TourMaG.com, 1er journal des professionnels du tourisme francophone


Thomas Cook : les salariés repris auront-ils droit au 13e mois ?

Après la bataille pour les clients, celle pour les droits sociaux



La lente agonie des désormais "ex-salariés" de Thomas Cook semble sans fin. Depuis le début de la semaine, le standard de TourMaG.com a croulé sous les appels d'anciens salariés désabusés par une gestion de la faillite plus que floue. Le dernier combat de ces "ex" étant de savoir quand et s'ils recevront leur 13e mois, mais aussi les primes.


Rédigé par le Jeudi 19 Décembre 2019

Après 3 mois, la détresse des salariés se cristallise dans le paiement du 13e mois - Crédit photo : CE
Après 3 mois, la détresse des salariés se cristallise dans le paiement du 13e mois - Crédit photo : CE
"Nous buvons le calice jusqu'à la lie", nous soufflait dernièrement un responsable de Thomas Cook, pour résumer la situation actuelle.

Il faut savoir que depuis trois mois rien n'a été épargné aux petites mains du réseau, de l'espoir d'une reprise à la désillusion.

Ils ont l'impression d'avoir été abandonnés sur un radeau à la dérive, malheureusement la terre ne semble pas encore en vue pour tous.

"On ne nous épargnera rien. Tout est flou. Par exemple, nous ne savons pas quand et si nous toucherons notre 13e mois," nous confie une agent de voyages ayant préféré garder l'anonymat.

Alors que Thomas Cook payait cette prime entre le 10 et le 15 décembre, ce vendredi 20 décembre 2019, les comptes ne laissaient apparaître aucun virement. Cette incertitude cristallise tout le désespoir de salariés à bout de nerfs.

Malgré les appels auprès de l'Association pour la gestion du régime de Garantie des créances des Salariés (AGS), du mandataire et de l'administrateur judiciaire, aucune réponse claire ne leur a été fournie.

"Bien souvent nos mails et appels restent sans réponse." Nous en avons fait les frais, après quelques jours accrochés à nos smartphones.

De numéro en numéro, les téléphones sonnent dans le vide et les réponses sont données dans le vague.

Le virement du 13e mois en faveur des salariés licenciés sera effectué ce jour

Face à ce manque ou cette absence de communication, les rumeurs vont bon train. La dernière en date : l'AGS bloquerait le virement de la fameuse prime de fin d'année.

Du côté de l'association, la surprise est de mise. D'après nos informations, l'AGS a bien reçu, entre le 18 et le 19 décembre 2019, des demandes d'avance mentionnant les créances sur les frais professionnels, la prime de 13e mois des 301 salariés dont le licenciement est en cours, les salaires du 1er au 15 décembre de ces 301 salariés.

Le montant porté sur les relevés s'élève à plus de 1,2 million d'euros. Le virement sera effectué ce vendredi 20 décembre 2019, au profit du mandataire judiciaire alors en charge de reverser les fonds aux salariés au plus vite.

Si les salariés licenciés voient enfin le bout du tunnel sur le versement de la prime, la situation est tout autre pour ceux qui ont été repris.

"Entre anciens de Thomas Cook, nous échangeons souvent. Parmi les salariés repris, beaucoup nous disent que les repreneurs ne veulent pas payer le 13e mois," explique un ex-responsable.

Du côté de Salaün, la direction étudie le dossier en ce moment même.

Une vision différente entre l’administrateur judiciaire et les repreneurs

Idem du côté du groupe Le Vacon. Pour Alain Hamon, président du groupe, la question du 13e mois se pose.

"Le 13e mois est dû aux salariés et ils l'auront. Sauf qu'il y a une vision différente entre l’administrateur judiciaire (AJ) et nous les repreneurs. Nous avons repris au 1er décembre et nous estimons que l'AJ leur doit 11 mois."

Le repreneur s'appuie sur un accord salarial de Thomas Cook stipulant que tout salarié quittant l'entreprise verra son 13e mois payé au prorata du temps passé au sein des équipes de Thomas Cook.

Une vision partagée aussi par Havas Voyages et qui a été aussi expliquée aux nouveaux employés du Groupe Marietton Développement lors d'une réunion, ce mercredi, pour leur présenter la feuille de route des prochaines semaines.

Sauf que pendant ce temps, l'AJ enjoint les repreneurs à payer la totalité.

Pour régler au plus vite le problème, "nous avons demandé au Tribunal de Commerce de nous apporter une réponse sur ce point. En espérant qu'elle interviendra rapidement, mais nous n'en savons pas plus," explique Alain Hamon.

La réponse du Tribunal de Commerce, que nous avons appelé, est plus que surprenante.

"Votre question est trop technique pour vous répondre, veuillez vous référer au jugement," expédie une personne de l'instance.

Bien évidemment, le document de 149 pages n'aborde que partiellement le volet social des salariés.

Après des dizaines de coups de téléphone, l'exaspération ressentie par les salariés est facilement imaginable.

Les repreneurs demandent au Tribunal de statuer

La tension est telle qu'une ancienne employée de Thomas Cook menace même d'entamer une grève de la faim non pas pour avoir son dû, mais simplement une réponse.

Si ce cas paraît extrême, cette prime cristallise tout simplement l'agacement de salariés épuisés par une procédure de liquidation sans fin et qui vivent mal une chute improbable.

"Il ne faut pas oublier que dans le tourisme et à Thomas Cook plus précisément, il y a beaucoup de familles monoparentales. Il y a une grande détresse financière et psychologique," nous rapporte l'ancien responsable.

Alors que les fêtes de fin d'année se rapprochent, la direction a délivré début décembre ce message : "nous vous invitons à être extrêmement vigilants sur vos économies."

