TourMaG.com, 1er journal des professionnels du tourisme francophone
TourMaG.com, 1e TourMaG.com, 1e



Madagascar : convention hors des sentiers battus pour Les Entreprises du Voyage

Avec les membres de la région Auvergne, Rhône-Alpes, Bourgogne et Franche-Comté



Madagascar, la « Grande Île » reste encore à l'écart des grandes destinations touristiques. Plus vaste que la France, elle n'accueillait en 2016 que 293 185 visiteurs étrangers, dont environ 65% de Français de la Métropole et de La Réunion voisine. Ce flux bien modeste sur l'échiquier du tourisme mondial est pourtant un record national, jamais atteint depuis 10 ans ! Magnifique Madagascar, au patrimoine naturel unique dans sa richesse, sa diversité et sa biodiversité, elle mérite beaucoup plus. « Les Entreprises du Voyage » de la région Auvergne, Rhône-Alpes, Bourgogne, Franche Comté l'ont choisie pour organiser leur convention 2017.


Rédigé par le Mardi 31 Janvier 2017

Les participants de la convention LEV Auvergne, Rhône-Alpes, Bourgogne et Franche-Comté devant le « Palais de la Reine ». Principal monument d’Antananarivo il  fut la demeure officielle des souverains de Madagascar au XIXe siècle - Photo : M.S.
Les participants de la convention LEV Auvergne, Rhône-Alpes, Bourgogne et Franche-Comté devant le « Palais de la Reine ». Principal monument d’Antananarivo il fut la demeure officielle des souverains de Madagascar au XIXe siècle - Photo : M.S.
« Tous les ans nous cherchons pour notre convention une destination hors des sentiers battus. L’année dernière, nous étions allés en Ouzbékistan. Cette année, le conseil d'administration hésitait entre l'Ethiopie et Madagascar ».

Cultivée par Danièle Armanhac qui la préside depuis neuf ans, c'est la tradition de Les Entreprises du Voyage (LEV) de cette région. Découvrir, défricher, rechercher des destinations nouvelles avec des intérêts conjoints. Apprendre aussi.

Madagascar a donc été retenue, décision concrétisée à l'IFTM Top Résa en septembre dernier, à l'occasion d'une rencontre avec Roland Ratsiraka, ministre du tourisme de Madagascar, depuis mai 2016.

Yannick Faucon, administrateur, a été chargé de la présidence de cette convention qui a réuni une cinquantaine de participants, partenaires et intervenants compris.

Il était chargé, entre autres tâches, de l'organisation technique. Pas simple ! Une telle mission demande à Madagascar des nerfs solides et une réserve de « Plans B ». Le moins que je puisse dire ici est que le programme n'était pas adapté à la situation.

Certaines informations vérité ont du mal à être dites par les autorités locales. Un exemple : les distances se comptent en heures de trajet et non en kilomètres.

Cela dit, deux mois après le Sommet de la Francophonie à Antananarivo et alors que s'ouvre « L'année du tourisme durable pour le développement » décidée en 2013 par les Nations Unies, un tel choix était aussi en phase avec l'actualité.

Le trafic touristique progresse régulièrement depuis 2009

Safari photo dans la forêt primaire d'Andasibe. Les lémuriens jouent à cache cache - Photo : M.S.
Safari photo dans la forêt primaire d'Andasibe. Les lémuriens jouent à cache cache - Photo : M.S.
Programmée par les spécialistes des voyages responsables, équitables et solidaires, recherchée par ceux que l'on appelle les « grands voyageurs » aguerris et informés, Madagascar est un marché de niche.

A entendre ses dirigeants, le pays souhaite élargir son public. Il s'y prépare en terme de formation, de développement et de standardisation de ses infrastructures, a dit en substance le Ministre du tourisme.

Depuis la dévastatrice crise locale de 2009, Madagascar semble avoir trouvé un équilibre politique. La prochaine élection présidentielle est programmée pour l'automne 2018. Gageons sur la pérennité d’un tel équilibre.

Rappelons qu'en 2009 Madagascar accueillait 165 987 visiteurs non résidents, touristes, voyageurs d'affaires et diaspora confondus (contre 375 010 en 2008).

Depuis 2009, à l'exception de 2013, les chiffres progressent régulièrement.

En 2016, ils ont été 293 185,
les visiteurs étrangers. Objectif 2017 ? « Franchir une nouvelle fois la barre des 300 000 et enregistrer pour 2017 une progression de 15% », a déclaré le ministre du tourisme.

