TourMaG.com, le média spécialiste du tourisme francophone


L'écotourisme animalier s'affirme et mange du lion

Une charte et une accréditation pour les pros



Préserver la faune sauvage, aucun rapport avec le tourisme ? Détrompez-vous. Le tourisme animalier, en devenant responsable, pourrait bien y gagner financièrement.


Rédigé par le Dimanche 22 Mai 2022

Les lions n’ont pas de sommeil profond et reste toujours à l’aguet : le véhicule est à l'arrêt, loin de l'animal et lui laisse une issue de secours. Ici : Safari en Afrique du Sud © Voyage Sauvage
Les lions n’ont pas de sommeil profond et reste toujours à l’aguet : le véhicule est à l'arrêt, loin de l'animal et lui laisse une issue de secours. Ici : Safari en Afrique du Sud © Voyage Sauvage
Ah ! Le tourisme animalier. La mythologie coloniale et la chasse au lion dans la savane. Nager avec les dauphins en Méditerranée et chevaucher un éléphant en Asie. Ça, c’est ce qu’on appelle de l’expérience et après tout, n’est-ce pas ce que demande le client, une expérience ?

Pourtant, toucher un animal peut le condamner et la majorité des animaux en captivité sont maltraités. Les dérives sont nombreuses et les dégâts de certaines propositions touristiques ne sont plus à prouver. Faut-il renoncer au tourisme animalier ?

Alors que le tourisme durable s’impose peu à peu, l’écotourisme animalier commence lui aussi à faire parler de lui. Une nouvelle offre est en train d’émerger, portée par deux expertes du bien-être animal dans le tourisme, Justine Frédéric, fondatrice d’Aniwell Travel et consultante en écotourisme animalier, et Aurélie Orengo-Berthet, agente de voyage et depuis peu productrice.

En couplant leurs métiers, ces deux membres du collectif Digital Green Tourisme souhaitent faire grandir l’écotourisme animalier.

Aurélie Orengo-Berthet et Justine Frédéric
Aurélie Orengo-Berthet et Justine Frédéric
« Aurélie intervient auprès des acteurs en France et moi à destination pour que tout le monde ait les mêmes bases de connaissances et puisse travailler ensemble à des solutions, explique Justine Frédéric. On veut créer ce cercle vertueux que peut être l'écotourisme animalier : en préservant la faune sauvage, on donne de la valeur, ce qui attire plus de touristes et donc fait travailler en local et ici, ce qui est bénéfique pour tous ».

Une charte de l’écotourisme animalier

Quand on pense tourisme durable, on pense transport, climat et empreinte carbone. Pourtant, la prise en compte du vivant est tout aussi importante dans un secteur où de plus en plus de clients recherchent un engagement concret en faveur de l’environnement et de la biodiversité.

Pour le faire comprendre, Aurélie Orengo-Berthet s’appuie sur son métier d’agente de voyage. « Le vrai challenge, c'est de s’adresser à des gens qui n'en ont strictement rien à faire et qui à la fin ont une vraie révélation. C'est ce qui est le plus beau je trouve et l'agence traditionnelle permet d’aller à la rencontre de ces gens-là. Avoir une agence Selectour tout ce qui a de plus classique me permet de sensibiliser et de convertir à la fois les clients et les professionnels ».

Paradoxalement, ce sont surtout les pros qui sont moins informés et qu’il faut convaincre, mais en expliquant - et parfois, en montrant des vidéos et images chocs, les deux acolytes y arrivent.

Pour aider les professionnels du tourisme à s’engager dans cette voie, elles ont créé une charte de l’écotourisme animalier. Neuf points, qui abordent à la fois les conditions de capture et de captivité, les interactions avec les voyageurs, la sensibilisation, la communication et le rôle des populations locales et des associations.

« Nous avons aussi imaginé un flyer de prévention, ajoute Justine Frédéric, qu'on met à disposition des clients. On parle avec eux, et après on sensibilise jusque dans le carnet de voyage, et avec le flyer ».
Les dauphins choisissent de s'approcher ou non du bateau, qui se place côté côte pour que les animaux puissent aller vers le large.  Ici : Navigation en Martinique © Voyage Sauvage
Les dauphins choisissent de s'approcher ou non du bateau, qui se place côté côte pour que les animaux puissent aller vers le large. Ici : Navigation en Martinique © Voyage Sauvage

La sécurité des voyageurs

Pour aller plus loin dans la démarche, Aurélie Orengo-Berthet s’est lancée dans la production de séjour. Avec Voyage Sauvage, elle et Justine Frédéric revendiquent d’être « les seules expertes francophones du bien-être animal en milieu touristique ».

Elles proposent des formations pour les pros et des séjours pour les voyageurs.

Au-delà de la lutte contre la maltraitance animale, la création de ce nouveau TO leur a aussi apporté de nouveaux arguments.

« En refaisant nos conditions générales de vente, justement par rapport à la notion de respect des animaux, on s’est rendu compte que cela allait de pair avec la sécurité des voyageurs, racontent-elles. Faire attention à la proximité avec les animaux, c’est pour eux, mais c’est aussi pour nous et la pandémie l’a bien montré, en mettant en avant la notion de zoonose.

La crise a mis l'accent sur la trop grande proximité entre l’humain et les animaux sauvages. L’écotourisme animalier permet une interaction améliorée, plus respectueuse pour eux et moins dangereuse pour le touriste, des animaux qui sont en meilleure santé et c'est un outil fort contre ces zoonoses. Cette partie, là aussi est un argument fort. C'est la sécurité du voyageur et c'est la sécurité de retour chez lui »
.

