TourMaG.com, 1er journal des professionnels du tourisme francophone
TourMaG.com, 1e



625 000 euros... Chapeau les retraites chez Fram !

le scandale de la retraite chapeau éclaboussera-t-il l'ancienne direction ?



En décembre 2014, alors que FRAM est en grande difficulté financière, la présidente du directoire, Marie-Laurence Vieuille-Féral, a retiré plusieurs centaines de milliers d'euros de la trésorerie du groupe pour financier la retraite chapeau de son directeur de production. Une opération qu'elle aurait réalisée sans jamais informer le conseil de surveillance et le conseil d'administration, selon nos informations.


Rédigé par Pierre CORONAS le Mardi 1 Mars 2016

On évoque généralement les effets néfastes pour le tourisme des Printemps Arabes et les conséquences économiques de l'éruption du volcan islandais Eyjafjöll qui a paralysé le trafic aérien en 2010 pour expliquer la chute de FRAM.

Mais à y regarder de plus près, il semblerait que la défaillance du tour-opérateur toulousain ait plutôt été causée, ou, du moins, accélérée, par des fautes de gestion de la part de son ancienne direction.

En décembre 2014, alors que le groupe vend ses actifs au Maroc pour renflouer ses caisses, plusieurs centaines de milliers d'euros auraient été extraits de la trésorerie de FRAM pour financer les droits à la retraite-chapeau de Georges Vialard, ancien directeur de production.

Ce dernier a annoncé la fin de sa carrière en août 2014, après 38 années passées au sein de l'entreprise. Il l'a intégrée en 1976 et y a progressé sous la protection de Philippe Polderman, créateur du voyagiste.

Le fonds géré par Swiss Life n'était plus abondé

Entré comme responsable de destinations, il a été promu au poste de directeur de production en 1995 et a même rejoint le directoire de FRAM début 2014.

Âgé de plus de 60 ans et disposant de plus de 20 ans d'ancienneté au moment de son départ à la retraite, Georges Vialard remplit les critères pour prétendre à sa retraite chapeau, système mis en place chez FRAM par Philippe Polderman des dizaines d'années auparavant afin de fidéliser ses salariés.

Il fait donc légitimement valoir ses droits, comme prévu par son contrat.

Mais il y a un problème. Depuis plusieurs mois, les finances de FRAM sont exsangues et l'entreprise, alors placée sous mandat ad hoc, n'entretient plus le fonds géré par Swiss Life pour les retraites chapeaux de ses salariés.

Les réserves de celui-ci sont insuffisantes pour financer la retraite chapeau de Georges Vialard. C'est alors que Marie-Laurence Vieuille-Féral, présidente du directoire de FRAM, aurait décidé en décembre 2014 de sortir 625 000 € pour abonder le fonds.

A priori, même si, comme le souligne une source proche du dossier, "cette somme a été débloquée à un moment où la trésorerie était au plus bas et que FRAM se trouvait au plus mal financièrement", rien ne l'en empêche.

Opérations réalisées « de gré à gré »

Sauf que, selon nos informations, ces opérations auraient été réalisées « de gré à gré » par la présidente du directoire. D'après plusieurs témoignages concordants, ni le conseil d'administration ni le conseil de surveillance de FRAM n'en ont été informés.

Or, "la validation du déblocage de la retraite chapeau par le conseil d'administration est obligatoire pour les départs en retraite de mandataires sociaux, de directeurs généraux, du président du conseil d'administration et pour les membres du directoire", assure François Bélanger, président de l'ADRESE, association de défense des retraites supplémentaires d'entreprises.

Par ailleurs, après son départ à la retraite, Georges Vialard est resté membre du directoire de FRAM.

Il a même créé sa société de « conseil pour les affaires et autres conseils de gestion » par le biais de laquelle il a continué de travailler pour FRAM en tant que consultant externe 2 à 4 jours par semaine.

Une mission qui aurait été payée plusieurs milliers d'euros par mois.

Cette société, basée à Cugnaux en Haute-Garonne (31) a ensuite été fermée le 31 décembre 2015. Pour être remplacée par une nouvelle au nom de Vialard Rémi Albert Georges, fondée en avril 2015 et domiciliée dans le 15e arrondissement de Paris.

L'affaire sera-t-elle portée en justice ?

"Jamais Marie-Christine Chaubet, qui était au conseil de surveillance de FRAM à cette époque, n' a été informée" du retrait des fonds de la trésorerie de FRAM pour la retraite chapeau de Georges Vialard, confirme Didier Dawson, avocat de Marie-Christine Chaubet, fille unique de Georges Polderman.

Cette dernière, en conflit ouvert avec Georges Colson, fils adoptif du fondateur de FRAM et oncle de Marie-Laurence Vieuille-Féral, envisage-t-elle alors de porter l'affaire en justice ?

