TourMaG.com, 1er journal des professionnels du tourisme francophone


L'APST va demander un acompte sur la cotisation 2021

L'association va nommer un mandataire ad hoc pour traverser la crise



Nomination d'un mandataire ad hoc, appel à cotisations, saisine du CIRI, suspension de l’admission de nouveaux adhérents... A l’issue du Conseil d’administration qui s’est tenu ce mercredi 13 janvier 2021 au matin à l'APST, nous en savons désormais un peu plus sur les projets de l'association. En effet, la présidente, Alix Philipon, vient d'adresser un courrier à ses adhérents.


Rédigé par le Mercredi 13 Janvier 2021

L’APST a besoin d’une meilleure visibilité sur son modèle financier pour poursuivre son activité en 2021 compte tenu de la crise sanitaire et des enjeux financiers qui en découlent et souhaite déclencher une procédure amiable avec la nomination prochaine d’un mandataire ad hoc - DR : fox17 - Fotolia.com
L’APST a besoin d’une meilleure visibilité sur son modèle financier pour poursuivre son activité en 2021 compte tenu de la crise sanitaire et des enjeux financiers qui en découlent et souhaite déclencher une procédure amiable avec la nomination prochaine d’un mandataire ad hoc - DR : fox17 - Fotolia.com
Nous l'évoquions dans nos colonnes ce matin.

L'APST va engager toute une série de mesures pour redresser la barre, après le sinistre Thomas Cook et alors qu'elle doit traverser la crise liée au Covid, comme le confirme la présidente Alix Philipon dans un courrier adressé aux adhérents, ce mercredi 13 janvier 2021.

Ce mail fait suite au Conseil d’administration qui s’est tenu ce matin, mais aussi au courrier adressé la semaine dernière à Alix Philipon par les Ministres Alain Griset et Jean-Baptiste Lemoyne.

Parmi les décisions qui ont été prises figurent le déclenchement d'une "procédure amiable avec la nomination prochaine d’un mandataire ad hoc", avec l'accord à l’unanimité du conseil d’administration.

"L’APST a besoin d’une meilleure visibilité sur son modèle financier pour poursuivre son activité en 2021 compte tenu de la crise sanitaire et des enjeux financiers qui en découlent", indique Alix Philipon.

Le CIRI pour accompagner la procédure amiable

Autre mesure : "l’APST a choisi de solliciter le Comité interministériel de restructuration industrielle (CIRI) pour l’accompagner dans la conduite de la procédure amiable, poursuit la présidente de l'APST.

"La procédure amiable est un cadre de discussion très souple qui permet de trouver des solutions avec les différentes parties prenantes, sous l’égide du CIRI, qui garantit la neutralité des discussions.

Le CIRI permet d’aider à bâtir un consensus autour d’une trajectoire financière crédible et de négocier les moyens de sécuriser le modèle financier de la structure concernée. C’est un tiers indépendant et neutre qui joue un rôle de médiation entre tous les acteurs concernés
", ajoute-t-elle.

Alix Philipon confirme également que ces engagements, ainsi que la mise en place de mesures de sortie de crise, demandées par les Ministres dans leur courrier, sont "des préalables à l’examen d’une possible aide financière que l’État apporterait à l’APST".

Elle rappelle ainsi les mesures de sortie de crise :

- La suspension de l’admission de nouveaux adhérents

- L’absence de renouvellement automatique des adhésions, notamment celles avec un profil dégradé

- La mise en œuvre de contre garanties protectrices permettant à l’APST d’assurer le remboursement effectif des consommateurs en cas de sinistre

- La refonte de la tarification, notamment pour les grands comptes, à discuter avec la Direction Générale des Entreprises (DGE) et la Direction Générale du trésor (DGT), et tenant compte de la nature des risques tout en procédant à une tarification la plus juste possible

- La formalisation du fonctionnement du comité des risques, afin de réduire son exposition aux conflits d’intérêts

- La préparation de modifications statutaires améliorant la gouvernance de l’APST.

Appel d'un premier acompte sur la cotisation 2021

"Par ailleurs, poursuit la présidente, le conseil d’administration demande au Secrétaire Général d’appeler dès maintenant un acompte sur la cotisation 2021. Cet acompte sera égal à 30% du montant de la cotisation 2020.

Le Conseil d'administration est conscient qu'il s'agît de mesures difficiles mais néanmoins nécessaires pour donner un avenir à notre association."