Proposer des alternatives aux réceptifs

Et mettre en avant les propositions qui limitent les impacts négatifs et tout type de dérangement pour la faune sauvage : pas d’interaction physique, garder ses distances, éviter le bruit, respecter leur environnement, privilégier les sanctuaires, les refuges « mais les vrais, ceux qui respectent les règles, pas ceux qui existent parce que c’est à la mode ».

Il y a aussi le dialogue autour de la transformation des mœurs. « Il ne s’agit pas de dire : "c’est bien" ou "c’est mal", mais simplement d’expliquer que nous, en France, on ne fait pas ça et qu’on ne le fera pas à l’étranger non plus. Je respecte votre culture, mais ça n’est pas la culture des voyageurs français. Ça n’est pas parce que c’est une tradition qu’on doit cautionner. ».

Espèces protégées ou pas, la Zambie est l’un des pays les plus courrus pour la chasse au trophée © creative commons Lord Mountbatten
Espèces protégées ou pas, la Zambie est l’un des pays les plus courrus pour la chasse au trophée © creative commons Lord Mountbatten
Manger certaines viandes par exemple ou les combats d'animaux.
Ou la chasse au trophée, à laquelle Aurélie Orengo-Berthet a été confrontée au Botswana.

« Sur place, ils chassent, puis ils mangent la viande et ne voient pas pourquoi ça nous pose un problème. J’explique que nous, en Europe, avons détruit notre environnement et que la faune est une richesse à protéger.

D’autant que, sans elle, plus de touristes. Je dis aussi que les clients français recherchent de plus en plus de durable et que ce sont autant de clients perdus
».

Mais surtout, elle propose toujours une alternative, avec des bénéfices concrets. « Telle chose, je ne veux plus le vendre. En revanche, telle autre, ce sanctuaire, c’est super, ça plaira plus à ma clientèle, et en plus c’est plus cher : nous y gagnons tous ».

Enfin, il y a simplement la question légale : en France, les entreprises doivent appliquer des objectifs RSE et des lois sur la protection animale : les agences ne pourront simplement pas acheter des séjours qui s’en éloignent.

Bientôt, une accréditation écotourisme animalier

Pour inciter les professionnels à s’engager dans la défense du bien-être animal dans le tourisme, le binôme se fédère en association qui portera une accréditation dans le domaine.

L’idée : sensibiliser les voyageurs et inciter les professionnels. « Ce qui manque aujourd’hui dans tous les réseaux du tourisme durable, c’est cette partie autour de la préservation de la faune sauvage et de la biodiversité. C’est la raison pour laquelle on crée cette association ».

Une accréditation plutôt qu’un label, pour qu’il soit gratuit et accessible au plus grand nombre. Elle sera délivrée suite à une formation et des contrôles.

L’association proposera aussi des ateliers de sensibilisation en B2C, de la valise au retour, pour les voyageurs et les professionnels, « pour que tout le monde ait les mêmes bases et puisse avancer ensemble vers le meilleur ». Vivement.

Les Césars du Voyage Responsable

Rappelons que TourMaG et le Petit Futé organisent "Les Césars du Voyage Responsable".

Forts d’une audience mensuelle de plusieurs millions d’internautes, les deux titres assureront la promotion BtoBtoC des projets candidats.

Cet événement débutera en septembre 2022 avec la phase des votes qui durera jusqu'en février 2023.
La cérémonie des Césars du Voyage Responsable quant à elle aura lieu en mars 2023.

Si vous souhaitez candidater, prenez rendez-vous ci-dessous avec Fabien da Luz, DG associé.

A lire aussi : Césars du Voyage Responsable : “Il y a une urgence à agir dans notre métier…”



Lu 1434 fois

Notez

Commentaires

1.Posté par Hervé le 23/05/2022 15:32 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
bonjour,
il est toujours positif de mettre en avant une initiative de ce genre qui va dans le sens du respect, de la préservation, de la protection de la faune sauvage à travers un discours adapté à chaque interlocuteur, qu'il soit client, réceptif, agence, et bien entendu aux villageois et tout autre acteur lié de près comme de la loin à la nature.
Un acteur de plus ne fera pas de mal; plus nous serons nombreux, plus notre message sera diffusé et compris.
Avec sa charte du voyageur "savoir pour comprendre, comprendre pour protéger" créée en 1992 avec la collaboration du WWF France, et son approche éthique du voyage en milieu naturel Objectif Nature peut être considéré comme un pionnier en la matière.

bonne chance !
cordialement

Hervé
Dirigeant d'Objectif Nature

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Tous les commentaires discourtois, injurieux ou diffamatoires seront aussitôt supprimés par le modérateur.
Signaler un abus






































TourMaG.com
  • Snapchat
  • Instagram
  • Twitter
  • Facebook
  • YouTube
  • LinkedIn
  • GooglePlay
  • appstore
  • Google News
  • Nos Médias
  • DMCmag
  • Brochures en ligne
  •  La Travel Tech
  • Welcome To The Travel
  • AirMaG
  • Futuroscopie
  • CruiseMaG
  • Voyages Responsables
  • #PartezEnOutreMer
  • Partez en France
  • TravelManagerMaG
 
Site certifié ACPM, le tiers de confiance - la valeur des médias