TourMaG.com, 1er journal des professionnels du tourisme francophone
TourMaG.com, 1e



Loueurs, covoiturage, jets... à qui profitent les grèves Air France, SNCF ?

IDVroom a multiplié par 20 ses réservations



Pendant que la direction d'Air France estime le coût des grèves de son personnel à 300 millions d'euros, les transporteurs alternatifs connaissent des pics anormaux de réservations, et se frottent les mains. Nous avons fait le tour des loueurs et plateformes de covoiturage pour recueillir leurs impressions.


Rédigé par Romain POMMIER le Jeudi 26 Avril 2018

Chez GoEuro les réservations des billets de train ont baissé de 20% depuis le début du mouvement - Crédit photo : JDL
Chez GoEuro les réservations des billets de train ont baissé de 20% depuis le début du mouvement - Crédit photo : JDL
La France est empêtrée depuis quelques semaines dans des grèves interminables et à répétition...

Des cheminots aux personnels d'Air France, les Français doivent, depuis le mois de mars 2018, combiner avec de nombreuses contraintes.

Alors qu'une enquête BVA pour Orange publiée le mercredi 25 avril 2018 révèle que 74% des sondés ont déclaré que la grève de la SNCF n'entraînait ""pas de conséquences sur leur vie personnelle"", pour un responsable d'une société de transport alternatif, le constat est différent.

"La surcharge est telle qu'on en vient à espérer que ces grèves se terminent rapidement. Elles sont excellentes pour le commerce, mais au niveau personnel, ça commence à tirer."

Malheureusement pour cette personne, un nouveau préavis de grève a été déposé ce jeudi 26 avril 2018 chez Air France, pour les 3, 4, 7 et 8 mai.

Les mouvements sociaux risquent de se poursuivre, entraînant leur lot de nouveaux clients et de journées chargées pour les transporteurs alternatifs.

Pour quelles conséquences ?

Du côté des plateformes de covoiturage, l'activité affiche des taux de croissance hors norme. "Nos réservations ont été multipliées par 20 depuis le début de la grève" témoigne Frédérique Ville, la directrice générale d'IDVroom.

Au-delà des chiffres, les modes de consommation des Français et les habitudes des industriels ont aussi évolué.

"Les voitures les plus louées sont habituellement des citadines, mais depuis le mois de mars, les familiales ont le vent en poupe" raconte Anne-Catherine Péchinot, directeur général délégué de Rent A Car.

Même surprise du côté de Flixbus : "nous sommes très étonnés, car avec les mouvements sociaux, nous pensions que les petites lignes seraient prises d'assaut, mais en fait cela touche aussi bien les trajets Marseille-Paris que Paris-Toulouse", selon Raphaël Daniel, le porte-parole de la compagnie.

Pour GoEuro, l'activité poursuit sa croissance habituelle, mais on observe un changement de comportement des consommateurs.

Ainsi une personne réservant "à moins d'une semaine du départ va se tourner majoritairement vers le covoiturage, après il choisira le bus", analyse Bertrand Etienne, Country manager France chez GoEuro.

Du bus au covoiturage quel est le gagnant ?

Et la responsable du loueur de faire le point : "notre chiffre d'affaires est en forte progression, d'autant qu'il s'additionne à une reprise économique sensible". En mars et avril 2018, Rent A Car a observé une progression de son activité de 30%.

Mais les loueurs ne sont pas les seuls impactés par les mouvements sociaux qui touchent les transporteurs nationaux.

Blablacar se félicite des excellents chiffres : "depuis le 3 avril, la base de nos membres a bondi de 53 000 nouveaux inscrits, selon un porte-parole de la société. Nous avons aussi connu un pic de fréquentation le 2 avril, avec 5,3 millions de pages vues."

Alors que les sociétés de covoiturage tirent profit des aides régionales pour offrir les frais aux personnes réservant sur leur site, les autres bénéficient d'un report naturel de clientèle.

"Nos réservations sont en hausse de 70% sur l'ensemble du réseau, d'après le porte-parole de Flixbus. Pour faire face à cette demande, nous avons dû augmenter les fréquences de passage, et faire passer la flotte à 300 bus contre 250 habituellement. Nous connaissons des fréquentations rappelant les vacances de Noël ou celles de l'été, nous sommes rodés. "

Les grèves génèrent des pics anormaux de fréquentation pour l'ensemble des acteurs du transport, mais le soufflet pourrait retomber brutalement une fois les mouvements sociaux terminés.

Un changement durable ?

Cette constatation n'est pas si évidente pour Raphaël Daniel, puisque "nous analysons une tendance de fond qui s'inscrit dans la durée. Le bon remplissage des bus ne se limite pas seulement aux jours de grèves, les demandes sont très fortes le restant de la semaine."

Pour IDVroom, qui connaît une hausse fulgurante de ses membres, "nous sommes passés de 400 000 inscrits à 600 000 en l'espace de 4 mois. L'avantage étant que notre service a été mis en lumière pendant quelques mois, et nous avons pu toucher de nouveaux clients.

Les retours de ces derniers, nous laissent présager une poursuite de la croissance une fois les mouvements terminés.
"

Seule ombre au tableau, celui de l'image envoyée par le secteur de l'aérien pour Guillaume Collinot, le directeur général de Twin Jet. "Bien sûr, nos remplissages sont en hausse, mais il n’y a pas de quoi se réjouir d’une telle situation.

Une remise à plat des conditions d’emploi des métiers de l’aérien est indispensable, nous sommes confrontés à une concurrence internationale et la réglementation du travail doit nous permettre de maintenir notre compétitivité, autrement c’est la mort certaine du secteur, sauf à bénéficier de perfusions d’argent public que Bruxelles interdit
."

Ce cri d'alarme couplé à la nervosité des tour-opérateurs, et à celle des passagers va-t-elle impacter durablement le mode de transport des Français ?

Pour GoEuro, la réponse est négative. "Si on analyse le comportement de nos clients, dont le départ est à plus d'un mois de la réservation, alors le train reprend son importance naturelle," confie Bertrand Etienne.

L'exaspération des TO n'a peut-être pas encore touché les Français.

A LIRE : Grèves SNCF / Air France : la colère gronde chez les tour-opérateurs

Lu 1489 fois

Notez


Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Tous les commentaires discourtois, injurieux ou diffamatoires seront aussitôt supprimés par le modérateur.

Dans la même rubrique :
< >


PUBLICITÉ
Scheherazade KACIMI Scheherazade KACIMI
commercial@tourmag.com
+33 4 91 58 58 27
+33 6 76 50 55 75

Dernière heure

















Le groupe TourMaG.com publie également Brochuresenligne.com, 1er portail de brochures électroniques de voyages; DMCmag.com, 1er portail Destination Management Companies et TourMaGEVENTS, l'agenda des événements du tourisme.
Partenaire de Depositphotos.

TourMaG.com Légal Utiles
Emploi
Groupes / CE
La Travel Tech
Travel in France
Brochuresenligne.com
DMCmag.com TourMaGEVENTS.com
Signaler un contenu illicite
Plan du site
Contact
Publicité
La presse en parle