TourMaG.com, 1er journal des professionnels du tourisme francophone


Déconfinement, été 2020 et tourisme : le Dr A. Sénéquier (IRIS) répond à vos interrogations

Interview d'Anne Sénéquier (médecin-chercheuse)



Emmanuel Macron a surpris les Français en annonçant un déconfinement le 11 mai prochain. Alors que la date approche à grands pas, nous avons interrogé Anne Sénéquier, médecin, chercheuse et codirectrice de l’Observatoire de la santé mondiale de l'IRIS, pour connaître son avis sur la vie "après" le confinement et le tourisme de l'été 2020. Attention, le mois prochain, tout ne reviendra pas à la normale...


Rédigé par le Dimanche 26 Avril 2020

Les vacances à l'étranger ne sont pas pour maintenant, mais rien ne dit que cela ne sera pas denouveau possible avant 2021 et un vaccin selon Anne Sénéquier - Crédit photo : Depositphotos @kostomarova
Les vacances à l'étranger ne sont pas pour maintenant, mais rien ne dit que cela ne sera pas denouveau possible avant 2021 et un vaccin selon Anne Sénéquier - Crédit photo : Depositphotos @kostomarova
TourMaG.com - En France, les derniers signaux provenant des hôpitaux sont plutôt positifs et montrent un certain contrôle de la propagation de l'épidémie. Pensez-vous que nous ayons vaincu, ou du moins contenu le coronavirus ?

Dr Anne Sénéquier :
Vaincre, je ne dirais pas ça.

Nous sommes sur une tendance positive, dans la mesure où les services de réanimation n’affichent pas tous complet.

Ce n'est pas non plus une baisse exceptionnelle, mais il faut prendre toutes les bonnes nouvelles après ces premiers mois compliqués.

Nous observons que l'indicateur R0, le taux de reproduction, est inférieur à 1. Ainsi, pour une personne atteinte du Covid-19, il y a 0,6 nouveau cas, c'est une bonne chose. Pour que l'épidémie disparaisse, nous devons maintenir ce facteur en dessous de 1.

Le confinement avait cet objectif, en limitant le nombre de contacts.

TourMaG.com - Le confinement justement devrait bientôt prendre fin, le 11 mai 2020...

Dr Anne Sénéquier :
C'est une échéance importante qu'il ne faudra pas rater. Un déconfinement sans aucune mesure contraignante nous ramènera à la situation initiale.

Les premières simulations de l'immunité collective (qui correspond au pourcentage d’une population donnée qui est immunisée/protégée contre une infection, ndlr) montrent que si nous voulons que le R0 reste en dessous de 1, nous devons avoir une immunité équivalente à 60% de la population, sauf que nous en sommes très loin.

En France, depuis le début de l'épidémie, le taux d’immunité est très bas, elle oscille entre 1 et 10% selon les départements. Il est donc illusoire aujourd’hui de viser l’immunité collective.

Tout l'enjeu du 11 mai 2020 sera de mettre en place des mesures permettant d'appliquer la distanciation sociale, en adaptant la vie de tous les jours à cette nouvelle normalité.

Dans cette logique, ceux qui souhaitent ou veulent rester en télétravail pourront être encouragés à le faire, tout comme les écoles qui ne reprendront bien sûr pas toutes en même temps.

Toutes les pistes de réflexion sont bonnes à prendre, il faut penser de manière transversale et globale.

"On se profile sans doute vers un déconfinement progressif"

TourMaG.com - Si je comprends bien, au 11 mai, le changement dans notre vie ne sera pas radical, nous risquons d'avoir un confinement amélioré...

Dr Anne Sénéquier :
On se profile sans doute vers cela, avec un déconfinement progressif.

Les restaurants étant des lieux de rencontres et de contacts ne seront effectivement pas les premiers commerces à rouvrir.

Pour les restaurants ayant une grande salle, il sera facile de mettre en place la distanciation sociale, mais les bistrots avec une salle de 30m² devront être très inventifs pour respecter les consignes.

Il va être important de trouver des solutions pour ces activités économiques, comme le spectacle ou les cinémas, qui de manière intrinsèque, ne répondent pas aux mesures barrières.

De même du côté des transports en commun. Les images des bus ou métros bondés aux heures de pointe ne seront pas possibles à l'avenir, il va falloir les adapter.

Les fréquences de passage devraient être sensiblement augmentées, pour diluer la masse, puis nous devrions adopter une stratégie surnommée "l'urbanisme tactique".

