TourMaG.com, 1er journal des professionnels du tourisme francophone


La case de l’Oncle Dom : Contrôleurs aériens en grève ? La grande arnaque...

L'édito de Dominique Gobert



Il est temps que cette année 2019 se termine. Particulièrement pour notre secteur qui aura brillé, si l’on peut dire, sous les feux de l’actualité : faillites en cascade et maintenant cette grève qui n’en finit pas… A tort, à raison, peu importe, encore que certains feraient mieux de la fermer…


Rédigé par le Mardi 17 Décembre 2019

Il y a quand même un problème, scandaleux à mon sens, celui des contrôleurs aériens, ces « nantis » de l’aviation civile, qui, réforme des retraites ou pas, toucheront de quoi faire baver d’envie les salariés toutes catégories confondues ! - DR : DepositPhotos, PierreOlivier
Il y a quand même un problème, scandaleux à mon sens, celui des contrôleurs aériens, ces « nantis » de l’aviation civile, qui, réforme des retraites ou pas, toucheront de quoi faire baver d’envie les salariés toutes catégories confondues ! - DR : DepositPhotos, PierreOlivier
Bon, je ne sais pas vous, mais nous, dans la capitale, et je suppose dans bon nombre de villes en France, on marche.

On marche même que c’en est quasiment du marathon tous les jours et que même prendre un Uber (je ne parle pas d’un taco), faut pratiquement avoir gagné au loto pour se le payer !

Et j’imagine que dans vos agences, c’est loin d’être la panacée, d’autant que malgré les accords signés récemment avec la SNCF, c’est loin d’être gagné pour les grands départs de ces fêtes de fin d'année… qui risquent de devenir un cauchemar.

Pas question pour moi ici de revenir sur cette grève, d’autant que je n’ai pas encore vraiment compris toutes les subtilités de la future réforme. Et peut-être Super Mario Martinez pleure-t-il avant d’avoir mal… Mal qui, de toutes façons est déjà fait !

En revanche, il y a quand même un problème, scandaleux à mon sens : c'est celui des contrôleurs aériens, ces « nantis » de l’aviation civile, qui, réforme des retraites ou pas, toucheront de quoi faire baver les salariés toutes catégories confondues !

Et la Fédération Nationale de l’Aviation Marchande, plus communément appelée FNAM, aura beau s’insurger, rien n’y fera : ces messieurs-dames, après avoir perturbé le trafic aérien français la semaine dernière, ont encore remis ça hier… et il n’est pas impossible que le mouvement reprenne de la vigueur lors des départs en vacances.

On ne sait d’ailleurs pas trop pourquoi ces gens là ont décidé une nouvelle journée d’action ?

Ce qui me rappelle cette excellente citation de Coluche, qui disait : « les syndicalistes ont tellement l’habitude de ne rien faire que lorsqu’ils font grève, ils appellent ça une journée d’action » !

On ne peut mieux dire, particulièrement pour cette catégorie qui travaille à petite dose (même si l’attention est intense, certes, mais faut pas exagérer quand même, le contrôle aérien a évolué depuis Mermoz), et touche au minimum 6 000€ nets mensuels, sans compter primes et autres gracieusetés !

Mais, comme le pavillon aérien français se porte de mieux en mieux (cf. Aigle Azur ou XL Airways), tout est bon pour l’affaiblir encore un peu plus. Ii aura fallu pour la seconde fois ce mois-ci, que les compagnies aériennes opérant sur la France, réduisent leurs vols d’environ 20% !

Le mieux, particulièrement pour vous distributeurs, qui aurez eu le malheur de vendre un billet sur un vol « annulé », c’est que vos passagers n’auront droit à aucune indemnisation.

Je cite le communiqué de la FNAM : "les passagers concernés par une grève des contrôleurs aériens ne peuvent pas toujours prétendre à une indemnisation ou un à remboursement...

En cas de grève des contrôleurs aériens comme celle prévue ce 17 décembre 2019, vous pourrez prétendre à une indemnisation si vous avez été informé de l'annulation de votre vol moins de 14 jours avant le départ ou si votre vol a atterri avec plus de 3 heures de retard à destination finale
".

Et voilà, servez chaud, c’est du grand foutage de tronche, pour rester politiquement correct.