Anaïs Borios Publié par Anaïs Borios Journaliste - TourMaG.com
Voir tous les articles de Anaïs Borios
  • picto Facebook
  • picto Linkedin
  • picto email

Lu 2752 fois

Notez

Commentaires

1.Posté par Francoise BUKHARI le 13/01/2021 13:22 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Bonjour,
Il est évoqué une procédure amiable mais un AUDIT AU VRAI SENS DU TERME sur les 10 dernières années par un organisme complètement indépendant devrait aussi être diligenté par le gouvernement pour comprendre le fonctionnement et les rouages de l'APST ainsi que les raisons qui l'ont entraînées dans une telle situation et ceci en dehors de la crise sanitaire qui a bon dos !
Cordialement,

2.Posté par Martin louis le 13/01/2021 14:47 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Petite question est-il prévu de baisser les salaires de la présidente et de Emmanuel Toromanoff. Ils doivent montrer l’exemple. Merci

3.Posté par Muller le 13/01/2021 15:35 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
L'APST est au bord de la faillite !
La nomination d'un cabinet externe pour réaliser cet audit est une très bonne chose.
Cet audit va enfin mettre au grand jour les magouilles, le copinage et l’incompétence de la majorité de ses membres qui se sont succédés depuis plus de 50 ans.
Le manque de rigueur dans sa gestion a déjà été ébranlé avec la chute de Thomas Cook et c’est surtout ce sinistre qui a placé l’association en situation de liquidation, la crise sanitaire n’est qu’un prétexte.
Il est malhonnête de vouloir s'en servir pour justifier des décisions prises.
A ce sujet, cerise sur le gâteau, ses mesures de sortie de crise :
- Suspension de l’admission de nouveaux adhérents : c’est une très mauvaise nouvelle pour la jeune génération d'entrepreneurs bien plus compétente et apporteuse d'idées nouvelles.
- L’absence de renouvellement automatique des adhésions, notamment celles avec un profil dégradé : si je comprends bien l’APST va sacrifier des centaines d’agences pour sauver sa peau ? Bel exemple de solidarité, le « S » de APST ça ne veut pas dire solidarité justement ? No comment….
- La mise en œuvre de contre garanties protectrices permettant à l’APST d’assurer le remboursement effectif des consommateurs en cas de sinistre : c’est bien connu, les patrons d’agences sont milliardaires et pourront sans difficulté mettre en caution leur demeure sur les hauteurs de Nice ou leur appartement à Monaco ! Quel patron va accepter d’augmenter ses garanties qu’il n’aura pas ? En plus d’être incompétente, l’association est bien naïve…
- La refonte de la tarification : doit-on s’attendre à voir nos cotisations x10 dès l’année prochaine ? C'est probable.
Dernier point, l’APST appelle 30% d’acompte sur la cotisation 2021 dès janvier ? Je pense que 30% c’est déjà trop pour la plupart des agences qui ont perdu plus de 80% de leur CA en 2020. Question : l’APST compte-elle rembourser le trop-perçu ? J’en doute mais ça mériterait qu’elle nous réponde.
Conclusion : l’APST veut sauver sa peau et se moque bien des dégâts qu’elle va provoquer avec ses décisions hâtives et égoïstes.

4.Posté par Francoise BUKHARI le 13/01/2021 16:06 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Au risque de me répéter, je vous remercie de reprendre mon commentaire du 26 juillet dernier qui demeure vraiment d'actualité :
"Un problème majeur est à considérer en priorité par le nouveau gouvernement : l'APST au statut ambigu et opaque ..., a suffisamment vécu sur les cotisations de ses adhérents et c'est un système complètement dépassé ... A chaque fois que nous l'avons sollicitée, nous n'avons même pas été considérés alors que nous sommes adhérents depuis notre création.
Il faut que l'ensemble de la profession se batte pour la mise en place d'un fonds d'indemnisation national en l'alimentant à partir des ventes (vols secs et packages dynamiques ou pas) pour venir en aide aux consommateurs victimes parfois d'agences peu scrupuleuses ou d'événements imprévisibles de type CEI ...
Certains pays l'ont mis en place sous le contrôle direct de l'Etat et certains fonds n'ont même plus besoin d'être alimentés car ils ont suffisamment d'argent pour parer à des difficultés. Par conséquent, la neutralité s'impose et une association ne peut pas se prévaloir d'une telle mission car elle s'est bien amusée pendant des années avec les cotisations de patrons et de leurs salariés qui ont donné toute leur vie 7/7 & 24/24 pour rendre des voyageurs heureux."
Cordialement,

5.Posté par BALADI le 13/01/2021 16:51 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Bon ! D’abord félicitons les collaborateurs de Tourmag qui ont su si bien nous informer ( souvent avant les annonces au compte-gouttes des responsables de l’association). Bravo pour la pertinence des articles.
Ensuite quelques réflexions à chaud sur les annonces :
Quid de la prorogation des autorisations par décret puisqu’à ce jour seule une promesse verbale sujette à conditions de bonnes fins des désidératas des Pouvoirs Publics justifie l’appel de cotisations.
« Verba volent, scripta manent »
L’adjonction d’un « Légat » précède généralement une mise sous cloche de l’exécutif et donc vraisemblablement une jeu de chaises musicales en perspective.
Il semble d’ailleurs que les candidats se bousculent pour « Présider » après le mandat de la présidente qui vient à échéance en avril 2021
Martin louis qui réclame, comme un vrai populiste , une réduction de salaire de la Présidente et du Secrétaire Général devrait savoir que la Présidente, connue par ailleurs mondialement pour son sens de l’économie, a refusé un quelconque salaire tout comme le président qui l’a précédé dans cette charge.
Quand au Secrétaire général son salaire est au niveau d’un directeur d’une moyenne entreprise et il est en fonction depuis plus de 20 ans. Mauvaise pioche Mr Martin Louis !
Les jours qui viennent profiteront, espérons le, du vaccin que viennent d’asséner les Pouvoirs Public à la profession.
N’étant pas Madame Irma et sans boule de Crystal on peut penser que notre profession a mangé son pain blanc et se remettra aux affaires avec confiance.
Reste effectivement la boule puante du rapport d’un employé sur les cas décrits dans le document qui traîne dans les rédactions et qu’en ce moment même la Présidente essaye d’énoncer éviter les émanations.
baladi

