TourMaG.com, 1er journal des professionnels du tourisme francophone
TourMaG.com, 1e



« Double caisse » de l’aéroport de Nice : la colère des compagnies aériennes

L’aéroport devrait baisser ses redevances dès cet hiver



Alors qu’elles se sont toujours exprimées en faveur d’une « caisse unique », les compagnies aériennes ne décolèrent pas après que le gouvernement ait autorisé, cet été, l’aéroport de Nice-Côte d’Azur à mettre en place un système de double compatibilité. Elles craignent maintenant un phénomène de propagation dans les aéroports français.


Rédigé par le Jeudi 13 Septembre 2018

L'aéroport de Nice vient de mettre en place une double comptabilité © Nice-Côte d'Azur FB
L'aéroport de Nice vient de mettre en place une double comptabilité © Nice-Côte d'Azur FB
Le 12 août dernier, le gouvernement a autorisé l’aéroport de Nice-Côte d’Azur à mettre en place un système de « double caisse » lui permettant de séparer les revenus venant des activités aériennes de ceux provenant des autres activités de l’aéroport (immobilier, parkings, commerces…).

Jusqu’à présent, seul l’aéroport de Paris-Charles de Gaulle procédait de cette manière, au grand dam des compagnies aériennes.

Vent debout contre ce genre de pratique depuis de nombreuses années, ces dernières ne décolèrent pas.

En cause : la perte de revenus engendrée par ce système de comptabilité séparée et la crainte de voir encore augmenter les redevances aériennes.

Pire, les compagnies craignent maintenant une propagation du modèle sur les tarmacs français, et la fin du système de « caisse unique » dans lequel les revenus des activités commerciales servent à faire baisser le niveau des redevances pour les transporteurs aériens.

Une situation "inique"

« La mise en place systématique d’une double caisse permet aux aéroports de bénéficier à leur seul profit des revenus générés par la chalandise apportée par les compagnies aériennes.

Là où ces revenus contribuaient par le passé à faire baisser le niveau des charges facturées aux compagnies aériennes »,
résume Jean-Pierre Bes, secrétaire général du Scara, un syndicat de compagnies aériennes qui a demandé à Estelle Malavolti, chercheur économiste, la première analyse économique sur la régulation des redevances aéroportuaires.

« Le système de double-caisse conduit à augmenter sans cesse les redevances aéronautiques », ajoute-t-il.

« Les compagnies aériennes sont les moteurs du tourisme, et elles sont privées des recettes qui découlent de leurs propres activités par l’apport des clients qu’elles transportent et font transiter par les aéroports », s’énerve aussi Jean-Pierre Sauvage, président du BAR (Board of Airlines Représentatives).

A lire : "Le CDG Express... Est un gros enfumage !" selon Jean-Pierre Sauvage (BAR)
« Ce qu’il se passe à Nice est inique. La situation est insupportable et inacceptable », ajoute-t-il.

D’autant que l’aéroport de Nice, troisième plateforme française derrière les deux parisiennes, voit encore ses activités grimper en flèche, de l’ordre de +4,2% sur le début de l’année 2018 et ce malgré les nombreuses grèves et annulations de vols.

Contactée, la direction du troisième aéroport français n’a pas donné suite à nos demandes. Toutefois, d’après nos informations, elle devrait faire un geste en faveur des compagnies aériennes et baisser de 4% ses redevances aéroportuaires uniquement pour la saison d’hiver.

Cette diminution interviendrait dès cet hiver, et doit permettre d’attirer également des touristes et des voyageurs d’affaires en basse-saison.

Vers un recours en justice

L’ensemble des instances représentatives des compagnies aériennes en France réfléchit actuellement aux actions à mener contre cet arrêté gouvernemental.

Un recours devant le tribunal administratif est évoqué. « Nous ne pouvons pas accepter cette décision qui va à l’encontre de tout ce qu’on a toujours préconisé sur la caisse unique », martèle Jean-Pierre Sauvage. « Le gouvernement ne tient pas compte de nos revendications. On ne peut que douter de la finalité des Assises du transport aérien », lâche-t-il aussi.

Quant à d’éventuelles négociations avec le propriétaire de l’aéroport, privatisé en 2015, au sujet d’une baisse des redevances ou de l’instauration d’un contrat de régulation économique, le patron du BAR ne se fait pas trop d’illusion : « je suppose qu’ils ont d’autres problèmes en ce moment… ».

Et pour cause, Atlantia, actionnaire majoritaire et gestionnaire de Nice-Côte d’Azur via son consortium Azzurra, est également le gestionnaire de l’autoroute italienne A10 et du fameux pont Morandi de Gènes, qui s’est effondré mardi 14 août dernier…

Pierre Georges Publié par Pierre Georges Journaliste - TourMaG.com
Voir tous les articles de Pierre Georges
  • picto Instagram
  • picto Twitter
  • picto email


Lu 4510 fois

Notez



1.Posté par redbar le 14/09/2018 09:11 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Simple retour de la privatisation de ces aéroports. Il fallait s'y attendre et réfléchir avant.

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Tous les commentaires discourtois, injurieux ou diffamatoires seront aussitôt supprimés par le modérateur.


PUBLICITÉ
Scheherazade KACIMI Scheherazade KACIMI
commercial@tourmag.com
+33 4 91 58 58 27
+33 6 76 50 55 75

Dernière heure

















Le groupe TourMaG.com publie également Brochuresenligne.com, 1er portail de brochures électroniques de voyages; DMCmag.com, 1er portail Destination Management Companies et TourMaGEVENTS, l'agenda des événements du tourisme.
Partenaire de Depositphotos.

TourMaG.com Légal Utiles
Emploi
Groupes / CE
La Travel Tech
Travel in France
Brochuresenligne.com
DMCmag.com TourMaGEVENTS.com
Signaler un contenu illicite
Plan du site
Contact
Publicité
La presse en parle