TourMaG.com, 1er journal des professionnels du tourisme francophone


Vols domestiques USA : il ne reste guère que les toilettes... encore gratuites !

les repas deviennent payants en classe eco...



Aux Etats-Unis, il faut désormais payer pour réserver, enregistrer, boire et manger, se distraire et même se réchauffer à bord des avions. Et les passagers « fidèles » sont priés de mettre la main au portefeuille pour utiliser leurs miles. Mais United vient de faire un pas de plus en testant, à partir du 1er octobre les repas payants en Eco sur les vols transatlantiques de son hub de Washington.


Rédigé par Geneviève BIEGANOWSKI le Mardi 19 Août 2008

Vols domestiques USA : il ne reste guère que les toilettes... encore gratuites !
Un baril redescendu sous la barre des 115 dollars après avoir battu un record à 137 dollars en juillet, c’est une très bonne nouvelle pour le transport aérien.

Pour autant, il ne faut pas pavoiser. A 115 dollars, nous restons dans le royaume de la surcharge et des suppléments en tous genres.

Et la liste de ces suppléments que les passagers ont à payer après avoir acquis leurs billets s‘allonge de jour en jour.

Les plus imaginatifs en la matière, ce sont les Américains. Il est vrai que les compagnies américaines dont certaines étaient en chapter 11 et donc interdites de prendre la moindre couverture pétrole, paient le carburant au prix fort et la timide remontée du dollar n’apporte aucun répit.

Des astuces pour faire chauffer les cartes de crédit...

Il leur a donc fallu trouver des astuces pour faire chauffer les cartes de crédit de leurs passagers. Si l’utilisation des toilettes à bord reste gratuite (jusqu'à quand ?), tout le reste ou presque est désormais payant outre-atlantique sur les vols domestiques. USA Today fait le décompte, le 12 août dernier. Voyez plutôt.

L’enregistrement d’un bagage coûte désormais 15 dollars chez American, Northwest, United Airlines et US Airways. Hormis chez Southwest, qui ne fait pas payer jusqu’au troisième bagage enregistré, le second bagage est payant chez les autres : 20 dollars chez JetBlue , 25 dollars chez American, Continental, Northwest et même 50 dollars chez Delta.

Pour le troisième bagage enregistré, c’est 125 dollars chez Delta et United, 100 dollars chez Alaska, American, US Airways, etc..

A bord, les boissons non-alcoolisées coûtent entre 1 et 2 dollars chez US Airways, entre 2 et 3 dollars chez Frontier, jusqu’à 3 dollars chez JetBlue, les en-cas sont entre 2 et 3 dollars chez Virgin America, entre 3 et 7 dollars chez Northwest, jusqu’à 4 dollars chez American, jusqu’à 3 dollars chez Delta.

Pour les repas, les low cost. comme Southwest, JetBlue, Air Tran y ont renoncé. Les autres les font payer entre 4 (Delta) et 9 dollars (Virgin America). Et, bien sûr, toutes les boissons alcoolisées sont à un minimum de 5 dollars.

Les écouteurs sont à 1 dollar chez Continental et JetBlue, 2 dollars chez American, 3 dollars chez Delta et Northwest, 5 dollars chez US Airways. Les sièges qui disposent d’un peu plus d’espace sont eux aussi payants : entre 5 et 35 dollars chez Northwest, entre 5 et 25 dollars chez US Airways, entre 14 et 149 dollars chez United.

Les surcharges fuel s’appliquent désormais sur les billets prime

Désormais, les billets primes des fréquent flyers entraînent également des frais supplémentaires : 5 dollars pour une resa internet et 20 dollars pour une resa téléphone chez American; 30 dollars pour une resa internet et 55 dollars pour une resa téléphone chez US Airways; 25 dollars quelque soit le mode de réservation chez Northwest.

