TourMaG.com, 1er journal des professionnels du tourisme francophone
TourMaG.com, 1e TourMaG.com, 1e


Immatriculations : la gestion par EDV... une fausse bonne idée ?

Le Syndicat veut se substituer à Atout France



Le projet en est encore au stade embryonnaire, mais il a tout de même été évoqué lors du dernier congrès des EdV à Madère, début février. Mumtaz Teker, administrateur du syndicat et patron de Pacha Tours et Magic Ways, souhaiterait que les EdV reprennent le flambeau d'Atout France pour l'attribution des immatriculations aux opérateurs touristiques. L'idée, si elle paraît surprenante, faisant bondir certains et laissant les autres indifférents, soulève une autre question, beaucoup plus sérieuse : faut-il revoir le système de contrôle de la profession ?


Rédigé par le Lundi 11 Février 2019

Quel serait le meilleur système d'attribution des immatriculations ? Le plus impartial ? Le plus transparent ? Le plus égalitaire ? - DR : DepositPhotos, AndreyPopov
Quel serait le meilleur système d'attribution des immatriculations ? Le plus impartial ? Le plus transparent ? Le plus égalitaire ? - DR : DepositPhotos, AndreyPopov
« Exercice illégal de la profession », « paracommercialisme », « escroquerie », « vide juridique »... Autant de termes qui reviennent sempiternellement dans la bouche des professionnels.

On le sait, il y a aura toujours des personnes pour trouver les failles du système et des clients (professionnels comme particuliers) pour se faire avoir !

Dans les années 80, le nombre de garanties administratives et financières demandées, comme de compétences, était très élevé pour les professionnels du tourisme.

L'autorisation d'exercer relevait de l’État, avec la direction du tourisme. Puis cette compétence est passée aux régions, puis aux départements, avec la loi du 13 juillet 1992.

Plus aucune compétence requise

Ainsi, avant 2010, les professionnels du tourisme, pour être en règle, devaient entre autres, disposer d'une licence, attribuée par la Préfecture, avec la participation d'une commission départementale d'action touristique, la CDAT, composée de professionnels du secteur, qui donnaient leur avis sur les candidatures.

Un système plutôt opaque et qualifié de partial par certains et qui a été remplacé par l'immatriculation, délivrée par la commission d’immatriculation du GIE Atout France.

Le système, toujours d'actualité, se veut plus transparent et égalitaire.

Il est aussi plus allégé pour les futurs opérateurs, voire vidé d'une quelconque obligation de compétence (lire). Sont exigées uniquement une garantie financière et une responsabilité civile professionnelle (RCP.)

Cependant, ce système d'attribution pourrait être modifié d'ici 2020, le budget d'Atout France risquant d'être revu à la baisse, a laissé entendre le sénateur Rachid Temal, lors du dernier congrès des Entreprises du Voyage (EdV) à Madère, début février 2019. Des informations auxquelles Atout France n'a pas souhaité réagir.

LIRE : Les Entreprises du Voyage veulent gérer les immatriculations agences

Ce que l'on sait de façon certaine, c'est que depuis le 1er janvier 2019, en application de la nouvelle Loi de finances, les frais d'immatriculation de 100 € ont été supprimés. Un manque à gagner pour les équipes du GIE.

Tous syndiqués !?

Toujours est-il qu'un administrateur des Entreprises du Voyage (EdV,) Mumtaz Teker, également patron des sociétés Magic Ways et Pacha Tours, a avancé une idée qu'il soumettra prochainement au conseil d'administration du syndicat : reprendre la main sur l'attribution des immatriculations.

« Cela se fait dans d'autres pays, explique-t-il, en Turquie par exemple ».

Son projet en est encore au stade de l'esquisse, mais l'idée serait de « débarrasser » Atout France de cette tache administrative, qui serait répartie entre le siège des EdV et les bureaux en province.

« Cette mission donnerait davantage de poids aux EdV, nous serions plus écoutés, poursuit-il. Nous comptons aujourd’hui 1 650 membres environ, mais nous pourrions envisager d'en gagner davantage, et même que tous les immatriculés deviennent membres des EdV ».

