TourMaG.com, 1er journal des professionnels du tourisme francophone

Les visas de travail à distance façonneront l'avenir du travail, des voyages et de la citoyenneté



Il est clair que nos habitudes sont à jamais changées à cause du COVID-19. Les visas de travail deviendront très bientôt une norme. Nous en parlons sur cette page.


Rédigé par Camille [Contenu sponsorisé] le Mercredi 30 Septembre 2020

DR : Pixabay
DR : Pixabay
Pendant le confinement, les voyages n'étaient pas seulement un rêve lointain, ils étaient également interdits. Certains prédisaient même que notre façon de voyager allait changer à jamais. Les personnes au pouvoir qui ont brisé les interdictions de voyager ont provoqué des scandales. Le ciel vide et l'espoir que le changement climatique puisse être combattu étaient en quelque sorte le bon côté des choses. La COVID-19 a certainement rendu les voyages moralement divisibles.

Au milieu de ces angoisses, de nombreux pays ont assoupli les restrictions d'interdiction au moment précis où commençait traditionnellement la saison des vacances d'été. Beaucoup ont évité de prendre l'avion, optant pour des lieux de séjour à proximité, et à la mi-août 2020, les vols mondiaux étaient en baisse de 47 % par rapport à l'année précédente. Malgré cela, des centaines de milliers de personnes passaient encore leurs vacances à l'étranger, avant d'être prises au dépourvu par de soudaines mesures de quarantaine.

Pour certains, ces mesures de quarantaine avaient des airs de nouveau confinement. Et qui dit confinement, dit s'occuper sans sortir de chez soi. Ces voyageurs ont donc dû redoubler de créativité pour ne pas s'ennuyer. Heureusement pour certains, ils ont conservé quelques habitudes d'il y a quelques mois et n'ont pas eu trop de soucis à s'accommoder de ces nouvelles recommandations des gouvernements. Beaucoup de français s'étaient notamment adonné aux jeux de casinos en ligne pour s'entraîner à jouer au poker, au blackjack, à la roulette, ou encore aux machines à sous, entre autres, et s'améliorer afin de tirer profit de cette période.
Pour trouver des sites fiables et sécurisés, retrouvez les meilleurs casinos en ligne pour les joueurs francophones sur le site COF et trouvez les offres les plus intéressantes pour faire vos jeux ! Véritables adversaires, croupiers en direct, vous trouverez forcément un jeu qui vous permettra de vous amuser.
Découvrez sans plus attendre toutes les options de jeux proposées et toutes les parties disponibles. Et pour les vacanciers coincés à l'hôtel, c'est un bon moyen de se divertir avant de pouvoir sortir de leur chambre et profiter pleinement de leurs vacances.

À la mi-août, par exemple, 160 000 vacanciers britanniques se trouvaient encore en France lorsque les mesures de quarantaine ont été imposées. Le 22 août, la Croatie, l'Autriche et Trinidad et Tobago ont été ajoutés à la liste de quarantaine du Royaume-Uni, puis la Suisse, la Jamaïque et la République tchèque la semaine suivante, ce qui a provoqué une confusion et une panique persistantes.

Cette insistance à voyager à l'étranger, avec les courses de retour qui s'ensuivent, a suscité beaucoup de réactions. Certains ont prédit que les voyages et le tourisme pourraient provoquer un verrouillage hivernal. La honte des vols est déjà un sport culturel en Suède, et la honte des vacances est même devenue chose courante aux États-Unis.

Au milieu de ces paniques morales, la Barbade a recadré la conversation sur les voyages en lançant un "timbre de bienvenue de la Barbade" qui permet aux visiteurs de rester et de travailler à distance jusqu'à 12 mois.

Le Premier ministre Mia Mottley a expliqué que le nouveau visa a été lancé à la suite de l'enquête COVID-19, ce qui rend les visites de courte durée difficiles en raison des longs tests et du risque de quarantaine. Mais ce n'est pas un problème si vous pouvez vous rendre sur place pendant quelques mois et travailler en quarantaine avec la plage à votre porte. Cette tendance s'étend rapidement à d'autres pays. Les Bermudes, l'Estonie et la Géorgie ont lancé des visas de travail à distance.

Je pense que ces mesures prises par les petits pays pourraient changer à jamais notre façon de travailler et de passer nos vacances. Cela pourrait aussi changer la façon dont beaucoup pensent à la citoyenneté.

Les digital nomades

Cette nouvelle approche des visas et des contrôles aux frontières peut sembler nouvelle, mais l'idée de travailler à distance au paradis n'est pas nouvelle. Les digital nomades - souvent des milléniaux engagés dans des emplois mobiles tels que le commerce en ligne, la rédaction et le design - travaillent depuis une dizaine d'années dans des destinations exotiques. La presse grand public a commencé à les couvrir au milieu des années 2010.

Fasciné par cela, j'ai commencé à faire des recherches sur le mode de vie des digital nomades il y a cinq ans - et je n'ai pas arrêté. En 2015, les digital nomads étaient considérés comme une niche, mais la tendance était à la hausse. Puis la COVID-19 a mis le rêve en pause. Le digital nomade Marcus Dace travaillait à Bali lorsque la COVID-19 a frappé. Son assurance voyage a été invalidée et il se trouve maintenant dans un appartement près de Bristol, se demandant quand il pourra à nouveau voyager.

