TourMaG.com, 1er journal des professionnels du tourisme francophone
TourMaG.com, 1e TourMaG.com, 1e



Brochures papier : gouffre budgétaire et énorme gâchis...

I - Brochures papier : chronique d'une mort annoncée ?



Face à la pression des sites électroniques et à la courte durée de vie des tarifs affichés, la très classique brochure de voyage imprimée commence à souffrir de quelques handicaps structurels. Pour des raisons écologiques autant que par souci d'efficacité, elle devrait évoluer rapidement sous peine de disparaître.


Rédigé par Aline Pontailler - redaction@tourmag.com le Lundi 21 Mai 2007

Outre son coût qui représente souvent le 2e poste budgétaire après les salaires, la brochure papier est un énorme gâchis car une grande partie finit à la poubelle
Outre son coût qui représente souvent le 2e poste budgétaire après les salaires, la brochure papier est un énorme gâchis car une grande partie finit à la poubelle
5,7 millions de Français préparent leurs séjours touristiques exclusivement sur Internet
“ L'année 2005 a marqué un tournant ”, explique Guy Raffour, expert du marché, dans son étude de fin 2006.

Deux raisons premières à l'utilisation croissante du media web : l'immédiateté de la réponse et la possibilité de rester chez soi pour l'obtenir, le prix venant en troisième position des critères.

Les internautes sondés pensent à 70% que, d'ici trois ans, le web sera leur seul moyen de préparation et de réservation séjours.

“ Les brochures papier continuent donc à perdre du terrain, ce qui impose aux producteurs de repenser leur utilisation de ce support, bien souvent très coûteux et à réactualiser constamment. ”

Une grosse marge de progression pour le web

La sécurité et la technique électroniques progressent et déclenchent logiquement un accroissement des ventes directes en ligne. Et le potentiel de croissance de ce media est encore important, car la moitié des prestataires ne proposent pas encore de site commercial.

Or, par exemple, 55% des acheteurs de séjour en France se sont adressés en 2005 directement aux producteurs, et seulement 8% sont passés par une agence de voyages. La marge de progression est donc large, et n'est limitée que par la méconnaissance de l'outil.

Pour ceux qui sont formés et équipés, on assiste à “ la naissance d'un nouveau communautarisme en CtoC, via les carnets de voyages ” et blogs de voyageurs, ce qui enrichit l'information disponible en ligne et complique encore la difficulté pour les producteurs de répondre à tous les besoins dans une brochure annuelle plus ou moins figée.


Un nouvel outil comparatif, les blogs

“ L'enjeu pour les producteurs, c'est d'une part la baisse des coûts de distribution mais également le contact et la compréhension du client final ”
. Et là, l'innovation et la créativité redeviennent les maîtres-mots de l'adaptation à une accélération du mouvement.

Mais aujourd’hui, la brochure est encore la première source d'information. D'après l'International Association of Professional Brochure Distributors, 84,7% des clients découvrent un objectif de voyage grâce à une brochure et 36,6% peuvent changer leur programme initial après lecture d'une brochure.

Ceci concerne la destination, un lieu, un hôtel, une activité. C’est dans un deuxième temps, une fois accrochés, que 77% des Français cherchent à en savoir plus sur Internet et 54% dans des guides touristiques. La brochure est donc encore bien vivante.

Gouffre budgétaire et prise de conscience écologique

En plus de son coût - parfois deuxième poste budgétaire après les salaires -, du gâchis de son utilisation - une grande partie finit à la poubelle -, de son manque de souplesse tarifaire pour optimiser les ventes (voir articles 2 et 3 à venir), la brochure classique doit aussi faire face à la montée de la tendance écologique et à la demande croissante de respect de critères environnementaux (voir article 4 à venir). Un sacré challenge pour les créateurs !

Demain : II - Brochures papier : le point de vue des producteurs

______

Raffour Interactif : cabinet spécialisé dans le tourisme et l'e-tourisme, études, veille, audit de site, formation, conseil - www.raffour-interactif.fr
International Association of Professional Brochure Distributors : www.iapbd.org

Lu 8616 fois

Tags : amadeus
Notez



1.Posté par van montagu raphael/univers des voyages/recto verso multimed le 22/05/2007 09:22 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
je ne pense pas pour en fabriquer quelque unes que les brochures soient mortes.
l'objet ludique que represente une brochure est tout de meme bien plus agréable que la brochure éléctronique.
je sais bien que tourmag propose des brochures en ligne mais je serai curieux de savoir combien de fois elles sont consultées,ce qui d'apres certains de vos clients n'est pas possible a savoir.
et pourtant grace au web vous n'etes pas sans savoir qu'un internaute est traqué de A a Z.
bonne promo pour votre activité de brochures en ligne mais je pense que si les brochures n'étaient pas rentables cela ferai longtemps que nos ami TO,qui ne sont pas que des idiots, auraient arrété de les distribuer en agence.pour ce qui est de rectifier le tir en faisant moins de tirage beaucoup mieux ciblé avec moin de gachis,effectivement il y a quelque chose a faire.
cordialement.