Quant à American, elle a déjà prévenu ses fréquent flyers que le nombre de miles nécessaires à l’émission d’un billet augmenterait sensiblement à partir du 1er octobre…

Les surcharges fuel s’appliquent désormais sur les billets primes aussi : 50 dollars chez Delta sur un billet international, 100 dollars chez Northwest.

Au début de ce mois, JetBlue a décidé de faire payer désormais l’oreiller et la couverture 7 dollars. Mais, pour ce prix, le passager est en droit de les emporter. Il y a fort à parier qu’elle ne restera pas longtemps seule dans ce cas-là…

Plus aléatoire est cette tentative de United Airlines de faire payer les repas par les passagers en classe économique sur les vols transatlantiques de sa base de Washington. 6 dollars pour un snack et 9 dollars pour un repas. Et comme, sur un vol de 7 heures le passager moyen aura besoin de l'un et de l'autre, cela fera 15 dollars par passager au minimum.

L'expérience sera tentée jusqu'à la fin de l'année et United prendra ensuite une décision définitive, soit de l'étendre aux autres lignes transatlantiques, soit d'arrêter les frais. Comme souvent aux Etats-Unis, si les concurrentes décident de suivre, alors le principe du payant sera acquis.

Lu 9231 fois

Notez

Commentaires

1.Posté par Olivier Blachère le 29/08/2008 09:59 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Réjouissons-nous, nous vivons encore des jours heureux, car il est encore possible d'embarquer gratuitement notre lecteur mp3, notre sandwich et notre livre de chevet.

Les compagnies aériennes, dont le but avoué est de voler, auront bien un jour prochain l'audace d'interdire toute nourriture personnelle à bord, pour des raisons sanitaires (une tranche de jambon vers les Emirats ou une merguez pour les USA ? Pas question !) ou sécuritaires (interdiction du pain pour éviter la confusion entre pain de campagne et pain de plastic).

Oh, veuillez pardonner mon arrogance, car ceci ne concerne que les compagnies US ! Modèle appréciable, non, que ces compagnies ? Après tout, la commission zéro a bien commencé outre-atlantique. Tout bon concept doit s'exporter !

Où est la concurrence, alors ? Comment peut-on raisonnablement penser qu'une guerre économique fait rage dans le ciel, si tout est prétexte à faire payer le passager ?

Personne ne souhaite un nouveau 11 septembre ou une crise majeure qui affecterait le transport aérien. N"empêche... Vous verrez alors les compagnies nous faire une cour effrenée, en nous sussurant à l'oreille des mots doux tels que "nos repas sont gratuits", ou "nous proposons un système de divertissement sans frais".

2.Posté par Hongrie le 29/08/2008 10:30 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Il y a encore dix ans prendre l'avion était un régal, maintenant c'est un suplice vu la mauvaise qualité du service en vol. Finalemnet la déréglementation et la libéralisation du ciel est un échec total.

3.Posté par Eric le 29/08/2008 11:22 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
... bon un jour, il y aura moins de compagnies aériennes certes mais à un moment ou en un autre il faudra aller chercher les clients ! Pas sûr que l'on apprécie les options payantes à ces tarifs

4.Posté par Xavier le 29/08/2008 11:26 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Le problème ne se limite pas seulement à ces suppléments désagréables mais aussi aux infrastructures et conditions de vol: vieux avions bruyants, vieux sièges malentretenus, contrôles de "sécurité" longs et débiles, aéroports trop grands et peu fonctionnels, etc.

5.Posté par nowykaczor le 29/08/2008 11:29 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Ce que nous dit pas cet article, c'est le prix réel d'un billet d'avion US : est-il réellement le même qu'en Europe ? Je veux dire paie-t-on 600$ pour faire un Dallas-Chicago ou bien les tarifs sont très bas ?
Dans ce cas, ce n'est que de la transparence...

En Europe, tout est aussi payant : du bagage à la couverture en passant par le film à bord et le sourire de l'hôtesse, seulement le tout est déjà inclus dans le prix du billet...

