TourMaG.com, 1er journal des professionnels du tourisme francophone


Nicolas Delord (Thomas Cook) : "Plusieurs offres sérieuses seraient sur le tapis..."

Nicolas Delord sort de son silence et rétablit sa vérité



Lorsque, dans la nuit du 22 au 23 septembre dernier, la faillite de Thomas Cook a été annoncée, le ciel est tombé sur la tête de la filiale française. Et, face au déluge qui s’est abattu sur lui, Nicolas Delord, président de Thomas Cook France, a voulu rétablir… une vérité.


Rédigé par le Mercredi 16 Octobre 2019

« Sans les coûts exorbitants réclamés par le siège, nous avons une véritable machine de guerre » - DR
« Sans les coûts exorbitants réclamés par le siège, nous avons une véritable machine de guerre » - DR
« C’est vrai, reconnaît cet homme aux accents parfois touchants, "on m’a beaucoup reproché de ne pas communiquer, de ne pas parler.

On a fait la comparaison avec Laurent Magnin. Nous sommes différents, nos équipes aussi.

Il y a eu beaucoup d’inexactitudes publiées, beaucoup de spéculations, mais, face à un tel chambardement, mon rôle, était avant tout de parer au plus urgent : m’occuper de nos clients, protéger mes salariés et collaborateurs, gérer les fournisseurs et faire en sorte que, dans cette tempête pas prévue, nous puissions effectuer un atterrissage… en douceur ».


Tout comme son équipe de direction, Nicolas Delord n’a jamais voulu croire à la fin du voyagiste.

« Tout était pratiquement réglé, dit-il, même le « supplément » de 200 millions exigé par un banquier.

« Il y a tellement de cash qui se promène partout que 200 millions, ce n’était pas un problème. Sauf que, au dernier moment, ce banquier de Thomas Cook (Group) a voulu en supplément obtenir de la part du gouvernement britannique sa caution.

Refusé et ce fut la chute.

Les départs jusqu’au 15 novembre sont assurés

« Qui avait intérêt à provoquer la chute de Thomas Cook ? », se demande encore Nicolas Delord, question qui, au passage, mérite d’être posée, malgré une gestion plutôt hasardeuse de la part de la direction anglaise, mais…

« Toujours est-il, raconte-t-il, que la filiale française, du jour au lendemain, a dû prendre les mesures d’urgence ».

D’autant que, grâce à ces pratiques de groupes internationaux, en vertu du « cash pooling , dès qu’il y a trois sous dans les caisses, ces derniers sont rapatriés vite fait dans les coffres du groupe… au siège.

« Dès le début de la semaine, nous avons dû mobiliser toutes les équipes, rassurer les clients, faire partir ceux qui devaient partir, faire rentrer ceux qui le devaient, gérer le Tribunal de Commerce… ».

Entouré de son équipe, il faut bien le reconnaître, Nicolas Delord parait plutôt ému, soulignant d’ailleurs que le « sauvetage » de la filiale française est un vrai travail d’équipe et que, malgré quelques dommages collatéraux, la plupart des clients ont poursuivi leur voyage ou sont rentrés et que les départs jusqu’au 15 novembre prochain sont assurés.

Jean-Pierre Mas ne m'a jamais sollicité !

Avec, bien évidemment, le soutien total et sans faille de l’APST, qui a su prendre le relais avec le professionnalisme qu’on lui connaît.

En revanche, et là Nicolas Delord se montre plutôt amer, « il n’a jamais été question de retenir les PNR », ce qui actuellement, agite le milieu.

« Les PNR non émis, non payés ont été rendus sans problème », explique-t-il. « Les PNR émis, payés, nous avons autorisé bien entendu leur transfert, avec l’aval (quand ces dernières ont été d’accord) des compagnies aériennes, aux agences de voyages.

Avec simplement la condition de le payer. Nous sommes en redressement judiciaire et ces PNR font partie de nos actifs. Nous ne pouvons pas, juridiquement et légalement, les offrir ».


Enfin, sur la question des PNR « réservés, payés et émis, pas de problème. Le passager dispose, en toute légalité de son billet. En revanche, si par crainte de ne pas toucher le BSP, les compagnies aériennes refusent l’embarquement, nous ne sommes plus responsables ».

Au passage, souligne Nicolas Delord, ces PNR qui suscitent tant de haine et de polémique, représentent environ 300 tickets, « que nous pouvons évaluer à environ 80 000 euros ».

