TourMaG.com, 1er journal des professionnels du tourisme francophone


Réinventer le tourisme, oui... mais comment ?

Le décryptage de Josette Sicsic (Touriscopie)



A peine le coronavirus a-t-il franchi nos frontières que tout ce que notre intelligentsia compte de penseurs est monté au créneau. Châtiment divin, le coronavirus ne pouvait se contenter de colporter le mal et rien que le mal. Comme dans toutes les grandes tragédies, la lumière de la catharsis brille au bout du chemin. Et les héros shakespeariens ou grecs purifient leurs passions et se régénèrent. Plus simplement, « après la pluie, vient le beau temps ! » Mise à terre, l’industrie touristique n’a pas dérogé à la règle. Tant mieux. Elle semble en effet se saisir de cette tragédie pour se repenser. Sur le court terme pour assurer la relance. Mais aussi sur le long terme, pour anticiper les changements à venir et ne pas les subir de plein fouet !
DEMAIN, LE TOURISME ! (Réinventons le Voyage). C’est le projet et le propos du groupe Facebook que nous venons de créer, sur lequel nous vous invitons à nous rejoindre dès aujourd'hui…


Rédigé par Josette SICSIC le Lundi 20 Avril 2020

Nous entrons dans une ère de réparation et pas seulement de révision hâtive faite de petits ajustements techniques. Le secteur touristique, comme les autres, va devoir se remettre en question, quitte à en payer les frais - DR
Nous entrons dans une ère de réparation et pas seulement de révision hâtive faite de petits ajustements techniques. Le secteur touristique, comme les autres, va devoir se remettre en question, quitte à en payer les frais - DR
Reprenons : avec un tel bagage littéraire dans nos imaginaires, il va de soi que la catastrophe qui nous affecte, aussi éprouvante soit-elle sur les corps et les esprits, devrait être porteuse de changements au sujet desquels la seule question que l’on puisse se poser repose sur leur intensité : mineurs ou majeurs, bons ou mauvais ?

Au chapitre des épidémies, rappelons-nous que la grande peste du Moyen Age, qui a tué un tiers de la population européenne, a augmenté les rémunérations des paysans.

Il restait si peu de bras pour cultiver les champs que ceux-ci valaient plus cher. Quant aux terres, abandonnées par les morts, elles ont perdu de leur valeur.

Dans un autre genre, après la guerre de 14-18, les femmes sont entrées sur le marché du travail et ont raccourci leurs jupes, plus pratiques que les longues pour aller travailler.

Des exemples de ce genre se ramassent à la pelle dans les archives de l’Histoire humaine.

Après le 11 septembre, le tournant sécuritaire

Plus récemment, d’autres foudres sont tombées du ciel et ont pulvérisé la sérénité des horizons touristiques.

Le monde entier a en tête l’effondrement des Twin Towers et la stupeur qui a frappé la planète. En quelques heures, le terrorisme était entré dans nos vies. Il y sévit toujours.

Mais, rapidement, le secteur touristique s’est ressaisi, a conçu une machinerie de protection de plus en plus perfectionnée, imposé de nouveaux gestes, de nouvelles armes, de nouveaux métiers capables de sécuriser (en partie) aéroports, gares, avions, musées, villes…

Et sans broncher, nous avons accepté de laisser scanner nos bagages, nos visages, nos vêtements et de communiquer parfois nos données pour nous protéger.

Les catastrophes climatiques qui nous affectent pour leur part trouvent aussi des solutions mais partielles. On n’a pas encore assez mesuré leur gravité pour agir. Ainsi, les canicules, les incendies et autres inondations n’ont pas été suivies par la mise en place de stratégies et d’aménagements capables de réduire les risques.

Pire, le fond du problème, c’est-à-dire la réduction des émissions de gaz à effet de serre, malgré les alertes, malgré les mobilisations planétaires, malgré les menaces des experts, n’est pas réglé… D’une COP à l’autre, la température monte.

Quant aux risques terroristes, ils sévissent toujours car sur ce sujet, c’est une politique occidentale plus nuancée au Moyen et Proche Orient qui, seule, aurait pu éradiquer le problème. Elle ne l’a pas fait, les guerres se poursuivent, des hommes et des femmes meurent et une partie du monde continue de vivre sur un volcan.

Le tourisme veut aussi se repenser et doit le faire

Josette Sicsic - DR
Josette Sicsic - DR
Particulièrement vulnérable, notre planète aujourd'hui assiste à un phénomène spectaculaire mais prévu par les prospectivistes de tout poil.

Un virus tue des hommes et blesse par la même occasion notre arrogance car nous ne savons pas le vaincre.

Mais il met aussi à mal l’arsenal d’armes industrielles, chimiques et financières qui assassinent la biodiversité, dégradent l’air que nous respirons et la nourriture que nous mangeons.

Pour les collapsologues, les survivalistes et tous les militants écologistes du monde, preuve est faite de la responsabilité de l’activité humaine.

Ainsi, le gourou de la collapsologie Pablo Servigne, entre autres, écrit : « Cette catastrophe est une répétition générale de ce qui nous attend : autres épidémies, autres catastrophes climatiques… Et, les jeunes savent que leur vie entière va être pavée de drames de ce genre, ils ne cherchent donc pas à trouver une solution « one shot » mais des solutions définitives, sans doute sur du long terme. »

Presque centenaire, Edgar Morin, confirme : « cette crise nous montre que la mondialisation est une interdépendance sans solidarité. Le mouvement de globalisation a certes produit l’unification techno-économique de la planète, mais il n’a pas fait progresser la compréhension entre les peuples… Il faudra donc changer ! ».