6.Posté par Jacqueline le 29/08/2008 15:30 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Aux Etats-Unis, il y a quantité de classes. La "coach-class", qui se traduit littéralement par autobus est encore un échelon "en-dessous" de ladite classe économique des vols de ligne en Europe. Cela ressemble plus ou moins à ce que fait maintenant Easyjet, Ryanair et Cie, mais en beaucoup plus pratique et plus simple.

Avant les mesures de sécurité renforcées du 11 septembre, je me rappelle réellement avoir embarqué comme dans un autobus.

Billet payé par carte de crédit tiré à l'automate en dernière minute, sans réservation, on fait la queue et on grimpe à bord, son sac de voyage à la main. Vu qu'il n'y a pas de franchissement de frontière pour les vols internes, pas de paperasseries ni contrôles de sécurité. Pour le prix d'un billet de train Lyon-Paris on traverse la moitié des USA en avion. Chacun apporte ses cacahuètes, pop corn ou son sandwich dégoulinant de mayonnaise et les accoudoirs collent parfois un peu (beurk). On fait aussi une croix sur le confort et l'horaire précis. Mais que demander de plus quand on est étudiant et qu'on veut voir du pays sans se ruiner?

7.Posté par Michel le 29/08/2008 16:58 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Bien sur que l'on paie ici (USA) beaucoup de prestations, gratuites par le passe, mais a $250 un aller retour Californie/Floride (+ de 10 heures de vol en tout) on peut bien accepter de payer $7 pour un snack. Amusez vous a faire CDG/LHR avec AF, certes le snack (inmangeable) est gratuit mais le prix du billet, aie, aie aie ...

8.Posté par nowykaczor le 29/08/2008 18:49 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Merci à Michel et à Jacqueline pour leurs précisions locales !

9.Posté par Jacqueline le 29/08/2008 19:18 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Ah, et au fait, un truc qui explique pourquoi le "coach" class reste possible malgré les bas prix: il n'y a quasiment jamais de siège vide.

Bien souvent, il y a plus de passagers que de sièges libres, et c'est par ordre d'arrivée. Mais rarement de bousculade contrairement à nos bus.

Ceux qui ne sont pas pressés revendent leur billet pour quelques dollars de plus à ceux qui sont pressés. Résultat des courses: ceux qui ont le temps d'attendre gagnent des sous, ceux qui sont pressés payent pour un service plus rapide; la compagnie aérienne vend tous les sièges et par conséquent ne perd pas d'argent ce qui lui permet de continuer de tourner.

Tout le monde est gagnant selon ses envies et ses possibilités, et tout le monde trouve ça parfaitement normal. En Europe, on crierait au scandale, de s'enrichir sur le dos des autres... quoique, les Européens veulent bien être des donneurs de leçons, mais la même chose se passe avec les billets de foot ou de concert qui sont revendus à des prix faramineux quand toutes les places sont prises, non?

10.Posté par Jonathan le 22/09/2008 00:10 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Oui emfin bon ca a rien avoir, dans le cas d un billet d avion tu as deja reserve pour telle date a telle heure, dans le cas d un billet de concert ou de vite, tu n as pas reserve.

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Tous les commentaires discourtois, injurieux ou diffamatoires seront aussitôt supprimés par le modérateur.
Signaler un abus

Dans la même rubrique :
< >







































TourMaG.com
  • Snapchat
  • Instagram
  • Twitter
  • Facebook
  • YouTube
  • LinkedIn
  • GooglePlay
  • appstore
  • Nos Médias
  • DMCmag
  • Brochures en ligne
  •  La Travel Tech
  • Welcome To The Travel
  • AirMaG
  • Futuroscopie
  • CruiseMaG
  • Voyages Responsables
  • #PartezEnOutreMer
  • Partez en France
  • TravelManagerMaG
 
Site certifié ACPM, le tiers de confiance - la valeur des médias