TourMaG.com, 1er journal des professionnels du tourisme francophone


Scénario bollywoodien : Jet Airways retire son plan social



La semaine dernière a été riche en événements contradictoires dans l’aviation commerciale indienne. Un peu à la manière des films de Bollywood il y a eu de l’amour, des drames, une répudiation et une réconciliation. Toujours entre monde rationnel et émotionnel.


Rédigé par Geneviève BIEGANOWSKI le Dimanche 19 Octobre 2008

Manifestations devant le siège de jet airways
Manifestations devant le siège de jet airways
Wolfgang Prock Schauer, le directeur général de la compagnie Jet Airways en Inde est philosophe : « L’Inde est pleine de mystères qu’il ne faut pas chercher à comprendre ».

Ce qu’il comprend, a contrario, c’est la situation difficile dans laquelle se trouve l’aviation commerciale indienne.

« L’activité qui génère six milliards de dollars a perdu un milliard l’année dernière et elle en perdra deux cette année.

Nous avons enregistré 30 à 40% de croissance pendant ces cinq dernières années. Ce qui a permis à Jet Airways d’aligner quatre exercices profitables. Mais aujourd’hui, c’est fini. ».


La compagnie a donc cherché des solutions pour sortir de cette passe difficile. Il y a eu l’annonce de l’alliance avec le concurrent Kingfisher Airlines qui permettra de rationaliser les réseaux domestiques en surcapacité.

Fin du Mumbai-Shanghai-San Francisco en janvier 2009

Jet Airways qui détient 1/3 du marché domestique indien depuis le rachat de Sahara en 2007, prévoit de réduire le nombre de vols domestiques d’environ 15%. L’alliance commerciale donnera également un accès réciproque en free slow dans les inventaires des deux compagnies.

Sur le réseau international, le concept de hub à Bruxelles restera intact même si l’ouverture de la ligne de Bengalore n’est pas encore définitivement acquise. A l’inverse, sur le transpacifique, Jet Airways a décidé d’interrompre une ligne Mumbai-Shanghai-San Francisco à partir de janvier 2009.

Si la rationalisation du réseau domestique va permettre de rendre aux leasers huit 737 arrivés en fin de contrat, les quatre B 777 employés sur la ligne de San Francisco sont destinés, pour l’instant, à rester sur le tarmac.

Que faire du personnel lorsqu’une contraction de l’activité est imminente ? Logiquement, un plan social. La compagnie a donc annoncé le 13 octobre qu’il n’engagerait pas les 800 PNC en formation et le lendemain qu’un peu plus d’un millier d’employés sur les 13000 au total devaient s’attendre à être licenciés.

Un choc pour l’Inde toute entière où les télévisions ont présenté en boucle la terrible nouvelle. Après les menaces de suicide et les protestations des employés, Naresh Goyal, le patron de la compagnie, a fait un pas en arrière spectaculaire en venant annoncer lui-même à la télévision l’annulation du plan social et l’intégration des 1900 employés.

Le concept de hub à Bruxelles restera intact

Wolfgang Prock Schauer, le directeur général de la compagnie Jet Airways en Inde
Wolfgang Prock Schauer, le directeur général de la compagnie Jet Airways en Inde
« Je n’étais pas au courant du plan social et d’ailleurs, je n’ai pas prévenu mes collaborateurs de ma décision de revenir en arrière. J’ai consulté ma femme qui a approuvé. Pour moi, de voir ces jeunes gens pleurer de perdre leur emploi, cela m’a bouleversé.

Les employés c’est comme la famille »
, a expliqué Naresh Goyal dans une intervention très émotionnelle. Accusant le coup avec un sourire de façade, Wolfgang Prock Schauer maintient « qu’il faudra faire quelque chose » pour redresser les comptes.

La solution pourrait venir du gouvernement indien qui a menacé, via le ministre de l’énergie Murli Deora de retirer la licence d’opération si le plan social se mettait en place et si Jet Airways ne réglait pas sa facture de pétrole aux fournisseurs publics des différents états indiens.

Difficile de ne pas imaginer que Naresh Goyal n’ait pas obtenu des promesses d’aide gouvernementale pour renégociation de sa dette pétrole contre la réintégration du personnel…

Avec une échéance électorale dans quelques mois, les autorités en place peuvent parfois trouver des arrangements pour éviter de faire monter le mécontentement de l’opinion publique.

La concentration des compagnies indiennes

- le 22 février 2007, Air India et Indian Airlines, les deux compagnies publiques fusionnent
- le 12 avril 2007, Jet Airways rachète Sahara
- le 20 décembre 2007 Kingfisher reprend Deccan Airlines
- le 13 octobre 2008 Jet Airways et Kingfisher annonce une alliance opérationnelle
- à venir, l’association entre Indigo et Shrivraj Airways, par ailleurs Paramount serait également en négociation avec une autre compagnie.
- quid des alliances en Inde ? Alors que Air India devait intégrer la Star Alliance, Kingfisher Airlines penchait plutôt pour Skyteam et Jet Airways pour one world . Avec l’alliance des deux opérateurs indiens, ce scénario pourrait être remis en cause.

Lu 3183 fois

Notez


Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Tous les commentaires discourtois, injurieux ou diffamatoires seront aussitôt supprimés par le modérateur.



Dernière heure
















TourMaG Travel Media Group Légal Utiles
Emploi
AirMaG
CruiseMaG
La Travel Tech
Voyages Responsables
Businesstrips
Brochuresenligne.com
DMCmag.com
MyEventStory.com
Signaler un contenu illicite
Plan du site
RGPD
Contact
Publicité
La presse en parle

Tourmag Travel Media Group
Le groupe TourMaG Travel Media Group publie également :
Businesstrips, application mobile pour les voyageurs d'affaires; Brochuresenligne.com, 1er portail de brochures électroniques de voyages; DMCmag.com, 1er portail Destination Management Companies et MyEventStory.com, créateur d'émotions.

TourMaG.com DMCmag.com La Travel Tech Brochuresenligne.com BusinessTrips