TourMaG.com, 1er journal des professionnels du tourisme francophone
TourMaG.com, 1e






Galice : Saint-Jacques-de-Compostelle, au bout du long chemin

Des voyages en groupe accompagné ou en liberté


Rédigé par Jean-Paul COMBE le Mercredi 2 Novembre 2016

Capitale de la Galice, Saint-Jacques-de-Compostelle est l'une des villes les plus attachantes d’Espagne avec ses vieux quartiers, ses places, ses églises et sa cathédrale grandiose. Aboutissement d’un long pèlerinage, religieux ou profane, la cité est également un point de départ ou un ancrage pour une balade en Galice.



Un peu partout, les communautés monastiques ont laissé trace de leur passage. De sorte que l’on peut parcourir la Galice en étant sûr de trouver d’imposants monastères, de modestes prieurés ou de petites églises médiévales - DR : Via Compostela
Un peu partout, les communautés monastiques ont laissé trace de leur passage. De sorte que l’on peut parcourir la Galice en étant sûr de trouver d’imposants monastères, de modestes prieurés ou de petites églises médiévales - DR : Via Compostela
La légende et l’histoire de Saint-Jacques-de-Compostelle sont nées vers l’an 800, avec la certification de la sépulture de Saint-Jacques-le-Majeur, arrivée là miraculeusement.

A partir de ce moment, les pèlerins affluèrent de toute l’Europe par des itinéraires balisés appelés « Chemins de Saint Jacques ».

La voie fut consacrée au XIIe siècle lorsque Xelmirez, archevêque de Saint-Jacques, obtint l’indulgence plénière pour les pèlerins, mettant la ville sur un pied d’égalité avec Rome et Jérusalem.

Principale voie de diffusion culturelle, le chemin français fut - et est toujours - le plus connu, le plus fréquenté de nos jours.

Plus de mille pèlerins par jour

En été, ce sont plus de 1 000 pèlerins qui, chaque jour, arrivent à Saint-Jacques, généralement par le Monto do Gozo (Mont de la joie). De là, on rejoint la chapelle au sommet, pour une vue panoramique sur la ville.

Les marcheurs entrent généralement dans la cité par la porta do Camino pour emprunter l’antique itinéraire qui mène à la place du Obradoiro.

C’est là que bat le cœur de la ville. D’imposants bâtiments l’entourent : le Real, ancien hôpital des pauvres devenu un riche hôtel classé parmi les plus beaux Paradors d’Espagne, le palacio de Raxoi, siège de la mairie et du gouvernement autonome et enfin la cathédrale, tant attendue par les pèlerins.

C’est l’une des plus prestigieuses d’Espagne. Bâtie au XIe siècle, consacrée au XIIIe, c’est un ensemble harmonieux des styles baroque et classique, très répandus en Galice.

Elle se voulait le plus grand temple chrétien de son époque : son agencement se fait autour d’une croix de 97 m sur 65, sous des voûtes qui s’élèvent jusqu’à 22m.

Des proportions à couper le souffle des marcheurs - quand il leur en reste !

Il serait dommage de quitter l’édifice sans passer par les toits. De là, on a une vue unique sur toute la ville ainsi que sur les alentours de Santiago, du mont Pedroso jusqu’au mont d’O Gozo.

On peut aussi apprécier les chefs-d’œuvre réalisés sur les toitures, notamment la Cruz dos Farrapos, croix au pied de laquelle les pèlerins brûlaient leurs guenilles en guise de rituel purificateur.

Un nombre impressionnant de musées

En passant par les toits, on a une vue unique sur toute la ville ainsi que sur les alentours de Santiago, du mont Pedroso jusqu’au mont d’O Gozo - DR : OT Espagne
En passant par les toits, on a une vue unique sur toute la ville ainsi que sur les alentours de Santiago, du mont Pedroso jusqu’au mont d’O Gozo - DR : OT Espagne
Aboutissement de la longue marche, l’édifice est aussi le point de départ idéal pour la visite de la vieille ville, où se succèdent ruelles, rues pittoresques.

En dehors de la cathédrale et les mythiques places de l’Obradoiro et de la Quintana, il y a des endroits tels que la Colegiata Santa María A Real do Sar, qui, elle aussi, a conservé la plupart de sa construction primitive romane et un intérieur avec de très belles proportions.

