TourMaG.com, 1er journal des professionnels du tourisme francophone
TourMaG.com, 1e TourMaG.com, 1e



Consultation Air France : le même sort qu'Alitalia ?

La chronique de Jean-Louis Baroux



La consultation est-elle une réelle solution, à quoi mènera t-elle ? Jean-Louis Baroux, expert aérien et ancien président d'APG revient sur le référendum lancé par le PDG d'Air France - KLM, Jean-Marc Janaillac.


Rédigé par Jean-Louis Baroux le Mardi 1 Mai 2018

Consultation Air France : ce pseudo référendum n’a pas de valeur légale pour faire entériner un plan qui ne peut être signé que par les représentants officiels des salariés, c’est-à-dire les syndicats © Christian Schwier - Fotolia
Consultation Air France : ce pseudo référendum n’a pas de valeur légale pour faire entériner un plan qui ne peut être signé que par les représentants officiels des salariés, c’est-à-dire les syndicats © Christian Schwier - Fotolia
Comment sortir de l’impasse dans laquelle se sont mis les interlocuteurs sociaux d’Air France ? Voilà bien la question à laquelle la consultation des salariés du groupe veut répondre.

Avec le recul, il est toujours facile d’expliquer comment on en est arrivé à cette situation de blocage. Paradoxalement elle a pour cause une meilleure santé économique de l’entreprise et peut être une certaine maladresse dans la présentation des chiffres de 2017. Je m’explique.

Les comptes de l’année dernière montrent une progression certaine du résultat d’exploitation supérieure à 1,4 milliard d’euros ce qui est tout à fait honorable, mais qui s’explique par l’alignement des planètes dont tout le transport aérien a bénéficié. Or le résultat net du groupe affiche une perte de plus de 200 millions d’euros.

Certes la différence s’explique par l’apurement du compte retraites de KLM, mais le résultat final est bien là.

Les dirigeants d’Air France ont bien vu le danger potentiel. Les interlocuteurs sociaux et particulièrement les syndicats de pilotes se sont accrochés au bon résultat d’exploitation et oubliant volontairement la perte de l’année, due certes, à un événement exceptionnel.

Et ils ont demandé à bénéficier d’une cagnotte qui n’existe pas plus que celle de la France du temps de Lionel Jospin où les partenaires sociaux ont à l’époque voulu voir les bonnes recettes fiscales de l’année en oubliant l’endettement du pays.

Les représentants des pilotes sont tout sauf des gestionnaires

Pour essayer de minimiser l’impact des résultats, la direction du Groupe Air France/KLM a bien appuyé sur deux éléments de fond : d’abord le fait que les 2/3 du profit d’exploitation provenait de KLM et non d’Air France et d’autre part que les deux grands concurrents européens IAG et le groupe Lufthansa avaient un résultat deux fois supérieur.

Ce faisant, ils comptaient mettre les syndicats de pilotes devant leurs responsabilités : on ne peut pas distribuer ce que l’on n’a pas. Peut-être auraient-ils dû insister davantage sur le résultat négatif de l’exercice, mais on peut comprendre qu’ils aient tout de même voulu donner un message positif, d’autant plus que leurs homologues européens n’hésitaient pas à claironner leurs profits.

Seulement les représentants des pilotes sont tout sauf des gestionnaires. Ils arguent de pseudo blocages de rémunérations qu’ils auraient subis au cours des dernières années en oubliant que pendant ce temps, la masse salariale a continué à augmenter alors que le nombre de salariés était en diminution.

C’est-à-dire que le gâteau qui a grossi a été partagé en un plus petit nombre de salariés et, par conséquent, chacun a vu son revenu augmenter alors qu’ils prétendent le contraire. Mais après tout, ils sont dans leur rôle.

Celui-ci consiste à défendre une catégorie de salariés qui d’ailleurs ne représente que 10% de l’effectif total de l’entreprise, fusse au détriment des autres 90% du personnel. Seulement ils pilotent les avions et ils peuvent désorganiser l’entreprise même avec un nombre de grévistes très minoritaires.

Le personnel au sol goûte peu l’attitude si égoïste des pilotes

Pour faire entendre raison à la minorité qui met la société par terre, car les conséquences ne sont pas seulement immédiates, elles vont impacter l’ensemble de l’exercice 2018, Jean Marc Janaillac n’a pas hésité à mettre son poste en jeu. D’abord en lançant une consultation sur l’ensemble du personnel pour lui demander s’il est d’accord avec la dernière proposition faite par la direction, et en annonçant, fusse en termes choisis, son départ de l’entreprise s’il ne recueillait pas l’approbation de la majorité des salariés.

Il prend probablement très peu de risques car le personnel au sol goûte peu l’attitude si égoïste des pilotes ou tout au moins de leurs représentants. Il est donc quasiment certain que la consultation montrera une approbation massive aux dernières positions de la présidence d’Air France.

Mais tout ne sera pas réglé pour autant. En effet ce pseudo référendum n’a pas de valeur légale pour faire entériner un plan qui ne peut être signé que par les représentants officiels des salariés, c’est-à-dire les syndicats. Par contre, si l’approbation à la Direction Générale s’avère massive, cela constituera un énorme moyen de pression sur les pilotes et on peut alors espérer, qu’au prix d’un dernier aménagement des propositions, même cosmétique, on puisse s’acheminer vers la fin du conflit.

Si ce n’était pas le cas, il faudrait alors constater l’impossibilité dans laquelle la compagnie française peut se mettre en phase avec la gestion actuelle du transport aérien.

