TourMaG.com, 1er journal des professionnels du tourisme francophone



Un an après la crise : comment peut-on réinventer sa production touristique ?

Nouvel épisode des Ateliers IFTM Top Resa sur la production touristique



Après les tables rondes, l'IFTM a proposé un nouveau format avec des ateliers de formation. Alors que le tourisme est une nouvelle fois à l'arrêt, il reste quelques semaines pour permettre aux professionnels de repenser leurs offres, face à une clientèle qui aura c'est une certitude de nouvelles exigences. Pour réinventer sa production, TravelPro Formations vous offre quelques idées et pistes, afin d'affronter les nouveaux besoins des "voyageurs".


Rédigé par le Mardi 2 Février 2021

Nouvel épisode des Ateliers IFTM Top Resa sur la production touristique avec TravelPro Formations - Crédit photo : Depositphotos
Nouvel épisode des Ateliers IFTM Top Resa sur la production touristique avec TravelPro Formations - Crédit photo : Depositphotos
Après une année de crise, de réflexions et de nombreuses réunions Zoom pour phosphorer sur le tourisme d'après, il est venu le temps de se projeter dans ce monde chaotique.

C'est en tout cas l'enjeu des Ateliers proposés par l'IFTM-Top Resa.

"Nous n'avons pas la prétention de croire que nous allons tout bousculer, mais vous apporter des pistes et réflexions pour demain," introduit Sylvie Da Silva, directrice de TravelPro Formations.

Dans ce nouvel opus, l'enjeu était de délivrer quelques billes aux professionnels de voyages afin de leur permettre d'adapter leur production, pour qu'elle soit en adéquation avec les aspirations des clients.

Et pour débuter sur la réflexion autour d'une réorganisation ou ajustement autour de son offre, il convient s'intéresser au cœur du sujet à savoir... le Client.

"Ils n'ont jamais eu le temps d'autant réfléchir et se remettre en question depuis quelques mois," avertit Silvia Trinchero, intervenant pour l'institut de formation.

Quelle différence entre le voyageur et le touriste ?

Et contrairement à ce que pense Instagram, le choix de partir dans telle ou telle destination ne se fait pas sur des simples images et une vidéo de 3 minutes.

Il existe une multitude de paramètres qui influencent l'humain. Tout comme le client n'est pas singulier, il est multiple.

"Il convient de savoir qui est notre client, savoir si nous avons en face un touriste ou un voyageur ? Un touriste veut consommer un produit à la carte, alors que le voyageur est un peu plus complexe," confie l'intervenante.

A chaque personne son produit et c'est important de bien le cibler, même si la frontière est parfois menue.

Ainsi, une personne qui souhaite un road trip, terme à la mode dans le monde d'avant, n'est autre "qu'un circuit," résume Silvia Trinchero.

Le voyageur serait alors une personne qui veut sortir hors des sentiers battus, ne pas être dans les mêmes lieux que les touristes et découvrir la culture du pays.

Le tourisme d'après sera sans doute une mutation des deux profils. Le voyage pourrait à l'avenir être moins accessible, moins récurrent, donc la dimension découverte sera très importante.

"Le tourisme avant la crise, il consommait afin de remplir le temps libre et pour à s'évader du quotidien, tout en allant dans les fameux "place to be".

Au contraire, le voyageur n'est pas un consommateur, il pense qu'il n'a pas besoin de nous agents de voyages
" définit la formatrice.

Cela passera par l'expertise et la possibilité de le faire rêver, tout en stimulant l'imaginaire de ce voyageur.

Pour cela, il est nécessaire de commencer par l'utilisation de symboles, rien que dans le titre, mais aussi en utilisant du marketing expérientiel, mais ce n'est pas tout.

Comment draguer le Voyageur ?

"Depuis quelques années, les Américains nous voient avec un verre de vin à la main. C'est un exemple, il faut invoquer les différences culturelles de la destination.

Nous le faisons entrer dans le mythe
d'un endroit.
"

Ce qui est exotique pour nous ne l'est pas pour notre voisin. L'imaginaire autour d'un pays ou destination est un formidable vivier à exploiter, sans toutefois tomber dans la caricature trop lourde.

Si le voyageur sait où partir, il faut l'accompagner tout en apportant "un supplément d'âme et de technique" ajoute un spectateur de la formation.

Une fois bien ciblé la personne qui est de l'autre côté du bureau, il convient de connaître les nouvelles tendances dans le voyage, car la crise a entraîné une accélération des signaux que nous recevions ces dernières années.

"Les nouvelles tendances donnent une nouvelle approche, donc un fil conducteur et une thématique à votre produit," confie la formatrice.

Il sera alors possible de capter un voyageur qui ne veut pas un package standard, en l'adaptant avec ces points.

Dans ces nouvelles tendances, nous retrouvons sans surprise une forte montée du tourisme durable, social ou solidaire, des concepts novateurs d'hébergements ou de pratique de vacances.

