TourMaG.com, 1er journal des professionnels du tourisme francophone
TourMaG.com, 1e TourMaG.com, 1e



Transavia est-elle le bras armé d’Air France pour éliminer la concurrence ?

Air Méditerranée, XL Airways; Europe Airpost répliquent



La réaction ne s'est pas faite attendre après l'annonce optimiste de Lionel Guérin sur l'activité de Transavia cette année. Une communication commune signée Air Méditerranée, XL Airways et Europ Airpost explique pourquoi Transavia peut se targuer d’atteindre l’équilibre en 2011. Mais, prédisent-elles, plus dure sera la chute en 2012...


Rédigé par Geneviève BIEGANOWSKI le Jeudi 24 Novembre 2011

La compagnie a peut-être fait des propositions très alléchantes aux tour-opérateurs pour remporter des marchés mais c’était aussi une condition sine qua non pour faire fonctionner son modèle hybride, reposant sur le B2B et le B2C et atteindre ainsi une taille critique suffisante./photo VdM
La compagnie a peut-être fait des propositions très alléchantes aux tour-opérateurs pour remporter des marchés mais c’était aussi une condition sine qua non pour faire fonctionner son modèle hybride, reposant sur le B2B et le B2C et atteindre ainsi une taille critique suffisante./photo VdM
Les compagnies françaises de loisirs vont mal et, pour elles, c‘est bien à cause de Transavia France.

Après l’annonce, mercredi dernier, d’un exercice 2011 qui pourrait se terminer à l’équilibre, voire légèrement bénéficiaire par Lionel Guérin, le Pdg de la filiale française d’Air France/KLM, la réaction des compagnies concurrentes n’a pas tardé.

Dans un communiqué commun signé Jean-François Dominiak pour Europe Airpost, Laurent Magnin pour XL Airways et Antoine Ferretti pour Air Méditerranée, ces trois patrons s’empressent de faire remarquer que l’exercice fiscal de Transavia aligné sur celui de sa maison mère ne comportera que neuf mois.

Il court d’avril à décembre - autrement dit la période la plus porteuse en terme de trafic de loisir. Ce qui explique la relative bonne performance espérée.

Et prévoient-ils déjà, l’année 2012 avec la période creuse du premier trimestre ne pourra être que d'autant plus négative.

Cette nouvelle réaction critique envers Transavia France arrive après un départ brutal des trois transporteurs de la FNAM, fédération justement présidée par Lionel Guérin et une série de déclarations vindicatives vis à vis de celle qui est venue marcher sur leurs plates-bandes.

Alors, Transavia est-elle vraiment la danseuse très coûteuse d’Air France lancée pour tuer la concurrence française comme les concurrentes l'ont déjà laissé entendre par le passé ?

La Cie a lentement mais sûrement amélioré ses bilans

Une chose est sûre : la compagnie créée en 2007 a lentement mais sûrement amélioré ses bilans depuis ses 24 millions d’euros de pertes au 31 mars 2008.

Le résultat négatif s’est établit à -16,8 millions au 31 mars 2009 puis à -3 millions au 31 mars 2010. Les transporteurs ont déjà fait remarquer que les résultats au 31 mars 2011 ne sont toujours pas déclarés, ce qui entretient leurs doutes…

La compagnie a peut-être fait des propositions très alléchantes aux tour-opérateurs pour remporter des marchés mais c’était aussi une condition sine qua non pour faire fonctionner son modèle hybride, reposant sur le B2B et le B2C et atteindre ainsi une taille critique suffisante.

Parallèlement, Transavia a adopté un modèle de plus en plus low cost. Après le catering payant à bord, ce sont les bagages qui sont devenus payants en avril dernier…

Dans le même temps, les compagnies de loisirs ont connu une évolution inverse.
Hormis Europe Airpost dont les contrats avec la Poste et Royal Mail pour du transport de fret assurent un volume d’activité pérenne et contribuent à maintenir des exercices positifs (6,5 millions d’euros en 2009, 3,4 millions d’euros en 2010), Air Méditerranée et XL Airways souffrent bien davantage.

Air Méditerranée qui a quasiment stoppé les liaisons vers la région du Sahel, désormais déconseillée aux touristes, a bouclé son premier exercice négatif en 2010 avec une perte de 2,5 millions.

Cas de figure similaire pour XL Airways qui, de 8 millions d’euros de bénéfices en 2008 est passée à 8,3 millions de pertes en 2010.

On n’ose imaginer les résultats 2011 de ces compagnies avec un baril en forte hausse, la baisse de fréquentation des destinations d’Afrique du Nord et la crise économique.

Mais une chose est sûre c’est que les transporteurs français sont toujours aussi déterminés à contrer Transavia, "dans la légalité".

Lu 4390 fois
Notez



1.Posté par FLO le 25/11/2011 08:28 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Pourquoi toujours taper sur Transavia ?

Quand CorsairFly est renflouée par TUI, personne ne crie au loup non ?

Si toute l'énergie perdue par ce "pool" était destinée a se battre pour trouver des marchés ou un modèle économique pérenne ?

2.Posté par Triple Zut le 25/11/2011 11:55 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Transavia est leur cible mais pourraient-ils se concentrer sur les low cost bien plus agressives tel que Vueling ?
Cette dernière ne va pas faire de quartier en 2012 et ils n'auront rien vu venir à force de ne taper que sur les mêmes. Si Transavia disparaissait demain, ils n'auraient pas plus de latitudes pour améliorer leur CA car Easyjet, Ryanair et tous les autres s'empresseraient de leur couper l'herbe sous le pied sans qu'ils n'aient de moyen de se défendre "légalement".