« Et lorsque j’entends ou je lis que Jean-Pierre Mas, président des Entreprises du Voyage, sollicite des explications, je le dis fermement : Jean-Pierre Mas ne m’a pas sollicité » !

La mise en congé des salariés, "c’était la seule alternative"

Quant au gros sujet qui a ému aussi les voyagistes, le paiement par les franchisés des départs, « là encore, nous avons fait le job. Il y a eu une anomalie, reconnaît Nicolas Delord, dans la gestion du flux financier entre le prélèvement fait auprès des franchisés et la centrale de paiements.

Tous les fonds ont été récupérés, retournés aux agences franchisées, à charge pour elles de payer leurs fournisseurs. Nous les avons tous avisés, de même que le Seto et ils devraient payer dans les prochains jours. Y compris à nous !

Malheureusement, dans ces périodes troubles, il y a toujours quels indélicats qui préfèrent jouer…
»

Quant aux dispositions prises envers les salariés, notamment la mise « en congé » de beaucoup, « c’était la seule alternative, la moins pénalisante pour tous.

Notre trésorerie est extrêmement tendue et nous avions trois possibilités : soit continuer comme avant et nous n’aurions même pas pu tenir la période de redressement judiciaire, soit diminuer de 15% les salaires grâce à la mise au chômage partiel de nos collaborateurs, soit encore leur faire prendre leurs congés… payés.

C’est ce que nous avons pensé être la meilleure solution, avec l’aval du comité d’entreprise ».

Qui pour reprendre ?

Reste maintenant à savoir comment va évoluer la situation.

Il est certain que, pour la filiale française de Thomas Cook, rien n’est simple. Etant en redressement judiciaire, en cessation de paiements, le voyagiste et ses distributeurs ont perdu de fait leur immatriculation tourisme… et leur garantie financière.

Et par conséquent, leur possibilité d’effectuer la moindre opération commerciale. Difficile, dans ces conditions, de poursuivre une activité… pieds et poings liés.

Faudrait peut-être réfléchir aussi de ce côté-là, mais visiblement, cela n’a pas encore traversé le cerveau de certains hauts fonctionnaires !

Reste maintenant la grande question : qui pourrait reprendre Thomas Cook France, son tour-opérateur Jet tours et surtout l’ensemble de son réseau de distribution ?

Nicolas Delord et son équipe sont confiants : « un investisseur qui ne saisirait pas l’occasion raterait une chance unique ». Pourquoi pas ?

D’après lui, plusieurs offres sérieuses, « qui datent pour certaines d’avant la catastrophe » seraient sur le tapis. En revanche, pas question, jure Nicolas Delord, d’avoir un quelconque projet de MBO ou de LBO, ou même de LMBO.

Mais, si jamais les offres de reprise ne satisfaisaient pas les administrateurs judiciaires, rien ne dit que Nicolas Delord et son équipe, accompagnés par un investisseur sérieux, ne proposent une reprise de Jet tours, une centaine d’agences « amicales »… et un véritable outil technologique ?

« Sans les coûts exorbitants réclamés par le siège, nous avons une véritable machine de guerre », sourit, pour une fois, l’ex (peut-être futur) président de Jet tours !

On ne peut que leur souhaiter bonne chance !

Dominique Gobert Publié par Dominique Gobert Editorialiste - TourMaG.com
Voir tous les articles de Dominique Gobert
  • picto email

Lu 14434 fois

Notez



1.Posté par rick sailor le 16/10/2019 08:50 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Mon cher Oncle Dom

Laissons le bénéfice du doute à Monsieur Delord même si je pense que certains aspects de ses propos sont loin d’être justes. Des fournisseurs avaient déjà sensibilisés, en juin dernier, Thomas Cook aux délais de paiement ! Idem pour des agences du groupe.

Pour Jean Pierre Mas, je ne suis pas surpris. C'est un "brasseur de mots". Il aime les phrases choc et les expressions croustillantes.C'est un téteur de micros, toujours prêt à courir sur les plateaux de télé ou les studios radions. Bref, la définition même du politique à l'ego démesuré.

Au fil des années, il s'est "balderachisé", préférant les honneurs et les avantages de sa charge aux réalités de terrain. Nous étions un syndicat au sens premier du mot, aujourd'hui nous sommes les EDV, appellation peu parlante et moins percutante ! C'est ce que je dénonce dans "la gérontocratie de nos institutions". Des retraités ayant peu ou pas les mains dans le moteur.

