TourMaG.com, 1er journal des professionnels du tourisme francophone


Coronavirus : la confédération des acteurs du tourisme (CAT) demande un "plan de survie"

Une situation dramatiquement historique



"Ce qui se passe pour le secteur du tourisme et nos métiers est dramatiquement historique". C'est avec ces mots que la confédération des acteurs du tourisme (CAT) a adressé un courrier au Premier Ministre, jeudi 5 mars 2020, afin de tirer la sonnette d'alarme sur la situation des professionnels face à l'épidémie de coronavirus. Les membres de la CAT demandent un "plan de survie" au gouvernement.


Rédigé par La Rédaction le Vendredi 6 Mars 2020

Si le stade 3 de l’épidémie devait être décidé par le Gouvernement, la CAT demande au gouvernement à être informée en amont - DR : DG
Si le stade 3 de l’épidémie devait être décidé par le Gouvernement, la CAT demande au gouvernement à être informée en amont - DR : DG
La confédération des acteurs du tourisme (CAT)* vient d'adresser un courrier au Premier ministre, Edouard Philippe, pour l'alerter sur la situation alarmante à laquelle doivent faire face les professionnels du tourisme français face à l'épidémie de coronavirus.

En copie de ce courrier : Bruno Le Maire, ministre de l’économie et des finances, Muriel Pénicaud, ministre du Travail, Jean-Yves Le Drian, ministre de l’Europe et des Affaires étrangères et Jean-Baptiste Lemoyne, secrétaire d’Etat auprès du ministre de l’Europe et des Affaires étrangères.

Après l'impact sur l’arrivée des touristes chinois en France (2,5% des touristes étrangers chaque année, 7% de la recette touristique de la France, soit 4 milliards d’euros), le passage au stade 2 du plan de gestion de l'épidémie et les effets du coronavirus "se font sentir sur tous les voyages des Français et des étrangers vers la France, indique la CAT.

Les déplacements, quels qu’en soient l’origine, la destination, et le motif (affaires et loisirs), sont touchés. Ce qui se passe pour le secteur du tourisme et nos métiers est dramatiquement historique. L’annulation d’un évènement a des conséquences en cascades sur les transports, l’hébergement, la restauration, les lieux de visite.

Depuis le 1er mars, l’interruption et l’interdiction des voyages scolaires imposées unilatéralement par le Ministère de l’Education Nationale et les recommandations maladroites de différer les déplacements à l’étranger (sur le site du MEAE) ont des conséquences dramatiques : arrêt des réservations et annulations massives avec des conséquences financières et sociales insupportables pour les entreprises. Le Gouvernement ne peut pas interdire les voyages et les séjours à l’étranger pour les Français".

Estimant devoir "être un secteur prioritaire en matière d’aides et d’accompagnements", les membres de la Confédération des Acteurs du Tourisme demandent un "plan de survie en faveur de nos entreprises, des PME aux ETI".

Quelles demandes dans le plan de survie ?

- Une meilleure coordination interministérielle entre les différents ministères afin d’éviter les consignes contradictoires et les messages anxiogènes

- Un « guichet unique » d’aide et de renseignements pour nos entreprises et une simplification des démarches administratives demandées aux entreprises

- Un dispositif accéléré de mise en oeuvre pour les entreprises qui souhaitent avoir recours à l’activité partielle, conditions de modulation du temps de travail, conditions de renouvellement des CCD

- Recevoir des consignes claires sur les conditions de remboursement/ indemnisation des clients en cas de fermeture temporaire d’une entreprise ou d’annulation d’une prestation

- Un fonds de garantie pour protéger toutes les entreprises de la filière des risques de défaillances pour donner suite aux annulations

- La suppression des charges sociales et/ou fiscales pour les TPE, PME et ETI

- Un message fort à l’attention des assurances pour prendre en compte cette situation exceptionnelle (plusieurs compagnies ne reconnaissent pas les Pertes d’Exploitation dès lors qu’il n’y a pas de « dommage matériel » ou considèrent le Covid-19 comme un dérivé du H1N1 et donc l’excluent des garanties)

- Un report de la réforme de l’assurance chômage qui va abaisser de 20% les indemnisations des salariés (et davantage encore s’agissant des saisonniers)

- La ré-examen en avril de l’arrêté du 4 mars du Ministère de la Santé qui interdit les événements de plus de 5 000 personnes jusqu’au 31 mai 2020. Cet arrêté a-t-il été pris en coordination avec le ministère de l’économie ?

Si le stade 3 de l’épidémie devait être décidé par le Gouvernement, la CAT demande au gouvernement à être informée en amont, en précisant, notamment les nouvelles contraintes que cela entraînerait.


* La CAT réunit, entre autres le SETO, le SNRT, l'UMIH, les EDV, la FNTV, le GNC, l'ANAT ou encore l'IFT


Lu 7469 fois

Notez

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Tous les commentaires discourtois, injurieux ou diffamatoires seront aussitôt supprimés par le modérateur.




































  • Snapchat
  • Instagram
  • Twitter
  • Facebook
  • GooglePlay
  • appstore
  • DMCmag
  • Brochures en ligne
  •  La Travel Tech
  • Welcome To The Travel
  • AirMaG
  • Futuroscopie
  • CruiseMaG
  • Voyages Responsables
  • #PartezEnOutreMer
  • Partez en France
  • MontagneMaG
  • Ditex
 
Site certifié ACPM l'Alliance