Alors, faute d’aller vers une solution radicale qui serait le dépôt de bilan de l’entreprise, comme l’ont fait tous les grands transporteurs américains avec le Chapter 11, le groupe s’enfoncera progressivement dans une situation « à l’italienne », dont on peut mesurer le résultat.

Consultation Air France : le même sort qu'Alitalia ?
Jean-Louis Baroux est l'ancien président d'APG (Air Promotion Group) et le créateur du CAF (Cannes Airlines Forum) devenu le World Air Forum.

Grand spécialiste de l'aérien, il a signé aux éditions L'Archipel ''Compagnies Aériennes : la faillite du modèle'', un ouvrage que tous les professionnels du tourisme devraient avoir lu.

Les droits d'auteur de l'ouvrage seront reversés à une association caritative. On peut l'acquérir à cette adresse : www.editionsarchipel.com.

Lu 3995 fois

Notez



1.Posté par Verdi le 02/05/2018 08:40 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Mr Baroux, sachez qu’un grand nombre de personnel n’a eu AUCUNE augmentation de son salaire depuis 2012 RIEN pas un euro.!!!!! (Et ils sont nombreux car à Air France les grilles de salaires pour les PNC par exemple est « bloquée » sur 25 années d’ancienneté....donc reel blocage que la Direction refuse de modifier).
Enfin qui a ce jour peut (comme vous le faite)affirmer que le OUI l’emportera.....donnons nous rendez vous le 04/05 au soir.
Et pour terminer une grande majorité du personnel opérationnel lui a voter NON, certes l’administratif et l’encadrement voteront sûrement non la question est : pourquoi contrairement aux autres compagnies importantes le personnel sol (hors opérationnel) est plus important que les navigants ?

2.Posté par Nol le 02/05/2018 08:54 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
En un mot comme en mille : Tout est dit.
A entendre Philippe Evain (SNPL) ce matin sur RMC... il vole vraiment à 10000 d'altitude....
Tous redescendront tôt ou tard, mais pas certain qu'ils auront tous un parachute, car j'ai bien peur que ce soit le personnel au sol qui en paient le plus lourd tribu lorqu'un plan social sera ineductbalement annoncé. Car la déflagration de cette grève est nul doute économiquement beaucoup plus grave que les seuls jours de grève.

3.Posté par Nol le 02/05/2018 09:05 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Commentaire Post Verdi:

Dire que les autres compagnies ont plus d'opérationnels que de hors sol est une contre vérité...
J'imagine que vous êtes salarié Air France ou un très proche. Vous défendez votre beefsteack... Peut-on vous le reprocher..
Si vous pensez que l'herbe est plus verte ailleurs, changez donc de compagnie! et on en reparle ensuite...
Ne pas oublier que le beefteack, c'est avant tout le CLIENT (celui dont les syndicats ne parlent jamais) qui vous le met dans l'assiette. Il est tellement ulcéré, qu'il se tournera vers d'autres. Car contrairement à la SNCF : il a le choix!

4.Posté par Christian Jean le 02/05/2018 09:56 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Bonjour,

Il se peut que cette actualité me dépasse, mais il me semble me souvenir que fin 2016 M. Gagey à vu nommer à son poste un tandem, le PDG d'Air France-KLM, Jean-Marc Janaillac et un directeur général d'Air France, Franck Terner ... Mais qu'en est-il de ce fidèle de la compagnie qui devait (entre autre je suppose) assurer le succès du projet "Trust Together" ? ... Sa mission est elle déjà terminée ou lui a t-on coupé le micro ? ...

Cordialement.

5.Posté par Nol le 02/05/2018 10:30 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Le projet "Trust Together" de Franck Terner a été supplanté par le projet "Flow Together" de Philippe Evain

6.Posté par Naudin le 02/05/2018 13:46 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
J'ai rarement lu un tel tissu d'inepties !
Mr Barroux vous êtes complètement déconnecté !!!

7.Posté par Verdi le 05/05/2018 05:03 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Alors Mr Barroux, il me semble que vous vous êtes un peu trop avancé !
Votre « expertise » semble aussi décalée que celle de « l’ex » PDG d’Air France.....

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Tous les commentaires discourtois, injurieux ou diffamatoires seront aussitôt supprimés par le modérateur.

Dans la même rubrique :
< >

Jeudi 15 Novembre 2018 - 15:17 easyJet ouvre les ventes pour l’automne 2019



PUBLICITÉ
Scheherazade KACIMI Scheherazade KACIMI
commercial@tourmag.com
+33 4 91 58 58 27
+33 6 76 50 55 75

Dernière heure
















TourMaG Travel Media Group Légal Utiles
Emploi
Groupes / CE
La Travel Tech
Travel in France
Businesstrips
Brochuresenligne.com
DMCmag.com
TourMaGEVENTS.com
Signaler un contenu illicite
Plan du site
RGPD
Contact
Publicité
La presse en parle

Tourmag Travel Media Group
Le groupe TourMaG Travel Media Group publie également :
Businesstrips, application mobile pour les voyageurs d'affaires; Brochuresenligne.com, 1er portail de brochures électroniques de voyages; DMCmag.com, 1er portail Destination Management Companies et Hôtel&Lodge PRO, Le Hub des pros de l'hébergement.

TourMaG.com DMCmag.com Hôtel&Lodge PRO La Travel Tech Brochuresenligne.com BusinessTrips