Etant donné que le vaccin n'est pas attendu avant 2021, il est fort probable que ces dispositions durent et potentiellement deviennent de nouvelles normes.

Avec un espace urbain aménagé pour répondre à la distanciation sociale, en accordant plus de place aux micromobilités (vélo, trottinette, piétons, ndlr), nous pourrions en ressortir doublement gagnant en termes de qualité de vie urbaine.

TourMaG.com - La situation pourrait donc perdurer pendant une partie de l'été...

Dr Anne Sénéquier :
Les festivals sont annulés jusque mi-juillet. L'idée est de mettre en place des actions, pour éviter une deuxième vague.

Nous allons aussi devoir observer la réaction de l'épidémie face à ces mesures. En fonction de cela, nous pourrons aller vers des restrictions plus souples, si c'est le cas contraire, nous allons devoir changer de braquet.

Nous verrons au fur et à mesure, pour adapter les dispositions que ce soit lors de l'été et à la rentrée prochaine.

TourMaG.com - Depuis l'annonce du Président Macron, dans la presse circule une rumeur sur une possible instauration du masque de protection obligatoire pour tous, dans l'espace public. Sauf que dans le même temps, les virologues et les médecins disent qu'il ne sert à rien pour un individu sain de porter un masque. Qui dit vrai ?

Dr Anne Sénéquier :
La problématique est différente selon les situations et notamment dans les transports en commun.

Le port du masque dans les espaces publics répond à un principe de précaution.

Dans les transports en commun, la fréquentation et la disposition des équipements font qu'il n'est pas toujours possible de tenir le fameux mètre de distance entre les voyageurs. Si quelqu'un éternue en face de vous, votre masque permettra de limiter le risque de contamination.

Le masque ne protège pas sur le fait que vous puissiez respirer le virus, mais vous protège si quelqu’un vous éternue ou vous postillonne dessus. D’autre part, il vous évite également de vous toucher le visage et donc de vous contaminer si vous avez touché une surface souillée.

Après, il va falloir éviter le sentiment de sécurité trop important parce que "je porte le masque", c'est une mesure additive aux mesures barrières, ce n'est pas une bulle protectrice.

Il va être nécessaire d'éduquer les Français sur le port du masque pour qu'il fasse effet, ce n'est pas inné. C’est la première chose que les étudiants en médecine apprennent. Le port du masque, comment mettre des gants, les enlever, le lavage des mains... ça les occupe un bon moment.

C'est un apprentissage en soi.

"Nous allons sans doute revenir aux origines du tourisme, à un tourisme local"

TourMaG.com - Pour en revenir au tourisme, un secteur en grande détresse, mais surtout qui peine à voir le bout du tunnel, le 11 mai et l'été ne seront sans doute pas le bout du tunnel...

Dr Anne Sénéquier :
Il me semble que nous allons vers un tourisme national, enfin c'est ce qui se dessine de plus en plus.

TourMaG.com - La certitude est chaque jour plus grande, mais vers quel tourisme ? Puisque rien ne dit que les châteaux, les lieux d'attractions et de divertissements seront ouverts...

Dr Anne Sénéquier :
Je n'en sais pas plus, mais je ne vois pas comment, en ayant suspendu tous les festivals jusqu'à la mi-juillet, les parcs d'attractions pourraient eux ouvrir.

Ce ne serait pas sensé, ni cohérent.

Nous allons sans doute revenir aux origines du tourisme, à un tourisme local.

Si on souhaite éviter les situations de trop grande promiscuité, il y a fort à parier que les formules gagnantes cet été seront les locations de maisons individuelles, les gîtes ruraux... Pour retrouver une situation "comme à la maison", mais dans une autre région.

TourMaG.com - Quels seront les défis pour les hôteliers afin de pouvoir rouvrir et accueillir du public cet été ?

Dr Anne Sénéquier :
L’idée majeure sera d'adapter l’hôtellerie aux mesures barrières et tout spécialement la distanciation sociale.

Finalement dans les chambres, ça ne change pas énormément de choses, il suffira d'aménager un peu l'accueil, comme c’est déjà le cas dans de nombreux commerces.

Le personnel devrait porter des masques et des gants, le comptoir serait doté d'une vitre et il serait nécessaire de faire patienter les clients avec un mètre de distance chacun.

Ces dispositions ne sont pas impossibles à respecter, par contre il sera bien plus compliqué de le faire pour les espaces de restauration, les spas ou les activités d'eau.

TourMaG.com - Faut-il prévoir une désinfection des chambres et un travail supplémentaire pour les femmes ou valets de chambre ?