Profiter de la vague créative en marche

Alors que tous les professionnels et institutionnels sont aujourd’hui dans les starting-blocks pour tenter de trouver des solutions qui assureront la relance du tourisme au moins pour les quelques semaines estivales, avec bonne volonté, sens pratique, sagesse, et force guides stratégiques, feuilles de route, nouveaux labels… il va de soi que demain ne sera pas comme hier.

D'une part, il s’agira de faire vivre ses clients au rythme des nouvelles réglementations sanitaires : distanciation sociale, lavage des mains, port de masques… ce qui n’a rien de réjouissant.

D'autre part, il conviendra de prendre des mesures nettement plus draconiennes notamment dans les transports, les villes, les lieux de transit, les routes, les plages, les espaces de promenade… au moyen de circulations alternées, limitation du trafic, réduction de la fréquentation dans les salles de spectacles, suppression des espaces de rencontres dans les villages de vacances ou campings…

Mais tout cela permettra-t-il à des entreprises fragiles de subsister ? Et ces espaces et moments de loisirs, réparés à la va-vite, seront-ils du goût de ce que le monde attendait pour vivre mieux ?

Quant au rôle de la technologie sera-t-il porteur de la nouveauté et des réinventions attendues ?

Puisqu'il est certain que plus rien ne sera comme avant, mais pour sauver une industrie profondément humaine, ne doit-on pas voir plus loin que la reprise de demain et s’engager sur les chemins d’après-demain ?

D’autant que 42% de Français pensent que « notre civilisation va bientôt disparaître » (Sources Ifop) !

Naissance d’une génération : la génération Coronavirus

Et surtout, convenons que ce sont les jeunes qui sont en première ligne car il ne leur a pas échappé que les crises seront leur quotidien dans les années à venir, qu’elles soient économiques, sanitaires, climatiques, politiques… et que in fine, ce seront les démocraties qui paieront le plus lourd tribut à la carence endémique de réformes de fond.

D'ores et déjà, sachant selon la théorie des générations, que les événements vécus à l’âge d’environ 18 ans, structurent les comportements et les opinions à vie, on peut parler de la naissance d’une nouvelle génération : la Génération coronavirus, comme l’on a parlé de Génération 68 ou de Génération Libération.

Et l’on peut être certain que celle-ci se battra pour réparer le monde qu’on lui a légué.

Nous entrons dans une ère de réparation et pas seulement de révision hâtive faite de petits ajustements techniques. Le secteur touristique, comme les autres, va devoir se remettre en question, quitte à en payer les frais.

Fort heureusement, de nombreuses filières sont d’ores et déjà conformes au monde de demain. D’autres, en revanche, le sont moins. C’est pour cela que les processus de réinvention doivent être prudents et réfléchis, à l’aune des indicateurs majeurs qui transforment le monde.

Mais, il faudra surtout avoir en tête, comme l’écrit le chercheur François Gemenne dans son Atlas de l'Anthropocène que « l’on ne peut pas séparer la terre du monde. Ce sont deux choses imbriquées qui s’affectent mutuellement ».

En résumé, il faut cesser d’être dans le déni afin de relancer une logique de l'humain contre celle des chiffres.

DEMAIN, LE TOURISME ! Rejoignez le Groupe Facebook animé par Josette Sicsic et Jean Da Luz

Du 20 avril au 11 mai 2020 : 20 JOURS POUR RÉINVENTER LE TOURISME

DEMAIN, LE TOURISME ! est un nouveau groupe Facebook animé par Josette Sicsic et Jean Da Luz.

Dès aujourd'hui, nous vous proposerons tous les deux jours une thématique liée à une filière touristique et nous vous proposerons d’en débattre objectivement, sans contraintes, librement…

Nous compilerons ensuite vos verbatim et vous proposerons un récapitulatif sous la forme d’un document, et pourquoi pas, autour d’un forum… à la rentrée prochaine.

Thématique de lancement : "A votre avis, quelles sont les deux thématiques les plus urgentes ?"

Les décryptages et analyses de TOURISCOPIE sur TourMaG.com

Retrouvez les décryptages et les analyses de TOURISCOPIE par Josette SICSIC sur TourMaG.com.

Contact :
touriscopie@gmail.com

Lu 7438 fois

Tags : sicsic
Notez



1.Posté par Christian Jean le 21/04/2020 11:39 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
«En résumé, il faut cesser d’être dans le déni afin de relancer une logique de l'humain contre celle des chiffres.»

Bonjour,
Oui vu comme ça, c’est bien, c’est même très bien …
Sauf que l’on est bien obligé de constater que la logique des chiffres est celle «des humains» …
Cordialement.

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Tous les commentaires discourtois, injurieux ou diffamatoires seront aussitôt supprimés par le modérateur.



Dernière heure
















TourMaG Travel Media Group Légal Utiles
Emploi
AirMaG
CruiseMaG
CampingMaG
La Travel Tech
Partez en France
Voyages Responsables
Businesstrips
Brochuresenligne.com
DMCmag.com
MyEventStory.com
Signaler un contenu illicite
Plan du site
RGPD
Contact
Publicité
La presse en parle

Tourmag Travel Media Group
Le groupe TourMaG Travel Media Group publie également :
Businesstrips, application mobile pour les voyageurs d'affaires; Brochuresenligne.com, 1er portail de brochures électroniques de voyages; DMCmag.com, 1er portail Destination Management Companies et MyEventStory.com, créateur d'émotions.

AirMaG Brochures en ligne CampingMaG CruiseMaG DMCmag
La Travel Tech Partez en France TourMaG Voyages Responsables Welcome to the travel