TourMaG.com, 1er journal des professionnels du tourisme francophone
TourMaG.com, 1e TourMaG.com, 1e



Norme NDC : et si on vous refaisait le coup de la commission zéro ?

Journées des dirigeants Manor 2018



Parmi les débats qui ont, sans surprise, animé le 25e congrès Manor, la mise en place progressive de la norme NDC, voulue par IATA. Avec comme sempiternelle question : quel sera le nouveau modèle économique des agences de voyages ?


Rédigé par Pierre Georges, à Marrakech le Mardi 23 Octobre 2018

Tout le monde est en transition vers un modèle économique qui reste à écrire © Pixabay
Tout le monde est en transition vers un modèle économique qui reste à écrire © Pixabay
D’ici quelques années, le programme NDC sera devenu la norme en matière de ventes de billets d’avion dans l’Hexagone.

Et, naturellement, le sujet est une nouvelle fois revenu sur le devant de la scène lors du congrès annuel du réseau Manor, qui s’est terminé dimanche 21 octobre 2018 à Marrakech (Maroc).

D’après les prévisions de Iata, la norme NDC représentera 20% des ventes en 2020, 50% en 2023 et enfin 100% à horizon 2025.

« En attendant, nous restons dans une zone de flou, où de nombreuses questions demeurent », glisse un agent de voyages croisé à Marrakech.

Modèle économique des agences : toujours aucune piste

En premier lieu, comme nous l’avons déjà écrit à plusieurs reprises, les modèles économiques traditionnels de « transaction fees » s’apprêtent à exploser et cela inquiète le secteur.

Et, pour l'avenir, toujours aucune piste.

« Comment va-t-on pouvoir se rémunérer si l’on perd les rémunérations des GDS ? », a-t-on pu entendre à Marrakech. Car les distributeurs s’attendent à perdre une bonne partie des incentives reversés par les GDS.

« Tout le monde est en transition vers un modèle économique qui reste à écrire », poursuit Sébastien Guyot, le directeur des ventes entreprises et agences d’Air France.

« Le modèle économique est bien le sujet brûlant », confirme Jamel Chandoul chez Amadeus. « Les négociations tripartites se poursuivent, entre compagnies, agences et intermédiaires. Le processus va être long », reconnaît-il.

« A quel niveau vont être les nouveaux modèles de rémunération ? La plateforme Amadeus restera en tous cas gratuite d’accès aux agences de voyages », assure-t-il.

Laisser le temps au modèle de s'installer

Pour Dimitri Tsygalnitzky, à la tête de Sabre en France, tout s’est complexifié depuis plusieurs années déjà.

Quand, il y a quelques années encore, la recherche d’un vol entre Londres et New-York dans un GDS donnait quelque 5 millions de résultats, il y en aurait 60 millions aujourd’hui.

« Pour les modèles économiques, tout dépendra de combien on arrivera à créer de valeur. Cela découragera, ou non, les compagnies de passer en direct. Mais, dans tous les cas, il faut s’attendre à un vrai changement de paradigme », explique Dimitri Tsygalnitzky.

Yann le Goff, consultant et spécialiste du voyage d’affaires, l'assure enfin : les GDS devraient continuer à jouer un rôle central. « Mais pour les agences de voyages, la clef sera dans l’obligation de résultats pour continuer à gagner leur vie », estime-t-il.

« NDC est un super outil, à coup sûr très bénéfique pour le voyage d’affaires. Il faut juste laisser au modèle le temps de s’installer ».

Pourtant, d’après des chiffres donnés lors du congrès Manor, les travel managers se montrent pour l’instant très méfiants sur cette nouvelle norme.

Pour 89% d’entres eux, NDC compliquera le suivi de leurs dépenses voyages et pour 87%, cela empêchera le respect des politiques de voyages.

En savoir plus : nos articles sur NDC

Piqûre de rappel : NDC, qu'est-ce que c'est ?

NDC, pour New Distribution Capability, est un nouveau standard technique développé depuis 2012 par l'Association internationale du transport aérien (IATA) et devant permettre aux compagnies aériennes de distribuer les contenus relatifs aux vols et aux services de manière plus enrichie à leurs distributeurs, des agences aux comparateurs de vols en passant par les TMC et les GDS.

Ces derniers voient de fait leur situation de "monopole d'intermédiation" remis en question, et la mise en place progressive de la norme NDC contribue à la mise en place de frais GDS.

Après Lufthansa, le groupe IAG, ou encore Ukraine Int. Airlines, c'est au tour d'Air France de mettre en place une stratégie de surcharge tarifaire pour toutes réservations effectuées via GDS.

Pierre Georges Publié par Pierre Georges Journaliste - TourMaG.com
Voir tous les articles de Pierre Georges
  • picto Instagram
  • picto Twitter
  • picto email

Lu 2166 fois

Notez



1.Posté par mille sabords le 24/10/2018 16:12 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
IATA , maitre du monde , tout est dit.
Un révolution est en marche depuis 2005 chez les cies aériennes membres IATA qui ronge son frein depuis des années étant obligée de tenir compte des agences présentent dans le monde qui ont représenté leur plus grand réseau commercial à moindre frais.,.
Depuis deux ans IATA accélère les avancées de cette norme créant tout d'abord un malaise chez les GDS et des complexités et conyraintes sans fin aux agences de voyages ....
C'est une façon de faire admettre en douceur ( si on puis dire ,?) l'arrivée certaine d'une désintermédiation sur toute la chaîne de distribution des compagnies aériennes dans le monde via la norme NDC qui sera parfaitement compatible avec la BLOCKCHAIN pratiquée par les plus grands groupes internationaux.
La Blockchain est une technologie de stockage et de transmission d’informations, transparente, sécurisée, qui fonctionne sans organe central de contrôle -définition de Blockchain France- Outil parfait pour satisfaire les ambitions IATA.
Un fois la norme NDC bien maîtrisée , les cies aériennes traiteront demain directement avec les voyageurs via une plateforme unique IATA qui a déjà mis en place le système de paiement centralisé en Inde.
Tout ce petit monde se met en place doucement sous notre nez ...Il faut voir plus loin ...

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Tous les commentaires discourtois, injurieux ou diffamatoires seront aussitôt supprimés par le modérateur.

Dans la même rubrique :
< >


PUBLICITÉ
Scheherazade KACIMI Scheherazade KACIMI
commercial@tourmag.com
+33 4 91 58 58 27
+33 6 76 50 55 75

Dernière heure
















TourMaG Travel Media Group Légal Utiles
Emploi
Groupes / CE
La Travel Tech
Travel in France
Businesstrips
Brochuresenligne.com
DMCmag.com
TourMaGEVENTS.com
Signaler un contenu illicite
Plan du site
RGPD
Contact
Publicité
La presse en parle

Tourmag Travel Media Group
Le groupe TourMaG Travel Media Group publie également :
Businesstrips, application mobile pour les voyageurs d'affaires; Brochuresenligne.com, 1er portail de brochures électroniques de voyages; DMCmag.com, 1er portail Destination Management Companies et Hôtel&Lodge PRO, Le Hub des pros de l'hébergement.

TourMaG.com DMCmag.com Hôtel&Lodge PRO La Travel Tech Brochuresenligne.com BusinessTrips