Dominique Gobert - DR
Dominique Gobert - DR
Tiens et pour finir, en parlant de foutage de tronche, j’ai une petite pensée pour tous ces malheureux salariés éclopés de Thomas Cook France qui vont surement passer un joyeux Noël.

Malgré encore une fois la Loi, ils ont reçu une belle missive, leur expliquant que le salaire du 1er au 15 décembre leur était payé le 20 décembre.

Pour le reste des rémunérations, faudra attendre (au mieux) la mi-février. Avec cette petite phrase charmante que je cite : « nous avons conscience des difficultés que cela va engendrer pour certains d’entre vous mais nous n’avons malheureusement pas d’autre solution.

Nous vous invitons donc à être extrêmement vigilants quant à votre trésorerie personnelle dans les prochaines semaines, car vous ne percevrez aucune rémunération entre le 20/12 et le 15/02 environ
» !

Emballez c'est pesé et... Joyeuses fêtes !

Dominique Gobert Publié par Dominique Gobert Editorialiste - TourMaG.com
Voir tous les articles de Dominique Gobert
  • picto email

Lu 4980 fois

Notez



1.Posté par SERGE13 le 18/12/2019 07:44 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Bravo à vous. Moi j'aurais osé, j'aurais parlé de chouchou de la république, et d'une bande de bras cassés, qui malgré qu'ils soient en poste, ont permis aux compagnies aériennes d'avoir plus d'une heure de retard, poussant certaines à annuler des vols qui étaient prévus à la base.
Un pur scandale ces gens.
J'aimerais juste en rencontrer un qui partirait en vacances, le bloquant à l'aéroport pour qu'il ne puisse pas prendre son vol.
Je m'éclaterais….
Super votre article.

2.Posté par Jbl le 18/12/2019 07:59 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
D'accord donc maintenant on publie des articles sans aucun argumentaire, aucun chiffre, aucune documentation, aucun recul.. On donne simplement son avis, comme un simple twitt de hater...

3.Posté par Azerty le 18/12/2019 10:07 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Bonjour, les chiffres donnés sur les salaires notamment sont faux. Il me semble 5k net en moyenne prime comprise et les salaires varient beaucoup selon les secteurs et le nombre d'avions à gérer en simultané , les responsabilités prises (une erreur et c'est quand même pas mal de morts), etc., à noter que les primes comprennent aussi le travail de nuit (les avions ne volent pas que le jour), jours fériés etc.

4.Posté par Lenordic le 18/12/2019 12:32 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
"une erreur et c'est quand même pas mal de morts"...
Oui enfin, des erreurs, ils en font tout les jours, et ça ne tue personne ! Le controleur n'est pas omniscient, loin de là, et heureusement pour nous ! Quand il se trompe, ce qu'il fait constamment en tant qu'humain, l'autre homme corrige (pilote), et si lui se trompe aussi, la machine alerte (soit à la tour, soit dans l'avion...) D'ailleurs, lorsque ce dernier cas arrive, le pilote suit les ordres de l'avion, irrespectivement de ce que lui dit le controleur ! (cf crash d'Überlingen)
Alors non, le controleur n'est pas dieu tout puissant, et justifier son traitement en mettant en avant son infaillibilité relève de la fumisterie. En suivant le même résonnement, les opérateurs de centrales nucléaires devraient tous être multi-milliardaires et en retraite à 25 ans...

5.Posté par redbar le 18/12/2019 15:41 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Tout d’abord, merci de nous rappeler la citation de Coluche. Il avait tellement raison! Permettez-moi cependant d’apporter un correctif aux prétentions de la FNAM. Une grève ne constitue pas une circonstance extraordinaire susceptible de dispenser un transporteur des indemnisation EU 261/2004, dans la mesure où un préavis a été déposé. Il appartient aux transporteurs de prendre leurs dispositions un fois avisés du préavis. Par contre une grève sauvage est considérée comme une circonstance extraordinaire. Bien sûr la FNAM communique aux intérêts de ses adhérents : les compagnies aériennes…

6.Posté par Babe le 18/12/2019 19:12 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
"Le SNCTA, syndicat majoritaire des contrôleurs aériens, n’appelle pas à la grève les 5, 6 et 7 décembre contre la réforme des retraites" extrait d'un communiqué du dit syndicat début décembre.... Mais ça, la chère confédération qui monopolise les écrans préfère que ça ne se sache pas !!!!