« Nous attendons Madagascar sur le marché français »

De gauche à droite : Danièle Armanhac, présidente du LEV régional, Roland Ratsiraka, le ministre du tourisme de Madagascar, Ravatomanga Maminaina, président du groupe Sodiat et Jean-Pierre Mas, président national des Entreprises du Voyage - Photo : M.S.
De gauche à droite : Danièle Armanhac, présidente du LEV régional, Roland Ratsiraka, le ministre du tourisme de Madagascar, Ravatomanga Maminaina, président du groupe Sodiat et Jean-Pierre Mas, président national des Entreprises du Voyage - Photo : M.S.
Hors quelques rares faits divers abondamment relatés, Madagascar est une destination considérée comme sécuritaire, encore faut-il être vigilant et éviter de se balader en petit comité à certaines heures dans certains endroits, comme dans tous les pays du monde.

« Développer le tourisme ne se fait pas sur un claquement de doigt. Il faut une volonté politique. Il faut créer des produits, sensibiliser la population sur l'intérêt d'un tel développement. Que l'Etat travaille en partenariat avec les professionnels du tourisme de Madagascar pour créer cette nouvelle destination, dira Jean-Pierre Mas président national des Entreprises du Voyage.

Nous l'attendons sur le marché français... Il faut faciliter les accès et disposer d'infrastructures d'accueil qui répondent aux normes internationales ». En parlant de « volonté politique », pensait-il seulement à Madagascar ?

Il reste en effet encore beaucoup à faire pour que Madagascar connaisse un véritable développement touristique.

A entendre les pros français et malgaches, il faudrait que les fréquences, les services, les capacités sur les vols domestiques et les tarifs d'Air Madagascar soient revus, améliorés, développés. Il faudrait impérativement améliorer l'état des routes. Il faudrait, il faudrait...

Une convention sous le signe du changement

Yannick Faucon avait placé cette convention sous le signe du changement. « Pour grandir, nous devons changer ».

Le changement ça connait les professionnels du voyage. Depuis des lustres, ils vivent avec.

Changement de réglementations, de lois, de communication, d'outils technologiques, de méthodes de ventes et d'achat. La mobilité est sur tous les fronts.

Les destinations changent aussi. Les marchés émetteurs, la France en tête se détournent des best sellers d'hier. Pas envie de les citer. Alors il faut trouver de nouveaux moyen-courriers, long-courriers...

Nous voici à Antananarivo, capitale de Madagascar, en ce lundi 23 janvier. Arrivée à 4h30 du matin à l'hôtel Carlton , "le" 5 étoiles de la capitale, après 11 heures de vol à bord de l’un des deux A340-300 de la compagnie Air Madagascar. Rendez-vous est donné à 11h30 pour une première prise de contact. Faut pas traîner.

La convention, ouverte aux « pros » du tourisme de Madagascar, aura un programme assez dense.

Lundi après-midi et mardi matin, les partenaires, fournisseurs, prestataires vont se succéder à la tribune sur un rythme soutenu. Le mardi après-midi sera en partie consacré à un workshop réunissant prestataires français et malgaches.

IATA : les 3 propositions d’accréditation

A l'aéroport de Tamatave, Christine Baal, présidente des Distributeurs de LEV national et représentante d’ECTAA chez IATA et Michel de Blust, Secrétaire Général de l'ECTAA - DR : L.D.
A l'aéroport de Tamatave, Christine Baal, présidente des Distributeurs de LEV national et représentante d’ECTAA chez IATA et Michel de Blust, Secrétaire Général de l'ECTAA - DR : L.D.
Quelques-uns des grands sujets qui touchent les entreprises du voyage seront abordés. A commencer par IATA, aux critères financiers de plus en plus stricts.

L'Association du transport aérien international fonctionne avec un programme conçu à la fin des années 1970, alors que 100% de la billetterie est électronique. Elle perdrait 5% par an d'agences de voyages accréditées.

Michel de Blust, président de l’ECTAA (Fédération européenne des agents de voyages et des tour-opérateurs), explique : « la nouvelle résolution propose trois types d’accréditation :

- Easy Pay, une accréditation light avec une nouvelle forme de paiement. Pas de critères financiers, pas de dépôt de comptes annuels. Elle est ouverte à toute agence légalement établie dans son pays. En revanche, elle ne donne pas de crédit BSP. Le pré-paiement des ventes via dépôt bancaire ou autres moyens de pré-paiement restent à définir.

- l’Accréditation standard qui, semblable à l’actuelle, comportera une probable limite de crédit. Possibilité de hausse des fees en 2017.

- l’Accréditation « multi country » qui donne la possibilité d’avoir une seule accréditation valable pour plusieurs pays/BSP. Ses critères financiers ne sont pas encore définis
».

Christine Baal, présidente des distributeurs à LEV national et représentante de l’ECTAA chez IATA, intervient à son tour : « attention, Easy Pay ne garantit pas l'obtention automatique de la billetterie par les compagnies ».