Rien n'est exclu.
"Marie-Christine Chaubet va demander des explications. Et, si jamais une faute est avérée, nous verrons ce que nous ferons", nous explique son avocat.

L'affaire pourrait revêtir une valeur très symbolique pour celle qui avait pris la tête du directoire de FRAM en juin 2005.

Fin novembre 2006, Georges Colson devient président du conseil de surveillance de FRAM quelques jours après le décès de Philippe Polderman.

Moins d'un mois plus tard, le 21 décembre 2006, il s'octroie le soutien d'Air France – actionnaire de FRAM via sa filiale Air France Finance – et d'une partie de l'actionnariat familial pour évincer sa demi-sœur du directoire et du conseil de surveillance.

Celle-ci détenait alors 40,93 % du capital de la société et 44 % des droits de vote. Elle se retrouve, à 59 ans, mise à la porte du groupe, fondée par son père... Seulement quelques mois avant de pouvoir faire jouer ses droits à la retraite chapeau !

Pourquoi le mandataire ad hoc n'a-t-il pas réagi ?

Mais au-delà des éternelles querelles familiales qui ont jalonné l'histoire de FRAM, cette affaire pose d'autres questions.

Pourquoi l'administrateur judiciaire, chargé de la surveillance des finances de FRAM alors placée sous mandat ad hoc depuis début 2013, n'a-t-il pas réagi et demandé à la présidente du directoire de justifier le retrait de cette forte somme de la trésorerie du groupe ?

Nous avons tenté de joindre Me Caviglioli pour le lui demander. Mais il n'a, à ce jour, pas donné suite à nos sollicitations. Marie-Laurence Vieuille-Féral non plus.

Me Caviglioli a pourtant récemment été interpellé à ce sujet par des employés de FRAM qui ont souhaité, à leur tour, faire valoir leurs droits à la retraite-chapeau. Mais ils leur ont été refusés car le fonds est à nouveau vide.

C'est également Me Caviglioli qui a eu la responsabilité du redressement judiciaire de FRAM prononcé fin octobre 2015. Il est aussi en charge de la liquidation judiciaire depuis le 25 novembre 2015.

Ce jour-là, le groupe toulousain a été repris, à la barre, par Karavel/PromoVacances épaulé par ses financiers de LBO France.

Et les nouveaux actionnaires souhaitent rapidement faire table rase du passé. "Tout se remet en route avec beaucoup de transparence et c'est une bonne chose par rapport à certaines pratiques passées, nous confie-t-on en interne.

Avant, FRAM était dans une logique d'opposition entre deux actionnaires et souffrait de conflits entre deux clans. Tout cela au détriment des clients et des salariés de l'entreprise. Maintenant, tout cela est terminé."

Le navire FRAM remet les gaz

Des propos que confirment plusieurs membres du personnel de FRAM avec qui nous avons pu nous entretenir. Tout n'est pas rose au sein de la nouvelle entité, mais tous louent la disponibilité des nouveaux propriétaires.

Certains regrettent néanmoins des méthodes de management « à l'américaine ».

D'autres craignent la dénonciation des accords d'entreprises suivie de la disparition de certains avantages à la suite des élections des représentants du personnel. Initialement programmées pour le 29 février, celles-ci ont été repoussées à la mi-mars 2016.

Avec la publication de la brochure 2016, la présentation du nouvel organigramme du groupe et la saison qui se prépare, FRAM se relance progressivement et laisse les guerres fratricides loin derrière.

Espérons toutefois pour l'avenir que les belligérants des années passées n'auront pas laissé trop de mines sur le champ de bataille.




Souvent confondues avec les parachutes dorés accordés à certains grands patrons, les retraites chapeaux ont vu le jour après la deuxième guerre mondiale.

Elles ont vite été adoptées "par un certain nombre de PME et de grands groupes français afin de fidéliser leurs cadres de haut niveau", explique François Bélanger, président de l'association de défense des retraites supplémentaires en entreprise.

En effet, pour faire jouer leurs droits à la retraite chapeau, les salariés concernés doivent rester un certain temps, défini contractuellement, dans l'entreprise et, surtout, y terminer leur carrière.

A l'heure actuelle, 200 000 retraités en profitent et environ 1 million de cadres seraient de futurs « retraités chapeaux » en France.

L'ensemble des fonds de retraites chapeaux, soit gérés directement par les entreprises, soit externalisés auprès d'organisme spécialisé, représenterait 37 milliards d'euros de provision.

Lu 9076 fois

Notez



1.Posté par ghallab mohamed le 01/03/2016 05:02 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
et bien sûr c'est la filiale maroc qui a payé. ...

2.Posté par subprime le 01/03/2016 09:32 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
une pensée chaleureuse à tous les salariés modestes de Fram a qui on a pu leur répondre non pour une augmentation de salaire, même pour 50€ brut. Vous comprenez si on vous augmente on met la clé sous la porte !