2.Posté par Barbara le 22/05/2007 09:59 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Bab,
Bonjour, voici un article de la profession sur notre sujet: La Brochure/ avec plusieurs collègues nous sommes entre le oui / et le non??
- Peux-tu me modifier la 1ère de couv. Remettre le logo en bleu et remplacer l'orange par une autre coul. (Noir et Blanc ou bleu foncé).
On s'appelle en fin de semaine.
Bise.
Jalel

3.Posté par Henri BOUCHE le 22/05/2007 10:21 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
enfin ! les agences ne vont plus etre des distributeurs de brochures papier, nous allons tourner les pages des brochures virtuelles sur nos écrans, devant des clients virtuels Ce sera aussi la disparition des agences " papier " comme cela nous pourrons profiter de nos belles forets... au lieu de feuilletter nos brochures devant nos vrais clients.

4.Posté par Lionel Lucas le 22/05/2007 10:23 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Bonjour !
Pour répondre au premier commentaire concernant le site www.brochuresenligne.com, nous fournissons chaque mois à nos clients des statistiques précises sur la fréquentation de ces mêmes brochures.
Mieux : un lien email permet au client de savoir quelles sont les retombées précises de sa présence, lorsque les internautes lui écrivent pour demander des renseignements, ce qui est tout de même plus concret que de simples statistiques, non ?
Nous comprenons qu'en tant que fabricant de brochures, ce type de dossier ne vous fasse pas plaisir. Mais peut-on nier l'évidence et constater que le système actuel qui coûte une fortune aux producteurs est également un énorme gâchis financier et environnemental ?

Cordialement

5.Posté par Mihailov le 22/05/2007 10:38 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Bonjour,

j'adhère à l'esprit et aux constats de cet article. Je pense d'une part que le tirage de brochures (relativement épaisses) qui ont une vie de plus en plus courte (la preuve - on en retrouve régulièrement sur les troittoirs le soir, devant certaines agences) et qui sont moins efficaces qu'elles ne l'ont été par le passé n'a plus tellement raison d'être à l'heure de l'Internet. Sans parler du gaspillage du papier...

Je pense aussi que les "vrais clients" qui rafollent de brouchures sont aussi des clients "d'hier" (et souvent plus agés). Marketer un voyage via Internet est simple, pratique et efficace.

Les agences de voyages n'ont jamais été des pionniers en matière de nouveautés, au contraire, souvent ce sont des bastions ! :)

6.Posté par juliette laridan le 22/05/2007 11:29 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Je partage l'avis de Raphael Van Montagu en réponse 1. Je pense en effet que Tourmag .com a tendance à vouloir à tout prix justifier l'utilisation du web parce qu'il en profite et qu'il désire en profiter encore plus !
Dirigeant une petite entreprise spécialisée dans le tourisme, je sais combien la brochure de voyages reste un support de rêve et d'invitation au voyages pour le client final et un outil de vente pour l'agent de voyages. Encore faut-il que les brochures qui coûtent si chères en papier soient également bien conçues ! et que les acteurs ( TO, OT, hôteliers…) ne négligent pas les manières de se différencier et de se positionner. Je suis persuadée que les brochures existeront toujours dans quelques années, mais elles s'apparenteront davantage à des magazines.
Que l'on ne se méprenne pas, je suis également une adepte du web ( mon agence crée également des sites). Un site n'a pas la même utilité et ne doit pas contenir les mêmes infos que la brochure.
Un peu d'imagination marketing et moins de dramatisation SVP. +






7.Posté par Rédaction le 22/05/2007 11:40 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Bonjour !
Vous nous faites trop d'honneur en pensant que nous avons, en tant que média, le pouvoir de faire évoluer les mentalités. Las, ce n'est pas le cas. Le constat de déchéance de la brochure papier ce sont les producteurs eux-mêmes qui le font. C'est aussi le comportement des Internautes qui réservent de plus en plus en ligne.
Sensibilisés aux problèmes d'environnement, nous revendiquons un comportement militant dans l'affaire des brochures papier. Et c'est ce qui a justifié la création de Brochuresenligne.com et pas l'inverse. Pas plus que la diligence n'a pu empêcher l'arrivée du chemin de fer, le papier ne résistera pas à la dématerialisation des brochures.
L'ignorer c'est faire l'autruche et se préparer à aller dans le mur.
Cordialement

8.Posté par stéphane le 22/05/2007 12:20 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Internet est devenu l'outil indispensable pour l'information des voyageurs et souvent pour finaliser une réservation sans avoir à se déplacer physiquement dans une agence.