Face aux critiques de certains professionnels, qui s'inquiètent de voir un syndicat contrôler les opérateurs de la profession, Mumtaz Teker répond : « les règles sont dictées par l’État, par le ministère. Nous serions bien entendu contrôlés, et un représentant d'Atout France pourrait tout à fait faire partie du processus.

Il y a déjà une très bonne entente entre les EdV, le SETO, l'APST, alors pourquoi pas avec Atout France ? Nous pourrions siéger tous ensemble autour de la table
».

Et de rappeler que le conseil d'administration des EdV est renouvelé tous les 3 ans. « Le système est assez démocratique. Et les EdV sont dans le milieu depuis plus longtemps, nos membres ont une plus grande expérience, de meilleures compétences. Nous pouvons être plus vigilants, et mieux contrôler le secteur car nous sommes mieux informés ».

Un projet anticonstitutionnel ?

Le projet porté par Mumtaz Teker est-il donc réalisable ou complètement utopique ?

Il nécessiterait tout d'abord de réécrire le Code du tourisme, qui délègue l'attribution des immatriculations à la commission d'immatriculation du GIE Atout France (voir les articles L. 141-2 et L. 141-3 et R. 141-10, ainsi que l'arrêté du 11 janvier 2019).

Il exigerait ensuite de rapatrier tous les dossiers des opérateurs, de se doter d'un logiciel compétent, de former les équipes aux taches administratives et informatiques. Avec quels revenus ? Ceux des cotisations ? De l’État ? Pour quelle indépendance au final ?

Quant à l'adhésion des immatriculés aux EdV, elle pose également problème. De quel droit peut-on demander à un professionnel d'adhérer à un syndicat patronal ? Le principe semble contraire aux principes de la Constitution... A moins que l'adhésion soit gratuite ?

Autre point préoccupant : comment garantir, lorsque l'on est un syndicat, l'indépendance et l'impartialité du traitement des dossiers le jour où un adhérent est en difficulté ? Même avec la mise en place d'une commission paritaire... On se souvient du système d'attribution des licences avant 2010 et du pouvoir de décision des CDAT auprès des préfets.

La solution ne serait-elle pas alors la création d'un Ordre des professionnels du tourisme, au même titre que celui des médecins, des experts-comptables ou des avocats ?

Un Ordre qui autoriserait et radierait les acteurs de la profession, tous réunis : distributeurs, producteurs, croisiéristes, hébergeurs, loueurs, État, etc. Un Ordre qui pourrait stopper plus efficacement les escrocs et accompagner les professionnels en difficulté. Il existe bien une Confédération des Acteurs du Tourisme (CAT).

Mais pour l'heure, la question du contrôle des immatriculations laisse perplexe, surtout quand on voit à quel point les affaires des garants financiers Schneider et Royal Insurance - qui touchent tout de même près de 150 opérateurs touristiques - laissent les EdV de marbre...

Qu'en est-il en Europe ?

Suite au projet de Mumtaz Teker pour les EdV, nous avons demandé à Michel de Blust, secrétaire général de l'association européenne des agents de voyages et tour-opérateurs (ECTAA) si un système similaire existe dans un autre pays de l'Union européenne.

« Aucune des 30 associations européennes membres de l'ECTAA n’a indiqué qu’elle était en charge de l’immatriculation des entreprises dans son pays, nous a-t-il répondu. Dans tous les cas, lorsqu'une telle immatriculation existe, elle est gérée par l’administration publique, soit au niveau national ou au niveau régional.

Le seul pays proche de l’Europe où ce rôle fait l’objet d’une délégation est la Turquie, où le ministère du tourisme a délégué la délivrance des licences d’agences de voyages à l’association turque TÜRSAB
. »

Michel de Blust rappelle toutefois que, dans le passé, dans certains pays européens, l’association professionnelle a été associée à la gestion des fonds de garantie, au Royaume-Uni par exemple. « Toutefois, ce système a été réformé au Royaume-Uni parce qu’il posait des questions au niveau de l’application du droit de la concurrence européenne.

