Nos bureaux sont fermés du 03/08 au 23/08. Retour de la newsletter quotidienne le 24/08/2020. Bel été !
TourMaG.com, 1er journal des professionnels du tourisme francophone


Coronavirus : le temps de l’arrogance est terminé... sinon plus dure sera la chute ?

Le décryptage de Josette Sicsic (Touriscopie)



Les périodes de crise sont les moments les plus révélateurs des défauts et qualités des peuples, de leurs économies, de leurs systèmes politiques et économiques. La crise que le monde entier traverse aujourd’hui n’épargne pas cette constante. A l’épreuve de cette pandémie : l’ethnocentrisme des Occidentaux qui sont obligés d’adapter leur vision du monde à une nouvelle donne. Le temps de l’arrogance est terminé. Une centaine de pays nous ferment leurs portes. Une grande première à laquelle il faut adapter nos mentalités, faute de quoi « plus dure sera la chute ».


Rédigé par Josette SICSIC le Mardi 17 Mars 2020

Avec le coronavirus, ce n’est pas seulement une industrie des transports et du tourisme qui pique du nez, ce sont des millions d’Européens, y compris nous Français, qui sommes obligés de nous regarder en face et de prendre conscience d’une mutation sociologique majeure de notre tout petit monde ! - DR : DepositPhotos, triocean2011
Avec le coronavirus, ce n’est pas seulement une industrie des transports et du tourisme qui pique du nez, ce sont des millions d’Européens, y compris nous Français, qui sommes obligés de nous regarder en face et de prendre conscience d’une mutation sociologique majeure de notre tout petit monde ! - DR : DepositPhotos, triocean2011
Les événements se précipitent. Les informations vraies et fausses aussi.

Quant aux analyses sur la situation inédite que nous vivons, elles se déversent à un rythme accéléré sur nos écrans, les ondes des radios, les pages des quelques journaux que nous lisons encore.

Il est vrai que les situations de crise sont le moment idéal pour prendre du recul et remettre en question les modèles et les modes de fonctionnement existants.

La pandémie que nous vivons n’échappe pas à la règle. Elle la confirme !

Que s’est-il passé et que se passera-t-il ?

Il y a encore 4 jours, nous vivions sur un nuage d’aveuglement et de sérénité !

Après un démarrage en janvier d’autant plus lent que les informations que nous recevions venaient d’un pays lointain, nous nous trouvons désormais dans l’obligation de composer avec une réalité qui, toutes les heures, se révèle un peu plus dramatique.

Alors que nous bouclions nos valises pour aller aux sports d’hiver ou nous dorer sous les cocotiers, que pouvaient bien nous faire les nouvelles dramatiques en provenance d’un pays situé à des milliers de kilomètres dans lequel on mange des chauve-souris sur des marchés d’une hygiène douteuse ?

Anxiogènes, ces images nous semblaient plutôt sorties d’un film de science fiction et pour ceux qui l’avait lu, elles semblaient issues du célèbre roman d’Albert Camus : La peste, alors que quelques uns se souvenaient que Venise, à son époque glorieuse, avait aussi été mise en quarantaine à cause de la peste, puis du choléra, et que Marseille en 1720 avait vu la moitié de sa population décimée par la peste noire !

Plus proches, tous les médias nous rappelaient que la grippe espagnole avait tué plusieurs millions de personnes et qu’Ebola il y a peu avaient terrassé 11 000 Africains.

Mais, en fait, seuls le rapatriement très médiatisé ou le confinement de quelques uns de nos concitoyens matérialisaient le danger.

Seules aussi la complainte des agences de voyages spécialisées sur le tourisme asiatique et celle de leurs clients privés du voyage de leur vie, laissaient deviner le danger à venir.

Il y a encore 4 jours pour ma part, on me demandait d’évoquer les problèmes de « sur-tourisme ! » pour une émission télévisée.

C’est dire que du haut de notre toute puissance occidentale, nous vivions sur un nuage d’aveuglement et de sérénité !