3.Posté par lafouine le 01/03/2016 10:31 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
je connais d'autres cadres de FRAM partis à la retraite en même temps que G. Vialard et à qui la retraite chapeau a été tout simplement refusée ! Que vont-ils faire maintenant ? Et quel était la contrepartie demandée à M. Vialard ? Voilà des sujets intéressants à creuser...

4.Posté par The Revenant le 01/03/2016 10:55 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
19 mois...
Il aura suffi de 19 mois à ce sublissime directoire pour mettre la boîte en faillite.
19 mois à crier au secours on se noie, oubliant de payer l'indispensable tout en pillant la trésorerie

Qu'on prépare le goudron et les plumes !

5.Posté par Unmaridunesalarieedefram le 01/03/2016 13:27 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Que dire ?? Une provocation de plus ...
Les gens de fram sont dépités !! Et tous leurs proches comme moi, aussi ...
Cette entreprise etait un fleuron et au delà de ça, une entreprise dont les salariés étaient fiers.
Aujourd'hui ils sont, soi en dépression, soit en arrêt, soit ils cherchent à dégager. Les quelques qui ne sont pas dans une de ces 3 catégories sont les masochistes et les vendus. Et les drames se cumulent pour de nombreuses familles.
Les nouveaux patrons n'avaient sans doute pas imaginé que les employés qu'ils reprendraient seraient autant atteints et affectés, mais les 4 dernières années ont eu raison de toute les bonnes volontés.

6.Posté par grand déballage le 01/03/2016 17:55 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Récitation façon perroquet d'un dirigeant sans scrupule qui s'en va toute honte bue :

"J'ai mal au coeur en pensant aux salariés,
Mais... je pars la tête haute et la conscience tranquille !"

ET LES POCHES ARCHI PLEINES A RAS BORD AUSSI, HEIN ???

7.Posté par mounir jaabiri le 01/03/2016 19:03 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Employé du framissima golf beach Tunisie
quand je pense que Fram nous a abandonné a notre triste sort. ..120 employés de djerba ....sans le sou alors qu'elle se permet de donner un bonus de départ de 625000 euros à l un de ses dirigeants. C'est lamentable . Nous aussi on a travaillé pour fram depuis 20 ans . La moitié des 120 employés de Tunisie sont aussi des cadres chez fram.nos indemnités pour les 120 employés ne dépassent pas le double de ce qui a été généreusement offert à ce cadre et on se permet chez fram de dire que nos indemnités sont exagérés. C est injuste .on a autant donné a fram que ce monsieur sinon plus car c est nous qui etiins sur le terrain. Je suis sûr que la justice française tranchera en notre faveur enfin je l espère. Faites vite donnez nous nos droits car 120 familles FRAM sont sans le sou à djerba

8.Posté par WOOLFIE le 01/03/2016 21:59 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
C'est important de souligner que Madame Nièce s'est faite aider par son service RH et financier pour débloquer les fonds et les transférer à qui de droit. Les syndicats savaient parfaitement qu'il fallait payer pour Vialard, pourquoi avoir laisser faire ?????
Il va y en avoir des cadavres qui vont continuer à sortir et ça va faire mal pour certains qui se croyaient à l'abri... Tout se paye un jour ou l'autre....

9.Posté par offusque le 03/03/2016 08:56 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Il faut souhaité qu'il va devoir rembourser la somme, au moins en partie, si il est prouvé qu'il y a eu une irrégularité.
Le problème doit aller en justice, contre madame Féral, m. Vialard et m. Caviglioli, et aussi la RH d'après le commentaire précédent.
C'est une honte.

10.Posté par Lesquestions le 04/03/2016 10:13 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Questions (de contabilité) :

... le "contre-poids de la balance" ? : 659 personnes éjectées des listes à l'étranger ????...

Et le bilan ? : le culte du denier ????

....et nous catalogons certaines républiques de bananières !!!

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Tous les commentaires discourtois, injurieux ou diffamatoires seront aussitôt supprimés par le modérateur.

Dans la même rubrique :
< >


PUBLICITÉ
Scheherazade KACIMI Scheherazade KACIMI
commercial@tourmag.com
+33 4 91 58 58 27
+33 6 76 50 55 75

Dernière heure

















Le groupe TourMaG.com publie également Brochuresenligne.com, 1er portail de brochures électroniques de voyages; DMCmag.com, 1er portail Destination Management Companies et TourMaGEVENTS, l'agenda des événements du tourisme.

TourMaG.com Légal Utiles
Emploi
Groupes / CE
La Travel Tech
Travel in France
Brochuresenligne.com
DMCmag.com TourMaGEVENTS.com
Signaler un contenu illicite
Plan du site
Contact
Publicité
La presse en parle