TourMaG.com, 1er journal des professionnels du tourisme francophone

Salon #JeVendsLaFrance & l'Outremer - Susan Soba (IRT) "Nous voulons maintenir les liens, la confiance et donner plus de visibilité"

1er salon digital B2B organisé par TourMaG.com et MyEventStory du 6 au 9 avril 2021



L’Île de la Réunion Tourisme est partenaire officiel du 1er Salon digital #JevendslaFrance et l’Outre-Mer, organisé par TourMaG.com et MyEventStory du 6 au 9 avril 2021. Susan Soba, la directrice générale de la structure, souhaite entretenir les relations avec la distribution française et poursuivre le travail de promotion de la destination en attendant des jours meilleurs.


Rédigé par le Lundi 22 Mars 2021

Susan Soba, directrice générale de l’Île de la Réunion Tourisme. - DR : IRT
Susan Soba, directrice générale de l’Île de la Réunion Tourisme. - DR : IRT
TourMaG.com - Quelle est la situation à l'Île de la Réunion ?

Susan Soba :
Aujourd’hui, il faut répondre à un motif impérieux pour se rendre à la Réunion.

L’île est également sous le coup d’un couvre-feu, de 18h à 5h, sur l’ensemble du territoire.

Les bars et restaurants sont soumis à ce dernier, mais restent ouverts le reste de la journée en respectant le protocole sanitaire.

TourMaG.com – La destination a pu bénéficier d’une fenêtre de tir pendant les fêtes de fin d’année.

S. S :
Le motif impérieux a été levé entre le 15 décembre 2020 et le 15 janvier 2021.

Même si cela a ramené un peu d’activité au regard des autres mois de l’année, nous avons profité d’une saison touristique mitigée, par rapport aux années précédentes.

Nous avons terminé l’année avec des statistiques encourageantes, mais très vite, du fait de la dégradation de la situation sanitaire au niveau local, les mesures prises par la Préfecture se sont durcies.

Aujourd’hui, nous sommes privés de la clientèle extérieure et la consommation locale est freinée par le couvre-feu. Les aides économiques sont les bienvenues pour compenser la perte d’activité.

En février et mars 2021, nous avons connu une chute importante des réservations de l’ordre de -60% à -70%.

Dix régions françaises ont confirmé leur présence au JVFOM

CLIQUEZ SUR LA PHOTO POUR VOUS INSCRIRE
CLIQUEZ SUR LA PHOTO POUR VOUS INSCRIRE
TourMaG.com - Quel bilan tirer de l’année 2020 ?

S. S. : C’est un retour vers le début des années 1990 avec des arrivées touristiques internationales réduites de plus de 70 %. Nous avons reçu 216 716 touristes extérieurs à La Réunion, soit une baisse de -59,4 % par rapport à 2019.

L’essentiel de l’activité 2020 s’est concentré sur le premier trimestre. C’est un bilan préoccupant. Nous enregistrons 158 millions d’euros de recettes touristiques, en 2020, contre environ 410 millions d’euros en 2019, soit – 61,4%.

En moyenne en 2020, les professionnels déclarent avoir perdu 60% de leur chiffre d’affaires.

TourMaG.com - Comment voyez-vous la sortie de crise ?

S. S. :
2020 a été une année difficile et traumatisante pour tous. En 2021, on essaie de composer, de vivre avec et d’imaginer la vie différemment.

J’espère que la sortie de crise sera pour 2022, que l’on pourra reprendre une stratégie de développement plus pro active. Aujourd’hui, nous sommes à la recherche de solutions pour nous inscrire dans une démarche de résilience.

Nous espérons pouvoir envoyer des signaux forts de reprise, à partir de la Toussaint.

J’espère que la sortie de crise sera pour 2022

TourMaG.com – Est-ce que le passeport sanitaire permettra d’accélérer ce retour à la normale ?

S.S. :
Il est le reflet d’une envie de beaucoup de voyageurs et de professionnels pour relancer rapidement l’activité du voyage.

Pour nous, à La Réunion, la vaccination au niveau local reste une priorité, pour rassurer ceux qui viennent.

TourMaG.com - Quelle est votre stratégie pour 2021 ?

S. S. :
On pensait être sur le pont au premier trimestre 2021. Notre situation sanitaire locale et notre marché principal, la France métropolitaine, n’ont pas permis d’obtenir les conditions de reprise. Nous avons dû revoir notre stratégie.

Le premier objectif, de l’année 2021, est le sauvetage économique. Nous travaillons également au maintien de l’emploi, des savoir-faire et des compétences. En 2018, le tourisme comptait 13 500 emplois.

Ensuite, il faut sécuriser le parcours des voyageurs vers la destination, peut-être avec le passeport sanitaire. Toutes les filières de la chaîne touristique doivent avoir des protocoles clairs.

La France métropolitaine représente plus de 85% de nos flux touristiques, ce marché est vital pour nous. Nous concentrerons nos efforts, à chaque fois que cela est possible, à maintenir le lien avec ce marché.