Toutefois, la brochure papier garde son utilité pour la qualité des photos, pour sa portabilité, et pour son aspect technique et juridique (descriptifs contractuels).

Avez-vous essayé de consulter une brochure "électronique" sur un site web ? Ce n'est pas forcément très pratique, surtout si vous voulez consulter en parallèle 2 pages à 2 rubriques différentes. Il faut être un virtuose du clavier et de la souris.. et ce n'est pas du goût de tous les candidats voyageurs, même les plus fervents du web.

En résumé, oui pour la brochure papier mais à condition d'éduquer les clients à une consommation raisonnable et citoyenne.

Avec nos clients fidèles, pas de problèmes ; nous connaissons leurs habitudes et leurs goûts, et leur remettons strictement la documentation qui leur convient.

Mais nous rencontrons régulièrement dans nos agences de nouveaux visiteurs qui nous demandent tout naturellement : "je voudrais un catalogue X, Y ou Z" (les lettres signifient des noms de voyagistes plus ou moins connus). C'est là qu'intervient notre "savoir faire" appris soit sur le tas, soit dans les Ecoles de Tourisme. On commence donc à poser les questions rituelles : "Où aimeriez-vous partir ? A quelle période ? A combien de personnes ? De quel budget disposez-vous ?" Et là, nous sommes souvent surpris de constater que bon nombre de ces visiteurs occasionnels semblent se prêter de mauvaise grâce à nos questions et certains concluent en disant : "Eh bien puisque vous ne voulez pas me donner de brochures, je vais aller en chercher ailleurs"...

En réalité, les agences de voyages (en boutique) sont de plus en plus considérées comme des "distributeurs" (leur ancien métier), mais les chances de transformer la distribution de brochures en vente effective est de plus en plus faible... La conclusion de la vente se fait souvent sur internet... ou auprès du comité d'entreprise ou des oeuvres sociales de l'entreprise...

Alors, pour éviter le gâchis de brochures, je pense qu'il faudrait tout simplement faire payer les brochures aux clients (montant remboursable à l'inscription).
Il serait utile d'ouvrir un grand débat à ce sujet.


9.Posté par laurence le 22/05/2007 12:24 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
l'idéal serait ;avoir toutes les brochures en ligne, et ,( à la condition d'être, en phase de conseiller réel,) remettre au client , après les avoir imprimées, les pages des propositions faites, en fait lui faire un dossier personnalisé, correspondant à sa demande , afin de lui laisser le temps de les relire, avant que de concrétiser, mais pour en arriver là ! il faudrait un , que disparaisse l'homo "papivorus" , en manque de rêve ( et pourtant les reportages et documentaires se multiplient à la télévision !), les magazines de presse aussi se multiplient, mais les brochures sont gratuites ! deux, que le client fasse confiance au conseiller qu'il a devant lui, et ne se réfère pas au conseil de son voisin ! ou ami !, ou tripadvisor ou autre !
mais encore faut il que l'agent de voyages soit un vrai pro ! trois, que les comités d'entreprise ne nous prennent pas pour des dépôts de brochures ( et en celà les T..O. sont leur complice !)..bref, .il y a du chemin à parcourir !

10.Posté par van montagu raphael/univers des voyages/recto verso multimed le 22/05/2007 14:24 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
et bien au moins le débat continu
étant aussi l'editeur d'un magazine qui s'appel l'univers des voyages vous devez penser que les journaux proffessionnels ne servent eux non plus a rien depuis l'apparition de site comme tourimag ou d'autres similaires et comme en plus vous etes a l'ecoute de la planete....
a ce que je sache le papier recyclé existe d'ailleurs certains comme nouvelles frontieres ou carlson font leurs brochures avec ce type de papier.
mais je comprends que vous n'acceptiez pas d'autres point de vue et que vous ayez le monopole du bon sens...
le temps fera le reste.
bonne journée.