6.Posté par Christian Jean le 14/01/2021 09:13 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Bonjour,

L’APST ne s'est-elle pas sabordée par trop de copinage ?

Les conditions d’adhésion de Thomas Cook ne sont elle pas la résultante de décisions pour le moins surprenantes ?

Est-ce vraiment sain qu’une association conserve la même personne depuis plus de vingt ans au pouvoir ?

Cordialement.

7.Posté par mille sabords le 14/01/2021 09:33 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
L exemple est à chercher dans les modes de garanties financières chez les autres corporations existantes. Jusqu'à présent l'APST a fait ( désolé de le dire) du bricolage et a manqué d' efficacité au moment où Bruxelles préparait une une garantie financière illimitée pour du voyage loisir alors que nous étions déjà à 200 000 euros d'où le retrait des banques et des assureurs sauf 3 .
Ce jour le risque pour certains chefs d' entreprises qui ont donné des garanties et cautions sur leurs biens personnels est bien réel dans un contexte "covid" incertain n 'offrant aucune visibilité à ce stade de 2021.
Les temps ont changé les associations se doivent être plus impliquées et responsables, un AUDIT EXTERNE ET DE CONSEILS AU VRAI SENS DU TERME par un organisme reconnu tel que KPMG ou autre EST ABSOLUMENT NECESSAIRE avant de payer 30% d' acompte sur les prochaines cotisations 2021, ce qui clarifierait la situation de l'APST pour donner une situation financière claire, réelle avec une nouvelle orientation pour une sortie du tunnel rapide pour apaiser la situation et faire valoir sérieusement et rapidement une aide de l'Etat si possible car bon nombre de patrons d'agences de voyages vont se trouver en grandes difficultés sous peu pour garder leur licence et continuer à travailler.... .L'analyse et les conseils d'un cabinet d'audit extérieur sont absolument nécessaires .

8.Posté par FMC le 14/01/2021 09:39 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Bonjour,

Parmi les mesures envisagées et listées dans votre excellent article:
"L’absence de renouvellement automatique des adhésions, notamment celles avec un profil dégradé
- La mise en œuvre de contre garanties protectrices permettant à l’APST d’assurer le remboursement effectif des consommateurs en cas de sinistre."

Et plus loin, l'annonce d'un paiement d'acompte de 30%. Dont je comprends parfaitement l'objectif.

Néanmoins, petit détail de calendrier : le règlement de cet acompte interviendra-t-il avant ou après la production de contre-garanties et le renouvellement.
En effet, est-il raisonnable de demander à des opérateurs déjà exsangues financièrement le paiement d'acompte pour ne pas les renouveler après, car présentant trop de risques ou incapables d'obtenir des contre-garanties?
Que deviendrait alors cet acompte. Remboursé? au pire, on peut en douter au regard des comptes de l'association, au mieux sous quel délai?

Aurez-vous la possibilité d'éclaircir cet agenda ?
Merci.

9.Posté par BALADI le 14/01/2021 09:59 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Le « Mantra » de l’APST EST : LE CONSOMATEUR .

Celui-ci sait-il qu’en s’adressant aujourd’hui à un professionnel du voyage il n’est absolument pas couvert par l’Etat qui n’a toujours fait aucune déclaration publique de renouvellement de l’autorisation à L’APST ?
Faut il attendre une déclaration URBI ET ORBI de l’Etat avant d’inscrire ou de payer les 30% exiges ?
baladi

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Tous les commentaires discourtois, injurieux ou diffamatoires seront aussitôt supprimés par le modérateur.
Signaler un abus

Dans la même rubrique :
< >







































TourMaG.com
  • Snapchat
  • Instagram
  • Twitter
  • Facebook
  • YouTube
  • LinkedIn
  • GooglePlay
  • appstore
  • Nos Médias
  • DMCmag
  • Brochures en ligne
  •  La Travel Tech
  • Welcome To The Travel
  • AirMaG
  • Futuroscopie
  • CruiseMaG
  • Voyages Responsables
  • #PartezEnOutreMer
  • Partez en France
  • TravelManagerMaG
 
Site certifié ACPM, le tiers de confiance - la valeur des médias