TourMaG.com, 1er journal des professionnels du tourisme francophone
TourMaG.com, 1e

TourMaG.com




Agences, TO : quelle est la meilleure option pour les réceptifs ?

Des marges plus importantes avec les agences ?


Rédigé par Caroline Lelievre le Mercredi 11 Avril 2018

Les connexions entre une agence de voyages et un réceptif sont aujourd’hui monnaie courante. Quels avantages, quels inconvénients y trouvent les réceptifs ? TourMaG.com a mené l'enquête.



18 DMC, représentant plusieurs destinations dans le monde, sont venus présenter leurs produits aux professionnels du tourisme à l'occasion du Ditex. CL
18 DMC, représentant plusieurs destinations dans le monde, sont venus présenter leurs produits aux professionnels du tourisme à l'occasion du Ditex. CL
Incontestablement, la désintermédiation modifie la donne dans l’organisation de la vente de voyages.

Désormais, il est facile de construire un voyage au bout du monde sans intermédiaire, ou de faire du sur-mesure entre agences de voyages et agences réceptives. Tous les montages sont possibles.

Pour les réceptifs, faire sauter un intermédiaire est l'assurance de bénéficier de marges plus importantes. « Ce n’est pas intéressant pour nous de travailler avec les tour-opérateurs, le prix recherché est en général très bas, explique Salvo Civilleri, du réceptif Gigatour DMC Italia.

Depuis quinze ans, il travaille en direct avec une centaine d’agences de voyages en France. « Les agences nous permettent d’avoir une marge plus intéressante », poursuit-il.

Christophe Chaillou, du réceptif Creative Tours basé à Chypre, n’a pas eu d’autre alternative que de démarcher les agences de voyages. « Les tour-opérateurs se sont désengagés de la destination » affirme-t-il.

En 2017, les TO assuraient 90% de son chiffre d'affaires, le solde était réalisé par les agences. En 2018, les proportions évoluent : les TO représentent 70% de l'activité et les agences 30%.

Le réceptif est également référencé par les réseaux Selectour, Havas Voyages, Leclerc Voyages et Carrefour Voyages.

La désintermédiation, moins risquée ?

La désintermédiation a, selon Salvo Civilleri, plusieurs avantages. « C’est moins risqué que de s’engager uniquement avec un gros TO qui peut déposer le bilan. Il n’y a pas de garantie. Nous les fournisseurs, nous ne sommes jamais protégés », regrette-t-il.

Un avis partagé par Christophe Chaillou : « Le premier point positif du fait d’avoir les interlocuteurs en direct, est le règlement en avance, ainsi que la garantie par la centrale de paiement lorsqu'on est référencé par les réseaux. »

« Le taux de transformation est également plus facile avec une agence. Je travaille par exemple avec beaucoup de groupistes.

Le MICE représente lui 30% de mon activité et 50% de ma rentabilité, c’est du sur-mesure haut de gamme »,
confie-t-il.

Les TO : une vitrine et une sécurité

Cette année, Michel Djabali, directeur associé de RevAmerica Tours, devrait lui aussi voir son activité avec les agences croître de 19%.

Une bonne nouvelle pour le réceptif basé aux Etats-Unis. « On a la sécurité d’être payé avec les gros porteurs et on mange avec les petites agences », résume-t-il.

Il pense que travailler avec les tour-opérateurs est un gage de sécurité de paiement. Michel Djabali sélectionne les agences de voyages partenaires. Il reconnaît que travailler avec les distributeurs est plus qualitatif et plus simple.

C'est sans doute pour cela que le réceptif In Tours Portugal a, quant à lui, fait le choix de ne travailler qu’avec des agences de voyages. « On reste petit, on préfère travailler sur-mesure avec des agences », explique Elsa Diogo, commercial chez In Tours Portugal.

Quid du référencement ? « Les réseaux obligent à appliquer une série de contraintes, nous sommes présents depuis 22 ans sur le marché, nous n’en avons pas besoin », conclut-elle.

Pas de référencement non plus pour Tritravel, spécialiste de l’Espagne et de ses îles. Pour le DMC, les agences représentent aujourd’hui 20% de son activité. Laurent Sibot, son directeur, ne souhaite pas être perçu par les TO comme une concurrence.

Car pour lui, la bonne recette est simple : « la sécurité n’existe ni avec les TO, ni avec les agences. La sécurité est de se diversifier ! »

Lu 1319 fois

Notez


1.Posté par BERGAUZY le 12/04/2018 09:42 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
je ne vois pas où est le débat....un réceptif est un entonnoir il doit travailler avec tous et surtout appliquer des marges différentes suivant le client. Un TO a des investissements brochure commercialisation informatique, risques aériens , il mérite des marges sérrées et des aides à la vente car il fait connaitre les destinations. Pour le sur mesure il n'est pas forcément outillé car cela change sans arrêt et la il faut être réactif. Pour notre part nous travaillons aussi bien avec les TO , les reseaux, les groupistes, les incentives, les indépendants etc...Tous ont leur qualité et leurs défauts. Yves

2.Posté par Sobé le 12/04/2018 13:29 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Je pense que certains réceptifs qui disent "gagner plus avec les agences en direct" font un mauvais calcul, ils gagnent moins en terme de taux de marge avec nous TO, certes, mais ils ne pensent pas forcement au gain de productivité, qui peut être énorme... ( la production est totalement faite par les TO et l'expertise destination est souvent chez nous... sans parler du temps qu'il leur faut avec chaque agence ni de tous les investissements parallèles à cette communication... (salons...) D'autres réceptifs au contraire ont très bien compris le calcul d'une chaine très porteuse : l'agence cherche ses clients, nous TO on crée, on produit, on conseille (on connait à la fois le pays receveur et le client émetteur)... et le réceptif est là pour faire des négociations avec les partenaires locaux et assurer une logistique parfaite.... chacun se concentre dans son travail, et croyez moi nous sommes tous gagnants !

3.Posté par Christophe SENTUC le 13/04/2018 11:32 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
"Appliquer des marges suivant le client" ? .....Je préciserai, suivant ce qui est volontairement pris en charge par le client !
L'agence vend, le TO conseil et produit, le receptif assure les prestats ?....C'est un peu préhistorique comme vu du métier. On est plutôt dans une formule 3en1 aujourd'hui !
Sur ces questions, ne faudrait-il pas systématiquement faire une distinction entre industrie et artisanat, soit produits en série pour l'industrie et sur mesure pour l'artisanat. Si le schéma traditionnel AGV/TO/DMC convient encore à l'industrie il est révolu pour l'artisanat.
Pour finir, l'intérêt économique est tout autant pour l'AGV que pour le DMC !
Christophe

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Tous les commentaires discourtois, injurieux ou diffamatoires seront aussitôt supprimés par le modérateur.


PUBLICITÉ
Scheherazade KACIMI Scheherazade KACIMI
commercial@tourmag.com
+33 4 91 58 58 27
+33 6 76 50 55 75

Dernière heure


















Le groupe TourMaG.com publie également Brochuresenligne.com, 1er portail de brochures électroniques de voyages; DMCmag.com, 1er portail Destination Management Companies et TourMaGEVENTS, l'agenda des événements du tourisme.

TourMaG.com Légal Utiles
Emploi
Groupes / CE
La Travel Tech
Travel in France
Brochuresenligne.com
DMCmag.com TourMaGEVENTS.com
Signaler un contenu illicite
Plan du site
Contact
Publicité
La presse en parle

cookieassistant.com