7.Posté par Yvon Chalayer le 18/12/2019 22:51 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Du n'importe quoi à croire que ce genre d'accusation est téléguidée par le pouvoir en place pour mieux diviser les travailleurs de ce pays.
Il est évident que l'accusateur ignore tout du contrôle aérien et que sa seule motivation repose sur des convocations sociétales libérales.

8.Posté par Bobi le 19/12/2019 09:17 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Concernant les salaires des contrôleur s sur un terrain comme CDG/ Lyon/ ou Nice ce serait plutôt 8000 € primes incluses. Et comme les primes sont importantes un contrôleur qui part à la retraite à 57 ans touchera l'intégralité de son salaire pendant 10 ans. Oui ils font des nuits mais jamais seuls et le
temps de travail hebdomadaire est de 25h. Alors leurs grèves sont souvent mal acceptées.

9.Posté par Marie le 19/12/2019 21:58 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Le propre d'un journaliste c'est de manier l'art de rapporter l'information dans sa plus grande neutralité, pour que ses lecteurs puissent se forger leur propre opinion. Malheureusement, ici, la neutralité n'est respectée ni sur le fond, ni sur la forme. Je conçois qu'il s'agisse d'un article engagé, mais néanmoins aucun commentaire (car il s'agit de commentaires personnels et non d'arguments) est appuyé par des chiffres ou par des exemples concrets. Et cela profite au sensationnalisme, comme il en est la mode.

Bien sûr, en tant qu'usagers de tous les moyens de transports qui connaissent des grèves (avions, trains...) nous connaissons tous ces désagréments, qu'ils s'agissent d'annulations ou de retards, notamment fortement impactant pour les départs en vacances. Mais est-il aussi simple de lancer la faute sur ces gens qui font grève ? Pourquoi font-ils grève ? Quelles sont les revendications ?
Ce sont des questions qu'un journaliste peut et doit se poser et auxquelles, après son travail de recherche, il doit être en mesure de pouvoir y répondre. Et autant vous dire que cet article ne répond à aucune de ces questions.

Pour clarifier le plus rapidement possible quelques points totalement faux de cet article :

- Du travail "à petit dose" : les contrôleurs aériens ont tous un diplôme d'ingénieur (sélection difficile sur concours en entrée après math sup-math spé), suivi d'une qualification directement sur leur futur site de travail de 2 à 5 ans. Dans certains endroits, les contrôleurs font ainsi 10 ans d'études afin d'être complètement qualifié. Les contrôleurs peuvent travailler de jour, de nuit, les week-end, les jours fériés. A vous maintenant de juger si vous considérez ce parcours et ce métier comme un travail "à petite dose".

-Le contrôle aérien a évolué depuis Mermoz : Bien évidemment, et heureusement quand on voit à quel point la sécurité de l'aéronautique a augmenté. Avec ces changements, il est bon de noter une croissance des vols exponentielle qui continue sans cesse. Sauf que les contrôleurs aériens disposent d'outils de travail anciens, et la modernisation tarde à arriver par souci de réduction de coûts. Or, on ne peut pas contrôler le trafic aérien de la même façon quand la quantité de trafic a été décuplée. Alors quand les contrôleurs défendent leurs conditions de travail, ils défendent aussi notre sécurité à tous, en tant que passagers.

Je passerai sur les trop nombreuses autres inepties pointées totalement aléatoirement par cet article. Non, le trafic ne sera pas réduit suite à la faillite de deux ou trois compagnies, car leurs créneaux sont repris par d'autres compagnies en expansion (on parle d'ailleurs de "SLOT"). Non, les grèves des contrôleurs n'ont pas raison de la santé des compagnies aériennes, qui rencontrent des difficultés face à la concurrence déloyale des certaines compagnies aériennes low cost bien connues basées à l'étranger. Non, la grande majorité des retards n'est pas dû au contrôle aérien (moins de 20%...), mais aux compagnies aériennes, à la météorologie...

Pour note, la SNCTA a émis il y a quelques semaine une lettre dénonçant une pratique de certaines compagnies aériennes qui tendaient à dire à leurs passagers que le retard était lié au contrôle aérien (car cela ne donne pas lieu à des indemnités), alors que les véritables raisons du retard étaient dues à ces compagnies.

