TourMaG.com, 1er journal des professionnels du tourisme francophone
TourMaG.com, 1e



Y a-t-il trop de clubs de vacances sur le marché français ?

400 "vrais" clubs pour 1 300 en catalogue ?



Dans le tour-operating, les clubs de vacances ont le vent en poupe. Ils séduisent un public toujours plus large et attisent les convoitises des investisseurs, de plus en plus nombreux à se lancer sur le créneau. Pour des qualités souvent très inégales.


Rédigé par le Dimanche 13 Mai 2018

Les clubs ne sont pas nécessairement de trop, il y a juste un tri à faire sur le marché français - Crédit photo : TUI
Les clubs ne sont pas nécessairement de trop, il y a juste un tri à faire sur le marché français - Crédit photo : TUI
Kappa Club, Club Med, Marmara, Jet Tour, Coralia, Bravo Club…

L’opulence de club de vacances sur le marché français finirait-elle par nuire à la concurrence ? « Je ne sais pas s’il y a une surcapacité de clubs sur le marché français, mais en tout cas, la concurrence s’est accrue ces dernières années », remarque Patrice Caradec, ancien patron de Transat France maintenant à la tête d’Alpitour France, en marge de l’ouverture de son dernier club en Sardaigne, fin avril.

« Il est très difficile d’être rentable dans ces conditions », ajoute-t-il.

« Le club plait de plus en plus au grand public, c’est certain », confirme Hugues Defline, président de l’Association des clubs de vacances qualité garantie, passé auparavant chez Marmara et Thomas Cook.

Pour Jean-Pierre Nadir, à la tête du site Easyvoyage, « c’est le créneau qui marche le mieux sur le tour-operating ». « Le travail des tour-opérateurs a payé : une clientèle de plus en plus large vient passer ses vacances en club », confirme Hugues Defline, parlant des retraités ou des jeunes couples. « Il y en a énormément proposé au marché français : c’est la rançon du succès ! ».

Club ou « hôtel animé » ?

Mais ce constat doit de l’avis général être nuancé. « En fait, je dirais qu’il n’y a qu’environ « 400 » clubs dignes de ce nom sur le marché français », lance Jean-Pierre Nadir, à la tête d’Easyvoyage.

« Pourtant, il y a 1300 produits estampillés « clubs » proposés à la distribution, voir même plusieurs milliers d’établissements qui contiennent le mot « club » dans leur nom ».

« Pour moi, il n’y a pas de surcapacité sur le marché français », estime de son côté René-Marc Chikli, président du Syndicat des entreprises du tour-operating (Seto). « Mais il y a trop d’établissements qui se revendiquent clubs, alors qu’ils n’en ont pas du tout la carrure ».

« Si l’on prend les clubs normés à la Française, avec un engagement qualitatif fort, il n’y a pas forcément de sur-capacité. Si l’on prend tous les gens qui se réclament club, il y a sans doute une surabondance d’offre », précise Jean-Pierre Nadir. Pour Hugues Defline, « entre faire du club, et faire du « vrai » club, il y a un monde ! ».

Car tout le problème est là : aujourd’hui, tout un chacun peut se lancer sur le segment club, puisque la dénomination n’est soumise à aucune marque déposée. Entre hôtels proposant des services et vrais clubs disposant de grands moyens de spectacles et d’animations avec de grandes structures de coûts, la frontière n’est parfois pas évidente.

Un label pour « éduquer » le marché

C’est ce qu’avait poussé les représentants des plus grands tour-opérateurs français à lancer, en octobre dernier,  un label « club de vacances qualité garantie », décerné aux clubs qui remplissent des dizaines de critères, contrôlé conjointement par Easyvoyage et Vitales consulting.

« C’est tout l’objectif du label que nous avons lancé l’année dernière : répondre à la question « qu’est ce qu’un club de vacances ? » », explique Jean-Pierre Nadir. « Car il ne suffit pas de mettre le mot club sur sa façade pour en être un ! », ajoute-t-il. « Le label doit clarifier ce sujet, et définitif la notion qualitative d’un club », ajoute le président de l’association.

Près de six mois après sa création, ce label voulant « éduquer le marché français », d’après ses créateurs, a déjà été décerné à environ 200 établissements vendus aux Français.

Lu 2535 fois

Notez



1.Posté par Raouf Benslimane le 14/05/2018 09:23 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Ôclub concept d accueil et d animations exclusif copié mais qui ne sera jamais egalé car toujours proposé dans les meilleurs hôtels au meilleur prix de leur categorie!😘😘...pour s en convaincre participez et visitez les Ôclub aux Canaries durant le formatour organisé en partenariat avec Tourmag et la semaine prochaine le formatour en Créte se déroulant au sein du superbe Ôclub premium Aldemar 5*....sinon oui ça coute tres tres cher les clubs surtout si on le fait de façon serieuse et pro pour offrir une vraie alternative aux clients...Hughes Ďefline qui a travaillé pour les Ôclub est bien placé pour savoir combien la mise en place d un cahier des charges est lourde et couteuse....bonne journée à tous y compris a mes amis😁😁

2.Posté par Julien le 14/05/2018 12:45 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Cet article semble oublier les très nombreux clubs de vacances présents sur le territoire français, notamment les hôtellerie de plein air, qui sont en marge de l'offre traditionnelle des tours operateurs. Pourtant, ils accueillent des milliers de vacanciers. L'offre est aujourd'hui proche de ce que proposent les TOs français attachés à des groupes internationaux qui dictent l'offre. Certains ajoutent même le mot "club" alors que ce sont des hôtels qui n'ont rien à voir avec des clubs, tel Thomas Cook avec sa nouvelle offre. De quoi troubler le consommateur.
De plus, certains clubs sont accessibles en "offre classique" par l'hôtelier. les clients se cotoient en payant un tarif différents selon le circuit (en direct ou via un TO).

3.Posté par baudoin le 14/05/2018 18:47 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
En fait il suffit de décliner le contenu de l'offre derrière le mot club.Chaque variante de déclinaison êtant
susceptible de séduire une clientèle.Par contre quel que soit la déclinaison offerte il y aura des produits inégaux et/ou ne correspondant pas aux descriptifs annoncés.

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Tous les commentaires discourtois, injurieux ou diffamatoires seront aussitôt supprimés par le modérateur.

Dans la même rubrique :
< >


PUBLICITÉ
Scheherazade KACIMI Scheherazade KACIMI
commercial@tourmag.com
+33 4 91 58 58 27
+33 6 76 50 55 75

Dernière heure

















TourMaG Travel Media Group Légal Utiles
Emploi
Groupes / CE
La Travel Tech
Travel in France
Businesstrips
Brochuresenligne.com
DMCmag.com
TourMaGEVENTS.com
Signaler un contenu illicite
Plan du site
RGPD
Contact
Publicité
La presse en parle

Tourmag Travel Media Group
Le groupe TourMaG Travel Media Group publie également :
Businesstrips, application mobile pour les voyageurs d'affaires; Brochuresenligne.com, 1er portail de brochures électroniques de voyages; DMCmag.com, 1er portail Destination Management Companies et TourMaGEVENTS, l'agenda des événements du tourisme.

TourMaG.com DMCmag.com TourMaGEVENTS.com La Travel Tech Brochuresenligne.com BusinessTrips