TourMaG.com, le média spécialiste du tourisme francophone



Hôtellerie-Restauration : ça va mal et ça dure...

Deux études confirment que le secteur reste durablement sinistré



Deux enquêtes exclusives en décembre 2021 et janvier 2022, commandées par les 4 organisations professionnelles du secteur (GNI, GNC, SNRTC, l’UMIH), révèlent une chute inquiétante de l’activité des hôtels, cafés, restaurants et traiteurs organisateurs de réceptions.


Rédigé par le Lundi 10 Janvier 2022

L’hôtellerie qui a vu le stock de ses réservations fondre comme neige au soleil /crédit DepositPhoto
L’hôtellerie qui a vu le stock de ses réservations fondre comme neige au soleil /crédit DepositPhoto
La 1ère enquête menée du 23 au 29 décembre 2021 auprès de 3 000 professionnels permet de constater l’impact immédiat des mesures sanitaires annoncées par le gouvernement sur les pratiques et les intentions des clients des hôtels, cafés, restaurants et traiteurs organisateurs de réceptions (TOR).

Le premier enseignement à tirer de cette enquête est que les annonces du Premier Ministre en date du 10 décembre 2021 ont provoqué un véritable choc, avec une cascade d'annulations.

Alors que seulement 22% des restaurateurs connaissaient encore une baisse d’activité au moins égale à 50% de leur activité par rapport à 2019, ce pourcentage grimpe à 45% dès la semaine 50 de 2021, celle qui suit les annonces gouvernementales.

79% des restaurateurs disent perdre au moins 30% de leur chiffre d’affaires sur cette même période.

Pour les cafés, bars, brasseries, l’impact est plus marqué puisqu’ils sont 85% des établissements concernés à enregistrer des annulations de réservations au moins égales à 30% et 58% à enregistrer des annulations au moins égales à 50% des réservations.

Pour les traiteurs organisateurs de réceptions, l’impact de l’annonce des mesures, notamment l’interdiction de consommer debout et l’instauration de jauges, est énorme.

Lors de la semaine 50 de 2021, 91% des TOR ont perdu plus de 50% de leurs réservations de réceptions.
2 semaines après, semaine 52, les annulations grimpent à 50% des commandes pour 97% des TOR et à 100% des commandes pour 56% d’entre eux.

91% des traiteurs ont perdu plus de 50% de leurs réservations

L’onde de choc est identique dans le secteur de l’hôtellerie qui a vu le stock de ses réservations fondre comme neige au soleil quand, dans le même temps, les nouvelles réservations s’interrompaient de façon quasi-totale.

Ainsi alors que dans les semaines précédant les restrictions annoncées par le gouvernement, la tendance des annulations était de l’ordre de 10 à 15%, elle a soudainement grimpé.

A la suite des annonces du Premier Ministre dans la semaine qui a suivi : le nombre des annulations a grimpé à tel point que 40% d’hôtels ont déclaré perdre au moins 50% de leurs réservations et même 2 hôtels sur 3 perdre au moins 30% de leurs réservations.

Cette tendance se poursuit dans les premières semaines de l’année 2022. Au moins un hôtelier sur deux a perdu entre 80% et 100% de ses réservations de début d’année.

Les conséquences sur le chiffre d’affaires sont également considérables puisqu’un hôtelier sur 2 affirme perdre au moins 50 % de son chiffre d’affaires et que 3 hôteliers sur 4 avouent perdre au moins 30 % de leur chiffre d’affaires.

Une 2ème enquête flash menée les 4 et 5 janvier 2022 auprès de 836 professionnels à la suite de la mise en œuvre des nouvelles mesures gouvernementales, permet de confirmer cette tendance.

Lu 1059 fois

Notez

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Tous les commentaires discourtois, injurieux ou diffamatoires seront aussitôt supprimés par le modérateur.
Signaler un abus






































TourMaG.com
  • Snapchat
  • Instagram
  • Twitter
  • Facebook
  • YouTube
  • LinkedIn
  • GooglePlay
  • appstore
  • Nos Médias
  • DMCmag
  • Brochures en ligne
  •  La Travel Tech
  • Welcome To The Travel
  • AirMaG
  • Futuroscopie
  • CruiseMaG
  • Voyages Responsables
  • #PartezEnOutreMer
  • Partez en France
  • TravelManagerMaG
 
Site certifié ACPM, le tiers de confiance - la valeur des médias