TourMaG.com, 1er journal des professionnels du tourisme francophone


Une chaîne de villages-vacances Verdié ? "C'est en réflexion" selon Yves Verdié

Interview d'Yves Verdié, le PDG de Verdié Voyages



La reprise est plutôt bonne, même supérieure à ce qu'attendaient certains professionnels du voyage. Du côté de Rodez, les avoirs se transforment en départs et des nouvelles réservations sont effectuées chaque jour. Le sourire revient sur le visage d'Yves Verdié le PDG de Verdié Voyages, aussi parce que son village vacances fera le plein une nouvelle fois cet été. De quoi donner des idées au Ruthénois de lancer sa propre chaine ? C'est une idée qui n'est pas écartée par Yves Verdié, comme bien d'autres.


Rédigé par le Mercredi 23 Juin 2021

Vendre la France : "être unique intermédiaire c'est compliqué, nous voulons maitriser les concepts que nous vendons" selon Yves Verdié - DR
Vendre la France : "être unique intermédiaire c'est compliqué, nous voulons maitriser les concepts que nous vendons" selon Yves Verdié - DR
TourMaG.com - Les agences ont repris depuis le 19 mai 2021, comment estimez-vous cette reprise ?

Yves Verdié :
Il y a des commandes, nous sommes en phase avec notre plan de reprise imaginé en avril dernier.

Nous estimons que la reprise sera meilleure à l'automne que pour cet été, car il y a encore beaucoup trop d'incertitudes et de flou. Des informations ont été suffisamment contenues, pour que la grande majorité des Français reste en France cet été.

Je pense qu'il y a eu un certain flou entretenu durant ces derniers mois, pour que l'objectif final soit que les Français restent en France. Sauf 4e vague, la rentrée de septembre sonnera vraiment la reprise des agences de voyages.

TourMaG.com - Où en êtes-vous par rapport à 2019 ?

Yves Verdié :
Je peux vous dire que nous faisons plus qu'en juin 2019, tout simplement qu'à cette période nous avions enregistré une bonne partie des ventes de l'année.

Il est possible de faire dire tout est n'importe quoi aux chiffres.

Ce que je peux vous dire c'est que nous traitons les avoirs des clients, nous les reportons et qu'il y a des ventes régulières. La dynamique est positive depuis la fin mai, ça redémarre.

Verdié Voyages : "la reprise est liée à une inertie propre au redémarrage... c'est compliqué"

TourMaG.com - Vous attendez-vous à un été 2021 meilleur que celui de l'année dernière ?

Yves Verdié :
Lors de l'été 2020, nous n'avons pratiquement rien fait, donc fatalement il sera meilleur.

Après, il ne faut pas s'attendre à un super été 2021, c'est encore très compliqué de planifier des vacances.

Les principaux actifs ont pu se vacciner librement à partir de la mi-juin, étant donné qu'il faut 3 semaines entre les deux doses, et 14 jours pour être entièrement vacciné, donc vous arrivez rapidement à la mi-août.

Cela a été fait pour empêcher les gens de partir, c'est comme ça. Dans le même temps, vous avez des tests PCR très chers et des contraintes mouvantes. A l'automne ces questions seront derrière nous, espérons-le.

Il est impossible que nous passions de 0 à 100 du jour au lendemain, ce sera une reprise par paliers. Vous savez aujourd'hui des prestataires ne répondent pas ou qui n'existent plus.

C'est un peu la galère, encore en ce moment, tout n'est pas en route.

TourMaG.com - Donc c'est un peu le chaos dont tout le monde parlait après autant de mois de fermeture...

Yves Verdié :
Le mot est peut-être un peu fort, mais la reprise est liée à une inertie propre au redémarrage.

Nous parlons là des plans de vol, avec les annulations et modifications de dernières minutes. Nous cherchons continuellement des solutions, pour le transport ou l'hébergement.

Le travail des agents de voyages est beaucoup plus compliqué et long.

Yves Verdié : "Notre objectif reste d'atteindre l'équilibre en 2022"

TourMaG.com - Cette reprise, même si elle est encore loin des volumes habituels, permet-elle de se rapprocher de l'équilibre financier pour les agences de voyages ?

Yves Verdié :
Non, nous sommes encore loin.

Nous vendons de l'automne et de l'été, mais nous sommes en décalage. Tout l'été actuel n'a pas été vendu dans les mois précédents.

Les gens achètent pour l'automne ou pour 2022, donc notre travail ne se concrétisera qu'à cette période, pas avant. Il y a un décalage entre le moment où nous vendons et le moment où le client part, notre objectif reste d'atteindre l'équilibre en 2022.

Nous ne sommes pas du tout dans les niveaux habituels, car depuis un an, nous n'avons pas beaucoup vendu. Les gros budgets se réservent entre 6 et 12 mois à l'avance, nous n'avons pas cette manne.

Pour nous, 2021 sera une année de pertes. Il est impossible de récupérer l'activité de l'année sur 3 ou 4 mois. il y a plus qu'un frémissement, réjouissons-nous de ce que nous avons.

