TourMaG.com, 1er journal des professionnels du tourisme francophone


Alitalia : Air France/KLM redevient un interlocuteur intéressant et... plausible !

retour à la case départ pour la compagnie italienne



Le gouvernement de Romano Prodi voulait préserver les emplois et le réseau de la compagnie nationale italienne. Un premier rendez-vous raté avec les financiers prêts à investir sous condition qui entâche son image. Il doit désormais trouver une solution, et vite, pour éviter de peser plus encore sur le contribuable italien.


Rédigé par Geneviève Bieganowski le Lundi 23 Juillet 2007

Retour à la case départ. Hier, le 23 juillet, deadline fixé par le gouvernement italien pour recevoir les offres des acheteurs potentiels des 49,9% du capital d'Alitalia, aucun candidat ne s'est fait connaître.

Et pour cause, après le premier renoncement de TPG il y a quelques semaines, puis le jet de l'éponge d'Aeroflot, ce fut au tour d'AP Holding (Air One) de battre en retraite juste à la veille du 23 juillet.

Chacun des repreneurs potentiels ont souligné l'intransigeance du gouvernement italien à vouloir préserver la compagnie nationale dans son intégralité.

Or, les trois candidats accompagnaient leurs offres de conditions de restructuration plus ou moins profonde : nécessité de faire le ménage, de redessiner un réseau en supprimant les lignes déficitaires, de renouveler une partie de la flotte (Air One proposait ainsi de placer quelques-uns de ses nouveaux A 320 pour remplacer immédiatement les vieux MD80 très gourmands en carburant), et de tailler dans l'effectif des 12 500 postes.

Alitalia perdrait actuellement un million d'euros par jour !

Romano Prodi, doit désormais trouver une solution, et vite, pour éviter de peser plus encore sur le contribuable italien.
Romano Prodi, doit désormais trouver une solution, et vite, pour éviter de peser plus encore sur le contribuable italien.
Alitalia perdrait actuellement un million d'euros par jour. Autant dire que le gouvernement de Romano Prodi ne peut attendre très longtemps une solution pour sa compagnie nationale.

Coincé par les impératifs européens qui empêchent les gouvernements de subventionner les entreprises nationalisées, il ne peut que lâcher du lest sur les impératifs de reprise qu'il voulait instaurer dans un premier temps.

Des sources italiennes indiquent aujourd'hui que le gouvernement aurait trouvé un investisseur prêt à introduire un milliard d'euros dans le capital de la compagnie italienne. Info ou intox ? Difficile de croire au Père Noël !

Dans le même temps, les autorités auraient fait appel à trois consultants Merrill Lynch, Bain & Company et Chiomenti pour trouver une solution de sortie honorable.

Deux des trois prétendants, TPG avec MatlinPatterson et AP Holding (Air One) ont d'ores et déjà fait savoir qu'ils étaient prêts à reconsidérer le dossier à condition que le gouvernement italien accepte leurs conditions de reprise.

Pendant ce temps, Air France/KLM, actionnaire minoritaire qui, le premier, a fait savoir aux autorités italiennes que le dossier de reprise l'intéressait à condition de pouvoir appliquer un plan drastique de réorganisation, revient mécaniquement sur le devant de la scène.

Le gouvernement de Romano Prodi devrait trancher rapidement. La nécessité politique n'ayant pas pu aboutir à une solution, on peut espèrer désormais que la logique industrielle l'emporte.


Lu 3780 fois

Notez

Commentaires

1.Posté par gaïtano le 24/07/2007 17:16 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
airfrance-klm ne laissera pas alitalia tomber . Il est préférable qu'airfrance aide plus tôt alitalia au lieu acheter iberia surtout qu'alitalia est parmi les premieres compagnies à ètre dans skytean

2.Posté par blereau le 25/07/2007 09:13 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
sauf que air france peut laisser tomber ce n'est qu'une action capitalistique et non solidaire que cette cie entretient avec az
ne revons pas a du social du coté af ils ne connnaissent pas ce mot !








































TourMaG.com
  • Snapchat
  • Instagram
  • Twitter
  • Facebook
  • YouTube
  • LinkedIn
  • GooglePlay
  • appstore
  • Nos Médias
  • DMCmag
  • Brochures en ligne
  •  La Travel Tech
  • Welcome To The Travel
  • AirMaG
  • Futuroscopie
  • CruiseMaG
  • Voyages Responsables
  • #PartezEnOutreMer
  • Partez en France
  • TravelManagerMaG
 
Site certifié ACPM, le tiers de confiance - la valeur des médias