Bref, le nouveau monde du tourisme annoncé doit avoir de nouveaux représentants, plus percutants et moins sensibles aux honneurs ! Et sans doute de nouvelles structures, transparentes et communicantes.

En serons nous capable ?
J'en doute

Votre Rick dévoué

2.Posté par subprime le 16/10/2019 09:17 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
courage à tous les collaborateurs de TCook
et il y a au moins une chose à faire tout de suite, c'est mettre en congé forcé Mr Mas. Le logiciel de ce monsieur, véritable institution du tourisme, ne mérite même pas d'être mis à jour ..

3.Posté par Curieux le 16/10/2019 09:20 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
cet article intérroge sur les déclarations de JP Mas?

4.Posté par S.L. le 16/10/2019 09:36 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
""la plupart des clients ont poursuivi leur voyage ou sont rentrés et que les départs jusqu’au 15 novembre prochain sont assurés. [..]....En revanche, si par crainte de ne pas toucher le BSP, les compagnies aériennes refusent l’embarquement, nous ne sommes plus responsables """".....
On m'explique ? car je devais moi aussi partir le 03/11...... et j'attends toujours des informations !!!!

D'autre part concernant la reprise "éventuelle".... je vous conseille de méditer sur ce bel article de vos confrères :
https://www.lechotouristique.com/article/economie-ceux-qui-ont-tout-fait-pour-que-thomas-cook-coule

5.Posté par DW le 16/10/2019 10:12 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Nous préparerait on un LBO/LMO/LBMO... en douceur ? avec dans le rôle du chevalier blanc Nicolas Delord et toute l'équipe qui désormais tapent sur le Top management mais qui ne disaient rien quand ils étaient grassement payés ? Laisser couler une boite pour mieux la reprendre après , la main sur le cœur... Héroïque, sublime, j'en chialerais presque ! ... Et laissez les hauts fonctionnaires en dehors de tout ça, ils ne sont pour rien dans ce désastre, qui dure depuis 10 ans.

6.Posté par Louis le 16/10/2019 10:55 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Tout cela va continuer à alimenter le populisme qui entraînera des conséquences inédites pour ...TOUS !

7.Posté par Robert le 16/10/2019 21:49 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Contre vérités M. Delort. Plusieurs dossiers jet tours avec PNR émis et payés. On a demandé à payer et récupérer les billets, réponse de JT :
"On ne peut pas vous les transférer, attendez le 4/10" Et le 4/10 "on ne peut plus vous les transférer" !! De qui se moque-t-on ? Est ce que les clients pourront partir ? Les compagnies assurent qu'elles honoreront puisque les billets sont payés.... Sauf si JT annulé les PNR !! On ne peut pas faire d'autres billets : risque de dupe !!! Alors on fait quoi ?

8.Posté par DELBOS le 17/10/2019 09:46 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Bonjour,
je lis l' article, …
Oui rien d' exceptionnel cependant, … ils n' ont fait que leur travail au Codir …
Maintenant ce qui compte c' est l' après … bon courage aux employés, je pense à eux ...

9.Posté par François le 18/10/2019 11:35 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Quand on voit les dépenses indécentes de la direction de Thomas Cook alors meme que nous savions tous que la société était très mal engagée pour ce début d'année, c'est lamentable.
En interne des milliers de déplacements professionnels pour des réunions sans aucun compte rendu ni aucune substance. On aurait pu peut être commencer plus tôt à faire de vraies économies plutot de faire trinquer les salariés et les petites structures sous traitantes non?

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Tous les commentaires discourtois, injurieux ou diffamatoires seront aussitôt supprimés par le modérateur.

Dans la même rubrique :
< >




Dernière heure
















TourMaG Travel Media Group Légal Utiles
Emploi
La Travel Tech
Businesstrips
Brochuresenligne.com
DMCmag.com
MyEventStory.com
Signaler un contenu illicite
Plan du site
RGPD
Contact
Publicité
La presse en parle

Tourmag Travel Media Group
Le groupe TourMaG Travel Media Group publie également :
Businesstrips, application mobile pour les voyageurs d'affaires; Brochuresenligne.com, 1er portail de brochures électroniques de voyages; DMCmag.com, 1er portail Destination Management Companies et MyEventStory.com, créateur d'émotions.

TourMaG.com DMCmag.com La Travel Tech Brochuresenligne.com BusinessTrips