"Il existe aussi le slow tourisme, des nouveaux types de clients, le tourisme digital, expérientiel, etc. Il ne faut pas subir les nouvelles technologies, mais les exploiter et les intégrer pour nous épauler," conseille Silvia Trinchero.

Il y a aussi des bases à ne pas oublier, tendance ou pas.

Le produit touristique doit répondre à certains attributs : autour de ce que le client recherche, à savoir sa perception, l'imaginaire autour de la destination et le produit personnalisé.

Personnaliser : oui, mais comment ?

une production innovante comprend l'expertise de l'agent de voyages, s'appuyer sur la relation client, empathie et étude des besoins clients -DR
une production innovante comprend l'expertise de l'agent de voyages, s'appuyer sur la relation client, empathie et étude des besoins clients -DR
"Mark Twain disait en 1869 déjà que le tourisme cherche la confirmation de ce qu'il avait imaginé ou vu, après il ira sur place, d'où la personnalisation !"

Sauf que la personnalisation ne fait pas tout, l'offre doit aussi s'adapter aux nouveaux produits qui répondent à des besoins latents ou mal satisfaits par la concurrence

Ainsi, amis agents de voyages vous devez vous renseigner, lire et espionner ce que fait le voisin.

Ces recherches passent aussi bien par ce que peuvent vous communiquer les TO ou les services de production, mais aussi ce que peuvent vous confier les clients, et opérer une veille concurrentielle.

Ainsi, une production innovante comprend l'expertise de l'agent de voyages, s'appuyer sur la relation client, empathie et étude des besoins clients (voir visuel).

Être agent de voyage au 21e siècle, c'est une activité de tous les instants.

"Avoir des idées, des thématiques, faire du sourcing, négocier et développer un produit autour d'un concept. Il ne faut oublier que ce nouveau voyage doit être rentable pour l'agence," rappelle l'intervenante.

Après l'avènement du tourisme de masse et des villages vacances, où le client reste enfermé dans une enceinte hôtelière, pour profiter de la piscine, les clients ont eu besoin d'une nouvelle forme de voyage.

Il est venu le temps de vivre des moments, de se rapprocher des populations et de ramener des souvenirs. Cette tendance n'implique pas une révolution totale, mais une adaptation de l'existant.

Ces transformations rejoignent aussi la réflexion de Sophie Lacour, demain la rencontre avec l'autre redeviendra une quête importante.

"Il y aura un retour du contact humain réel. Que ce soit en 2022 et 2023, la rencontre en vrai, physique, va devenir un évènement," analysait la chercheuse dans TourMaG.com.

Et les souvenirs passent par la rencontre avec l'autre, l'échange avec un étranger.

Le nouveau tourisme sera expérientiel, mais comment l'atteindre ?

Vous l'aurez compris, la crise n'implique pas une révolution, mais des ajustements.

"Le produit est toujours le même, il faut travailler l'habillage, c'est le marketing. Le voyage passe par l'action, nous retenons ce que nous avons fait pas vécu," pense savoir la formatrice.

L'habillage de l'expérience peut se faire par la thématisation, l'impression positive, l'élimination des éléments négatifs, la production de souvenirs, la sollicitation des 5 sens, soit utiliser le marketing expérientiel.

Pour voir l'intérêt de celui-ci, regardez un peu autour de vos boutiques, les magasins ayant percé. Les Starbucks, ou autres Nature et Découvertes.

Quel est le point commun de ces success stories : elles ont travaillé la thématique à fond, en utilisant des symboles et une expérience. Mais comme la pâte à tartiner, il ne faut pas trop abuser de l'expérience, pour éviter l'indigestion.

"Il ne faut pas trop en faire, sous peine d'oublier la destination. Il faut laisser du temps pour la sérendipité, la découverte au hasard," analyse Silvia Trinchero, intervenant pour TravelPro Formations.

Le temps libre est important, même dans un séjour packagé.

Vous avez maintenant les outils pour imaginer la production du monde d'après, après il ne faut pas oublier la technique, c'est à dire les bases du voyage à forfait (voir visuel ci-dessus).

La façon de vivre le temps libre ne va pas fondamentalement changer, elle suit les mutations que nous avons vues ces dernières années, celles dont tout le monde se moquait ces dernières années.

En résumé, pour l'avenir vous devez intégrer une dimension locale, expérientielle et sans doute zapper le tourisme de masse.

"Si nous avons une approche moderne et flexible, peut-être nous pourrons garder le client plus longtemps et capter les voyageurs."

Le tourisme est mort, vive le voyage !