Dr Anne Sénéquier :
Il suffit de faire le ménage correctement, comme c’est déjà le cas, car cela élimine la saleté et donc cela permet de ne pas cacher le virus.

Une désinfection peut être préconisée, mais cela ne veut pas dire qu'il est nécessaire de passer la javel du sol au plafond. Cela pourra entraîner un peu plus de travail, c'est évident.

Si les personnels de chambre sont équipés convenablement, il n'y a pas de risque de véhiculer la maladie, ce sera une disposition à mettre en place aussi.

"Nous ne pouvons pas dire : jusqu'au milieu de l'année 2021, il ne sera pas possible de voyager"

TourMaG.com - Pour certains patrons du tourisme, un retour à la normale dans notre secteur est indissociable du vaccin. Qu'en pensez-vous ?

Dr Anne Sénéquier :
Tout va dépendre de la persistance de l'épidémie.

Pour nous replonger dans l'Histoire, certaines épidémies ont des temporalités longues, sur plusieurs années, mais cela ne veut pas dire qu'elles sont actives partout. Certaines épidémies sont plus courtes.

Nous voyons bien que le Covid-19 fonctionne par vague. Il y a eu l'Asie, puis l'Europe et maintenant l'Amérique latine ou les USA.

Si tout va bien pour la recherche, le vaccin est attendu pour le milieu de l'année prochaine, si d'ici là le nombre de cas chute drastiquement pour atteindre zéro pendant plus de 28 jours... alors l’épidémie sera finie.

Nous pourrons alors revivre le voyage comme avant.

Pour autant la fin d’une épidémie ne veut pas dire que le virus a disparu. Il y a toujours le risque d’une résurgence, d'autant que nous ne savons pas quel a été l'animal hôte.

Il n’est pas possible de prédire ce qu’il se passera dans 3, 6 ou 12 mois... Où et comment voyager jusqu’en 2021 ? Il va falloir suivre l’évolution de la pandémie et ajuster les recommandations de voyage au fur et à mesure.

Nous ne pouvons pas dire : jusqu'au milieu de l'année 2021, il ne sera pas possible de voyager.

TourMaG.com - L'instauration d'un passeport sanitaire est-elle indispensable à l'avenir ?

Dr Anne Sénéquier :
Ça existe déjà, avec le petit cahier jaune de vaccination dans le passeport.

Vous en avez besoin pour entrer dans certains pays pour justifier de la vaccination contre la fièvre jaune. Il est fort probable que son usage se généralisera pour le Covid19.

TourMaG.com - La généralisation des tests, par les acteurs du tourisme, pourrait être le meilleur des passeports ?

Dr Anne Sénéquier :
Il va falloir être inventif pour sauver cette branche de l’économie mondiale dans les prochains mois.

Toute les pistes sont à explorer. Mais est-ce qu’un centre de vacances peut vous demander un test sanguin avant de faire une réservation ? C’est contre le secret médical et d’autre part même si vous êtes négatif au moment de la réservation, rien n’exclut que vous ne soyez pas contaminant en arrivant.

Le problème du touriste et de la maladie va dans les deux sens. Le touriste peut attraper une maladie sur place, mais aussi en transmettre une...

Pour illustrer cela, prenons le cas du continent américain déclaré exempt de rougeole en 2016 par l’OMS. Une première dans l’histoire mondiale.

L'hiver dernier, une famille du Sud de la France se rend au Costa Rica avec une suspicion de rougeole.

Mi-avril 2020, il y a 1 104 cas de rougeole sur le continent américain. La trêve a été de courte durée.

Si on veut pouvoir un jour se déclarer « Covid-free », le jour où le vaccin sera présent et efficace, il faudra résoudre la problématique des anti-vaccins et mettre en place un contrôle sanitaire plus efficace lors des voyages internationaux.

Critiques contre l'OMS : "Elles proviennent des Etats-Unis, un pays qui a raté sa préparation à l'épidémie"

TourMaG.com - Est-ce aux professionnels du tourisme de mettre en place ces tests ? Le secteur continue d'être grandement montré du doigt, comme étant une source d'accélération de propagation du coronavirus.

Dr Anne Sénéquier :
Les tests aujourd’hui sont à visée diagnostic, c’est réservé au milieu médical.

Je ne sais pas si rapport au secret médical et à l’éthique un tel test peut être demandé dans la vie quotidienne. La solution pour le secteur du tourisme ne réside probablement pas dans les tests.