3.Posté par akhenxxx le 25/11/2011 19:38 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
en meme temps ces trois compagnies sollicitent regulierement AIR FRANCE pour les depanner, et regler leurs soucis en AOG....
ET sauf erreur XL AIRWAYS, est bien sous contrat d'entretient avec AIR FRANCE pour son A320 et ces A330...
Leur communiqué en est encore plus risible....

4.Posté par Memories le 28/11/2011 10:12 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
À une certaine époque, Europe Airpost exploitait des avions prêtés gracieusement par AIR FRANCE ( leasing peu onéreux vous reconnaîtrez), les autres compagnies devaient faire avec, et je ne crois pas qu'il y ait eu coalition contre EAP, alors avant de taper, balayez!
Je ne suis pas plus pro Transavia qu'anti EAP, XL, ou AIR MED, mais ne croyez vous pas que le danger se situe ailleurs?

5.Posté par Victor320 le 08/12/2011 19:21 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Il ne faut pas confondre l'activité postale et l'activité charter. EAP, ex-Aéropostale, appartenait au groupe Air France avant d'appartenir à La Poste. L'Aéropostale était en contrat avec La Poste pour le transport de courrier. EAP n'exploitait pas d'avions Air France, car lorsque c'était le cas, EAP n'existait pas encore, c'était l'aéropostale.
Akhenxxx, un contrat d'entretient est un contrat d'entretient... cela n'a rien à voir avec de la concurrence déloyale.
Transavia France a été montée pour concurrencer les low-costs telles que Easyjet... Le but du jeux était de prendre les créneaux à ORY de manière à empêcher leur expansion. Concurrence indirecte, car elle s'est mise sur le marché du Charter vacance - le bulldozer Easyjet étant effrayant -... Résultat : Easyjet est allé à CDG.!!!
Je ne connais pas les données exactes dans cette affaire, mais si EAP, XL et Air Med font ce genre de communiqués à propos d'une filière du groupe AF, c'est qu'ils doivent avoir quelques trucs béton dans leur dossier, car, par expérience, il faut pas trop s'attaquer à l'hippocampe ailé...
Concurrence déloyale dans le sens où Transavia est renflouée à coups de millions par Air France chaque année pour se permettre de faire "l'équilibre". Ceci tue l'aéronautique civile française en détruisant les autres compagnies qui n'ont pas les capacités pécuniaires d'Air France, biens-que saines financièrement.

6.Posté par FLO le 09/12/2011 09:00 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
@Victor

Vous dites que Transavia a été renflouée par AF, c'est vrai, le temps que la compagnie commence a dégager ses premiers bénéfices.

Mais pourquoi vous ne dites rien sur les renflouements successifs de Corsair puis Corsairfly par ses maisons mères successives ?
Octobre 2010 : "L'actionnaire de référence TUI a décidé de recapitaliser la compagnie, à hauteur de 180 à 200 M€"

Il n'y a pas plus de concurrence déloyale chez Transavia qu'il y en a eu chez Corsair.

7.Posté par Victor320 le 09/12/2011 17:19 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
@FLO
Bonjour,
Je n'ai pas parlé de Corsair car n'en connaissait pas les chiffres.
Ce que je sais, par contre, c'est que lorsque EAP, XL, et Transavia sont en concurrence pour décrocher un contrat pour baser quelques avions au Canada, par exemple, Transavia propose des devis environ 30% moins cher que XL ou EAP, décroche le contrat, puis fait un bilan négatif... AF remet des sous dedans de manière à ce que l'entreprise soit à l'équilibre par la suite. Ceci s'appelle de la concurrence déloyale.

Je ne savais pas que Corsair usait de ce genre de pratiques, mais attention à ne pas confondre un renflouement car la compagnie n'arrive pas à l'équilibre pour une raison X ou Y et un stratagème pour décrocher des contrats d'une manière déloyale.
Pour exemple, les avions d'EAP sont plus vieux, coûtent donc moins cher en leasing que ceux de transavia, les PN EAP "coûtent" moins cher que les PN Transavia... je n'arrive pas à comprendre comment ils peuvent se permettre de faire 30% en moins sur une cotation .....

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Tous les commentaires discourtois, injurieux ou diffamatoires seront aussitôt supprimés par le modérateur.

Dans la même rubrique :
< >


PUBLICITÉ
Scheherazade KACIMI Scheherazade KACIMI
commercial@tourmag.com
+33 4 91 58 58 27
+33 6 76 50 55 75

Dernière heure
















TourMaG Travel Media Group Légal Utiles
Emploi
Groupes / CE
La Travel Tech
Travel in France
Businesstrips
Brochuresenligne.com
DMCmag.com
TourMaGEVENTS.com
Signaler un contenu illicite
Plan du site
RGPD
Contact
Publicité
La presse en parle

Tourmag Travel Media Group
Le groupe TourMaG Travel Media Group publie également :
Businesstrips, application mobile pour les voyageurs d'affaires; Brochuresenligne.com, 1er portail de brochures électroniques de voyages; DMCmag.com, 1er portail Destination Management Companies et Hôtel&Lodge PRO, Le Hub des pros de l'hébergement.

TourMaG.com DMCmag.com Hôtel&Lodge PRO La Travel Tech Brochuresenligne.com BusinessTrips