TourMaG.com, 1er journal des professionnels du tourisme francophone

Le trafic du Groupe ADP baisse de 60% en 2020

A Paris Aéroport, le trafic pourrait revenir au niveau de 2019 entre 2024 et 2027



ADP dévoile ses résultats pour l'année 2020, alors que le transport aérien a été mis à l'arrêt entre avril et juin, du fait des mesures de confinement et de fermetures des frontières décidées par la plupart des pays du monde afin de limiter la propagation de la pandémie de Covid-19. Depuis, la reprise du trafic est chaotique et le Groupe termine cette année avec un trafic passagers en baisse de -60,4% par rapport à 2019.


Rédigé par La Rédaction le Jeudi 18 Février 2021

Le trafic de Paris Aéroport s'élève à 33,1 millions de passagers en 2020, contre 108 millions de passagers en 2019, en recul de 69,4% - DR : Philippe Stroppa / Studio Pons pour Groupe ADP
Le trafic de Paris Aéroport s'élève à 33,1 millions de passagers en 2020, contre 108 millions de passagers en 2019, en recul de 69,4% - DR : Philippe Stroppa / Studio Pons pour Groupe ADP
Le Groupe Aéroports de Paris SA (ADP) a dévoilé, le 17 février 2021, ses résultats financiers pour l'année 2020.

Une année "marquée par la pandémie de Covid-19 avec un fort impact sur l'ensemble des activités du groupe dès le mois de mars", a souligné Augustin de Romanet, le président-directeur général du Groupe.

Au global, le trafic total du Groupe ADP s'établit à 96,3 millions de passagers pour l'année 2020, en baisse de 60,4% par rapport à 2019, prenant en compte l'intégration du trafic depuis mars de GMR Airports.

Le trafic de Paris Aéroport s'élève à 33,1 millions de passagers, contre 108 millions de passagers en 2019, en recul de 69,4%.

Les mouvements d'avions à Paris Aéroport sont en baisse de -58,8% en 2020 par rapport à 2019. À Paris-Charles de Gaulle et Paris-Orly, les plates-formes ont adapté leurs infrastructures à partir du mois de mars en fermant ou ouvrant des terminaux en fonction des évolutions du trafic commercial de passagers.

La perte nette se creuse

"Le groupe est parvenu à maintenir un EBITDA positif à 168 millions d'euros grâce aux effets d'un plan d'optimisation engagé sur l'ensemble du groupe", précise Augustin de Romanet dans un communiqué.

En effet, le plan avait un objectif de réduction des charges courantes de 668 millions d'euros, dont 423 millions d'euros au niveau d'ADP SA (notamment 84 millions d'euros liés à la fermeture d'infrastructures et 118,5 millions d'euros aux mesures d'activité partielle en France en conséquence de la baisse d'activité et de la fermeture des infrastructures), 107 millions d'euros au niveau de TAV Airports et 89 millions d'euros pour les filiales commerciales à Paris.

La perte nette du Groupe s'établit à 1 169 millions d'euros, en baisse de 1 757 millions d'euros, du fait notamment de la baisse du chiffre d'affaires et de dépréciations. "Le Groupe ADP a réussi à accroître sa qualité de service, sa notation extra financière et à préserver son chiffre d'affaires par passager dans les commerces parisiens, poursuit le PDG d'ADP.

Le groupe a, depuis le mois d'août, stabilisé sa trésorerie à un niveau élevé, permettant d'envisager sereinement l'année 2021. Il poursuit son plan de stabilisation financière en mettant en particulier en œuvre un accord de rupture conventionnelle collective signé le 9 décembre 2020."

Cet accord, validé par l'Etat le 17 décembre 2020, fixe à 1 150 le nombre maximum de départs volontaires dont 700 ne seront pas remplacés.

Cette mesure ajoutée aux autres plans envisagés au niveau du groupe a eu un impact net de 208 millions d'euros sur le résultat opérationnel intégrant une reprise de provisions des engagements sociaux pour 105 millions d'euros.

Elle aura pour Aéroports de Paris un effet structurel de réduction des charges du groupe de l'ordre de 30 millions d'euros en 2021 et 60 millions d'euros à partir de 2022 (effet année pleine).

Par ailleurs, une information consultation auprès du Comité social et économique (CSE) d'Aéroports de Paris SA a été engagée en vue d'adapter les contrats de travail et les normes applicables aux salariés d'Aéroports de Paris.

En 2021, 35% à 45% du trafic 2019 pour Paris Aéroport

Enfin, le Groupe ADP anticipe un retour au niveau de trafic de 2019 à Paris entre 2024 et 2027.

A ce jour, l'hypothèse de trafic pour le Groupe ADP pour 2021 est comprise entre 45% et 55% du trafic groupe de l'année 2019 et l'hypothèse de trafic pour Paris Aéroport entre 35% et 45% du trafic 2019 de Paris Aéroport.

Dans ces conditions, le ratio EBITDA / chiffre d'affaires au niveau du groupe devrait être compris entre 18% et 23% en 2021.

Le montant des investissements annuels à Paris pour la période 2021-2022 est estimé entre 500 et 600 millions d'euros par an.

Au vu du résultat de l'entreprise au titre de l'exercice clos le 31 décembre 2020, le Conseil d'Administration a proposé à la prochaine Assemblée Générale annuelle des actionnaires, de ne pas distribuer de dividende au titre dudit exercice.

Concernant l'endettement financier, le Groupe ADP confirme l'objectif d'un ratio dette financière nette / EBITDA de l'ordre de 6x à 7x d'ici fin 2022.

Lu 1021 fois

Notez

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Tous les commentaires discourtois, injurieux ou diffamatoires seront aussitôt supprimés par le modérateur.
Signaler un abus







































TourMaG.com
  • Snapchat
  • Instagram
  • Twitter
  • Facebook
  • YouTube
  • LinkedIn
  • GooglePlay
  • appstore
  • TourMaG Travel Media Group
  • DMCmag
  • Brochures en ligne
  •  La Travel Tech
  • Welcome To The Travel
  • AirMaG
  • Futuroscopie
  • CruiseMaG
  • Voyages Responsables
  • #PartezEnOutreMer
  • Partez en France
  • MontagneMaG
  • TravelManagerMaG
  • Ditex
 
Site certifié ACPM l'Alliance