11.Posté par laurence le 22/05/2007 17:06 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
si ce dernier message est aussi en réponse au mien, alors je me suis mal exprimée : je ne parle que de la brochure en agence, pas du support papier en général, car, je suis la première à acheter , en plus de la presse professionnelle, des "Ulysse"( abonnée ) , GEO ( abonnée), Courrier International ( abonnée ), pour l'info perso . Ce que je déplore, c'est le "papivore" qui ne peut se passer d'attraper comme un caméléon gobe un insecte, toute brochure à portée de main. Et le candidat au voyage qui se noie sous une pile de brochures, étant persuadé, qu'il aura ainsi toutes les bonnes affaires ! sans en manquer une !

12.Posté par Pascal ROUILLARD le 22/05/2007 17:37 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
les brochures papier vont se faire plus rares d'où les clients en agences physiques aussi. Nos clients viennent nous voir pour préparer leur vacances sur catalogue et aussi pour réver. Si nous n'avons plus de brochures papier, croyez vous que les clients vont venir chez nous pour regarder l'écran d'ordi ? Non. Ceci provoquera une augmentation des ventes sur internet et la paupérisation des agences physiques.

13.Posté par Marc Giasson le 22/05/2007 18:34 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Voici de l'info sur les tendances...

14.Posté par Jean-Claude MORAND le 22/05/2007 19:26 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Et bien voilà un sujet qui déclanche des commentaires !.. De mon point de vue, la brochure en ligne est une étape transitoire vers le web d'agence. Certes cela ne remplace pas le papier, mais admettez que le coût marginal est relativement faible et pour une agence, cela n'a pratiquement pas d'impact financier. Sachant qu'au moins 50% des clients ont un accès Internet à la maison, sans compter ceux qui prépare leurs vacances au boulot, ils vont en grande majorité chercher la perle rare et/ou le meilleurs rapport qualité/prix sur les moteurs de recherche, les agences en ligne ou tout simplement les sites web des prestataires. Alors je pense qu'en leur offrant la possibilité de feuilleté une brochure un dimanche aprés midi, sur le site d'une agence,....la probabilité de recevoir un appel téléphonique le lundi sera plus grande qui si vous lui imposser de venir dans votre échoppe un jour entre midi et deux.

PS: Je m'exprime ici à titre privé !

15.Posté par Denis PINGRIS le 23/05/2007 16:56 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Whaouh ! j'ai un instant cru rêver ou mieux me retrouver dans un épisode de " retour vers le futur" !
Allez, souvenons-nous ! il y a quelques années de ceux qui nous prédisaient qu'internet allait tuer le bon vieux livre en papier....qui est aujourd'hui l'un des produits les plus vendus sur internet (sinon le plus vendu...) !
Et les agences de voyages "papier" (salut Henri !) qui devaient disparaître à tout jamais sous le tsunami des agences en ligne..!
Faut-il aussi rappeler que loin de ralentir la consommation de papier, internet est une nouvelle source de gaspillage du papier à un point tel que certaines entreprises sont obligées de rappeler à l'ordre régulièrement leurs collaborateurs pour faire la chasse au gaspi...
le débat est certes interressant mais sans aucun doute trop manichéen pour être constructif...

16.Posté par Denis PINGRIS le 23/05/2007 17:57 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
une dernière précision : en matière d'écologie s'il est un sujet qui fait débat c'est bien le papier :
1. le recyclage du papier n'a pas que des partisans car certains procédés sont gros consommateurs de produits blanchissants polluants et très gourmant en eau
2. la production de papier n'est pas la première cause de la déforestation...l'industrie du meuble de loisirs est bien plus destructrice (vous savez les tables, les chaises, les transats en bois imputrescible qu'on trouve dans les hôtels...)