Des parias, des bannis, des indésirables

Josette Sicsic - DR
Josette Sicsic - DR
Et puis, coup de tonnerre. Israël a eu l’outrecuidance de fermer son territoire aux touristes français ! On est le 5 mars.

Le président des Entreprises du Voyage entre autres, se répand en invectives contre une telle mesure : 350 000 Français, des Allemands, des Britanniques, des Italiens se verraient interdits de séjour dans l’état hébreu ! Une aberration ! Eh bien non.

Les fermetures de frontières en cascades ne faisaient que commencer.

Nous Européens, qui avons compté parmi les populations les plus courtisées du monde par toutes les destinations de la planète, nous devenions du jour au lendemain, des bannis, des parias, des indésirables.

Même l’oncle Sam nous ferme ses portes. Même l’Inde nous refuse ses visas. Même nos amis de Tunisie, Algérie, Maroc ne veulent plus de nous.

Et que penser de ce petit Guatemala ou de cette lointaine Bolivie qui nous claquent la porte au nez tandis que Vladimir Poutine, Président désormais « presque » à vie d’une Russie que nous avons trop souvent humiliée, nous interdit de venir contempler la Place Rouge ! La pilule est dure à avaler !

Ce n’est pas seulement une industrie des transports et du tourisme qui pique du nez, ce sont des millions d’Européens, y compris nous Français, qui sommes obligés de nous regarder en face et de prendre conscience d’une mutation sociologique majeure de notre tout petit monde !

Vers la fin de la domination occidentale

J’ai écrit il y a peu que, pour les touristes, les années d’insouciance étaient terminées.

LIRE : L’industrie touristique vit-elle ses dernières années d’insouciance ?

Je ne pensais pas devoir écrire quelques semaines plus tard que l’ethnocentrisme n’était plus du goût du jour et que l’européocentrisme surtout avait fait son temps.

Reconnu par le dictionnaire, ce terme indique bien la propension des Européens à définir et penser le monde en fonction de leurs seules valeurs et de leurs seuls intérêts !

Or, de toute évidence, le temps où nous allions en pays conquis étaler nos paréos sur les sables les plus blancs de la planète est bel et bien révolu. S’en est-on douté et préoccupé ?

On avait bien compris depuis quelques années que les visiteurs asiatiques, notamment chinois, et leurs milliards de yuans faisaient mieux tourner les palaces de la planète que nos euros et nos dollars. On avait bien compris aussi que les magnats du luxe ciblaient plus la bourgeoisie de Pékin et Shanghai que celle de Paris et de Londres !

Mais, de là à se voir couper l’accès au Colisée ou de la place Jemaa el-Fna, comme nous coupons aux migrants l’accès de l’Europe ?

Le rétrécissement du monde

Nous n’avons plus le choix. Même ceux qui souhaitent prendre un peu le large n’ont aucune marge de manœuvre.

Ni croisières, ni avions, ni TGV… Ni golf, ni musées, ni ski…

Un autre drame dont on parle peu alors que 200 000 employés du jour au lendemain, ce week-end, sont restés sur le carreau.

Quant aux touristes en séjour en France, notamment à Paris, ils n’ont plus eu qu’à avaler des sandwiches dans des boulangeries en espérant pouvoir vite rentrer chez eux. Ce qui n’est pas évident. On le sait.

Donc, d’une part, le coronavirus nous a fait perdre de notre assurance et d’autre part, nous avons perdu nos terrains de jeux, c’est-à-dire l’ensemble des paradis auxquels les plus privilégiés d’entre nous avaient accès d’un coup d’aile d’avion !

Sans compter que nous comprenons aussi peu à peu que la mondialisation n’est pas aussi « heureuse » qu’elle en avait l’air !

Une idée du monde et du tourisme de demain ?

Pendant que les coups de massue nous laissent groggys, une façon d’analyser la situation de façon positive consiste à tirer les conséquences de nos erreurs d’aujourd’hui pour sauver le monde de demain…

Mais, nous en parlerons justement plutôt demain ou dans les jours qui viennent car les crises, c’est vrai, contribuent à changer comportements, pratiques et mentalités.

