés vers leur terrain de déroutement. Le nôtre était New York, qui n'a pas pu être retenu, car le temps d'attente annoncé était supérieur à une heure. Nous nous sommes donc dirigés vers Washington, terrain également très encombré, ce qui nous a obligé de prolonger jusqu'à Philadelphie, où, finalement, nous nous sommes posés, avec de très faibles réserves.

--- *** ---

Ces exemples montrent qu'avant de porter un jugement sur la validité des décisions du Commandant de bord, il convient de bien prendre en compte la spécificité des conditions dans lesquelles il a été amené à intervenir. En effet, toutes les décisions du vol doivent tenir compte de nombreuses variables.

À un instant donné, plusieurs décisions logiques peuvent être prises. Elles varient, elles-mêmes, en fonction du pilote, de l'heure, de l'altitude, de la fatigue, de l'équipage, etc ... L’essentiel est de retenir que les équipages sont de mieux en mieux formés à la gestion des vols et que la sécurité reste leur préoccupation première.

--- *** ---

(a).- En complément, consulter l’ouvrage du Commandant Michel Jouanneaux "Le pilote est toujours devant - Reconnaissance de l’activité du pilote de ligne" - Octarès Edition Toulouse - 1999

(b) - Nébulosité, risque de givrage, de brouillard, de turbulence, de piste verglacée, ....

(c) - Attente imposée par le contrôle avant l'atterrissage, déroutement vers un aérodrome ayant de meilleures conditions météorologiques,...

(d) - Sur un vol Paris/New-York, pour un Boeing 747, pour une tonne de carburant supplémentaire, il ne reste qu’environ 0,7 tonne de disponible à l'arrivée.

(e) - Exemple, les messages dits "ATIS", indiquent la piste en service pour le décollage, les procédures de vol à respecter après le décollage, les conditions météorologiques, ainsi que d'autres informations.

(f) - Exemple: Contrôle des bagages non identifiés, recherche d'un passager non présent à bord, alors que ses valises ont été embarquées en soute, ...

(g) - Cette vitesse "V1" est calculée en fonction de la longueur de la piste, de la masse de l'avion, etc...

(h) - En fait, c'est la vitesse dite "VR" (vitesse de rotation) qui est annoncée, quelques secondes avant la vitesse "V2". "VR" est une vitesse à laquelle le pilote, par son action sur les commandes de vol, fait lever le nez de l'avion jusqu'à ce qu'il ait atteint la position lui permettant de décoller.

(i) - En cas de dépassement du niveau de bruit fixé, les compagnies sont également sanctionnées par des amendes. Un compagnie a révélé avoir, il y a quelques années, réglé une facture globale d'environ 100 MF, pour des taxes de bruit les plus diverses.

(j) - Approche à vue: Le pilote voit la piste et son environnement. Il contrôle donc sa trajectoire en agissant sur les commandes de vol et en regardant dehors, tout en suivant les indications données par ses instruments de bord.

Approche aux instruments: Le pilote guide l'avion uniquement en suivant les informations données par ses instruments de bord. L'approche peut être manuelle (le pilotage de l'avion est effectué par le pilote aux commandes) ; partiellement ou totalement automatique (le pilotage est assuré par un équipement nommé "PA", pour "Pilote Automatique").

(k) - Qualification de l'équipage pour ce type d'approche ; tous équipements en bon fonctionnement ; vent traversier ne dépassant une certaine force ; nature des équipements radioélectriques des installations au sol ; situation météorologique.

(l) - L'avion, répondant aux indications du pilote automatique, selon le cas, peut effectuer, de lui-même : l'arrondi (permettant à l'avion de diminuer son taux de descente et de prendre, doucement, contact avec le sol) ; la réduction de la poussée des réacteurs ; le maintien de l'avion au centre de la piste ; le freinage jusqu'à l'arrêt de l'avion.

(m) - Vidange des toilettes, nettoyage de la cabine, ravitaillement en boissons, nourritures, pompage du carburant, chargement des bagages et du fret, vérifications techniques etc...

(n) - Atterrissage sur un autre terrain que celui prévu, à cause d'un manque de carburant ; arrivée à destination avec une très faible réserve de carburant ; traversée de zones de turbulences ayant occasionné des dégâts à l'avion ou des blessures de passagers, n'ayant pas attaché leur ceinture de siège ; etc...

(o) - Le jet-stream est un fort courant d’air qui existe dans les deux hémisphères. Les très forts vents qui y sont rencontrés peuvent aller jusqu’à 500 km/h. Il en résulte soit des vitesses sol extravagantes (le vent poussant alors l’avion), soit des vitesses sol extrêmement réduites (le vent freinant l’avion), qui font varier la durée du vol et peuvent en perturber son déroulement par de fortes turbulences.