En effet, la difficulté d’un tel système pourrait être le conflit d’intérêt potentiel qu’une telle proposition pourrait entraîner et conduire à un système corporatiste de facto (comme les pharmaciens par le passé). Ce n’est pas la logique du droit de la concurrence européenne », ajoute-t-il en conclusion.

Anaïs Borios Publié par Anaïs Borios Journaliste - TourMaG.com
Voir tous les articles de Anaïs Borios
  • picto Facebook
  • picto Linkedin
  • picto email

Lu 807 fois

Notez



1.Posté par Jean-Michel Azbine le 11/02/2019 09:37 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
EDV responsable de l’immatriculation! Tout simplement juge et partie ?
Il faut se rappeler que l’immatriculation ne concerne pas seulement les agents de voyages mais aussi les transporteurs, hôteliers, etc.
A ce jour, après neuf ans d’activité les membres de la commission, quasiment tous nommés dès l’origine, sont majoritairement des anciens professionnels du voyages. Les craintes d’EDV de ne pas être bien représentées n’ont aucun fondement.
Nous n’avons pas entendu le SNAV s’insurger à l’époque et jusqu’à ce jour les EDV, sur la disparition de l’obligation de présenter un diplôme ou une qualification technique pour effectuer notre métier.
Quand à Monsieur le Sénateur, il croit avoir enfin trouvé une cause à défendre.

2.Posté par agvfan le 11/02/2019 10:40 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
- à date avoir l'immat = avoir un garant (puisque plus d'obligation de compétence, et que la délivrance de la rc pro est liée à l'obtention de la garantie) ; donc atout france sur ce thème = uniquement chambre d'enregistrement : curieux de connaitre le budget que ça représente....
- le "vrai " boulot" à faire = controler la santé financière des garants (cf schneider...) et celle des immatriculés (dont les "véreux" qui en fait pompent les cotisations que les vertueux paient auprès de APST et autres ...) : et ça personne ne le fait en anticipation des "crises" (on communique sur le nbe de défaillances, mais zéro analyse ou alors ça reste secret... )
-suppression de la compétence : résultat, la seule valeur ajoutée visible (et d'ailleurs qui commence à etre mise en valeur) des immatricules vs la paracommercialisation, les coaches etc ... = ceux qui paient pour avoir une garantie financière et donc l'immat : c'est un peu pauvre.....

3.Posté par mille sabords le 11/02/2019 15:32 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
NON à la gestion des immatriculations par l 'EdV ( ex SNAV) ; un NON justifié dernièrement par l indifférence honteuse portée aux professionnels en détresse lorsqu'on voit jusqu'à quel point les affaires des garants financiers Schneider et Royal Insurance ont laissé l' EdV de marbre alors que la Garantie financière concerne toute la profession....Atout France n'a pas fait son travail et n'a pas rempli sa mission d'Etat ..

OUI au retour des compétences professionnelles pour exercer.

OUI à la création d'un Ordre des professionnels du tourisme et d'une une commission d'arbitrage. neutre.
A chacun son métier et les vaches sont bien gardées.

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Tous les commentaires discourtois, injurieux ou diffamatoires seront aussitôt supprimés par le modérateur.

Dans la même rubrique :
< >


PUBLICITÉ
Scheherazade KACIMI Scheherazade KACIMI
commercial@tourmag.com
+33 4 91 58 58 27
+33 6 76 50 55 75

Dernière heure
















TourMaG Travel Media Group Légal Utiles
Emploi
Groupes / CE
La Travel Tech
Travel in France
Businesstrips
Brochuresenligne.com
DMCmag.com
Hotel&LodgePRO.biz
TourMaGEVENTS.com
Signaler un contenu illicite
Plan du site
RGPD
Contact
Publicité
La presse en parle

Tourmag Travel Media Group
Le groupe TourMaG Travel Media Group publie également :
Businesstrips, application mobile pour les voyageurs d'affaires; Brochuresenligne.com, 1er portail de brochures électroniques de voyages; DMCmag.com, 1er portail Destination Management Companies et Hotel&LodgePRO, Le trait d'union entre hôtelier et fournisseurs.

TourMaG.com DMCmag.com Hotel&LodgePRO La Travel Tech Brochuresenligne.com BusinessTrips