Les décryptages et analyses de TOURISCOPIE sur TourMaG.com

Retrouvez les décryptages et les analyses de TOURISCOPIE par Josette SICSIC sur TourMaG.com.

Contact :
touriscopie@gmail.com

Lu 5821 fois

Notez



1.Posté par Guérande Laure le 18/03/2020 12:31 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Ras le bol des moralisateurs et des donneurs de leçons !

2.Posté par Lef le 18/03/2020 13:49 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Madame, avec tout le respect vous étiez la belle aux bois dormants en janvier et février avec EDV ET SETO ?
Cette situation es-tu prévisible depuis mi janvier., seul ceux qui l'on prévu depuis cette date s'en sortiront les autres qu'ils disparaissent.
Quand à votre débat philisophique il est sans intérêt.
Après les gens voudront repartir et ils seront accueillis et cela sera sans problème. Pour le Mlnde du Tourisme il convient d'anticiper cette reprise dès maintenant et ensuite il devra faire sa révolution mais pour celle-ci je ne suis pas optimiste car ce monde est un vieux monde de ringards accrochés à leur poste et leurs certitudes.....

3.Posté par jean duide le 18/03/2020 15:32 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Bien malin celui qui sait aujourd'hui ce que sera la profession demain !

Les Yaka Fokon d'une journaliste qui enfonce toutes les portes ouvertes du moment seront peut-être risibles ou visionnaires mais à la fin les conseilleurs ne sont jamais les payeurs.

4.Posté par Seb le 19/03/2020 08:52 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Du bien de lire des paroles qui résonnent dans sa tête.
La mondialisation a du bien mais pas à outrance.
L Europe qui ne connaît aucune réaction commune est morte
La France se voit remise en question dans son modèle de centralisation de richesses et intelligences parisiano parisienne. Et aussi dans son modèle de santé. Aujdh nous allons payee 300 milliards pour fluidifier l arrivée de malades dans no hôpitaux. 10 milliards en 10 ans auraient suffit à ne pas en dépenser 300. Cela s appelle ce que l état nous demande être gestionnaire en bon père de famille qui anticipe toujours le pire pour ses enfants

Mais peu importe nous étions remplis de certitudes. Remise en question.
Aujdh nous avons la chance d être confinés avec internet. Une nouvelle solidarité se crée et je crois en ça.
Pensons à apres : revivons proches et ailleurs qu’à Paris. Revivons proches avec nos voisins européens mais plus à Bruxelles. Revivons proches avec le monde mais plus avec washington.
Revivons juste côte à côte mais LOCALEMENT

Quand au tourisme nous voudrons tjs aller voir l ailleurs. Mais réfléchissons à notre comportement la bas. Est ce utile de faire 15000 km pr être en maillot dernier cri sur une plage pour une photo à ramener ?
Regardons plutôt derrière la mangrove. Les gens sont là. Ils n’ont pas le maillot. Ils n’ont pas la photo. Sont ils moins bien que nous pour autant ??

Revenir à la locale n’est plus une action qi pouvait être perçu comme raciste. C’est une action de solidarité internationale et de bon sens

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Tous les commentaires discourtois, injurieux ou diffamatoires seront aussitôt supprimés par le modérateur.



Dernière heure















TourMaG Travel Media Group Légal Utiles
Emploi
AirMaG
CruiseMaG
CampingMaG
La Travel Tech
Partez en France
Voyages Responsables
Businesstrips
Brochuresenligne.com
DMCmag.com
MyEventStory.com
Signaler un contenu illicite
Plan du site
RGPD
Contact
Publicité
La presse en parle

Tourmag Travel Media Group
Le groupe TourMaG Travel Media Group publie également :
Businesstrips, application mobile pour les voyageurs d'affaires; Brochuresenligne.com, 1er portail de brochures électroniques de voyages; DMCmag.com, 1er portail Destination Management Companies et MyEventStory.com, créateur d'émotions.

AirMaG Brochures en ligne CampingMaG CruiseMaG DMCmag
La Travel Tech Partez en France TourMaG Voyages Responsables Welcome to the travel