TourMaG.com, 1er journal des professionnels du tourisme francophone
TourMaG.com, 1e



Garantie financière : vers une démission en masse des Producteurs de l'ASPT ?

Forum du SETO à Deauville



La garantie financière était au cœur des débats du Forum du SETO organisé à Deauville, ce mardi 9 décembre 2014. Le nouveau mode de calcul de la garantie, pourrait bel et bien inciter les TO membres de l'APST, à aller voir si l'herbe n'est pas plus verte ailleurs...


Rédigé par D.G. et C.E. à Deauville le Mardi 9 Décembre 2014

Alain Capestan, président de Voyageurs de Monde a présenté au Forum du SETO à Deauville,les propositions qui ont été formulées auprès du Cabinet de C. Delga - Photo CE
Alain Capestan, président de Voyageurs de Monde a présenté au Forum du SETO à Deauville,les propositions qui ont été formulées auprès du Cabinet de C. Delga - Photo CE
Le départ de Voyageurs du Monde, de l'APST, pourrait-il faire des émules ?

Si l'on en croit les discussions autour de la garantie financière qui ont animé le Forum du SETO à Deauville, d'autres opérateurs pourraient bel et bien déserter l'Association présidée par Raoul Nabet.

Pascal de Izaguirre, président de TUI a annoncé dans une interview à L'Echotouristique qu'il réfléchissait à une autre option.

Annonce qu'il nous a d'ailleurs confirmé ce mardi 9 décembre 2014.

Des réflexions qu'il n'est pas le seul à avoir. Patrice Caradec, Président de Transat France a aussi fait ses comptes : "Je regarde de près les autres propositions. Avec les nouveaux modes de calcul, ma cotisation à l'APST se monterait à 300 000€, quand dans le même temps je pourrais en payer 80 000€.

Je demande des efforts à mes salariés, à mes partenaires agents de voyages, c'est une question que je peux ignorer,
explique t-il

Les TO prennent le temps de la réflexion

D'autres se veulent moins catégoriques. C'est le cas de Stéphane Le Pennec, directeur Général de Salaün Holidays : "Nous regardons le marché, et nous restons attentifs. Ce sont des sommes importantes qui sont engagées, mais nous n'avons pas de volonté farouche de quitter l'APST".

Quant aux opérateurs exclusivement B2B, il ne souhaitent pas se précipiter. "Je ne veux pas céder à la panique.

Le sujet est important mais en tant qu'opérateur B2B, je suis moins impacté que certains de mes confrères
", explique Guy Zekri, directeur général de Solea Vacances.

Même attitude pour Hélion de Villeneuve, Directeur général associé d'Un Monde à la Carte et d'Austral Lagons.

"Nous restons attentifs, et nous observons. Le doublement de la garantie n'est pas anodin. Si les contre-garanties augmentent, cela nuira aussi à nos capacités d'investissements.

Par ailleurs, cet arrêté concerne également nos clients, c'est à dire les agences de voyages, et ce n'est pas forcément une bonne nouvelle."


Claude Blanc, co-président de Travel & Co souhaite également temporiser : "Nous allons prendre le temps de la réflexion, et regarder le marché, il se peut que de nouveaux acteurs émergent."

Rendez-vous le 12 décembre avec le cabinet de C. Delga

Alain Capestan, président de Voyageurs du Monde a réexpliqué lors d'une séance de présentation au Forum du SETO, les conséquences du nouveau mode de calcul de la garantie financière.

Le SETO qui sera reçu avec le SNAV et l'APST, le 12 décembre prochain au ministère de l'Economie, par le Cabinet de Carole Delga, secrétaire d'Etat chargée du Commerce, pour évoquer une nouvelle fois le sujet.

Ils souhaitent que les lignes bougent.

Les propositions des TO sont les suivantes : une modulation des taux en fonction des risques potentiels des versements d'acomptes par les clients. Ainsi, plus les départs sont encaissés à très court terme, moins les taux seraient élevés.

Ils proposent ainsi des taux variant de 8%, 15% et 20% (ces derniers taux étant dévolus aux groupistes qui encaissent souvent les acomptes de clients plusieurs mois à l'avance).

Le Seto propose également l'abandon du taux de 3% vis à vis des agrégateurs tels que Booking qui ne dispose pas de garantie financière.