Une gestion en bon père de famille qui aurait pu inspirer la direction du voyagiste au Royaume-Uni, mais là n'est pas le sujet.

Pour trancher, nous avons appelé Maître Eric Rocheblave, avocat spécialisé dans le droit du travail. Sa réponse ne laisse aucune place au doute.

"De façon générale, quand une entreprise succède à une autre, il y a une continuité. Ainsi, les créances que les salariés pouvaient avoir avec l'ancien employeur se transmettent au repreneur.

Ainsi, que ce soit les primes de fin d'année ou le 13e mois, tout doit être payé par les réseaux de distribution ayant repris les points de vente,"
nous explique t-il.

La désillusion des repris ?

L'écho est le même pour François Piot, le dirigeant de Prêt-à-Partir.

"Selon moi, il n'y a pas de sujet, car imposé par la loi. Après je n'ai repris que 5 agences, donc la donne n'est pas la même par rapport à ceux qui en ont repris 60."

Si actuellement le paiement est bloqué par de nombreux repreneurs, la situation pourrait bien se répéter par la suite sur le cas des Primes Smart.

Surtout que dans le même temps, les dossiers RH des salariés sont arrivés incomplets, les nouveaux employeurs sont alors incapables de les calculer.

"S'il y a bien quelque chose que nous ne pouvons pas retirer à Nicolas Delord, ce sont nos conditions salariales," nous confie l'ancien responsable.

En plus du 13e mois, des tickets-restaurants, les salariés bénéficiaient de primes pouvant dépasser les 3 500 euros par vendeur.

"Ils étaient jusqu'à peu, très très bien payés chez Thomas Cook. Il y a des primes qui ne correspondent pas à la réalité du marché et d'agences qui n'ont plus aucune activité depuis de nombreuses semaines," ajoute François Piot.

Ce n'est pas tout. Si les repreneurs freinent des quatre fers sur la question du 13e mois, c'est aussi pour éviter une fronde sociale de leurs équipes exigeant le même traitement.

Et l'avocat de conclure : "c'est une situation habituelle en cas d'absorption. Dans les entreprises perdurent alors différents statuts. L'inégalité ne peut pas perdurer, il va falloir un accord d'entreprise pour gérer ces cas."

Pour régler ces problèmes, le dialogue est plus que nécessaire, surtout que les repreneurs se retrouvent avec des salariés à fleur de peau.

"Il y a une grande désillusion pas seulement pour les salariés licenciés, mais aussi chez les repris", analyse une ancienne salariée.

Le feuilleton Thomas Cook n'est malheureusement pas près de se refermer pour la profession et les anciens salariés du numéro deux du voyage mondial.

Romain Pommier Publié par Romain Pommier Journaliste - TourMaG.com
Voir tous les articles de Romain Pommier
  • picto Facebook
  • picto Linkedin
  • picto email

Lu 5683 fois

Notez



1.Posté par PALPACUER le 20/12/2019 09:01 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Pour aider, les salariés Thomas Cook, laissés sur la touche, notre entreprise familiale VOYAGES CHRISTINE à NICE est prête à embaucher en CDI au 01/01/2020, un conseiller voyages expérimenté(pas besoin de connaissance en billetterie) avec un 13ème mois + intéressement

Vous pouvez envoyer CV à voyages.christine@orange.fr

Voilà notre proposition

2.Posté par Difficile le 20/12/2019 23:49 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Je suis non repris, on nous a demandé de tenir financierement jusqu'à mi-février... le temps va être long... et quand on est seul avec des enfants, comment fait-on?

3.Posté par PALPACUER le 21/12/2019 13:20 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
C'est curieux : aucune candidature, alors, ce ne doit pas être si catastrophique?????

4.Posté par Valerie le 22/12/2019 07:22 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Eh bien voyage Christine...
Vu votre dernier message c est sûr que vous allez donner envie la !!
Quelle impatience et quel mépris !

5.Posté par Coco le 22/12/2019 14:24 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
PALPACUER, votre dernier message est malvenu et deplacé!!!!

6.Posté par PALPACUER le 22/12/2019 22:25 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Je ne pensais blesser personne. Et si tel est le cas, je m'en excuse.

Mais simplement faire part de mon étonnement de n'avoir reçu aucune candidature, c'est tout aussi simple, surtout devant tant d'inquiétude relatée dans l'article

Sans rancune et notre offre est toujours d'actualité.

Bonnes fêtes de fin d'année

Bien à vous.

7.Posté par Manon le 23/12/2019 10:33 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Pas de 13eme mois pour les ex salariés des agences ... qu’en est-il du personnel à destination ? Les animateurs, les représentans... tous les salariés de IDM. Si la réponse intéresse quelqu’un, je serais ravie de vous répondre. Il semblerait qu’on ait aussi été légèrement oubliés dans cette histoire ...

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Tous les commentaires discourtois, injurieux ou diffamatoires seront aussitôt supprimés par le modérateur.

Dans la même rubrique :
< >



QUARTIER LIBRE
vous offre

Dernière heure
















TourMaG Travel Media Group Légal Utiles
Emploi
AirMaG
La Travel Tech
Voyages Responsables
Businesstrips
Brochuresenligne.com
DMCmag.com
MyEventStory.com
Signaler un contenu illicite
Plan du site
RGPD
Contact
Publicité
La presse en parle

Tourmag Travel Media Group
Le groupe TourMaG Travel Media Group publie également :
Businesstrips, application mobile pour les voyageurs d'affaires; Brochuresenligne.com, 1er portail de brochures électroniques de voyages; DMCmag.com, 1er portail Destination Management Companies et MyEventStory.com, créateur d'émotions.

TourMaG.com DMCmag.com La Travel Tech Brochuresenligne.com BusinessTrips