La consommation touristique locale est également un enjeu dans le contexte actuel, il faut recréer le lien avec les Réunionnais et les encourager à redécouvrir l’île.

Il faut aussi adapter nos produits. Nous avons pour ambition de différencier encore plus notre offre, de différencier les ambiances du territoire, il y a une grande diversité de nature, de richesses, de l’océan, du sud sauvage, des reliefs, du cirque…

Aujourd’hui, le marché est hyper concurrentiel, toutes les destinations sont agressives, sur un marché restreint.

L’enjeu est également la connectivité aérienne de l’île. La capacité du monde de l’aérien à tenir le cap, sera aussi une condition de reprise.

Partenaire du salon digital #JeVendsLaFrance et l’Outre-mer !

TourMaG.com - Comment collaborez-vous avec les producteurs et distributeurs français ?

S. S. :
Pour le B2B, nous sommes sur une stratégie de réseau. Nous souhaitons digitaliser au maximum nos échanges pour maintenir le lien. Nous développons des webinaires, des actions d’animations digitales, des roadshows virtuels. Nous allons essayer d’organiser un workshop avec les agences réceptives pour les mettre en lien avec d’autres réseaux.

Si la situation le permet, nous aimerions organiser, en fin d’année, un learning expedition avec les voyagistes.

Du fait de notre situation géographique, nous sommes les premiers à souffrir de l’absence de flux aérien en ce moment, mais en même temps, nous sommes habitués à travailler avec la distribution française.

Une agence de voyages redevient importante car elle va apporter des informations complémentaires, encadrer et sécuriser le voyage dans un contexte où les voyageurs ont besoin d’être rassurés. Je pense que les agences de voyages ont une carte à jouer sur la réassurance.

TourMaG.com – Vous avez également retravaillé votre site Internet.

S. S. :
Fin 2020, nous avons refondu notre site pour permettre plus d’agilité. Nous avons optimisé le parcours client, il permet de pousser des contenus, mettre en avant des piliers forts de la stratégie : biodiversité, de l'écotourisme, de l'authenticité, du ressourcement et du volcanisme.

L’idée est aussi de le connecter avec les produits expérientiels, avec les produits et l’offre réunionnaise pour générer de la conversion.

C’est une belle vitrine destination en termes d’image et de contenu, mais cela permet aussi de travailler avec les professionnels du tourisme, les voyagistes, etc… pour être un accélérateur de ventes et engager dès le début le parcours client.

Le site est en cours de développement, mais actuellement il est possible d’effectuer une réservation auprès de 600 prestations ou d’obtenir les coordonnées des prestataires réunionnais.

TourMag.com - Vous êtes partenaire du salon digital #JeVendslaFrance et l’Outre-Mer organisé par TourMaG.com. Qu’est-ce qui vous séduit dans cet événement ?

S. S. :
TourMaG.com est devenu un partenaire incontournable, car vous avez pris beaucoup de place dans la prescription en 2020. Par rapport à votre positionnement B2B, qui a vraiment pris de l’ampleur, c’est important pour nous de s’inscrire dans cette dynamique à vos côtés.

En participant à ce salon, nous voulons maintenir les liens, la confiance, donner plus de visibilité à un certain nombres de produits.

Ce sera également l’occasion de donner du contenu aux acteurs qui ont besoin, de mettre en avant des produits d’appel qui peuvent générer de la vente, de former sur la destination.

Encore une fois, notre marché prioritaire est la France. La stratégie B2B est extrêmement importante pour nous. Il faut effectivement que l’on puisse retrouver tous les acteurs de la filière. C’est une nouvelle opportunité de marquer notre territoire et nos liens avec nos partenaires et aussi de faire un état des lieux de leur situation, qui peuvent connaître des difficultés économiques.

Nous avons participé la semaine dernière au salon digital ITB Berlin pour tester et s’acculturer à ce mode de communication. Nous serons présents avec une délégation. Un appel à participation est lancé.

www.jvfom.fr

SALON #Je Vends la France et l’Outre-Mer - Renseignements

Salon #JeVendsLaFrance & l'Outremer - Susan Soba (IRT) "Nous voulons maintenir les liens, la confiance et donner plus de visibilité"
Fabien Da Luz
Directeur général TourMaG
fabien@tourmag.com
+33 6 43 65 15 92

Caroline Lelievre Publié par Caroline Lelievre Journaliste - TourMaG.com
Voir tous les articles de Caroline Lelievre
  • picto Twitter
  • picto Linkedin
  • picto email

Lu 1213 fois

Notez

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Tous les commentaires discourtois, injurieux ou diffamatoires seront aussitôt supprimés par le modérateur.






































  • Snapchat
  • Instagram
  • Twitter
  • Facebook
  • GooglePlay
  • appstore
  • DMCmag
  • Brochures en ligne
  •  La Travel Tech
  • Welcome To The Travel
  • AirMaG
  • Futuroscopie
  • CruiseMaG
  • Voyages Responsables
  • #PartezEnOutreMer
  • Partez en France
  • MontagneMaG
  • TravelManagerMaG
  • Ditex
 
Site certifié ACPM l'Alliance