Le problème de la garantie totale des fonds déposés

Bien évidemment, les tour-opérateurs vont demander, lors de la prochaine réunion à Bercy le décalage de la date d'application de l'arrêté, et demandent au Ministère l'organisation d'une véritable concertation avec l'ensemble des professionnels sur le problème de la garantie totale des fonds déposés.

"Nous travaillons sur ce dernier sujet avec des assureurs, et des organismes de cautionnement. Il est nécessaire d'innover. Sur la garantie des fonds déposés, l'APST n'a pas les moyens de sa politique sur ce sujet !" lance Alain Capestan, qui, par ailleurs, regrettait un peu que le Seto soit le seul organisme professionnel à venir rencontrer les pouvoirs publics avec des propositions concrètes.

"Nous sommes les seuls à venir avec des "biscuits", regrette-t-il, "les autres ne s'affichent qu'avec des paroles".

Sans doute un léger tacle envers ses homologues du Snav…

Patrice Caradec évoque une piste avec le modèle canadien, système qui a instauré depuis fort longtemps le séquestre pour les fonds déposés par les clients : "Moi j'ai le sentiment que la protection du consommateurs est sincèrement la seule chose qui intéresse Bercy. Et le compte séquestre permettrait de protéger le consommateur et de garantir la totalité des fonds déposés".

C'est très compliqué à mettre en place, répond Alain Capestan, "d'une part sur le plan juridique, et d'autre part pour les agences qui n'auraient plus la trésorerie".

Les débats sont loins d'être terminés

Durant la pause, les conversations continuent d'aller bon train.

Certains d'ailleurs, n'auraient pas été opposés à la création du Fonds de Calamité, imaginé par l'APST.

Pour mémoire, ce fonds, moyennant une très modeste contribution de la part du client (environ 3 à 5€ par client), aurait ainsi permis de redonner à l'APST une santé financière, tout en évitant cette augmentation que l'ensemble des professionnels trouvent totalement disproportionnées.

Mais Bercy, peut être "aidé" par certains opposants au fait de "taxer" le client, a opposé une fin de recevoir catégorique à ce projet.

Il est à craindre cependant que, si Bercy ne souscrit pas à certaines propositions des TO, l'APST se trouve rapidement "vidée de sa substance et surtout de ses adhérents propres".

Sous couvert d'anonymat, un responsable d'un grand TO nous confiait ne "plus vouloir payer pour certains adhérents indélicats ! "

Les débats sur la garantie de financière sont loin d'être terminés ! Mais, en même temps, il en va quand même de l'avenir d'une profession…

HOT LINE by TourMaG.com

Une question technique ? Un avis et/ou des tuyaux ?
Venez en parler ou posez directement vos questions dans l
a HOT LINE by TourMaG.com.
(strictement réservé aux professionnels)

Lu 2310 fois
Notez



1.Posté par cout par passager le 09/12/2014 23:48 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Bonjour
Transat c'est me semble t il 400 000 clients par an soit :
300 000 euros (nouveau montant de garantie) / 400 000 (nbre de pax) = 0.75 euros / passager
Nous petite (mais costaude) agence 2200 euros (nouveau montant de garantie) / 700 (nbre de pax) = 3.14 euros / passager
Au prorata je trouve pas le nouveau montant aberrant pour TRANSAT non ?
Bien sur on peut payer moins cher ailleurs mais oublier pas que dans APST il y a S de solidarité et se serait dommage que cette institution vacille pour 1 surcout somme toute dérisoire
Si les TO ne peuvent pas augmenter leur tarif de 1 euros ou négocier leur prix d'achat de 1 euros alors y' a vraiment du souci à se faire sur la santé financière de ces entreprises...
C'était surtout les contre garanties qui posaient problème et ce point a été clarifié.

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Tous les commentaires discourtois, injurieux ou diffamatoires seront aussitôt supprimés par le modérateur.

Dans la même rubrique :
< >


PUBLICITÉ
Scheherazade KACIMI Scheherazade KACIMI
commercial@tourmag.com
+33 4 91 58 58 27
+33 6 76 50 55 75

Dernière heure

















Le groupe TourMaG.com publie également Brochuresenligne.com, 1er portail de brochures électroniques de voyages; DMCmag.com, 1er portail Destination Management Companies et TourMaGEVENTS, l'agenda des événements du tourisme.

TourMaG.com Légal Utiles
Emploi
Groupes / CE
La Travel Tech
Travel in France
Brochuresenligne.com
DMCmag.com TourMaGEVENTS.com
Signaler un contenu illicite
Plan du site
Contact
Publicité
La presse en parle