Romain Pommier Publié par Romain Pommier Journaliste - TourMaG.com
Voir tous les articles de Romain Pommier
  • picto Facebook
  • picto Linkedin
  • picto email

Lu 6480 fois

Notez

Commentaires

1.Posté par Philippe JOLIVET le 03/02/2021 10:37 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Très bel article de fond.
Nous sommes là au cœur du "tourisme de demain".
Et c'est ce que nous avons tenté de créer et ce que nous proposerons dans un futur que nous espérons proche avec Relais d'Asie
thématisation, expériences fortes et différentes, authenticité, local...
https://www.tourmag.com/Relais-d-Asie-donnez-du-sens-a-vos-voyages_a106962.html

2.Posté par Sebastien Le Caro le 03/02/2021 11:38 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Un bel article en effet. Toutefois un bémol, j'ai l'impression, peut-être à tort, qu'on ne parle ici que du touriste "voyageur/découvreur" et non du touriste "repos/déconnexion" ; sachant qu'un même client peut être les 2 profils dans la même année. Le séjour balnéaire restera une demande forte de la clientèle française, notamment en club, favorisant ainsi l'industrialisation. Ce segment ayant sa part dans le tourisme de masse, je doute donc qu'il faudra le "zapper"... ;)

3.Posté par Philippe JOLIVET le 03/02/2021 12:58 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Sébastien,
Je suis d'accord avec vous là dessus, mais on sait depuis longtemps qu'une cible n'est pas un silo. Un client peut être une cible pour plusieurs types de voyages. Le client est zappeur et multi consommateur. Il pourra très bien avoir envie de ces beaux voyages, déconnectés, authentiques et vouloir partir une semaine en famille dans un kappa Club pour souffler ou 2 semaines de séjours dans les arbres en Dordogne... Je suis sûr par contre que le beau, le long, le grand voyage en circuit, en indiv, va se "consommer" différemment.

4.Posté par Van Thai Nguyen le 06/02/2021 13:43 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Super article! Cela confirme bien notre ressenti par rapport à l'évolution du tourisme de demain. Nous sommes déjà sur cet axe depuis 5 ans

5.Posté par Stéphane - Mahay Expédition le 09/02/2021 09:28 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Merci pour cet article complet et fort intéressant. Même si je ne suis pas en accord avec l'ensemble des items, je tiens à souligner et à féliciter l'auteur d'avoir mis en avant les différences de terminologies entre Touriste et Voyageur. Il est important que nous, professionnels du tourisme, soyons plus en adéquation avec les demandes de nos voyageurs en évitant de se positionner comme de simples commerciaux ! Merci une nouvelle fois pour cela.

"Le voyageur serait alors une personne qui veut sortir hors des sentiers battus, ne pas être dans les mêmes lieux que les touristes et découvrir la culture du pays."

6.Posté par Sebastien Le Caro le 09/02/2021 10:09 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Stéphane, je ne suis pas sûr qu'il faille opposer le Touriste et le Voyageur. Tout d'abord, un même client peut être l'un ou l'autre, selon la saison. Ensuite, le touriste qui resterait dans les sentiers battus peut lui aussi être intéressé par la culture du pays. Il n'est simplement pas suffisamment "aventurier" pour sortir de ces sentiers. La plupart des clients d'aujourd'hui, surinformés, sont trop complexes pour être réduit à 2 profils.
Et aussi, il faut être pragmatique : prenons un client, grand voyageur, qui n'a jamais mis les pieds dans un pays donné. Il faut bien qu'il découvre déjà, même rapidement, les principaux sites d'intérêt avant de s'engager dans les chemins de traverse et d'approfondir son expérience. Comme je l'ai souvent dit à des clients, peut-être à tort : "pour sortir des sentiers battus, il faut déjà y avoir mis les pieds". :)

7.Posté par Philippe JOLIVET le 09/02/2021 11:22 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Sébastien, je suis 100% d'accord avec vous. ne plaquons pas des étiquettes sur les clients. Tout ça est bien plus complexe et une personne peut entrer dans plein de "cases". ce qui est important pour nous, moi, par contre est d'avoir une offre cohérente à 100% qui rencontrera son public... ou pas ;o) !

8.Posté par Stéphane - Mahay Expédition le 09/02/2021 11:23 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Sébastien, je n'ai pas opposé le Touriste et le Voyageur mais ai simplement souligné qu'il était important que les professionnels des voyages et du tourisme en connaissent les différences telles que tu les présentes dans ton message.
La phrase que j’ai rapportée en de fin de message n’est autre qu’un extrait de cet article.
Cordialement

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Tous les commentaires discourtois, injurieux ou diffamatoires seront aussitôt supprimés par le modérateur.
Signaler un abus

Dans la même rubrique :
< >

Mercredi 20 Octobre 2021 - 11:51 Nordiska fait paraitre sa brochure Hiver 2021-2022









































TourMaG.com
  • Snapchat
  • Instagram
  • Twitter
  • Facebook
  • YouTube
  • LinkedIn
  • GooglePlay
  • appstore
  • Nos Médias
  • DMCmag
  • Brochures en ligne
  •  La Travel Tech
  • Welcome To The Travel
  • AirMaG
  • Futuroscopie
  • CruiseMaG
  • Voyages Responsables
  • #PartezEnOutreMer
  • Partez en France
  • TravelManagerMaG
 
Site certifié ACPM, le tiers de confiance - la valeur des médias