Tous les deux, bien rodés dans leur présentation, travaillent sur IATA depuis plus de 10 ans.

Pour une nouvelle gouvernance du programme des agences, l’ECTAA propose, entre autres, la protection contre le risque de faillite des compagnies aériennes, l’ouverture des BSP à tous les nouveaux moyens de paiement. La Fédération œuvre aussi afin d’associer étroitement la distribution à la gouvernance du programme agences.

Face aux règlements BSP qui accélèrent leurs rythmes - bi-mensuels à partir de la première quinzaine d'avril 2017 - les avis sont partagés.

Certains le vivent plus facilement que d'autres. Michel de Blust rappelle que dans une majorité de pays européens les règlements sont même hebdomadaires.

Commerce illégal : Les Entreprises du Voyage attaquent et gagnent. Une première !

Jacques Judéaux ne ménage pas sa peine. Co-président d’Australie Tours, élu au conseil d'administration de l’APST, il en est le trésorier depuis les dernières élections.

A l’APST, ça va et nous en saurons plus à l’occasion de la conférence de presse qu’organise cette semaine la présidente Alix Philipon.

Chez Les Entreprises du Voyage, Jacques Judéaux anime la délégation du Commerce Illégal, lancée avec Jean-Pierre Mas. Les travaux portent leurs fruits.

En 2016, 88 dossiers ont été ouverts et traités au sein de cette délégation. Ils proviennent pour la plupart d’agences adhérentes.

51 dossiers ont été réglés grâce à l’intervention du LEV
et 6 ont été classés pour manque de preuve permettant d’étayer le dossier et de constater le commerce illégal.

« Les agences européennes et non-européennes non immatriculées qui vendent des prestations touristiques à destination des consommateurs français représentent un phénomène qui prend de plus en plus d’ampleur », précise Jacques Judéaux.

Il demande aux adhérents qui constatent l’exercice illégal de la profession de constituer un dossier solide avec noms, forme juridique, capture d’écran, documents publicitaires, bulletins d’inscriptions, etc.

A la demande de LEV, la DGCCRF procédera ensuite à des enquêtes administratives. La condamnation pénale entraînera des amendes et un risque de paraître sur le casier judiciaire.

Pour la 1ère fois depuis la nouvelle loi, un jugement favorable a été rendu en première instance et confirmé en appel. Il condamne une entreprise non immatriculée au registre d’Atout France. CTM Evasion, qui réalisait de la billetterie affinitaire, a été condamnée à 4 500 euros d’amende.

Pour une autre société organisant des voyages « plongée » sur la Mer Rouge, Les Entreprises du Voyage ont eu un jugement favorable devant le TGI de Paris. Il y a eu appel. La procédure se poursuit, mais la société s’est immatriculée entre temps, ce qui constitue aussi une victoire.

Les Entreprises du Voyage se sont constituées partie civile à la plainte déjà en cours déposée par la famille d’une victime décédée lors d’un voyage. L’organisme faisait voyager sans immatriculation des personnes en situation de handicap !

Enfin, deux agences réceptives indiennes ont été citées à comparaître. Elles développent des sites en français en s’adressant clairement et directement à la clientèle française.

Parmi les interventions, une synthèse de la « loi travail » vue sous l’angle des TPE et PME a suscité l’intérêt des participants. Nous y reviendrons.

Madagascar, une destination touristique en devenir ?

C'est une même fratrie. A côté de leur père, ils dansent sans musique, sans public, juste pour se faire plaisir - Photo : M.S.
C'est une même fratrie. A côté de leur père, ils dansent sans musique, sans public, juste pour se faire plaisir - Photo : M.S.
Partagée entre les mondes africain et asiatique, Madagascar possède toutes les cartes de la séduction.

Impossible ici d'éviter le superlatif. Elle est un paradis pour les amoureux de belle nature et de botanique.

Au-delà de ses fameux baobabs - on dénombre 7 variétés - et de ses lémuriens facétieux qui vivent en famille dans ses forêts humides, de ses papillons rares et de ses caméléons géants, sa faune, sa flore sont à nulle autre pareille. Madagascar peut répondre aux attentes des amateurs de plongée sous-marine, de pêche au gros, de randonnée...

Et que dire du peuple malgache sinon qu'il est authentiquement hospitalier, attaché à ses traditions, francophone même dans les villages les plus reculés.

Des lémuriens et des caméléons géants, nous en avons vus à proximité d'Andasibe, notre première étape, située aux portes de l'une des plus grandes forêts primaires du pays.

Cette petite ville est sur la route qui relie Antananarivo à Tamatave. Route étroite et sinueuse à grande circulation, dangereuse (un grave accident de car a eu lieu quelques heures avant le passage d'une partie des participants).

