TourMaG.com, 1er journal des professionnels du tourisme francophone



Sud-Ouest : restructuré, Fitour Voyages en ordre de marche pour la reprise

Le Groupe vient d'organiser son premier salon virtuel grand public



Premier essai transformé pour Fitour Voyages, qui organisait le week-end dernier un salon des voyages virtuel pour ses clients. L'occasion pour les équipes de se replonger dans le bain du voyage et de savourer la reprise qui s'annonce, après des mois difficiles. Nous en avons profité pour faire un point avec Virginie Delbos, directrice de Fitour Voyages, qui se veut résolument optimiste. Nouveaux voyages, production, réouverture des agences et plan de restructuration... Tour d'horizon.


Rédigé par le Jeudi 17 Juin 2021

Fitour Voyages appartient au groupe familial Delbos, dirigé par Jean-Michel (gérant) et ses filles Virginie (pour la partie tourisme) et Alexandra (pour les autocars) - DR : Groupe Delbos
Fitour Voyages appartient au groupe familial Delbos, dirigé par Jean-Michel (gérant) et ses filles Virginie (pour la partie tourisme) et Alexandra (pour les autocars) - DR : Groupe Delbos
Après plus d'un an de pandémie, Fitour Voyages relance progressivement la machine du voyage.

Elle est la filiale du Groupe Delbos, basé à Figeac (Lot), qui n'a jamais vraiment arrêté ses activités, notamment celle de transport en autocar sur ses lignes régulières et scolaires (Cars Delbos et Fiageo).

« Excepté durant les périodes de confinement, nos autocars ont continué à rouler. Nous avons même remporté de nouveaux appels d'offres, souligne Virginie Delbos, la directrice de Fitour Voyages.

Ces deux segments - régulier et scolaire - sont en augmentation constante depuis 15 ans, tandis que la part tourisme diminue. Celle-ci se situe aujourd'hui à hauteur de 30 à 40% des parts de marché selon les années.

C'est cette tendance, couplée à notre activité de location de voitures, Avis Delbos Location, pour la partie réceptive, qui nous a permis de tenir la route, même si Fitour a souffert depuis le début de la pandémie
 ».

Le maintien d'une partie de l'activité a également été très positif pour « le moral des troupes ». Pour conserver ses chauffeurs grand tourisme, le Groupe leur a proposé de conduire sur d'autres lignes durant quelques temps, « pour les faire tenir. Bien sûr, les conditions sont différentes, il y a moins d'échanges sur une ligne régulière ou scolaire que lorsqu'on transporte des personnes qui partent en vacances », conçoit Virginie Delbos.

Le Groupe a également proposé quelques sorties à la journée, comme les samedis et dimanches au Pas de la Case, en Andorre.

Un premier départ de 40 clients en Sardaigne

L'offre France, déjà proposée depuis de nombreuses années en autocar ou pour les groupes, remporte également un joli succès.

« Nos séjours en autocar sur la côte de Jade, du côté de Nantes et Saint-Nazaire, mais aussi en Haute-Savoie sont remplis pour juin et septembre, et quasiment sur les dates d'octobre », précise la directrice de Fitour Voyages.

Autre date symbolique : ce 18 juin, Fitour fait partir un groupe d'une quarantaine de personnes en Sardaigne, depuis Toulouse.

« Les voyageurs sont vaccinés ou ont fait leur test PCR, les formulaires demandés sont remplis et pour faciliter leur retour, nous avons déjà programmé le test PCR de retour, qui se fera à l'hôtel 48h avant, explique Virginie Delbos. C'est un service que nous avons inclus dans le voyage. Une collaboratrice fera également partie du voyage ».

Chez Fitour, progressivement la demande revient. « Le lancement de la campagne de vaccination a redonné l'envie de partir à nos clients. Je craignais que la reprise ne soit pas au rendez-vous, confie Virginie Delbos.

En effet, dans le Sud-Ouest, les habitants ont pu passer leurs confinements au vert, dans des conditions bien moins difficiles que dans les zones urbaines. Et je craignais que les clients soient moins pressés de repartir en voyage que dans les grandes villes, mais ça n'a pas été le cas. Nous avons du passage et les clients ont toujours la volonté de partir ! ».

La pandémie a aussi permis au Groupe de revoir sa production, en proposant à ses clients de voyager autrement à l'image d'un séjour bootcamp stage de survie qui a été testé par les équipes et qui sera proposé dès septembre auprès des clients (voir vidéo ci-dessus).

« Nous voulons croire à un tourisme plus slow, nous avons misé là-dessus en imaginant de nouveaux voyages, en travaillant sur une brochure « sélection » qui contiendra une offre plus haut de gamme, avec des séjours plus longs, des programmes moins chargés pour des plus petits groupes, décrit Virginie Delbos.

C'est un pari à tenter, même si nous constatons tout de même qu'actuellement, la reprise se fait par du petit prix sur des voyages de 5 à 6 jours ou des semaines en clubs. Le pouvoir d'achat de mes clients n'a finalement pas forcément augmenté pendant la pandémie... »

Un plan de restructuration nécessaire

Progressivement, après l'été, Fitour Voyages reprendra une activité proche de la normale.

Le service Groupes a déjà été réactivé pour ne pas louper les devis et la saison.