17.Posté par Cédric Drouot le 26/05/2007 17:53 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Bonjour,
J’ai travaillé dans la gestion électronique de document, au début des années 90. La dématérialisation, la numérisation, l'archivage, les accès informatisés, le PDF, le PDF dynamique... tout semblait concourir à la fin du papier. Mais rien n'y fait, c'est un support pratique, facile à manipuler, qui préserve une grande qualité (le rendu image), qui s'annote, se copie etc. Même s'il est lourd, coûteux, polluant, il est difficile de nier ses avantages. L'industrie des arts graphiques, qui a été révolutionnée par l'arrivée des outils informatiques, n'en produit pas moins de papier, bien au contraire. Quand à l'internet, censé remplacer le papier, il le complète de plus en plus. Demandez à un VPCiste s'il souhaite se priver du papier: ce n'est pas possible, tant qu'un média présentant les mêmes avantages de simplicité et de convivialité ne sera disponible.
Ces jours-ci, les premiers livres à bases d'encre électronique (e-Ink) devraient apparaitre. A suivre, ils semblent bien utiles et adaptés pour les 'news', journaux, lettres d'information etc. De là à remplacer un catalogue, il y a encore un pas, et à 600€ l’exemplaire, il sera difficile de le franchir rapidement.
Ma société existe depuis 1794(!). En 1976, elle a saisie l'opportunité qu'offrait l'informatique pour améliorer ce qu'elle savait faire de mieux : imprimer. Depuis, elle a intégré l’édition de CD-ROM, puis, naturellement, l’Internet, jusqu’au prochain média qui se présentera : c’est l’évolution. Toujours est-il que, toute proportion gardée, le média papier reste le support principal exploité par nos clients.
Actuellement, les métiers qui utilisent le catalogue se transforment, et internet n'y est pas étranger. Toutefois, les distributeurs ont rapidement constaté qu'au lieu de phagocyter le canal imprimé, l'internet s'y est ajouté et l'a complété. D'ailleurs, plusieurs acteurs de l'eCommerce qui l'on bien compris, ont commencé à publier des brochures.
Je ne suis pas un pro du secteur Tourisme, mais nos clients dans ce secteur constatent généralement la même chose. Tous ont lancé des catalogues en-ligne, bien plus facile à mettre à jour et offrant bien plus d'informations, car l'espace y est infini. Toutefois, aucun de renonce aux brochures, celles aux couvertures et aux double-pages qui nous font rêver au premier coup d'œil. Ils les transposent même, souvent, en reproduisant la brochure imprimée sous forme de brochure que l’on feuillette à l’écran. La technologie permet d’y effectuer très facilement des recherches, de mémoriser les résultats et effectuer une transaction. Mais il faut avouer que l’ergonomie de nos écrans, si elle s’améliore, rend l’exercice parfois pénible, sauf si on dispose d’un grand écran et d’une connexion rapide.
Pour ma part, j'utilise majoritairement internet, quelques soit d'ailleurs le sujet de mes recherches, et j'y trouve en général toutes les informations, bien plus vite que s'il fallait me déplacer physiquement en agence, boutique etc. Par contre, je trouve difficile d'obtenir la même convivialité qu'en face d'un vendeur connaissant ses produits et ses offres, car ses conseils, sa réactivité et sa capacité à proposer sont difficilement transposables. Et les brochures restent un bon outil pour me permettent de garder une trace et d'annoter les informations recueillies.
Aujourd’hui, l'impression à la demande est certainement un outil qui tend à prendre de l'ampleur, nous le constatons sur les marchés américains et anglais notamment. Une brochure pour chaque saison pour le rêve, et des impressions au moment où l'on en a besoin pour l'information, voilà un compromis intéressant peut-être. D’autant qu’il devient alors très simple de produire une brochure personnalisée, répondant aux besoins du ‘packaging dynamique’, qu’Internet offre aux consommateurs avides de ‘sur-mesure’ à des prix très compétitifs. Reste qu’une belle maquette de pages, imprimée sur une jet d’encre grand public, ça le fait moins qu’un tirage quadri…

Bien cordialement,
Cédric Drouot
www.stibocatalog.com
www.viadeo.com/fr/profile/cedric.drouot


Dans la même rubrique :
< >

Mardi 20 Novembre 2018 - 19:02 Maroc : FTI Voyages rachète Les Dunes d'Or



PUBLICITÉ
Scheherazade KACIMI Scheherazade KACIMI
commercial@tourmag.com
+33 4 91 58 58 27
+33 6 76 50 55 75

Dernière heure
















TourMaG Travel Media Group Légal Utiles
Emploi
Groupes / CE
La Travel Tech
Travel in France
Businesstrips
Brochuresenligne.com
DMCmag.com
TourMaGEVENTS.com
Signaler un contenu illicite
Plan du site
RGPD
Contact
Publicité
La presse en parle

Tourmag Travel Media Group
Le groupe TourMaG Travel Media Group publie également :
Businesstrips, application mobile pour les voyageurs d'affaires; Brochuresenligne.com, 1er portail de brochures électroniques de voyages; DMCmag.com, 1er portail Destination Management Companies et Hôtel&Lodge PRO, Le Hub des pros de l'hébergement.

TourMaG.com DMCmag.com Hôtel&Lodge PRO La Travel Tech Brochuresenligne.com BusinessTrips