Elle va des hauts plateaux à l'Océan Indien, elle traverse des paysages de toute beauté : rizières en terrasses, forêts de ravenalas (arbres du voyageur), plantations de canne à sucre, forêts humides. On voit aussi des troupes de zébus, des parcelles brûlées...

La déforestation reste l'un des problèmes de Madagascar. Le charbon de bois est essentiel. On brûle pour se nourrir, pour cultiver. Il y a trois siècles, les forêts recouvraient 70% de la superficie de l'île. Un chiffre tombé à 12% aujourd'hui : c'est le chiffre donné par notre guide.

Et puis, il y a tous ces villages d'un autre temps que l’on traverse. Oui, la très grande pauvreté est là. Les besoins sont immenses et cette année, la sécheresse asphyxie les paysans.

Nous sommes en janvier et la saison des pluies tarde, tarde trop. Du jamais vu dit-on !

Lu 4505 fois

Notez



1.Posté par Thamin Stéphane le 01/02/2017 15:23 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Merci à vous pour ce très bel article qui met en avant les problématiques locales liées au développement de Madagascar mais place également Madagascar comme future destination de choix pour les voyageurs étrangers.
MahayExpédition, qui était présente à cette convention, met également l'accent sur les échanges et le partage au cours des voyages qu'elle propose dans toute l'ile.
Des articles tels que celui-ci devraient permettre à la Grande Ile d'accueillir de nombreux passionnés de voyages pour cette année 2017.

2.Posté par Lémuriandrianosoloeandrianaramsolaquivolanjaodranisoaetaratata le 02/02/2017 10:01 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Article assez proche de ce que fut cette convention sur MADAGASCAR, l'île trésor.
Un grand merci aux organisateurs LEV Rhône Alpes ainsi qu'à l'OT de Madagacar, réceptifs et guides locaux qui se sont mis en quatre pour rendre cette convention la plus agréable et magnifique possible.

Je trouve en revanche déplacée la remarque suivante : "Le moins que je puisse dire ici est que le programme n'était pas adapté à la situation."

Il y a de très nombreuses façons de découvrir une destination et en tant que professionnels du Tourisme nous savons tous qu'un pays comme Madagascar ne se reflète certainement pas dans l'hôtel Carlton 5 étoiles ni à travers des autoroutes (inexistantes) sur lesquelles les touristes en short avec appareils photos Nikon à 3500€ doublent tranquillement les villageois poussant à la main leurs carrioles sans mulets (les plus riches disposant toutefois de zébus...). Une autre façon de voyager peut-être que de comprendre un pays et son peuple qui ne perd jamais son sourire et son sens de l'hospitalité. Certains parcours furent en effet plus "sportifs" voire "éprouvants" qu'à l'habitude mais cela permet justement de prendre la vraie mesure de la situation actuelle... et des efforts à fournir.

Mourra-mourra

3.Posté par Michèle Sani le 02/02/2017 15:01 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Cher Monsieur. En effet le mot "situation" était mal adapté. J'aurais dû écrire un programme mal adapté pour une convention de 50 personnes en raison de l'offre des vols intérieurs et de la capacité d''hébergement des hôtels à travers le pays. Le choix d'un hôtel de luxe "international" au bord d'un parcours de golf de 18 trous était-il le type de découverte "adapté" dans un programme de professionnels du tourisme en quête d'authenticité et de vérité. Valait-il 14 heures de route (7+7) ?; Ce voyage intéressant a permis de voir les faiblesses et les atouts d'une telle destination . En cela il était très intéressant.

Michèle Sani

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Tous les commentaires discourtois, injurieux ou diffamatoires seront aussitôt supprimés par le modérateur.

Dans la même rubrique :
< >


PUBLICITÉ
Scheherazade KACIMI Scheherazade KACIMI
commercial@tourmag.com
+33 4 91 58 58 27
+33 6 76 50 55 75

Dernière heure
















TourMaG Travel Media Group Légal Utiles
Emploi
Groupes / CE
La Travel Tech
Travel in France
Businesstrips
Brochuresenligne.com
DMCmag.com
TourMaGEVENTS.com
Signaler un contenu illicite
Plan du site
RGPD
Contact
Publicité
La presse en parle

Tourmag Travel Media Group
Le groupe TourMaG Travel Media Group publie également :
Businesstrips, application mobile pour les voyageurs d'affaires; Brochuresenligne.com, 1er portail de brochures électroniques de voyages; DMCmag.com, 1er portail Destination Management Companies et Hôtel&Lodge PRO, Le Hub des pros de l'hébergement.

TourMaG.com DMCmag.com Hôtel&Lodge PRO La Travel Tech Brochuresenligne.com BusinessTrips