Début juillet, la directrice générale, accompagnée de sa coordinatrice de réseau, rencontreront les responsables d'agences des 15 points de vente du Groupe, pour prendre le pouls et remotiver les troupes.

La réouverture des agences aux horaires habituels est prévue pour la rentrée... sauf en cas de nouvelle vague épidémique !

« Je suis assez sereine pour la rentrée, mais il faudrait vraiment que le gouvernement ne nous confine pas à nouveau », martèle Virginie Delbos.

Pour l'heure, le Groupe a réussi à ne pas grignoter sur les PGE obtenus par la holding Groupe Delbos, en partie grâce à l'activité de transports qui a continué à tourner, mais également parce que ses dirigeants ont dû procéder à quelques restructurations.

« Nous avons décidé de fermer l'agence située à Villeneuve-sur-Lot au moment où le bail s'achevait, explique Virginie Delbos. Toutefois, notre entreprise de transport Fiageo basée à Villeneuve est en train de construire un bâtiment pour les autocars qui permettra à Fitour d'avoir un bureau sur place ».

Malgré ses efforts pour maintenir le plus possible de collaborateurs, Fitour a dû procéder à 3 départs, en plus des départs « naturels ». « Il y a des vocations qui ont été grillées, des personnes avec de l'ancienneté qui n'ont pas réussi à tenir, parce que cela ne correspondait plus au métier qu'elles avaient choisi au départ ».

Autre fait marquant : Fitour a revendu ses parts dans Voyages Triangle, son tour-opérateur basé près de Rodez, à son associé historique, le Groupe Chauchard fin décembre 2020.

« Il fallait sauver Triangle, en pleine pandémie. Dans une telle crise, la restructuration était inévitable pour nos entreprises. Et il se trouve que le Groupe Chauchard avait besoin de conserver cette production pour le GIR, tandis que nous avions déjà développé notre propre production depuis une dizaine d'années en tant que groupiste, autocariste et rachetant une agence à Brive en 2008 qui avait déjà une production en propre.

D'ailleurs ces dernières années, nous avons réuni toutes ces unités ensemble - Groupes et GIR - pour intensifier notre production avec de l’affrètement aérien et des offres par autocar,
précise Virginie Delbos.

Néanmoins, nous avons toujours de très bonnes relations avec le Groupe Chauchard, mais en pleine crise Covid, nous avons pu constater à quel point il était difficile de gérer un tour-opérateur à deux sociétés. Nous envisageons de rester revendeurs de la production Voyages Triangle sur leur offre moyen et long-courrier ».

Un premier e-salon pour le Groupe

Le Groupe s'est également organisé pour gérer au mieux la problématique des avoirs à la rentrée.

« Nous nous y sommes attelés très tôt, nous disposons d'un suivi très clair et je peux vous dire que nous avons réussi une réduction très franche de nos avoirs.

Nous avons aussi joué le jeu pour nos clients qui rencontraient des problèmes financiers ou certains très âgés sur des reports de spectacles, par exemple. Nous avons décidé de rembourser pour conserver leur confiance
, indique Virginie Delbos.

L'ordonnance du 25 mars a été essentielle pour le sauvetage de nos entreprises, même si cela était dangereux commercialement et une épreuve de force avec nos clients ! ».

Malgré les épreuves, Virginie Delbos reste optimiste. « Je le dois en partie à mon père, Jean-Michel, le président du groupe Delbos, qui est présent dans le tourisme depuis 60 ans, et qui est toujours là pour nous. Il a été très mobilisé durant cette crise, il est toujours resté positif vis-à-vis du voyage. Lui qui a connu d'autres crises, a su nous aider à garder espoir », souffle-t-elle.

Preuve de cet optimisme et de ce dynamisme, le Groupe a organisé le week-end dernier, son premier salon des voyages virtuel.

« Nous sommes ravis d'avoir pu organiser ce salon avec nos équipes, bien que n'étant pas des pure players, nous sommes satisfaits de cette première édition. Nous avons développé des compétences en interne, il y a eu des moments de fous rires comme de fortes inquiétudes ».

Pour l'occasion, la directrice avait loué un gîte pour le week-end, pour rassembler ses équipes et leur donner une nouvelle impulsion.

De leur côté, partenaires comme clients étaient au rendez-vous, pour à nouveau parler et rêver de voyages...

Anaïs Borios Publié par Anaïs Borios Journaliste - TourMaG.com
Voir tous les articles de Anaïs Borios
  • picto Facebook
  • picto Linkedin
  • picto email



Lu 3418 fois

Notez

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Tous les commentaires discourtois, injurieux ou diffamatoires seront aussitôt supprimés par le modérateur.
Signaler un abus








































TourMaG.com
  • Snapchat
  • Instagram
  • Twitter
  • Facebook
  • YouTube
  • LinkedIn
  • GooglePlay
  • appstore
  • Nos Médias
  • DMCmag
  • Brochures en ligne
  •  La Travel Tech
  • Welcome To The Travel
  • AirMaG
  • Futuroscopie
  • CruiseMaG
  • Voyages Responsables
  • #PartezEnOutreMer
  • Partez en France
  • TravelManagerMaG
 
Site certifié ACPM, le tiers de confiance - la valeur des médias