Enfin, les contrôleurs aériens ne sont évidemment pas parfaits : ils pourraient mieux communiquer sur les raisons et motivations de leurs grèves, ce qui manque. Mais n'oubliez pas qu'ils exercent un métier de haute exigence pour permettre aux équipages, à tous les autres corps de métier avec qui y sont en contact, et aux voyageurs, une sécurité sans faille.

En espérant que ces arguments vous pousseront à vous forgez votre propre opinion sur des mouvements et des revendications qui concernent non seulement des employés de l'industrie aéronautique mais également tous ses usagers, et ne pas s'arrêter à un article vide de sens et d'argument, d'une personne qui pour sûr, n'a pas pris de temps de lire un seul article sur le sujet avant de se lancer dans cet écrit vulgaire et faux.

10.Posté par Jean-Michel Avion le 19/12/2019 22:04 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Quel article désolant... truffé de non-vérités, contresens et raccourcis! L’argumentation, déplorable, est digne d’un élève de troisième en stage d’observation. J’espère sérieusement que c’est du bénévolat... si quelqu’un a été payé pour pondre ce fumier alors je demande à ce qu’on double le salaire des contrôleurs! D’ailleurs vous le dites vous même : vous ne comprenez rien...

Premièrement le premier syndicat des contrôleurs, le SNCTA, n’a pas appelé à la grève. D’ailleurs les contrôleurs se battent pour reculer l’âge de leur retraite, celle ci étant aussi régulées de par ailleurs (Europe, OACI). Le salaire des contrôleurs est essentiellement constitué de primes qui ne rentrent pas en compte dans le calcul de la retraite. La retraite des contrôleurs dans son état actuelle est extrêmement maigre et bien trop souvent partielle. De plus l’âge de départ obligatoire est de 59ans et pas 57ans. Je vous invite à relire un peu les lois avant d’écrire des articles délirants.

Ensuite, 6000€net minimum? Encore un délire, les contrôleurs étant des fonctionnaires de l’État vous pouvez trouvez en ligne l’intégralité des grilles salariales indiciaires et indemnitaires(primes) et constater par vous même que tout les contrôleurs sont LOIN de toucher 6000€ par mois. Les français sont parmis les moins bien payés d’Europe.

Le trafic aérien EXPLOSE depuis plusieurs années, le nombre de contrôleurs reste le même. Les dépôts de bilan de XL et aigle azur n’ont aucun rapport, mais alors aucun rapport avec le contrôle aérien. Pensez vous vraiment que la perte de ces deux micro flottes compense l’expansion sur tous les aérodromes français de compagnies low-cost, la multiplication des lignes. l’émergence de nouvelles compagnies et le pied au plancher des "grosses compagnies"? Encore un délire.

Les particuliers sont évidement remboursés quand leur vol est annulé ou retardé. D’ailleurs c’est exactement ce que dit votre citation...

Thomas Cook, je passe car absolument aucun rapport.

La comparaison avec la SNCF est ridicule, le contrôleurs aérien est un service rendu par la DGAC, à des compagnies privés. Le secteur aéronautique ne s’est jamais porté aussi bien. Les comptes de la DGAC sont au vert très foncé. Les revendications des contrôleurs sont complètement différentes de celle des cheminots. Seul point commun : le secteur transport.

D’ailleurs le contrôle aérien français a du mal à recruter, le concours d’admission est en constante évolution depuis quelque années... sérieux manque de candidatures etc... donc j’invite tout les râleurs à se présenter vu que c’est visiblement un job de rêve!

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Tous les commentaires discourtois, injurieux ou diffamatoires seront aussitôt supprimés par le modérateur.



Dernière heure
















TourMaG Travel Media Group Légal Utiles
Emploi
AirMaG
CruiseMaG
CampingMaG
La Travel Tech
Partez en France
Voyages Responsables
Businesstrips
Brochuresenligne.com
DMCmag.com
MyEventStory.com
Signaler un contenu illicite
Plan du site
RGPD
Contact
Publicité
La presse en parle

Tourmag Travel Media Group
Le groupe TourMaG Travel Media Group publie également :
Businesstrips, application mobile pour les voyageurs d'affaires; Brochuresenligne.com, 1er portail de brochures électroniques de voyages; DMCmag.com, 1er portail Destination Management Companies et MyEventStory.com, créateur d'émotions.

AirMaG Brochures en ligne CampingMaG CruiseMaG DMCmag
La Travel Tech Partez en France TourMaG Voyages Responsables Welcome to the travel