Lu 143070 fois
Notez

Commentaires

1.Posté par laurentg@sport-away.com le 21/04/2004 09:14 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Bonjour
Merci pour cet article de " fond". Nous avons aussi besoin d'information qui ne traitent pas uniquement de l'actualité mais aussi des infos metier.
Amicalement

2.Posté par segargoet@wanadoo.fr le 07/05/2004 12:41 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Tout peut etre beau et gentil, sachant que la majorité des français utilisent les avions affrétés par les tours opérator, bonjour les dégats, vous idéalisez une fonction dans une grande Cie Française, nous sommes loin de la réalité sur le terrain, j'ai oeuvré dans la sécurité des vols et meme dans la grande Cie, tout n'est pas parfait malgré les moyens mis en oeuvre, restez réaliste et penchez vous un peu vers ceux qui nous "controle", la DGAC!

3.Posté par fonebone@free.fr le 10/05/2004 21:23 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
On aurait surtout aimé un article écrit par un professionnel de la ligne, un vrai !

Comment porter un quelconque crédit à un monsieur qui ne fait que de l'argent avec les livres qu'il se permet d'écrire, sans rien connaître au vol en ligne ?

4.Posté par laurent1969@hotmail.com le 13/05/2004 20:14 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
je ne suis pas entièrement d'accord avec les commentaires ecris plus haut. je trouve que cet article, apparament écrit par un néophyte, reflète bien les situations, les problémes et les inpondérables rencontrés par les pilotes lors de la préparation et de l'execution d'un vol.


5.Posté par alouche salim le 24/09/2005 14:31 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
bonjour je m'appel salim et j ai 13 ans et je voudrais faire le metier de pilote de ligne parce que c'est formidable et c'est magnifique et je trouve sa bien qu'il fait se site comme sa je peut me préparer

6.Posté par Doucet Jean-Philippe le 18/10/2005 00:32 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Merci pour se formidable appercu du metier de pilote de ligne. J'ai passe trois fois le concours EPL/S, j'ai ete recale 2 fois a l'ecrit et une fois par les entretiens psychologiques. Cette description du metier de PNT va me permettre, si jamais j'ai la chance et le privilege de me representer aux entretiens du concours EPL/S, de bien insister sur certain mots tels que securite, prise d'initiative et de decision ou encore sur le fait que le pilote s'inscrit dans un schema d'entreprise, aspect du metier que je n'avais pas envisage d'aborder le jours des entretiens. Merci encore pour cette mine d'information.

7.Posté par Khun Benjamin le 22/10/2005 21:35 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Cher Commandant, Je voulais juste vous remercier pour toutes ces explications. Pour ma part, je n'ai qu' Admiration envers tous les pilotes du monde. Je sais que maîtriser une telle marchine dans une telle atmosphère ( météo ) c'est tout un art !
Nul n'a envie de commettre des erreurs, surtout après tant d'années d'apprentissage et d'efforts, et surtout quand sa vie est également en jeu. Alors, ces Monsieurs administrateurs devraient comprendre et soutenir. Renforcer les moyens pour préparer toute éventualité au lieu de juger quand celà arrive.
VOLER C'EST CE QU'IL Y A DE PLUS BEAU DANS UNE VIE. Pour moi, j'ai toujours rêvé de voler. Jusqu'à présent, j'ai pu en faire très peu, juste quelques heures sur un Cessna 152 et un Robin DR300, et j'aime vraiment ça. Mais les circonstances de ma vie... ont décidé autrement pour pouvoir en faire un métier.
Bien cordialement,
B. Khun

8.Posté par brahim le 30/10/2005 23:21 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Bonsoir je me nome brahim et j'ai 15 ans.Moi aussi je veut faire pilote de plus, je trouve que cet article est très bien detaillé

9.Posté par matthieu le 05/11/2005 21:48 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
bonjour je trouve votre site très intéressant merci de l'avoir fait cela m'a permis d'apprendre plein de choses ! apres je voulais vous demander s'il était possible de devenir pilote avec un bac technologique hotellerie et un BTS. oui je sais ce n'est pas vraiment le cursusse habituelle!! ou sinon stewart. enfin il est vrait que j'aimerai travailler dans les avions ! si vous pouvez m'apporter une reponse je vous en remercie d'avance

10.Posté par ben le 24/11/2005 21:34 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Bonsoir,
Moi aussi je voudrais être pilote de ligne.
Mais j'ai une question à propos du vol en croisière :
Je sais qu'il faut être vigilant aux instruments pour la vitesse, la trajectoire... Mais pour les vols moyen ou long courrier, le pilote doit il constamment pendant (en exemple) : 10h de vol surveiller ses instruments ? Ou, peut-il se reposer (pour admirer le ciel) ou dormir pendant un cours instant ?
Merci de vos réponses sur mon e-mail ou sur ce site
Bonne soirée