Si le secteur du tourisme réfléchit à des solutions pour rouvrir les structures et relancer l'activité, il sera intéressant de les confronter aux besoins et aux solutions pour combattre l'épidémie.

TourMaG.com - Comment voyez-vous les critiques contre l'OMS ?

Dr Anne Sénéquier :
Il faut les remettre dans leur contexte.

Elles proviennent des Etats-Unis, un pays qui a raté sa préparation à l'épidémie en souhaitant développer ses propres tests plutôt que d’accepter ceux de l'OMS. Sauf qu'ils n'ont pas fonctionné, ils ont perdu plusieurs semaines.

D’autre part, le risque sanitaire a complètement été nié lors des premières semaines de l’épidémie, la gestion de la crise a été politisée, avec la notion de « virus chinois », un moyen aussi de déstabiliser Trump en pleine année électorale, etc.

Il était plus simple de pointer du doigt la Chine ou l'OMS, plutôt que de se remettre en question.

L'OMS a encensé la réponse chinoise sur la gestion de l'épidémie pour deux raisons. Tout d'abord sa réponse à l’épidémie, malgré les critiques qu’il reste à faire, était nettement meilleure que lors de l’épidémie précédente (SRAS 2002).

Puis il n’est pas pertinent de se mettre à dos un pays d’où est partie l’épidémie et qui détient donc des réponses sur les premières semaines de l’épidémie.

D’autre part, l’OMS de manière intrinsèque doit avoir l’autorisation de l’Etat membre pour se rendre sur son territoire et faire des enquêtes.

Quelle pertinence y aurait-il eu à contrarier la Chine alors qu’il fallait pouvoir aller enquêter sur place, et que ce pays est le fournisseur numéro un d’équipement médical (masque, gants, lunettes...).

Peut-être serait-il surtout temps de donner plus de pouvoir à l’OMS...

Une situation critique aux USA ? "La crainte est légitime"

TourMaG.com - Pour rester aux USA, la crainte vient dorénavant de la première puissance mondiale. Entre les manifestants qui militent pour la fin du confinement et une explosion de l'épidémie...

Dr Anne Sénéquier :
Ces manifestations sont très limitées par rapport à la population, mais elles sont bien là et visibles.

La crainte est légitime. Les Etats-Unis sont devenus le foyer numéro un dans le monde.

Si vous regardez la courbe de l'épidémie et sa propagation, les signaux ne montrent pas un ralentissement.

La vague du virus se propage d'Est en Ouest, et arrivera sans doute sur la côte Ouest à un moment donné.

Des pics épidémiologiques ont été atteints à plus de 32 000 cas par jour, et même un nouveau sommet à plus de 39 500 nouveaux cas mardi 21 avril 2020, la situation est d'ores et déjà préoccupante.

Ils sont toujours dans une phase ascendante, couplée à un système social et de protection du travail défaillant.

Romain Pommier Publié par Romain Pommier Journaliste - TourMaG.com
Voir tous les articles de Romain Pommier
  • picto Facebook
  • picto Linkedin
  • picto email

Lu 18558 fois

Notez



1.Posté par PAT44 le 27/04/2020 11:02 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
On critique les états-unis mais sauf erreur, proportionnellement au nombre d'habitants il y a plus de morts en France qu'au US

2.Posté par Eric le 28/04/2020 13:34 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Comme le precedent post le rapport mort population est accablant pour notre pays. Et 6 semaines apres la population na toujours pas les masques alors quils sont distribuez depuis des semaines Gratuitement en A llemagne Portugal Rep Tcheque Autriche. Cherchez lerreur

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Tous les commentaires discourtois, injurieux ou diffamatoires seront aussitôt supprimés par le modérateur.




Dernière heure
















TourMaG Travel Media Group Légal Utiles
Emploi
AirMaG
CruiseMaG
CampingMaG
La Travel Tech
Partez en France
Voyages Responsables
Businesstrips
Brochuresenligne.com
DMCmag.com
MyEventStory.com
Signaler un contenu illicite
Plan du site
RGPD
Contact
Publicité
La presse en parle

Tourmag Travel Media Group
Le groupe TourMaG Travel Media Group publie également :
Businesstrips, application mobile pour les voyageurs d'affaires; Brochuresenligne.com, 1er portail de brochures électroniques de voyages; DMCmag.com, 1er portail Destination Management Companies et MyEventStory.com, créateur d'émotions.

AirMaG Brochures en ligne CampingMaG CruiseMaG DMCmag
La Travel Tech Partez en France TourMaG Voyages Responsables Welcome to the travel