TourMaG.com, 1er journal des professionnels du tourisme francophone


Accidenti ! Décision repoussée au 18 décembre pour Alitalia...

la confusion grandit dans la privatisation de la compagnie



Alors que l’offre d’Air France paraissait recueillir tous les suffrages au moment du dépôt des offres de reprise, ce n’est plus le cas. Le lobbying entrepris par Air One a payé. Du coup, le gouvernement italien n’a pas réussi à choisir l’une des deux propositions et le conseil d’administration de la compagnie reporte sa décision au 18 décembre.


Rédigé par Geneviève BIEGANOWSKI le Jeudi 13 Décembre 2007

Cela fait plus d’un an que le gouvernement italien cherche une solution alors qu'Alitalia continue de perdre un million d’euros par jour.

Et même devant un choix restreint de deux offres de reprise, celle d’Air France-KLM et celle d’Air One, il ne peut toujours pas trancher. Pourtant Air France-KLM avait l’appui du chef du gouvernement italien, Romano Prodi et celui de Maurizio Prato, l’actuel patron d’Alitalia.

Mais c’était sans compter avec la levée de boucliers des très puissants lombards, les patrons de l’industrie du nord de l’Italie, inquiets par la suppression du hub de Milan tel que le préconise le projet de reprise d’Air France-KLM.

Luca Cordero di Montezemolo, le patron de Confindustria, le Medef italien, s’est prononcé ouvertement contre le projet franco-hollandais.

Rejet de la quasi-totalité des syndicats

La bénédiction de Maurizio Prato, l’actuel patron d’Alitalia, n'a pas suffi...
La bénédiction de Maurizio Prato, l’actuel patron d’Alitalia, n'a pas suffi...
Ajouté à cela le rejet de la quasi-totalité des syndicats puisque la suppression des emplois est plus importante avec le projet Air France-KLM qu'avec celui d’Air One.

Sans parler de la crainte de voir le destin de la compagnie nationale contrôlé par un groupe étranger… Il n’en fallait pas plus pour que les dirigeants politiques italiens bottent en touche.

D’autant qu’une proposition de reprise de la dernière seconde avancée par l' association de deux fonds d’investissements asiatiques (Evergreen et THL Transportation) rajoute une couche à la confusion ambiante.

Dans un premier temps, le nom de Singapore Airlines a été mêlé à ce dernier rebondissement, mais la compagnie singapourienne a démenti immédiatement avoir le moindre lien avec les deux fonds d‘investissements en question.

Si le conseil d'administration se prononce en faveur d'un repreneur le 18 décembre, il faudra ensuite entrer dans la phase de négociation menant au rachat des 49,9 % des parts détenues par le gouvernement italien. Alitalia n'est pas sortie de la galère...

Lu 2388 fois

Notez

Commentaires

1.Posté par guiguess le 14/12/2007 08:49 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
laissons Alitalia mourrir de mort naturelle plutot que de s'acharner a la sauver

2.Posté par lauret jean le 14/12/2007 10:58 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
j'espére que air france ne rachétera pas alitalia qui serait un boulet,c'est seulement un accord politique entre les gouvernements italiens et francais,quand le gouvernement soi disant libéral laissera air france tranquille?

3.Posté par bernard le 14/12/2007 11:54 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Alitalia est une belle affaire.
Iberia, compte tenu de sa strategie de développement orientée vers l'amsud en est une meilleure.
Laissons aux Italiens le soin de régler de leurs problèmes et concentrons nous, si celà est possible, vers ce qui semble être une meilleure opportunité : l'Espagne.
Je pense par ailleurs qu'il sera plus facile d'obtenir l'adhésion des syndicats espagnols que ceux d'Italie (qui d'ailleurs ressemblent étrangement aux nôtres) pour construire un réseau vraiment efficace et performant.

4.Posté par loops le 15/12/2007 15:42 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Le projet retenu pour sauver AIR LIBERTE a été celui promettant le moins de licenciements. Finalement la compagnie a fait faillite donc tout le monde au chômage. Je ne sais pas si l'autre projet aurait fonctionné, ce dernier était pourtant soutenu mais pas politiquement ... Je ne connais pas non plus les projes précis d'AIR ONE et AIR FRANCE. Je comprends les craintes des italiens, en effet si AIR FRANCE rachetait ALITALIA il est fort probable que ce ne soit pas la meilleure chose pour les aéroports italiens...








































TourMaG.com
  • Snapchat
  • Instagram
  • Twitter
  • Facebook
  • YouTube
  • LinkedIn
  • GooglePlay
  • appstore
  • Nos Médias
  • DMCmag
  • Brochures en ligne
  •  La Travel Tech
  • Welcome To The Travel
  • AirMaG
  • Futuroscopie
  • CruiseMaG
  • Voyages Responsables
  • #PartezEnOutreMer
  • Partez en France
  • TravelManagerMaG
 
Site certifié ACPM, le tiers de confiance - la valeur des médias