11.Posté par loic le 28/11/2005 22:43 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
réponse à ben: sur les vols long courrier, le CDB est assisté par 2 ou 3 copilotes, il peut donc dormir un peu, c'est d'ailleurs une bonne chose car sa vigilence, avec la fatigue, pourrait diminuer et donc ça serait dangeureux pour la sécurité du vol.
Encore merci à Jean pour ces détails qui permettent de voir, contrairement à certains dire, que piloter c'est pas jouer à flight simulator. En tout cas, je suis étudiant et je ferais tout pour que mon rêve de devenir pilote se réalise. Enfin, réponse à Matthieu, avec un BTS tu peux te présenter à toutes les sélections qui menent à des formations gratuites (ENAC, Cadet Air France et militaires: EOPN et EOPAN) et également, tu peux tenter une formation autodidacte ab-initio mais le cout, que tu devra supporter seul est d'environs 75/80000 euros. voila, à bientot et continuez à croire en votre rêve, petit ou grand!!! SI vous avez des questions, n'hésitez pas, je suis pas pilote (j'espère le devenir!!) mais j'ai pas mal fait le tour de la question...

12.Posté par HOUNTONDJI THIERRY le 05/12/2005 18:14 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Je voudrais avoir la confirmation qu'il y ades femmes commandnts de bord. Si oui , donnez moi leur contact.
Merci

13.Posté par Coutris Pierre le 17/12/2005 18:11 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Toutes mes félicitations pour cet article qui retranscrit à merveille l'aspect technique du métier que je souhaite faire plus tard. J'espère pouvoir partager un jour avec vous ces évènements.

14.Posté par michelle le 29/12/2005 22:36 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Je suis a la recherche d'un commandant de bord est-ce possible de savoir qu'est-il devenu

15.Posté par HUCKI le 10/03/2006 18:06 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Tout n'est pas idéal pour un pilote, en long courrier un pilote de ligne se qualifie de veilleur de nuit....

16.Posté par HUCKI le 10/03/2006 18:07 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Tout n'est pas idéal pour un pilote, en long courrier un pilote de ligne se qualifie de veilleur de nuit....

17.Posté par HICHEM le 23/03/2006 18:19 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
bonjour a tous je reve de devenir pilote c'est pour cela que je me suis référé a votre pour avoir un avnt-gout d'un vol et merci pour cette fabuleuse analyse

18.Posté par ben le 12/05/2006 13:09 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Bonjour tt le mondeee... j'ai 20ans et je veux également etre pilote de ligne... moi j'ai decidé de partir au canada pour passé mes qualifs..... si ca interesse quelqu'un.. vené parler !!
Benji

19.Posté par kevin le 26/08/2006 12:07 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
je me demandai si vou pouvais me donner un site ou est qui est ecrit les parole que le comendent de bord di o passager genre bonjour mesdame et messieur bienvenue a bord ...etc

20.Posté par jerid le 05/11/2006 23:08 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
bonjoure,
je mapelle sami j'ai 13 ans moi quand je suis entouré de mes copain il me disent cé koi ke ta envi de faire plus tard moi je leure di pilote de ligne il me dise kelle povre taré té fou ta vu les danger de se metiers je leurs di oui bien sur mais moi si jamé je veut faire pilote malgré ses danger la jen ai r1 a foutre car sé la passion de voler que jé prouve moiii ma seul pasion sé les avions de ligne MA RESON DE VIVRE : ETRE PILOTE DE LIGNE!!!!!!!!!!!!! je remerci se monsieur qui ma doné plus dinfo sur les commandant de bord !!!!

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Tous les commentaires discourtois, injurieux ou diffamatoires seront aussitôt supprimés par le modérateur.
Signaler un abus

Dans la même rubrique :
< >

Lundi 6 Septembre 2021 - 11:06 Train : coup d'envoi du Connecting Europe Express








































TourMaG.com
  • Snapchat
  • Instagram
  • Twitter
  • Facebook
  • YouTube
  • LinkedIn
  • GooglePlay
  • appstore
  • Nos Médias
  • DMCmag
  • Brochures en ligne
  •  La Travel Tech
  • Welcome To The Travel
  • AirMaG
  • Futuroscopie
  • CruiseMaG
  • Voyages Responsables
  • #PartezEnOutreMer
  • Partez en France
  • TravelManagerMaG
 
Site certifié ACPM, le tiers de confiance - la valeur des médias