TourMaG.com, 1er journal des professionnels du tourisme francophone

Fuite de Carlos Ghosn : un jet privé est-il synonyme d'impunité ?

Les questions demeurent



Depuis Beyrouth (Liban), l’ancien président de Nissan et de Renault a donné, mercredi 8 janvier 2020, une conférence de presse fleuve de 2h23 minutes. Peu d’explications ont filtré sur la mystérieuse fuite en avion qui l’a mené du Japon au Liban et qui soulève de nombreuses questions sur l’utilisation de l’aviation privée.


Rédigé par le Mercredi 8 Janvier 2020

Carlos Ghosn, mercredi 29 janvier 2020 à Beyrouth (Liban) © DR
Carlos Ghosn, mercredi 29 janvier 2020 à Beyrouth (Liban) © DR
« Je suis l’homme des missions impossibles », lance Carlos Ghosn une semaine après son évasion rocambolesque qui l’a mené de son domicile de Tokyo au Japon jusqu’à une demeure de Beyrouth au Liban.

Devant la presse internationale, massée à Beyrouth mercredi 8 janvier 2020, l’ancien président de Renault-Nissan est revenu pendant près de 2h30 sur les raisons qui l’ont forcé à quitter le Japon, pays où il était retenu depuis la fin d’année 2018.

Mais pas, comme on pouvait s’en douter, sur les moyens de cette fuite hollywoodienne.

Après un trajet en voiture jusqu’à Osaka, le premier vol emprunté par Carlos Ghosn, sur un Bombardier Global Express, immatriculé TC-TSR et appartenant à la compagnie turque MNG Jet, a rejoint l’aéroport d’Istanbul-Atatürk, ouvert uniquement aux avions de fret et aux vols privés.

Une demie-heure plus tard, l’homme d’affaires embarque sur un autre Bombardier, à bord duquel il rejoint Beyrouth.

Comment une telle fuite est-elle possible ?

Pour Christophe Naudin, spécialiste de l’exfiltration et de la sûreté aérienne (et impliqué dans l’affaire Air Cocaïne en 2015), une telle opération nécessite au moins six mois de préparatifs et une équipe d’une vingtaine de personnes.

Au moins deux spécialistes américains de la sécurité l’ont accompagné en avion.

Des sommes allant jusqu’à 20 millions d’euros sont évoquées. Pour passer les contrôles d’identités, bon nombre d’hypothèses sont avancées : celle de la malle, de multiples passeports, de techniques de diversion diverses…

« Je suis persuadé qu’il n’a pas utilisé de fausse identité : ça aurait été trop risqué en cas d’échec car cela rajoute une infraction », indique dans les colonnes du Parisien Christophe Naudin, par ailleurs président de l’Association de soutien aux Français à l’étranger détenus arbitrairement ou abusivement.

Un jet privé est-il synonyme de laxisme et d’impunité ?

Contactés, certains grands acteurs du secteur de l’aviation d’affaires privés sont formels : il est théoriquement impossible de faire appel à une compagnie de jet privé sans avoir à fournir des documents officiels et montrer patte blanche.

« Nous demandons systématiquement tous les papiers de nos clients, et ces derniers sont contrôlés de la même manière que dans un avion de ligne commercial », nous affirme une source au sein de l’un des leaders du marché en Europe.

« Jet privé ou non, ce voyage n’aurait pas dû avoir lieu dans des conditions normales. Légalement, ce n’est pas possible », nous indique-t-on.

Pour autant, dans les faits, qu’il s’agisse de vérification des papiers ou de fouilles des bagages, les contrôles sont souvent peu drastiques lors d’embarquement à bord d’un jet privé.

Pour un spécialiste de la sécurité aéronautique, rien également de plus simple que de sortir discrètement d’un jet au bord des pistes et de passer de l’autre côté de la barrière d’un petit aéroport…

Quelle est l’implication de la compagnie MNG Jet ?

Un Bombardier Challenger 300 © Air Charter
Un Bombardier Challenger 300 © Air Charter
Vient alors la question de la responsabilité. Caché dans une malle ou non, la compagnie peut-elle être tenue responsable par la justice japonaise ? De son côté, MNG Jet s’estime victime et accuse Carlos Ghosn d’avoir illégalement utilisé deux de ses avions.

La compagnie turque rejette aussi la faute sur ses employés et a ensuite fait arrêter sept d’entre-eux, dont 4 pilotes, pour infraction aux lois sur l’immigration et pour ne pas avoir fait apparaître le nom de l’ancien patron de Nissan sur la liste des passagers.

L’un d’eux a depuis expliqué avoir agi sous la menace. « J’étais effrayé. J’ai pris un homme dans un avion et je l’ai mis dans un autre à l’aéroport. Je ne savais pas qui c’était », aurait-il indiqué à la police d’après l’agence Reuters.

Peut-il maintenant se rendre en France ?

« J’ai choisi le Liban pour des raisons logistiques », a indiqué l’homme d’affaires franco-brésilien et libanais. Aux questions sur un éventuel retour en France, il a soigneusement botté en touche, estimant qu’il « était prêt à aller n’importe où pour un procès si j’estime qu’il sera équitable.

Je suis prêt à rester très longtemps au Liban, mais je ne vais pas en rester là, je compte laver ma réputation »
, a-t-il aussi répondu.

Théoriquement, alors qu’il est entré légalement sur le territoire libanais, rien ne s’oppose à une venue en France, d’autant plus qu’en arrivant à Beyrouth, Carlos Ghosn a présenté un passeport français.

Rien ne semble donc s’opposer légalement à un retour en France, à part le mandat d’arrêt international délivré à son encontre par Interpol et qu’il espère bien faire retirer.

Pierre Georges Publié par Pierre Georges Journaliste - TourMaG.com
Voir tous les articles de Pierre Georges
  • picto Instagram
  • picto Twitter
  • picto email

Lu 2850 fois

Notez



1.Posté par charles le 09/01/2020 09:17 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
que vient faire ce monsieur dans un journal b2b du tourisme?

2.Posté par Just Biou le 09/01/2020 13:35 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
@Charles
Vous parlez avec dédain de ce «monsieur».
Laissez vagabonder votre esprit et imaginez une minute qu’un personnage de cette trempe aurait été à la tête de Thomas Cook.
Croyez-vous que le sort de cette société aurait été celui qu’elle a connu ?




QUARTIER LIBRE
vous offre

Dernière heure
















TourMaG Travel Media Group Légal Utiles
Emploi
AirMaG
La Travel Tech
Voyages Responsables
Businesstrips
Brochuresenligne.com
DMCmag.com
MyEventStory.com
Signaler un contenu illicite
Plan du site
RGPD
Contact
Publicité
La presse en parle

Tourmag Travel Media Group
Le groupe TourMaG Travel Media Group publie également :
Businesstrips, application mobile pour les voyageurs d'affaires; Brochuresenligne.com, 1er portail de brochures électroniques de voyages; DMCmag.com, 1er portail Destination Management Companies et MyEventStory.com, créateur d'émotions.

TourMaG.com DMCmag.com La Travel Tech Brochuresenligne.com BusinessTrips