Visiter aussi le Colegio de Fonseca de style Renaissance, ou le couvent de San Martiño Pinario.

La cité possède aussi un nombre impressionnant de musées, dont deux incontournables : das Peregrinacions (pèlerinages) et Arte sacra (art sacré)

On se laissera conduire à travers la ville par le charme et l’effervescence des halles le matin ; l’église, le couvent et le parc de San Domingos de Bonaval, où se trouve le panthéon de Galiciens illustres ; ou les alentours verdoyants, qui se prolongent jusqu’à l’océan (à environ une demi heure).

Dans ce dédale, on ne peut pas louper les nombreuses auberges, bars à tapas et multiples restaurants.

La trace des communautés monastiques

La Galice c’est aussi d’autres villes, une région verte aux plages sauvages, une vraie gastronomie, un pays au riche patrimoine.

L’art religieux tient une place importante lié, dès le Moyen-Age, à l’installation de communautés monastiques, comme à Esgos, où un chemin de terre mène à l’église rupestre de San Pedro de Rocas et à ce qu’il reste d’un monastère bâti à l’emplacement d’un sanctuaire de druides.

A quelques encablures, la petite ville de Montederramo construite en éventail face à un imposant monastère.

Un peu partout, les communautés monastiques ont laissé trace de leur passage. De sorte que l’on peut parcourir la Galice en étant sûr de trouver d’imposants monastères, de modestes prieurés ou de petites églises médiévales.

Autant de style et d’époques à découvrir !

Coup de cœur : le parador Saint-Jacques, le plus vieil hôtel du monde

Dans le patio du Parador - DR : J.-P. C.
Dans le patio du Parador - DR : J.-P. C.
Le Parador de Saint-Jacques, connu sous le nom d’Hostal dos Reis Católicos, est un mélange d’histoire, d’art et de tradition, le rêve des pèlerins et l’emblème de la ville.

Il est situé sur la Plazza do Obradoiro, à deux pas de la cathédrale.

L’Hostal est né en 1499, afin de loger les pèlerins qui se dirigeaient à Saint-Jacques.

À l’intérieur de ce Parador musée, considéré comme l’hôtel le plus ancien au monde, on y découvre quatre superbes cloîtres, des pièces élégantes, des chambres grandioses et un restaurant luxueux qui propose une cuisine galicienne, sans oublier les crêpes aux pommes et à la crème caramélisées.

Réservation indispensable (certaines se font un an à l’avance !)

www.parador.es
santiago@parador.es

Faire la route seul ou en groupe

Quelle que soit sa motivation pour parcourir les chemins de Saint-Jacques-de-Compostelle, on trouve des paysages magnifiques, des personnes diverses et très souvent soi-même.

Spécialiste de ce chemin, Via Compostela organise des séjours sur 9 voies de Compostelle en France, en Espagne, au Portugal.

Avec ses 30 ans d’expérience, l’agence propose deux types de voyages, en groupe accompagné ou en liberté, pour lesquels ils organisent toute la logistique : choix de l’itinéraire, réservation des hébergements, transports des bagages et transferts.

Lu 2300 fois

Notez


1.Posté par Galice Insolite le 03/11/2016 17:39 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Venez découvrir la Galice, sa culture, sa gastronomie… avec Galice Insolite : Votre réceptif en Galice.
www.galiceinsolite,com

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Tous les commentaires discourtois, injurieux ou diffamatoires seront aussitôt supprimés par le modérateur.


PUBLICITÉ
Scheherazade KACIMI Scheherazade KACIMI
commercial@tourmag.com
+33 4 91 58 58 27
+33 6 76 50 55 75






Dernière heure











 

Le groupe TourMaG.com publie également Brochuresenligne.com, 1er portail de brochures électroniques de voyages; DMCmag.com, 1er portail Destination Management Companies et TourMaGEVENTS, l'agenda des événements du tourisme.

TourMaG.com Légal Utiles
Emploi
Groupes / CE
La Travel Tech
Travel in France
Brochuresenligne.com
DMCmag.com TourMaGEVENTS.com
Signaler un contenu illicite
Plan du site
Contact
Publicité
La presse en parle

cookieassistant.com