L'histoire de Marcus Dace est commune. Il me l'a racontée : "Au moins 50 % des nomades que j'ai connus sont retournés dans leur pays d'origine suite aux recommandations du CDC et du ministère des affaires étrangères." Aujourd'hui, cette nouvelle vague d'annonces concernant les visas et la politique frontalière a ramené les digital nomades à la une des journaux.

Alors, la frontière entre les digital nomades et les travailleurs à distance va-t-elle s'estomper ? La COVID-19 pourrait encore rendre les voyages internationaux difficiles. Mais le travail à distance - l'autre fondement du nomadisme numérique - est désormais fermement ancré dans le courant dominant. À tel point que le travail à distance est considéré par beaucoup comme un phénomène durable.

Avant la COVID-19, les employés de bureau étaient géographiquement attachés à leur bureau, et c'étaient principalement les voyageurs d'affaires et les quelques chanceux digital nomades qui pouvaient emporter leur travail avec eux et voyager tout en travaillant. Depuis le début de la pandémie, de nombreux digital nomades ont dû travailler dans un seul endroit, et les employés de bureau sont devenus des travailleurs à distance - ce qui leur donne un aperçu du style de vie des digital nomades.

La COVID-19 a bouleversé d'autres vieilles certitudes. Avant la pandémie, les digital nomades me disaient qu'ils détestaient être considérés comme des touristes. Cela n'est peut-être pas surprenant : le tourisme était considéré comme une évasion du travail. Et d'autres normes établies ont été renversées : les maisons sont devenues des bureaux, les centres-villes se sont vidés, et les travailleurs ont cherché à s'enfuir à la campagne.
Compte tenu de ce rythme de changement, il n'est plus si difficile d'accepter que les lieux touristiques puissent devenir des destinations de travail éloignées.

Un homme d'affaires japonais I'avait prédit

L'idée que les destinations touristiques se présentent comme des lieux de travail n'est pas nouvelle. Le technologue japonais Tsugio Makimoto avait prédit le phénomène des digital nomades en 1997, des décennies avant que les milléniaux Instagrammés ne s'installent à Bali pour y travailler à distance. Il a prédit que l'essor du travail à distance obligerait les États-nations à "rivaliser pour les citoyens", et que le nomadisme numérique entraînerait "le déclin du matérialisme et du nationalisme".

Avant la COVID-19 - avec la montée du populisme et du nationalisme - la prophétie de Makimoto semblait farfelue. Pourtant, la COVID-19 a transformé le sur-tourisme en sous-tourisme. Et avec une liste croissante de pays lançant des programmes, il semble que les nations commencent à "rivaliser" pour attirer les travailleurs à distance ainsi que les touristes.

Le dernier développement en date est la discussion par le gouvernement croate d'un visa digital nomade - ce qui augmente encore les enjeux. Les effets de ces changements sont difficiles à prévoir. Les entreprises locales profiteront-elles davantage des visiteurs de longue durée que des hordes de croisiéristes qui s'entassent pour une journée ? Ou bien un afflux de travailleurs isolés va-t-il créer des points chauds pour Airbnb, en faisant payer les locaux hors des destinations les plus prisées ?

C'est aux employeurs de décider

La vraie question est de savoir si les employeurs autorisent les travailleurs à changer de pays. Cela semble tiré par les cheveux, mais le personnel de Google peut déjà travailler à distance jusqu'à l'été 2021. Twitter et 17 autres entreprises ont annoncé que les employés peuvent travailler à distance indéfiniment.

J'ai interrogé des travailleurs européens au Royaume-Uni lors de la COVID-19 et certains ont été autorisés à travailler à distance depuis leur pays d'origine pour être proches de leur famille. Lors de la conférence "The New Future of Work" de Microsoft, il était clair que la plupart des grandes entreprises mobilisaient des groupes de travail et lanceraient de nouvelles politiques de travail flexible à l'automne 2020.

Des pays comme la Barbade surveilleront certainement de près les entreprises qui pourraient être les premières à lancer des contrats de travail permettant aux travailleurs de changer de pays. Si cela se produit, le contrat social tacite entre employeurs et employés - selon lequel les travailleurs doivent rester dans le même pays - sera rompu. Au lieu de réserver des vacances, vous pourriez bientôt réserver un poste de travail.

Lu 1037 fois
Notez

Dans la même rubrique :
< >

Mardi 20 Octobre 2020 - 09:00 3 idées de destinations pour un road-trip






























  • Snapchat
  • Instagram
  • Twitter
  • Facebook
  • GooglePlay
  • appstore
  • DMCmag
  • Brochures en ligne
  •  La Travel Tech
  • Welcome To The Travel
  • AirMaG
  • Futuroscopie
  • CruiseMaG
  • Voyages Responsables
  • CampingMag
  • Partez en France
  • Partez en France
  • Ditex