L'automne sera un révélateur de la saison 2022 et de l'avenir.

TourMaG.com - Sur le sujet des avoirs, en avez-vous écoulé ?

Yves Verdié :
Les gens utilisent beaucoup les avoirs pour réserver de nouveaux voyages.

Si nous convertissons tous nos avoirs, nous ferons quasiment la moitié de nos objectifs de l'année 2022. En mars 2019, nous avions engrangé environ 40% de nos ventes.

Il y a un vrai challenge à la réalisation de la conversion des avoirs. Le message passe bien auprès des clients, c'est une bonne chose. Ils savent que l'argent est en sureté, ils nous font confiance.

France : "être unique intermédiaire c'est compliqué, nous voulons maitriser les concepts que nous vendons"

TourMaG.com - L'année dernière vous aviez repris un village-vacances à Rodez. Comment s'annonce la saison ?

Yves Verdié :
Il fonctionne très fort, il va faire le plein cet été.

TourMaG.com - Pensez-vous lancer une chaîne de villages vacances ?

Yves Verdié :
Je ne sais pas, mais ça nous inspire, nous y réfléchissons.

C'est intéressant, après nous ne savons pas si c'est un effet d'aubaine, par rapport à la situation. Je ne sais pas si le retour à la nature va durer, car il se trouve dans un parc de 100 hectares, mais nous imaginons de nouveau un super projet.

TourMaG.com - Vous allez réaménager le site ?

Yves Verdié :
Plus que d'améliorer, nous voulons créer tout un concept autour du projet.

Nous voudrions en faire un site en pleine nature, pour découvrir tout l'Aveyron et son patrimoine très riche.

Nous avons dans un rayon de 60km énormément de sites remarquables, entre les plus beaux villages de France, le viaduc de Millau, les gorges du Tarn, l'Aubrac, etc.

Nous concevons le voyage comme une expérience, ce projet s'inscrit dedans aussi.

TourMaG.com - Regardez-vous ailleurs pour reprendre d'autres villages vacances ?

Yves Verdié :
C'est en réflexion.

Le succès de l'été dernier, mais aussi celui qui s'annonce, nous conforte dans l'idée. Je pense que pour vendre la France, il faut maîtriser le concept que nous voulons commercialiser.

Etre uniquement intermédiaire, c'est toujours très compliqué par les temps qui courent.

TourMaG.com - Si je comprends bien, vous aimeriez à terme avoir une offre Verdié Voyages en France, pour permettre à votre réseau de mieux distribuer l'Hexagone ?

Yves Verdié :
Exactement, nous voulons vendre des expériences de vacances, des hébergements dans la nature, visiter un site d'une façon insolite... Voici tout ce que nous voulons maîtriser.

En étant son propre hébergeur, c'est plus facile. Les clients sont à la recherche de plus d'authenticité, de nature et de patrimoine, après à nous de répondre à cette demande.


Nous devons trouver des raisons pour les embarquer avec nous.

"Quand vous n'avez plus qu'un prix à vendre, alors vous n'avez plus rien à vendre"

TourMaG.com - Et avez-vous adapté dans le même temps, votre offre touristique dans les agences ?

Yves Verdié :
Nous avons beaucoup enrichi notre gamme de voyages, avec du contenu. Nous cherchons toujours des programmes différenciant, des thématiques que les autres ne font pas.

Nous ne proposons pas des voyages à travers un prix, mais à travers un contenu. Il faut que le voyage ait un intérêt et du sens.

Le client quand il revient, il a appris quelque chose, vécu quelque chose, une émotion. Quand vous n'avez plus qu'un prix à vendre, alors vous n'avez plus rien à vendre.

Quand un restaurateur vous propose un menu à 25, demain il ne peut pas vous le descendre à 12 euros, c'est impossible. Il ne peut pas y avoir son savoir-faire.

Notre métier qui consiste à organiser des programmes et packager des prestations, nous ne pouvons pas tout enlever pour ne proposer qu'un petit prix. Notre valeur ajoutée est de trouver le bon compromis entre la créativité et ce que veut le marché.

Romain Pommier Publié par Romain Pommier Journaliste - TourMaG.com
Voir tous les articles de Romain Pommier
  • picto Facebook
  • picto Linkedin
  • picto email

Lu 2029 fois

Notez

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Tous les commentaires discourtois, injurieux ou diffamatoires seront aussitôt supprimés par le modérateur.
Signaler un abus






































TourMaG.com
  • Snapchat
  • Instagram
  • Twitter
  • Facebook
  • YouTube
  • LinkedIn
  • GooglePlay
  • appstore
  • TourMaG Travel Media Group
  • DMCmag
  • Brochures en ligne
  •  La Travel Tech
  • Welcome To The Travel
  • AirMaG
  • Futuroscopie
  • CruiseMaG
  • Voyages Responsables
  • #PartezEnOutreMer
  • Partez en France
  • MontagneMaG
  • TravelManagerMaG
  • Ditex
 
Site certifié ACPM, le tiers de confiance - la valeur des médias