TourMaG.com, le média spécialiste du tourisme francophone


Va y avoir du sport !

la représentativité du Snav mise à mal



Les JO viennent de s’achever en apothéose mais dans le secteur du tourisme c’est la course à l’échalote qui démarre. Un véritable marathon attend les agents de voyages qui voudraient, au lendemain du 1er avril 2005 (sacré poisson !), continuer à gagner leur vie en vendant de la billetterie aérienne.


Rédigé par Jean DA LUZ - redaction@tourmag.com le Dimanche 29 Août 2004

Autant dire que ce ne sera pas facile, compte tenu des enjeux que représente un tel bouleversement. Fiscalement, le différend du taux de TVA (5,5%) accordé aux transporteurs est, en soi, un sacré obstacle à franchir.

Mais il n’est pas le seul : techniquement, les conditions de passage à la commission zéro (pour autant qu’il faille s’y résoudre CQFD), ne sont pas réunies aujourd’hui. Cette mutation est précipitée et irréfléchie et fait peur à toute la profession.

On en connaît les causes, mais on en ignore totalement les conséquences. Ne parlons pas de l’effet désastreux que cela risque de provoquer chez les consommateurs, déjà persuadés que les agences de voyages se « sucrent » sur leur dos…

Bref : si Air France veut jouer à l’apprenti sorcier, c’est son problème mais à condition de ne pas utiliser les agences de voyage comme « rat » de laboratoire. Aujourd’hui, il urge d’attendre. Il faut donc gagner du temps par tous les moyens.

Un désaveu cinglant pour le Snav ?

Comment ? En essayant de retarder dans la mesure du possible le démarrage de cette réforme, dont le seul mérite sera de paupériser un peu plus des agences qui ne roulent déjà pas sur l’or…

Suite au « chèque en blanc » accordé en juillet par le Snav à la Compagnie, une seule issue paraît désormais praticable : celle d’un recours européen. De manière plus ou moins explicite, certains Réseaux sont d’ores et déjà « partants », tels Level.com (agences en ligne), le CEDIV ou encore TourCom.

Sans spéculer sur les résultats, gageons que leur détermination pourrait donner à réfléchir à la Cie tricolore… et à toutes celles qui n’attendent que cela pour s’engouffrer dans la brèche !

Bien entendu, de telles actions seraient un désaveu cinglant pour le Snav, jusqu’ici réputé comme l’organisme représentatif de la profession.
Mais après la signature de l’accord entérinant la Commission Zéro, le rejet de TourCom, l’accueil mitigé d’Afat Voyages, la menace de démission d’Adriana Minchella, représentante des AGV indépendantes et le mécontentement général de la base… qui le Syndicat représente-t-il encore exactement ?

Lu 3111 fois
Notez

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Tous les commentaires discourtois, injurieux ou diffamatoires seront aussitôt supprimés par le modérateur.
Signaler un abus

Dans la même rubrique :
< >





































TourMaG.com
  • Snapchat
  • Instagram
  • Twitter
  • Facebook
  • YouTube
  • LinkedIn
  • GooglePlay
  • appstore
  • Google News
  • Nos Médias
  • DMCmag
  • Brochures en ligne
  •  La Travel Tech
  • Welcome To The Travel
  • AirMaG
  • Futuroscopie
  • CruiseMaG
  • Voyages Responsables
  • #PartezEnOutreMer
  • Partez en France
  • TravelManagerMaG
 
Site certifié ACPM, le tiers de confiance - la valeur des médias